lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Le même refrain

Pour son dépoussiérage de mi- carrière, la Lexus IS s’est offert un bouclier avant bien plus agressif, le regard se veut encore plus félin pendant que l’arrière s’est vu légèrement corrigé à travers un bouclier redessiné et des feux revus. Rien de révolutionnaire mais en s’accompagnant de jantes noires (qui restent pour moi définitivement associées aux roues des pneus hiver qui enlaidissent tant les voitures), elle renvoie une impression de sportivité auprès des amateurs qu’il faut immédiatement contredire.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Mais avant de parler de son comportement, installons-nous à bord pour découvrir un intérieur lui aussi retravaillé. Comme toujours chez Lexus, les lignes se multiplient et cela nuit à la pureté des lignes de la planche de bord. Il faut un certain temps avant de comprendre le fonctionnement du système multimédia caractérisé par un grand écran qui, dans la version 2017, est utilisé dans son entièreté. Le joystick s’avère bien pratique et tout se commande, finalement, depuis la console centrale.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

La position de conduite est bonne et le conducteur se retrouve parfaitement installé dans son cocon avec, face à lui, deux cadrans indiquant d’un côté la vitesse et de l’autre, à la place du compte-tours qui n’apparaît qu’en mode Sport, un indicateur du mode de conduite. Malheureusement, il n’est toujours pas possible d’afficher la vitesse réelle en chiffres ce qui devient rare de nos jours.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Comme toujours avec les modèles hybrides de la marque, le démarrage se fait en électrique. Le moteur thermique se met en route assez rapidement par la suite mais le silence global demeure impressionnant et participe grandement au confort général offert par la voiture. Le tout incite à une conduite calme et tranquille parfaitement raccord avec la circulation actuelle.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Ce qui nous pousse à nous interroger sur la pertinence du mode Sport qui cohabite avec les modes Eco et Normal. Il est également possible de désactiver l’ESP mais l’on a vite le sentiment de brusquer la mécanique. Les pneus crissent même si le châssis est bon et les palettes au volant ne gomment pas la sonorité déconcertante de la boîte. Il faut dire que la voiture pèse 1700 kg et que la puissance n’est jamais que de 223 ch. Bref si vous aimez vous éclater de temps en temps au volant, passez votre chemin.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Mais soyons sérieux, le public-cible de cette voiture est plutôt âgé et adopte majoritairement une conduite tranquille. Le conducteur et ses passagers profiteront au mieux du confort général de la voiture. Les sièges tissus-cuir qui équipaient la voiture essayée proposaient un confort certain sans être des champions du maintien. A l’arrière, la place n’est pas exceptionnelle mais le coffre propose une contenance assez intéressante de 450 litres avec un dossier de banquette arrière rabattable ce qu’il faut souligner si l’on tient compte de la présence des batteries Ni-Mh.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Du côté des consommations, il faut tabler sur 7,2 l/100 avec, pour notre part, de longs déplacements rapides sur autoroute et des trajets 100% urbains. Il s’agit de chiffres assez intéressants même si la baisse des tarifs de l’essence est encore beaucoup trop lente par rapport au prix du Diesel pour soutenir pleinement la démarche de Lexus. L’annonce récente de Volvo concernant l’arrivée de l’électricité sur tous ses modèles à partir de 2019 semble pourtant donner raison au précurseur nippon.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Au rayon du tarif, si Lexus précise qu’il y a déjà une Lexus 300h pour 31.900€, il faudra compter 37.490 euros pour acquérir cette version et si vous ajoutez quelques options comme la finition Dynamic Line qui était la nôtre, le toit ouvrant, la peinture métallisée et le Premium Navigation Pack, vous atteindrez 49.150€! Un prix qui reste raisonnable face à la production allemande visée par la berline japonaise.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Conclusions

