WRC,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,Hyundai,i30,WRC,neige,

Nous avions été un peu vache avec Thierry Neuville à l'arrivée de la première manche du Championnat du Monde des Rallyes disputée sur les spéciales délicates du Monte-Carlo. Mais c'était avec le secret espoir de lui porter chance pour la Suède où il avait également une revanche à prendre sur 2017. Et le moins que l'on puisse écrire, ce soir, c'est que Thierry et Nicolas se sont montrés intraitables sur les spéciales très enneigées du Grand Nord! Ils ont parfaitement profité de leur position sur la route, vendredi, pour se construire un petit matelas sur la concurrence malgré des conditions compliquées.

WRC,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,Hyundai,i30,WRC,neige,

Une première journée marquée par les chronos étonnants des Citroën C3 WRC d'Ostberg et Breen, favorisés par leur position sur la route bien balayée par leurs prédécesseurs, tandis que Tänak et sa Toyota Yaris WRC, auteurs du scratch dans l'ES2, s'installent en tête. Mais dès le chrono suivant, Thierry signe un meilleur temps et prend la tête de l'épreuve devant les Toyota de Tänak et Lappi. Notre compatriote ne quittera plus jamais cette place!

WRC,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,Hyundai,i30,WRC,neige,

Mikkelsen signe le MT dans la suivante et s'installe à la deuxième place devant Lappi, Ostberg et Breen. Tanak perd gros à cause de sa position sur la route et que dire d'Ogier qui est à la rue, totalement défavorisé par son rôle d'ouvreur, il pointe au delà de la 10è place. Il neige et même si les dameuses sont passées au petit matin, une nouvelle couche ralentit fortement le français qui se montre particulièrement irrité par cette situation.

wrc,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,hyundai,i30,neige

L'après-midi de cette première réelle journée de course, Neuville contrôle malgré le forcing de Lappi mais aussi de ses équipiers, Mikkelsen et Paddon, au sein du Hyundai Motorsport Team. Andreas revient même à une seconde de Thierry à l'issue du sixième chrono mais le Belge ne panique pas et rentre finalement au parc fermé avec un avantage de 4"9 sur Mikkelsen et 12"1 sur la troisième i30 de Paddon. Les Hyundai devancent alors les deux Citroën de Breen et Ostberg qui ont eux aussi profité de leur position sur la route immaculée.

WRC,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,Hyundai,i30,WRC,neige,

Samedi, Thierry connaît des ennuis de sélecteur de vitesses mais il sauve les meubles en gardant Mikkelsen et Breen, qui a pris le meilleur sur Paddon, derrière lui. Et c'est même Mikkelsen qui s'offre un tête-à-queue dans l'ES10 laissant passer l'Irlandais tandis que Neuville a résolu ses problèmes de paddleshift. Voilà le podium constitué et il ne changera plus jusqu'à l'ultime spéciale. Dans l'ES11, Thierry et Nico signent un nouveau scratch pour montrer aux autres qu'ils restent bien les patrons.

wrc,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,hyundai,i30,neige

Pour la fin de cette journée, Neuville a emporté deux roues de rechange et malgré cela, il signe son troisième meilleur temps dans l'ES13, reléguant Breen à 14" pendant qu'un mélodrame se déroule entre Meeke et Tänak qui se comprennent mal, l'anglais au ralenti envoyant l'estonien dans un mur de neige (+ de 2 minutes de perdues) alors que celui-ci le dépassait.

WRC,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,Hyundai,i30,WRC,neige,

C'est à l'issue de ce chrono que nos petits belges enfilent leurs nouvelles roues pour être à même de vivre sereinement les dernières spéciales du samedi, sachant que c'est lors de l'une d'elles qu'ils avaient tout perdu en 2017. Et dans l'ES14, lors du fameux jump de Colin's Crest, la Hyundai #5 a donné des sueurs froides à ses supporters même si, depuis l'habitacle, Neuville s'amusait de cette petite erreur de trajectoire avant d'aller disputer les deux spéciales-shows du jour sans trembler. Il termine cette journée de samedi avec 22"7 d'avance sur Breen et 32 sur son équipier Mikkelsen. Quatrième, Paddon doit surveiller Ostberg et Lappi qui peuvent encore espérer le doubler sur les 51 km qui restent à parcourir le dimanche.