Cette nouvelle IS300h ne révolutionne pas l’espèce des berlines hybrides. Et cette maudite boîte de vitesses de type CVT continue à nous irriter. De quoi gâcher tout plaisir de passer en mode Sport et de tenter de jouer avec les palettes au volant. Tout est trop aseptisé, linéaire. Et l’on revient à la position normale du bouton commandant les modes de conduite. C’est finalement celle qui convient le mieux à la Lexus IS300h. Elle lui permet de profiter de sa puissance si le besoin se fait sentir tout en jonglant parfaitement entre l’utilisation du système hybride pour recharger la batterie en descente, se déplacer en tout électrique en ville ou encore utiliser toutes ses ressources sur demande. Le mode Eco est, à l’image du mode Sport, trop extrême et donne très vite un sentiment de danger à cause d’une lenteur excessive.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

+

Lignes originales

Grand confort

Prix et conso contenus

-

Plaisir absent

Habitabilité arrière

Poids de l’ensemble

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

16:52 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lexus, is, 300h, essai, test, semaine, volant, confort, consommation, dimensions, chiffres, berline, japonaise, 2017, raodtest | | |

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Ayant été relativement déçus par la dernière Clio RS, nous nous réjouissions de goûter à nouveau à cette petite bombe devenue Trophy pour l'occasion. Et là, ce fut une nouvelle fois la douche froide. Non pas que cette auto soit mauvaise ou ratée, non, ce qui nous ennuie c'est d'abord l'utilisation abusive de cette appellation Trophy, synonyme pour nous de sportivité, d'engins sortis de la piste ou des spéciales de rallye pour donner le sourire aux amateurs de sensations qui veulent se faire plaisir sur des portions de routes peu fréquentées. Ici, nous n'avons eu droit qu'à une évolution pâlotte de la dernière Clio RS.

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Ils ont beau dire, chez Renault, cette boîte n'est pas sportive. Trop lente, trop indécise lors des moments clés, elle ne nous permet pas de nous sentir à l'aise à bord de cette auto. Alors si elle rassure les acheteurs des pays émergents qui n'ont pas l'habitude de maîtriser une petite traction de 220 ch, elle ne doit pas constituer une offre unique parce que les pilotes apprécient de changer de rapport lorsqu'ils le désirent et non selon les bons vouloirs d'une boîte à double embrayage E.D.C qui aurait pourtant été revue, selon le losange, pour plus de réactivité. Seules les longues palettes au volant sont parfaites!

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Et que dire de ces cinq portes qui sont elles aussi imposées alors que jamais un père de famille n'optera pour une Clio RS Trophy, trop content de trouver dans la gamme des Kangoo et autres Scénic bien plus adaptés à ses besoins. Nous pourrions également nous plaindre du petit 1.6 Turbo qui ne remplacera jamais le 2.0 atmo de la précédente génération. Pour l'occasion, ce moteur reçoit un turbo plus gros, un circuit d'admission optimisé ainsi qu'une nouvelle cartographie, ce qui lui permet de gagner 20 ch (220 au total). Le couple passe quant à lui de 240 à 260 Nm, et même 280 Nm sur les 4e et 5e rapports. Il n'est pas désagréable et il se révèle particulièrement volontaire lorsqu'on fait appel à sa pleine puissance.

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Sur le plan du style, les changements sont subtils: un blanc mat allié à un toit noir brillant, des jantes de 18 pouces spécifiques et des inscriptions Trophy sur la lame avant et les portières arrière. Dans l'habitacle, on note l'apparition d'excellents sièges sport en cuir chauffants, qui ont le mérite de mieux le distinguer de celui des Clio plus banales. Mais la finition reste très perfectible: les décorations façon carbone sont légères et cet intérieur tout plastique devient difficile à justifier avec un tarif de 29.500 € hors option… Un surcoût de 4.300 € par rapport à la Clio RS classique.

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Côté performances, les 20 ch supplémentaires ne transfigurent pas la voiture. On gagne ainsi un petit dixième sur le 0 à 100 km/h et le 400 m départ arrêté (respectivement effectués en 6"6 et 14"5). Le surcroît de puissance se fait surtout sentir à haute vitesse, comme en témoigne le kilomètre départ arrêté, qui progresse de presque une seconde (26"4 contre 27"1 sur la RS normale). L'ensemble moteur/boîte fonctionne toujours selon trois modes, sélectionnables grâce au bouton RS Drive situé entre les sièges avant. En mode normal, cette Renault Sport semble sous Prozac: le moteur se fait discret et la boîte EDC passe les rapports très tôt, en se montrant parfois hésitante. De quoi vous laisser dubitatif lorsque vous transportez belle-maman avec le plus grand soin et que les suspensions brisent vos efforts.

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

En mode Sport, les choses deviennent plus intéressantes, avec une sonorité mécanique légèrement plus présente, une transmission plus réactive, une direction plus ferme et un ESP plus permissif. Enfin, le mode Race oblige à passer la boîte en mode séquentiel et déconnecte totalement le contrôle de stabilité. C'est clairement dans les deux derniers modes que les progrès de la Clio R.S. Trophy sont les plus évidents. La boîte réagit de façon plus vive qu'auparavant aux impulsions sur les palettes. Mieux verrouillé, l'amortissement digère désormais très bien les routes bosselées si fréquentes dans notre royaume. Quant au train arrière, il participe à la mise en virage lorsque l'on rentre sur les freins. Mais ces derniers restent peu aisés à doser, la pédale manquant de feeling et de progressivité. Et si la motricité est correcte sur le sec, on ne peut s'empêcher de penser que la Clio R.S. Trophy serait un outil bien plus efficace avec un différentiel autobloquant. Surtout lorsque les sept jours d'essai se sont déroulés essentiellement sous la pluie...

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Conclusions

Nous en sommes conscients, cet essai pourra paraître un peu dur aux amoureux de la marque au losange. Pourtant, nous avons plutôt bien vécu cette semaine à bord de la petite bombinette française. Elle se révèle agréable dans les trajets boulot-dodo et ne se réveille que sur demande contrairement à d'autres petits bolides rapidement fatigants. Seulement voilà, nous gardons de si bons souvenirs de la Clio RS III qu'il nous est difficile d'accepter cette nouvelle RS qui vit pleinement avec son temps. Un temps où la vitesse est désormais largement prohibée et où les amateurs de sensations fortes sont priés d'aller s'amuser sur circuit. Mais nous continuons à croire qu'une déclinaison à boîte manuelle et en trois portes, même si elle coûterait de l'argent à Renault, serait largement plus répandue chez nous parce qu'elle ciblerait davantage les passionnés...

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

15:55 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renault, clio, rs, trophy, essai, test, semeine, volant, routes, roadtest, 220 ch, 4 cylindres, 1.6, turbo, 280 nm, traction, boîte, double, embrayage, edc | | |

Volvo,projet,drive me,conduite,autonome,2017,XC90,göteborg,100,familles,conducteurs,standards,interface,palettes,volant

Volvo vient de dévoiler l’une des interfaces les plus sophistiquées et les plus simples d’utilisation de l’industrie automobile, permettant d’effectuer le transfert de contrôle en mode conduite autonome à bord de ses prochains véhicules. L’arrivée de la conduite autonome met l’accent sur l’importance capitale de la relation entre conducteur et interface utilisateur. Un transfert de contrôle sécurisé et intégré constitue la base de toute technologie autonome digne de confiance.

Volvo,projet,drive me,conduite,autonome,2017,XC90,göteborg,100,familles,conducteurs,standards,interface,palettes,volant

Volvo a conçu son Pilotage Automatique IntelliSafe de façon simple et intuitive. Le mode autonome est activé par le biais de palettes spécifiques situées sur le volant. En empruntant une route sur laquelle le mode conduite autonome est disponible, le véhicule alerte le conducteur que le Pilotage Automatique est prêt. Parallèlement, les palettes situées sur le volant se mettent à clignoter.

Volvo,projet,drive me,conduite,autonome,2017,XC90,göteborg,100,familles,conducteurs,standards,interface,palettes,volant

Le conducteur appuie sur les deux palettes simultanément et un voyant vert fixe indique alors que le Pilotage Automatique est activé et que la conduite et la supervision ont été déléguées au véhicule. Lorsque la conduite autonome n’est plus disponible, le système incite le conducteur à reprendre la maîtrise du véhicule. Un compte à rebours de 60 secondes s’affiche. Si pour quelques raisons que ce soit le conducteur ne reprend pas le véhicule en main, la voiture s’arrêtera d’elle-même en toute sécurité.