WRC,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,Hyundai,i30,WRC,neige,

Finalement, Thierry va s'imposer en patron. Prudent dans la première du jour, il signe le second chrono dans la suivante avant de gérer parfaitement la Power Stage pour remporter une septième victoire sur une septième épreuve différente du WRC. Il devient ainsi le troisième pilote non-scandinave à s'imposer en Suède aux côtés de Sébastien Loeb (2004) et Sébastien Ogier (2013, 2015 et 2016). Mais le plus important, c'est qu'il s'installe en tête du classement du championnat du monde des pilotes avec 10 points d'avance sur Sébastien Ogier.

wrc,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,hyundai,i30,neige

Le Français a connu un week-end compliqué, endossant une nouvelle fois son costume de Calimero. Pourtant, la règle du balayage dans les spéciales existe depuis des années mais Ogier continue à se plaindre de devoir partir en premier en fonction de sa position au championnat. Autre fait discutable, M-Sport a joué à fond la carte de la tactique lorsque Sébastien s'est élancé, avec l'autorisation d'un organisateur particulièrement bienveillant à son encontre, après tout le monde dans la Power Stage, où il récupérait 4 points, avant de demander à Evans de sacrifier sa dixième place au profit d'Ogier qui ramene ainsi 5 points d'un rallye difficile. Une attitude plutôt inhabituelle en rallye mais qui démontre que le Français craint Neuville puisqu'il grapille le moindre point.

wrc,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,hyundai,i30,neige

Derrière Neuville, ce sont les francs-tireurs et les malchanceux du Monte-Carlo qui ont le mieux tiré leur épingle du jeu à l'image de Craig Breen absolument impérial sur la neige suédoise. Contrairement à Meeke, qui s'est montré à nouveau très fébrile, le jeune Irlandais a pris de gros points et sauvé le week-end de Citroën. Les Rouges ont pu aussi compter sur un Ostberg souvent brillant ici et qui termine à une encourageante sixième place malgré le peu d'essais effectué avant la course. Au Mexique et en Corse, lors des deux prochaines manches, c'est Sébastien Loeb qui fera son retour dans la troisième C3 WRC!

wrc,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,hyundai,i30,neige

En Suède, Hyundai a fait une bonne opération au championnat des constructeurs grâce aux jolies performances de Neuville mais aussi de Mikkelsen, excellent troisième, et de Paddon qui a retrouvé sa compétitivité même s'il a laissé sa quatrième place à la Toyota de Lappi dans l'ultime chrono. Si l'on excepte les boucliers arrière et les palettes de Thierry le samedi matin, les Coréennes ont fait preuve d'une belle fiabilité dans le Grand Nord!

wrc,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,hyundai,i30,neige

Du côté de chez Toyota, on pouvait se montrer déçu à l'issue de ce week-end. Respectivement 2e et 3e à Monaco, Ott Tanäk et Jari-Mari Latvala devaient, eux aussi, subir la neige fraîche lors de la première journée à l'issue de laquelle ils pointaient logiquement aux 8e et 9e places à plus d'une minute de Thierry. De son côté, le jeune Esapekka Lappi était 7e à 38". C'est lui qui va signer une fin de rallye en fanfare en venant arracher la quatrième place finale dans l'ultime chrono qu'il remportait d'ailleurs, prenant aisni les 5 points offerts au vainqueur de la Power Stage. Latvala termine le rallye à la septième place tandis que Tanak, un rien trop pressé de doubler un Meeke en perdition le samedi, plongeait au neuvième rang.

wrc,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,hyundai,i30,neige

Finalement, c'est Ford qui signe la prestation la plus décevante ici. On sait déjà ce qu'il est advenu d'Ogier et d'Evans qui lui a cédé sa piètre dixième place finale mais le jeune finlandais Teemu Suninen, qui occupait pourtant une belle sixième place le vendredi soir, n'a pas pu conserver le même rythme durant toute l'épreuve et terminait finalement en huitième position. Heureusement, Malcolm Wilson pourra se consoler avec la suprenante victoire du japonais Takamoto Katsuta en WRC2 à bord d'une Fiesta R5. Pourtant pas connue pour être la plus compétitive face aux Skoda Fabia, la Ford a permis à cet Asiatique de garder les Nordiques à bonne distance puisque le suédois Pontus Tidemand, qui échoue à 4"5 de la victoire!, et le norvégien Ole Christian Veiby n'ont jamais pu lui voler la vedette.

wrc,rallye,championnat,monde,suède,deuxième,manche,neuville,thierry,vainqueur,victoire,belge,hyundai,i30,neige

11:26 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wrc, rallye, championnat, monde, suède, deuxième, manche, neuville, thierry, vainqueur, victoire, belge, hyundai, i30, neige | | |

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Il y a un peu plus d'un an, à l'aube d'une nouvelle ère pour le WRC, nous avions eu l'occasion d'interviewer Stéphane Prévot pour AutoHebdo Belgique afin de tenter d'appréhender avec lui la saison 2017. En relisant cet entretien, douze mois plus tard, il s'avère que l'un des plus capés des lecteurs de cartes s'était montré moins doué pour lire l'avenir... dans les cartes. La faute à des Toyota performantes dès leur arrivée en WRC et à une Citroën C3 ratée alors que tout le monde la voyait jouer très souvent la gagne. Mais dans cet entretien, le Hutois que tout le monde tutoie, avait eu le nez fin pour prédire le succès de Sébastien Ogier, arrivé très tard chez Ford, en espérant que 2017 serait néanmoins l'année de Thierry Neuville. Nous savons ce qu'il en est advenu depuis.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

En 2018, les astres semblent moins bien alignés pour notre compatriote. Fort d'un cinquième titre de champion du monde, Sébastien Ogier est désormais le boss chez M-Sport puisque son équipier et gros adversaire en 2017, l'estonien Ott Tänak, a préféré signer chez Toyota. Et comme Ford a annoncé son intention d'apporter du budget à Malcolm Wilson, on peut imaginer que la Fiesta WRC, déjà la plus régulière en 2017, va encore s'améliorer. Seul bémol, Ogier ne pourra pas trop compter sur ses équipiers pour rafler de gros points à la concurrence.