Volvo,projet,drive me,conduite,autonome,2017,XC90,göteborg,100,familles,conducteurs,standards,interface,palettes,volant

Le nouveau Pilotage Automatique IntelliSafe sera disponible pour la première fois sur les 100 XC90 participant au projet Drive Me, initiative la plus ambitieuse en termes de conduite autonome, qui se déroulera à Göteborg en 2017.
Le projet Drive Me a pour but de confier 100 Volvo autonomes à des familles et des conducteurs standards, qui circuleront autour de Göteborg sur des routes publiques dans des conditions quotidiennes d’utilisation. Les véhicules seront conduits en mode autonome sur des routes sélectionnées pendant environ 50 kilomètres. Après son utilisation dans le cadre du projet Drive Me, le Pilotage Automatique IntelliSafe sera présenté au grand public.

11:55 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : volvo, projet, drive me, conduite, autonome, 2017, xc90, göteborg, 100, familles, conducteurs, standards, interface, palettes, volant | | |

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

Au Rédacteur de l'Automobile, nous sommes persuadés qu'une meilleure formation des jeunes conducteurs pourrait réduire fortement les risques que ceux-ci prennent trop souvent au volant. Alors l'initiative que Ford Belgique annonce aujourd’hui avec le lancement de ‘Ford Driving Skills for Life’, un programme qui vise à sensibiliser davantage les jeunes aux dangers de la route, est particulièrement appréciée.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

La formation pratique pour la version belge du programme ‘Ford Driving Skills for Life’ sera dispensée sur les pistes d’essai européennes de Ford à Lommel. Le coup d’envoi pour les néerlandophones sera donné le week-end du 23-24 août, et le week-end du 18-19 octobre pour les francophones. Vous pouvez vous inscrire via www.forddsfl.be. Le programme ‘Ford Driving Skills for Life’ a été développé dans le but de sensibiliser les jeunes aux dangers de la route et de leur inculquer les compétences nécessaires pour une conduite plus sécurisée et donc une diminution du nombre d’accidents.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

Le programme, gratuit pour les participants, se concentre sur les principales causes d’accidents chez les jeunes: la reconnaissance des situations dangereuses, la maîtrise du véhicule, l’estimation de la vitesse et des distances, et les distractions au volant. Outre la formation pratique dispensée au Lommel Proving Ground, des vidéos sont disponibles sur www.forddsfl.be pour ceux qui souhaitent suivre une formation en ligne.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

‘Ford Driving Skills for Life’ a été lancé il y a 10 ans aux États-Unis avant d’être étendu à d’autres parties du monde, notamment en Asie. Plus de 100 000 jeunes ont déjà suivi la formation pratique et 500 000 autres la formation en ligne. Le programme a été lancé en 2013 dans quelques pays d’Europe. C’est aujourd’hui au tour de la Belgique. Au cours de la première année, pas moins d’1,5 million d’euros ont été investis dans la version européenne de ‘Ford Driving Skills for Life’.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

En Europe, les accidents de la circulation restent la première cause de mortalité parmi les jeunes de 18 à 24 ans. Le risque d’accident fatal est même deux fois plus élevé pour ce groupe d’âge que pour les autres. Entre 2000 et 2009, pas moins de 76 000 jeunes de 18 à 24 ans ont perdu la vie dans un accident de la route.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

D’après une enquête récente de Ford menée auprès de plus de 9500 Européens – de jeunes conducteurs et leurs parents –, la majorité des jeunes conducteurs en Europe ne respectent pas les limitations de vitesse, mangent ou boivent au volant et utilisent leur téléphone pour des sms ou des appels pendant qu’ils conduisent. 10 % ont déjà conduit en état d’ébriété. Le nombre de jeunes qui se sont déjà retrouvés dans une situation dangereuse en dit long: 28 % se sont déjà trouvés impliqués dans un accident ou quasi-accident, 14 % ont déjà perdu le contrôle de leur véhicule et 12 % ont déjà été confrontés à une agression routière.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

Au Rédacteur de l'Automobile, nous sommes persuadés qu'une meilleure formation des jeunes conducteurs pourrait réduire fortement les risques que ceux-ci prennent trop souvent au volant. Alors l'initiative que Ford Belgique annonce aujourd’hui avec le lancement de ‘Ford Driving Skills for Life’, un programme qui vise à sensibiliser davantage les jeunes aux dangers de la route, est particulièrement appréciée.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

La formation pratique pour la version belge du programme ‘Ford Driving Skills for Life’ sera dispensée sur les pistes d’essai européennes de Ford à Lommel. Le coup d’envoi pour les néerlandophones sera donné le week-end du 23-24 août, et le week-end du 18-19 octobre pour les francophones. Vous pouvez vous inscrire via www.forddsfl.be. Le programme ‘Ford Driving Skills for Life’ a été développé dans le but de sensibiliser les jeunes aux dangers de la route et de leur inculquer les compétences nécessaires pour une conduite plus sécurisée et donc une diminution du nombre d’accidents.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

Le programme, gratuit pour les participants, se concentre sur les principales causes d’accidents chez les jeunes: la reconnaissance des situations dangereuses, la maîtrise du véhicule, l’estimation de la vitesse et des distances, et les distractions au volant. Outre la formation pratique dispensée au Lommel Proving Ground, des vidéos sont disponibles sur www.forddsfl.be pour ceux qui souhaitent suivre une formation en ligne.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

‘Ford Driving Skills for Life’ a été lancé il y a 10 ans aux États-Unis avant d’être étendu à d’autres parties du monde, notamment en Asie. Plus de 100 000 jeunes ont déjà suivi la formation pratique et 500 000 autres la formation en ligne. Le programme a été lancé en 2013 dans quelques pays d’Europe. C’est aujourd’hui au tour de la Belgique. Au cours de la première année, pas moins d’1,5 million d’euros ont été investis dans la version européenne de ‘Ford Driving Skills for Life’.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

En Europe, les accidents de la circulation restent la première cause de mortalité parmi les jeunes de 18 à 24 ans. Le risque d’accident fatal est même deux fois plus élevé pour ce groupe d’âge que pour les autres. Entre 2000 et 2009, pas moins de 76 000 jeunes de 18 à 24 ans ont perdu la vie dans un accident de la route.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

D’après une enquête récente de Ford menée auprès de plus de 9500 Européens – de jeunes conducteurs et leurs parents –, la majorité des jeunes conducteurs en Europe ne respectent pas les limitations de vitesse, mangent ou boivent au volant et utilisent leur téléphone pour des sms ou des appels pendant qu’ils conduisent. 10 % ont déjà conduit en état d’ébriété. Le nombre de jeunes qui se sont déjà retrouvés dans une situation dangereuse en dit long: 28 % se sont déjà trouvés impliqués dans un accident ou quasi-accident, 14 % ont déjà perdu le contrôle de leur véhicule et 12 % ont déjà été confrontés à une agression routière.

Ford,Belgique,importateur,programme,sensibilisation,risques,jeunes,conducteurs,routes,dangers,volant,formation,pratique,lommel,octobre,2014,ford driving skills for life

volant,RACB,national team,2014,peugeot,gilsoul,vanneste,duez,sélection,208,R2

206 candidats se sont inscrits au Volant Rallye du RACB National Team organisé par le RACB en partenariat avec Peugeot Sport Belgique-Luxembourg. De samedi à lundi, ils ont défilé sur le simulateur Kinetic09 Simulation. Les cinq finalistes affronteront, dans quelques jours, les cinq pilotes belges les mieux classés du Belgian Junior Rally Championship. Verdict le 18 février. Du 1er au 3 février, les 206 candidats inscrits au Volant Rallye du RACB National Team ont passé les premiers tests permettant de retenir cinq finalistes. Par ordre alphabétique, il s’agit de :

- Gino Bux (23 ans) de Malmedy

- Romain Delva (21 ans) de Vierset-Barse

- Guillaume De Ridder (21 ans) de Seneffe

- Simon Pirard (19 ans) d’Andrimont

- Arthur Tanghe (18 ans) de Comines.