Chez Toyota, après une saison pour apprendre, il semble bien que le moment est venu de jouer la victoire dans toutes les manches et le titre en fin de saison. A condition que les trois équipiers nordiques ne se mettent pas la pression mutuellement.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Du côté de Citroën, il semble bien que rien n'ait vraiment changé. Les équipages, peu glorieux en 2017, ont été conservés, et la voiture n'a pas pu, réglementation oblige, être suffisamment transformée. On se réjouit de voir ce que Sébastien Loeb pourra en tirer lors des ses apparitions sporadiques mais on ne déborde pas d'optimisme. Autant dire que notre compatriote Yves Matton a choisi de quitter le navire juste à temps pour un poste à la FIA qui lui permettra de rester dans le milieu du rallye qu'il apprécie tant.

Enfin, pour Hyundai, 2018 devrait permettre de serrer les boulons sur une i30 WRC à la suspension trop peu solide et de jouer davantage le championnat du monde des constructeurs grâce à l'engagement de Mikkelsen. Un ami de Thierry Neuville qui pourrait bien lui faire de l'ombre à certaines occasions.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Bref, avant de débarquer au Monte-Carlo, de nombreuses questions restent en suspens. Mais là où la majorité s'accorde parfaitement, c'est sur le fait que la première spéciale de cette 86e édition, disputée le jeudi soir, sera déjà LE piège à éviter avec des portions entièrement verglacées.

Toute la Belgique du rallye est derrière son petit écran pour suivre en direct ce premier chrono et c'est rapidement la désillusion lorsqu'on aperçoit la Hyundai de Thierry plantée longuement dans un bas-côté. Dès la première spéciale de la première épreuve, notre compatriote offre quatre minutes sur un plateau à un Sébastien Ogier impeccable. On aura beau évoquer, une nouvelle fois, la malchance, tout le monde est passé au même endroit, dans des conditions semblables et seul Thierry s'est fait avoir. Peut-on encore parler de chance? Ne serait-ce pas plutôt une fébrilité qui l'empêche de lâcher suffisamment de temps lorsqu'il le faut?

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Face à un métronome comme Ogier, on se doit d'être impeccable si l'on veut le battre un jour. Parce que comme tous les champions de son gabarit, Sébastien a toujours la chance avec lui, comme lors de cette petite erreur le vendredi où les spectateurs le sortent très vite de sa mauvaise posture. Toujours est-il que le gapençais s'est offert un sixième succès en Principauté, sans jamais forcer son talent, et entame de la plus belle manière le chemin vers un sixième titre même si la route est encore longue. On en fait d'ores et déjà notre favori et désolé pour le manque d'originalité!

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Certes, ses défenseurs souligneront que Neuville a entamé une solide remontée en accumulant les scratches (5 MT) et en faisant preuve d'un car control indéniable mais n'est-ce pas une raison supplémentaire de regretter le temps perdu dès l'entame du rallye? A force d'offrir de pareils cadeaux au Français, Thierry sera toujours dans la position inconfortable du chasseur au lieu d'être le chassé qui peut pousser son adversaire à la faute.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

D'autant que cette année, le pilote Hyundai devra composer avec d'autres adversaires comme le trio de Yaris WRC qui a marqué l'épreuve de son empreinte derrière l'inaccessible Fiesta. En prenant d'emblée la seconde place, Ott Tänak a démontré un solide sens de l'adaptation à sa nouvelle monture. Et peut-être bien libéré son équipier Latvala de la pression de leader de l'équipe. Jean-Marie s'offre ainsi une belle troisième place finale. Plutôt consistant lui aussi, Lappi a craqué le dimanche en plongeant au classement mais on n'en démordra pas, ce trio de Nordiques Volants va mener la vie dure à tout le monde en 2018 d'autant que la fiabilité des Toyota Yaris WRC est assez hallucinante et la marque japonaise occupe d'ailleurs la première place ex-aequo avec Ford au classement des constructeurs.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Quatrième, Kris Meeke a fait ce qu'il a pu avec ce qu'il a entre les mains. Si l'on en croit le nombre d'erreurs en tous genres signées par les pilotes Citroën sur les routes souvent délicates de l'épreuve monégasque, la C3 WRC manque encore bel et bien de facilité d'utilisation et ce n'est pas le meilleur temps signé par le britannique dans l'ultime chrono qui viendra tempérer cette analyse. Il sauve de justesse son résultat face à Neuville qui échoue à dix secondes de sa quatrième place. Et que dire de la neuvième place de Craig Breen, lui non plus jamais à l'aise au volant de la française qui reste, à nos yeux la moins performante des quatre voitures jouant la gagne.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Des doutes, il doit également y en avoir chez Hyundai qui n'a droit qu'à une seule voiture à l'arrivée. Le premier à sombrer définitivement, ce fut Andreas Mikkelsen, trahi par une courroie d'alternateur à l'heure de s'élancer dans l'ES4 le vendredi et alors qu'il occupait la troisième place provisoire du rallye (quand on vous dit qu'il va ennuyer Thierry plus souvent qu'à son tour). De son côté, Dani Sordo sortait pour le compte dans l'ES9 alors qu'il pouvait lui aussi envisager le podium final. Quand on compare au résultat de Toyota qui alignait elle aussi trois voitures, on peut se dire que ce fut la bérézina pour la marque coréenne qui n'est pas encore capable de mettre à disposition de ses équipages trois voitures identiquement préparées...

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Terminons cette analyse par le beau résultat de Guillaume de Mévius (Peugeot 208 T16 DG Sport) qui a terminé à une incroyable treizième place au général, la quatrième en R5, et la deuxième des pilotes inscrits en WRC2 derrière l'expérimenté Jan Kopecky (Skoda Fabia R5), alors que le pilote du RACB National Team découvrait le Monte-Carlo dans des conditions très difficiles. Malheureusement, le Namurois allait être pénalisé quelques heures après l'arrivée à cause d'un poids de batterie non-conforme...

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Voilà pour cette première épreuve. On retrouvera la caravane du WRC au Rallye de Suède, du 15 au 18 février. Et on espère de tout coeur que Thierry fera mentir le titre racoleur de cet article en prenant sa revanche sur 2017 de la plus belle des manières: la victoire!

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Tour,de,Belgique,TdB,2015,lays,halleux,équipage,officiel,volvo,deuxième,édition,victoire,objectif,consommation,288 ch

En 2014, une Volvo avait été engagée à titre totalement privé par Willy Braillard. Accompagné de Christian Delferrier, celui-ci avait mené une bonne partie du rallye avant d’être contraint à l’abandon à cause d’un pneu déchiré. Cette année, Volvo revient avec deux voitures et la volonté de gagner!

Tour,de,Belgique,TdB,2015,lays,halleux,équipage,officiel,volvo,deuxième,édition,victoire,objectif,consommation,288 ch

La première voiture, une V60 D6 Hybride Plug In sera confiée à votre serviteur épaulé par Stéphane Halleux. Cette Volvo n’est ni plus ni moins que la première voiture hybride Diesel rechargeable. Le moteur retenu pour entrainer les roues avant est un 5 cylindres Diesel double turbo d’une puissance de 220 ch. Le moteur électrique complémentaire de 68 ch entraîne, lui, les roues arrières.

Tour,de,Belgique,TdB,2015,lays,halleux,équipage,officiel,volvo,deuxième,édition,victoire,objectif,consommation,288 ch

Le conducteur a le choix entre trois modes de conduite: Pure, Hybride ou Power. En mode Pure, le conducteur peut parcourir jusqu’à 50 kilomètres en mode 100% électrique. En mode power, les deux moteurs sont actionnés en même temps et délivrent ainsi 288 ch! Mais dans le cadre du Tour de Belgique ce sera surtout le mode hybride qui sera employé et qui risque de marquer les esprits par sa faible consommation!

Tour,de,Belgique,TdB,2015,lays,halleux,équipage,officiel,volvo,deuxième,édition,victoire,objectif,consommation,288 ch

La deuxième voiture est une première sur le Tour de Belgique New Energy. En effet, la Volvo V60 bi-fuel sera la première voiture au CNG à relever le défi de cet éco-marathon. Le moteur 4 cylindres de 245 ch peut fonctionner aussi bien à l’essence qu’au CNG. Avec ses deux réservoirs pleins, la voiture peut parcourir plus de 1.400 km. Rappelons que le CNG présente pas mal d’avantages parmi lesquels une usure mécanique inférieure car il produit moins de résidus et, surtout, une pollution extrêmement  réduite (95% d’émissions de particules fines en moins et, dans le cas de cette Volvo, une réduction des émissions de CO2 de 149g à 116g), tout cela avec des chiffres de consommation inférieurs par rapport à une version traditionnelle à essence. Notons enfin que cette voiture, déjà clairement orientée vers demain, peut aussi fonctionner au Biogaz (ses émissions de CO2 tombant alors à 38g)!

Tour,de,Belgique,TdB,2015,lays,halleux,équipage,officiel,volvo,deuxième,édition,victoire,objectif,consommation,288 ch

Avec ces deux voitures, Volvo entend prouver qu’il est non seulement un constructeur de véhicules particulièrement solides et sûrs mais aussi particulièrement respectueux de l’environnement.