L’ambiance était à la fois studieuse et ludique dans les locaux du RACB durant ces trois jours. De l’avis général, les candidats ont été impressionnés par le réalisme du simulateur. «J’ai vraiment eu l’impression de piloter une Peugeot 208 de rallye sur une route étroite de montagne», confiait l’un des concurrents. «On a eu droit à tout ce qui fait le charme d’une étape spéciale: des courbes rapides, des épingles, des virages masqués. Les mains rivées sur le volant, bien calé dans le baquet, il s’agissait d’être très concentré tout au long des 7,5 km de l’étape.»

Chaque candidat a pu effectuer un passage en reconnaissance puis un passage chronométré ponctué par les notes d’un copilote expérimenté. Pour les Francophones, c’était Nicolas Gilsoul; pour les Néerlandophones il s’agissait de Lara Vanneste. Ensuite, les candidats étaient soumis à une interview devant un jury composé de Marc Duez, Bas Leinders et Geoffroy Theunis. En visite au RACB le dimanche, Michèle Mouton, FIA WRC manager, a beaucoup apprécié l’organisation de ce Volant Rallye qui a reçu un incontestable succès.

volant,RACB,national team,2014,peugeot,gilsoul,vanneste,duez,sélection,208,R2

Le 17 février, les finalistes issus du simulateur retrouveront les cinq pilotes belges qui ont terminé aux premières places du Belgian Junior Rally Championship (Matthias Boon, Polle Geusens, Ghislain de Mevius, Guillaume de Mevius et Thibault Radoux) au Martin’Spa de Genval pour y subir des tests physiques. Le lendemain, c’est à Mettet que les dix jeunes gens seront conviés pour la finale du Volant Rallye du RACB National Team. Sur le circuit Jules Tacheny, les dix finalistes seront invités à passer un test grandeur nature au volant d’une Peugeot 208 R2 devant un jury composé notamment de Freddy Loix, Bruno Thiry et Marc Duez.

Le lauréat, connu en fin de journée, disputera six rallyes sur une Peugeot 208 R2 noir-jaune-rouge préparée par DG Sport avec le soutien de Peugeot Sport Belgique-Luxembourg. Intégrés au RACB National Team, le jeune rallyman et son copilote participeront aux prestigieux rallyes d’Ypres et du Condroz ainsi qu’à quatre manches du championnat d’Europe ERC.

13:26 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : volant, racb, national team, 2014, peugeot, gilsoul, vanneste, duez, sélection, 208, r2 | | |

corvette,c7,essai,prototype,camouflage,jeux,ps3,granturismo 5,gt5,garage,test,road,track,piste,circuit,volant,2013,futur,next

Le constructeur américain a annoncé dernièrement que la future Corvette C7, bien que recouverte de bâches et de protections en plastique, est disponible à l’essai dans le jeu GranTurismo5 sur Playstation 3. Chevrolet précise qu’il sera possible de prendre la piste de son choix avec ce prototype de la très attendue septième génération de l'icône américaine. Pas de quoi satisfaire les amateurs de pilotage réel que nous sommes mais bon, cela ravira les jeunes fans de la marque aux doubles drapeaux.

corvette,c7,essai,prototype,camouflage,jeux,ps3,granturismo 5,gt5,garage,test,road,track,piste,circuit,volant,2013,futur,next

La véritable Corvette C7 sera elle présentée le 13 janvier prochain en ouverture du Salon de Détroit 2013. Chevrolet a déjà confirmé la motorisation placée dans l’engin: ce sera une évolution du moteur LT1, avec 6.2 L de cylindrée et 450 ch minimum. Comme le veut une certaine tradition, les versions ZR1 et Z06 feront leur apparition par la suite pour relancer l'intérêt en cours de carrière.

corvette,c7,essai,prototype,camouflage,jeux,ps3,granturismo 5,gt5,garage,test,road,track,piste,circuit,volant,2013,futur,next