20:48 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tour, de, belgique, tdb, 2015, lays, halleux, équipage, officiel, volvo, deuxième, édition, victoire, objectif, consommation, 288 ch | | |

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Le passage à la catégorie GT en 2000 n’a jamais porté chance à BMW même si elle est souvent passée très près de la victoire. Que ce soit avec ses M3 GTR avant de passer le relais à l’équipe de Marc Van der Straten qui tentait l’impossible exploit face à Audi et ses R8 fortement soutenues par l’usine depuis 2011. 2015 fut la bonne pour le BMW Sports Trophy Team Marc VDS et cela nous fait plaisir de voir les troupes carolos réussir leur pari juste avant le remplacement de la jolie Z4 GT3 par la lourdaude Série 6 dès 2016.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Et même si tout le monde pensait que la voiture de Maxime Martin avait à priori plus de chance de grimper sur la première marche du podium dimanche en fin d’après-midi (la #45 fut trahie par son moteur le dimanche matin alors qu’elle caracolait en tête), la victoire de Markus Palttala (FIN) et de ses équipiers Nick Catsburg (NL) et Lucas Luhr (D) venge parfaitement la défaite vécue douze mois plus tôt pour sept minuscules secondes face à WRT. Le Hollandais s’est fait remarquer lorsqu’il a fallu pousser la BMW dans ses derniers retranchements le dimanche pour assurer la victoire face à l’Audi WRT #2 avant de signer le meilleur tour en course en 2’18’’751!

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Félicitons également Bas Leinders qui avait choisi de privilégier son rôle de Team Manager pour consolider l’équipe avant les 24 heures de Francorchamps 2014 se faisant alors remplacer par un certain Lucas Luhr… Mais à voir le bonheur du Limbourgeois sur le podium final, gageons qu’il appréciera cette victoire comme tous les membres de l’équipe. A 40 ans, Bas est en train de réussir une seconde carrière.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

C’était pas l’année de WRT   

Du côté du Belgian Audi Club Team WRT, on a de quoi nourrir quelques regrets malgré la deuxième place finale du trio de la #2 qui a échoué à un tour après 536 boucles.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Visiblement la nouvelle Audi R8 LMS est bien née puisque les quatre exemplaires alignés par WRT et Phoenix ont rallié l’arrivée. Il faut préciser aussi que sur la voiture de Stippler, Müller et Ortelli, on a bouclé la course sans changer les freins au contraire de la concurrence. Les Audi avaient misé sur la fiabilité mais elles ont été contrariées, comme tous les favoris, par les conditions climatiques exécrables du début de course.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Et puis petite déception du côté de la #1 de Vanthoor/Rast/Winkelhock, d’abord ralentie par une erreur de notre compatriote, qui a perdu son sang-froid après avoir été bloqué durant de longs tours derrière la Mercedes SLS pilotée par le Hollandais Yelmer Buurman. En fin de course, un changement de boîte de vitesses effectué en 45 minutes par les hommes de WRT, viendra encore repousser l’Audi au classement général alors qu’elle était revenue dans le Top6. Du coup, Laurens laisse échapper de gros points dans l’optique du championnat.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Chez Phoenix Racing, la dernière marche du podium est inespérée pour Mamerow/Mies/Thiim même si les deux R8 LMS n’ont guère quitté le haut de tableau sans pouvoir toutefois jouer la gagne. L’autre exemplaire aligné par l’équipe allemande pour le trio magique Fässler/Lotterer/Rockenfeller, termine au cinquième rang.

Ferrari, reines du Pro/Am

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Le retrait de la Mercedes du Rowe Racing #99 (courroie d’alternateur) en dernière heure sur problème mécanique n’a pas fait des heureux que chez Audi. Il a aussi permis à la Ferrari F458 Italia de notre compatriote Stéphane Lémeret de terminer au pied du podium en remportant, par la même occasion, la victoire dans la catégorie réservée aux professionnels et aux amateurs. Le journaliste/pilote est également le premier Belge au classement général. Il faut dire que l’équipe italienne AF Corse est devenue une spécialiste de la catégorie Pro/Am à Spa puisqu’elle signe un doublé après sa victoire en 2014. Avec ses équipiers Gimmi Bruni, Alessandro Pier Guidi et Pasin Lathouras, Stéphane a réussi à nos yeux ses plus belles 24 heures. Il suffisait de le voir, éprouvé mais pas peu fier à l’issue de son dernier relais le dimanche après-midi.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

«Ils avaient choisi de tout miser sur la pole position et du coup, la 458 était très pointue à piloter. Il fallait constamment maîtriser le survirage. Je n’ai jamais piloté une voiture aussi délicate aux 24 heures de Francorchamps et je suis plutôt fier d’avoir réussi ma mission. Ils m’ont demandé de rouler toutes les heures depuis ce dimanche matin. Mais que c’est bon de grimper sur cette première marche du podium et même si ce n’est pas celle du général, j’avoue que je suis assez heureux du résultat. J’avais parié sur la victoire de catégorie et un Top5 en espérant secrètement un podium au général. Ça n’est pas passé loin!»

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

L’équipe italienne chère à Amato Ferrari a signé le doublé de la catégorie avec l’équipage Cameron/Guedes/Griffin/Rigon qui signe par la même occasion une belle sixième place finale devant les deux BMW Z4 GT3 de l’équipe Barwell ayant misé elle aussi sur des équipages Pro/Am. La Bentley Continental GT3 #84 du Team HTP de Primat/Abril/Parisy sauf l’honneur de la marque britannique décidément jamais brillante dans les Ardennes belges. Du côté de l’équipe M Sport, c’était la bérézina avec un Andy Meyrick sorti violemment de la piste durant la nuit tandis que la #8 de l’excellent Maxime Soulet devait renoncer sur des problèmes électriques.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Le Top 10 est clôturé par l’Aston Martin Vantage GT3 de Onslow Cole/Leonard/Meadows/Mücke engagée en PAM. Enfin, notons encore la victoire, du côté des équipages 100% amateurs de l’Audi R8 LMS Ultra de Loggie/Westwood/Macleod/Simonsen signant également la 14è place finale.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Copies à revoir

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Du côté des déceptions, il y a d’abord les Mercedes SLS AMG GT3 qui, à l’exception de la #99 de Stef Dusseldorp, Nico Bastian et Daniel Juncadella, n’ont jamais pu jouer les premiers rôles d’une épreuve remportée par l’une d’elles en 2012. L’une des Black Falcon a certes été éliminée lors d’un contact avec une Ferrari samedi durant la nuit mais cela n’empêche que la nouvelle Mercedes-AMG GT3 sera la bienvenue en 2016 pour venir à nouveau jouer la gagne.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Même son de cloche chez Nissan qui n’en finit pas de décevoir. Alors qu’elle pouvait s’appuyer sur trois exemplaires de sa GT-R Nismo GT3, la marque japonaise n’a jamais brillé. L’équipage-phare, victorieux cette année des 1000 km de Bathurst, Katsumasa Chiyo, Wolfgang Reip et Alex Buncombe n’a jamais pu se mettre en évidence. Pire même puisque Buncombe abîmait l’auto lors d’un dépassement trop optimiste sur un attardé. La #23 termine ainsi à une anecdotique 15ème place. Le trio de la Nissan GT-R GT3 NISMO reste en lice pour le titre Blancpain Endurance Series mais il ne faudra pas se louper au Nürburgring. L’autre Nissan engagée en Pro-Cup par l’équipe MRS a abdiqué sur sortie de piste.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Pour Mc Laren et Lamborghini, nous serons nettement moins catégoriques. D’abord parce que la première a animé le début de course grâce à un Kevin Estre souhaitant à tout prix faire oublier sa bourde monumentale des essais libres où il était sorti de la route. Et puis cette nouvelle Mc Laren 650S GT3 débutait dans le double tour d’horloge noir-jaune-rouge. Avec ses deux équipages de pointe (van Gisbergen/Bell/Estre & Senna/Quaife Hobbs/Parente) le Von Ryan Racing avait une belle carte à jouer. Malheureusement, les chronos spectaculaires de Estre et Parente sous la pluie du début de course n’ont pas eu de suite lorsque les conditions se sont améliorées et la #59 ne termine qu’à la 18è place tandis que la #58 est 29è.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Chez Lamborghini, après des essais catastrophiques, les évènements ont pris une meilleure tournure durant les premières heures de courses. Les deux Huracan du Grasser Racing Team sont rapidement revenues dans le Top10 mais l’une était contrainte à l’abandon sur sortie de piste vers 23h30 tandis que l’autre abandonnait sur ennuis mécaniques après 18 heures de course.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Coup de gueule

Sincèrement, nous n’avons jamais été aussi vite rentrés chez nous le samedi soir. Bien sûr, SRO ne peut pas prévoir la météo surtout dans le pot de chambre de la Belgique et encore moins les sorties de route des peintres qui se prennent pour des pilotes et qui entraînent de longues séances de safety cars en attendant la réparation des rails. Mais n’est-il pas possible de mettre en place un système de zone orange sur une certaine partie du circuit sans ralentir nécessairement tout le peloton, des heures durant? Quand vous êtes à l’autre bout du circuit, sous la tempête, et que vous assistez à un défilé de bolides à 80 km/h, je vous assure que vous ne la trouvez pas nécessairement bonne.