21:27 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : corvette, c7, essai, prototype, camouflage, jeux, ps3, granturismo 5, gt5, garage, test, road, track, piste, circuit, volant, 2013, futur, next | | |

ouverture.jpg

La vie de château en plein air

Un cabriolet Mercedes se déguste toujours avec une certaine nonchalance. Il faut se glisser dans la peau du cinquantenaire ayant réussi dans la vie et commençant tout doucement à bien en profiter. Le moindre rayon de soleil est prétexte à s’ouvrir au monde et exposer sa réussite sociale sur un rythme sénatorial pour être sûr d’être vu. Alors ce n’est pas ce mois de septembre nuageux et les caprices de la météo qui nous ont arrêtés. Nous nous sommes pris au jeu en profitant pleinement des joies de la balade en plein air.

action.jpg

Au pays des étoiles, le silence est roi. Dans l’habitacle calfeutré de la Mercedes E250 CGI cabriolet, le silence est impressionnant. La capote filtre parfaitement les bruits du monde extérieur et l’autoroute qui nous ramène à la maison nous permet d’apprécier l’efficacité de ce toit en toile (aux multiples couches avec une épaisseur de 23,5 mm) à l’ancienne. Et c’est le soleil qui nous accueille dans notre belle ville.

Avec des yeux d’enfant

Le temps de reprendre notre fille à l’école et nous décidons de lui offrir un petit cadeau en ouvrant le toit pour une courte balade de début de soirée. A six ans, il est des choses qui ravissent encore et il nous a suffi de voir son visage émerveillé pour comprendre qu’un toit totalement escamotable offre une vision du monde complètement différente. Par contre, nous n’avons pas été convaincus par le système Aircap. Une simple pression sur un commodo situé derrière la commande d'ouverture de capote actionne en effet un déflecteur d'air situé au sommet du pare-brise et un pare-vent niché en aval des sièges arrière. Une fois déployé, cet ensemble est censé atténuer les remous d'air et les bruits dans l'habitacle mais notre fille n’a pas réellement bénéficié de ces soins. Des soins, le cabrio E en prodigue néanmoins à ses quatre occupants et il propose une position de conduite parfaite grâce aux multiples réglages du siège conducteur et aux coussins d’air gonflables. L’approche ceinture facilite sa mise en place tandis que l’excellente installation audio vous permet de monter le son pour que le Don Giovanni de Mozart couvre sans difficulté les basses infernales des jeunes amateurs de juke-box ambulants.

toit.jpg

Lignes seyantes

La Mercedes Classe E Cabriolet reprend les traits de la Classe E berline. Sa calandre intègre l’étoile, et ne compte que deux lamelles, spécificité partagée avec le coupé. Les projecteurs sont disponibles en deux versions: avec feux de jour conventionnels accompagnés de double-antibrouillards de part et d’autre du bouclier ou avec les projecteurs avant ILS avec feux de jour à diodes LED. Le pare-brise est très incliné pour favoriser l’aérodynamisme. Globalement le résultat est plus dynamique que sur l’ancienne CLK, et nettement plus statutaire. Le tableau de bord est également repris de la berline pour notre plus grand plaisir. Parfaitement fini mais un peu trop carré à notre goût, il offre une multitude de réglages, de boutons, de témoins qui traduisent à eux seuls l’équipement pourtant relativement basique de notre exemplaire d’essai.

Moteur suffisant

Le 1800 quatre cylindres turbo essence Blue Efficiency de 204 ch qui équipait notre E250 CGI s’est montré plutôt souple sans être un foudre de guerre. Les sensations de conduite rappellent celles du Coupé, mais avec le surpoids inhérent à ce genre de carrosserie, le Classe E cabriolet se révèle un peu moins dynamique. Imperturbable et profitant d'un confort de suspension absolument royal, il apprécie davantage la promenade au rythme endiablé et les ’’sportifs’’ que nous sommes lui reprocheront un léger manque d'agilité et quelques mouvements de pompage. Pourtant, sa rigidité demeure tout à fait convenable, assortie d'un comportement sûr et équilibré à allure plus soutenue. Son rival, l'Audi A5 Cabriolet 2.0 TFSI 180 Multitronic ne se montre pas plus enjoué.

cockpit.jpg

Rivalité tarifaire

Un rival qui s’affiche à 40.975 € là où la Mercedes plane à 52.635 € tandis que le modèle "légèrement équipé" dont nous disposions (avec le cuir, quand même) s’affichait déjà à 61.530 €. Au moment du choix, si vous succombez aux charmes des Italiennes, n’oubliez pas l’Alfa Roméo Spider 2.2 à 36.450 € pour un quatre cylindres de 185 ch. Vieillissante, la BMW 325i vous offre les plaisirs du 6 cylindres en ligne de 218 ch pour 46.250€. L’Allemande partage son toit en dur escamotable avec la Lexus IS 250C et son 2.5 V6 de 208 ch pour un prix de 50.690€.

Caractéristiques techniques

Dimensions       L/l/h: 4.698/1.786/1.398 mm

                           Empattement: 2.760 mm. Voies av./arr.: 1.538/1.544 mm

                           Poids: 1.695 kg

                           Volume de chargement: de 300 à 390 l

Moteur               4 cyl. en ligne à inj. directe, turbo, 16v, 1.796 cc

                           Puissance maxi: 204 ch à 5.500 t/min

                           Couple maxi: 310 Nm de 2.000 à 4.300 t/min

Transmission    aux roues arrière, boîte cinq automatique

Suspensions     Av: jambes élastiques, bras transversaux et longitudinaux, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis

                           Arr: essieu multibras, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis

Freins                  Av/arr.: disques ventilés/disques

Pneus                  235/45 R17

Performances     V-Max: 240 km/h 0-100 km/h: 7"8.

 Consommation    moyenne: 10,5 l/100 km Réservoir: 66 litres

 Prix de base        52.635 € tvac (61.530€ modèle essayé)

06:03 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mercedes, e250, cgi, cabriolet, deux, portes, essai, luxe, calme, étoile, stuttgart, nouveauté, test, volant, drive | | |

Organisé à l'initiative de Geko, Woonwereld, ConXioN, Caen Rallysport et AUTOnews, le Patrick Snijers Rally Contest tenait sa finale, le week-end dernier, sur un terrain privé de la Z.I. de Bastogne où figurait tout d’abord au programme un slalom. Ensuite, les finalistes effectuaient quatre passages, au volant d’une Citroën C2-R2, sur la courte “spéciale” tracée pour l’occasion. Après leur avoir montré comment manier la bombinette française, les pilotes chevronnés cédaient leur place aux jeunes finalistes, qui pouvaient effectuer quatre tours avec à leur droite Bjorn Degandt, à la fois copilote et membre du jury. Sur ce parcours partiellement composé de terre où l’utilisation du frein-à-main était indispensable, les candidats étaient observés et évalués par Bruno Thiry, Willy Lux, Claudie Tanghe, Patrick Snijers, Wim Soenens, Chris Debyser et les autres membres du jury.

C2-R2 PS Rally Contest 2009

Le verdict final fut assez étonnant puisque les deux lauréats étaient des pilotes particulièrement jeunes: Andy Gaban (18 ans) et Thibault Spillebeen (19 ans). Andy Gaban disputera 3 rallyes au volant de la C2-R2: l'ORC Rally à Oostrozebeke, le Belgium Ypres Westhoek Rally et le Terre de Langres en France. Afin de permettre à Andy, qui n'est autre que le fils du très sympathique Pascal Gaban, de progresser rapidement, les initiateurs de l'opération ont demandé à Isidoor Smets de devenir le copilote du lauréat. En attendant, Andy disputera le Rallye de Bocholt comme copilote de son célèbre papa histoire de découvrir une discipline qu'il ne connaît guère...

 

Gaban Andy wins PS Rally Contest 2009

(Photos: MSD)

20:01 Écrit par Benoît Lays dans Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : contest, volant, rally, citroen, andy, gaban, c2-r2 | | |