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Et que dire de ces entrées en piste de la voiture de sécurité sans aucune coordination? Franchement, là aussi, il y a moyen de trouver des solutions pour ne pas que certains candidats à la victoire tirent profit de la situation pendant que d’autres doivent manger leur volant derrière la deuxième SC ou encore patienter un temps fou à la sortie de la voie des stands. Les conditions météo et les choix de pneus cornéliens induits ont déjà suffisamment durci le travail des team-managers pour que ceux-ci voient tous leurs efforts anéantis par des décisions prises par des commissaires beaucoup trop teintés d’amateurisme…

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

Enfin, comment se fait-il que les parkings soient déjà complets à plusieurs heures du départ alors que les tribunes sont loin d’être combles? On soupçonne le circuit de vendre plus de places qu’il n’y en a… mais au détriment des vrais professionnels qui viennent sur le circuit pour y travailler, ce n’est vraiment pas sérieux. Et puis que dire de cette impossibilité d’obtenir le moindre pass pour un accompagnant comme il est possible sur n’importe quelle épreuve sportive majeure? On vit vraiment une drôle d’époque!

endurance,24,heures,francorchamps,circuit,belge,VDS,BMW,Z4,GT3,victoire,audi,WRT,R8,LMS,Palttala,Catsburg,Luhr,photos,2015,BES,blancpain,series

12:56 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : endurance, 24, heures, francorchamps, circuit, belge, vds, bmw, z4, gt3, victoire, audi, wrt, r8, lms, palttala, catsburg, luhr, photos, 2015, bes, blancpain, series | | |

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

En remportant dimanche sa dix-septième victoire mancelle, 17 ans après la dernière, Porsche a mis fin au règne des cousins d’Audi. Depuis 2000, la marque aux anneaux avait fait de la piste mancelle son domaine, son territoire, son royaume. Laissant une seule fois Peugeot l’emporter en 2009 et en considérant que la victoire d’une Bentley en 2003 n’était qu’une stratégie du groupe pour éviter le trop vite lasser les passionnés. Premiers à imposer un diesel puis une motorisation hybride, Audi a relevé tous les défis qui se sont présentés à elle jusqu’à ce week-end de juin 2015 où Porsche s’est révélée intraitable.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Auteur des trois meilleurs chronos durant les préliminaires organisés début juin, les bolides allemands récidivaient lors des séances qualificatives de la semaine dernière. Pourtant, la sérénité affichée par les cousins d’Audi nous laissait croire à un certain bluff de la part du Docteur Ullrich et de ses troupes. Et le début de course nous a donné raison. Très vite, les Audi sont venues mettre la pression sur les 919 Hybride et les pilotes Porsche ont dû batailler ferme pour garder la tête de la course.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Mais cela, c’était avant que Loïc Duval ne pulvérise sa R18 e-Tron quattro #8 dans les rails en essayant d’éviter un paquet de GT découvert au dernier moment alors qu’il se croyait sous régime de drapeau vert. La fébrilité gagne lentement les rangs des troupes du Joest Racing. Pour notre part, c’est entre une et deux heures du matin que nous avons compris. A ce moment-là, le jeune Nick Tandy est à bord de la Porsche 919 hybride n°17 et aligne des chronos d’enfer en collant trois secondes aux Audi. Mais le pire c’est que lorsqu’il effectue le onzième ravitaillement de son bolide, Audi en est déjà à son douzième. Au final, les Porsche économiseront deux pit-stops par rapport aux Audi.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Des bolides diesel qui connaîtront une accumulation de soucis inhabituelle comme un système hybride défaillant sur la #9 de Rast/Bonanomi/Albuquerque dimanche, en fin de matinée alors qu’elle avait un bon coup à jouer. Et pas assez de fiabilité non plus pour l’équipage Tréluyer/Lotterer/Fässler, victorieux en 2014, qui devait subir une crevaison lente alors qu’elle tentait un quatrième relais avec ses pneus dans la foulée du départ et qui voyait une partie de son capot s’envoler. Des petites anicroches lourdes de conséquences lorsqu’on se bat face à Porsche.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Et une belle occasion manquée car les Audi étaient pourtant les plus rapides en course comme le démontre le meilleur temps signé par André en 3’17’’475, battant de presque deux secondes le temps établi par… Loïc Duval sur une Peugeot en 2010. Et puis avec cet échec, Audi ne remporte pas un sixième succès d’affilée qui lui aurait permis de rejoindre Ferrari (vainqueur de 1960 à 1965) et de se rapprocher du record absolu de Porsche (7 succès entre 1981 et 1987).

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

On l’a dit plus haut, Porsche n’a pas connu un début de course optimal en voyant les cousines du groupe Volkswagen revenir comme des obus. Mais la Porsche #18 (Dumas/Lieb/Jani), partie depuis la pole position, a dû en plus composer avec des soucis de frein occasionnant deux sorties de route (dont une samedi, en fin d’après-midi, ou Marc Lieb a bien failli tout perdre) mais aussi une crevaison qui la relèguera en cinquième position. Pour la #17, c’est une pénalité d’une minute pour dépassement sous drapeau jaune qui a anéanti les espoirs de victoire pour Bernhard/Webber/Hartley qui grimperont néanmoins sur la deuxième marche du podium.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Et même si là aussi les pneus et les pilotes ont été priés de résister à quatre relais, cela n’a pas suffi pour revenir sur la meilleure Porsche du week-end, celle que se partageaient les débutants Earl Bamber (Nouvelle-Zélande - 24 ans) et Nico Hülkenberg (Allemagne - 27 ans), parfaitement secondés par Nick Tandy (Angleterre - 30 ans). Nous n’aurions pas misé un euro sur cet équipage au départ et puis voilà qu’ils remportent cette 83è édition des 24 heures du Mans en échouant de peu pour la plus grande distance parcourue. En remportant cette épreuve mythique, l’Allemand rejoint quelques rares pilotes ayant gagné au Mans tout en roulant en F1 la même saison. On pense à Jacky Ickx, bien sûr, mais aussi à Johnny Herbert et Bertrand Gachot, vainqueurs sur Mazda en 1991…

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Une victoire qui reste à ce jour la seule d’une marque japonaise au Mans. Nous l’avons dit l’an passé mais cela se confirme bel et bien, en 2014, Toyota est passé à côté de la montre en or. Face aux deux puissances de feu allemande, les Japonais n’ont pu faire que de la figuration avec deux voitures totalement dépassées en performance pure. Miser sur la fiabilité face à des marques réputées pour la leur est totalement absurde. Et prétexter des moyens largement inférieurs pour justifier ce manque de panache est absolument inexcusable. En terminant à 8 et 9 tours des vainqueurs, les TS040 ont montré leur limite. Il va falloir travailler dur sur la nouvelle LMP1 attendue en 2016 s’ils veulent revenir dans la course. Parce qu’il se murmure en coulisse qu’une troisième marque allemande (au logo aéronautique) loucherait de plus en plus vers le WEC…

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Nous tairons la mascarade Nissan par pitié face à des Japonais qui se sont largement fait rouler dans la farine par des Anglais qui n’en sont pas à leur coup d’essai. La débauche de moyens étalée par la marque est à l’inverse des performances affichées en course. Trois voitures acceptées au départ alors qu’elles n’avaient guère signé le minimum chronométrique requis, des morceaux de voiture disséminés aux quatre coins du circuit durant toute la course, Darren Cox et Ben Bowlby peuvent être fiers du tour joué à Nissan. En voulant tout réinventer, ils ont couvert les GTR LMP1 de ridicule. On mise sur des voiles ou de la vapeur pour le modèle 2016. Et vous?

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Un petit mot sur celles qui restent mes préférées, j’ai nommé les Rebellion R-One AER. Malheureusement à cours de développement avec cette motorisation V6 AER Twin-turbo, les deux belles faisaient leurs premiers tours de roue en 2015 et n’ont guère approché les 4è places qu’elles avaient honorées en 2012 et 2014. Mais à l’oreille, ce sont les seules LMP1 qui font encore un bruit de voiture de course! Car je reste dubitatif devant le bruit de tondeuse électrique des Audi, les pires à ce jeu-là face à des Toyota au V8 ronronnant.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

La catégorie LMP2 a été dominée de la tête et des épaules par l’Oreca-Nissan #47 du team chinois KCMG. Pourtant les choses avaient mal débuté aux essais libres lorsque l’auto s’immobilisait très vite dans la première chicane des Hunaudières. Mais en qualification, le jeune anglais Richard Bradley (23 ans) claque un chrono de 3’38’’032 qui place la belle bleue en tête de sa catégorie. Epaulé par Matthew Howson (31 ans) et Nicolas Lapierre, viré de chez Toyota cette année après plusieurs bourdes, il allait mener la course de bout en bout. Creusant rapidement l’écarte en début d’épreuve, ils étaient ralentis par une pénalité  infligée suite à une infraction durant un arrêt au stand et par une intervention pour réparer l’éclairage réglementaire du numéro. Après deux tout-droit sur des graviers, l’Oreca 05 a dû batailler ferme face aux prototypes Ligier et Gibson. La lutte s’est poursuivie jusqu’au drapeau à damiers, les quelques gouttes de pluie ajoutant du piment à une fin de course qui n’en manquait pas. KCMG et ses pilotes n’ont pas tremblé, gérant parfaitement la stratégie pneumatiques/pilotes/essence pour s’imposer avec un peu moins de 50 secondes au terme d’un double tour d’horloge époustouflant.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Seconds à 48’’182, les anglais Simon Dolan, Mitch Evans et Oliver Turvey ont été à deux doigts d’imposer à nouveau l’équipe Jota Sport en LMP2 et ce malgré quelques minutes perdues aux stands en début de course. Devenue Gibson pendant l’hiver, la Zytec à moteur Nissan 4.5 V8 demeure l’arme absolue en endurance face à la déferlante française. Et ce n’est pas l’équipe Signature qui nous contredira, une nouvelle fois ridicule avec son Alpine A450b (une Oreca déguisée) au nom usurpé. Paul-Loup Chatin est parti à la faute durant la huitième heure à Mulsanne, pour le compte!

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Du côté des Belges, Laurens Vanthoor, notre seul compatriote inscrit cette année, a brillé en LMP2 sur la Ligier JS P2-HPD #34 du Oak Racing. Parti en septième position sur la grille, le jeune Limbourgeois remontait à la troisième place de la catégorie avant de céder le volant à Kevin Estre pour un double relais. Le Français a réussi à éviter de justesse l’accrochage dans l’accident qui impliqua l’Audi de Duval dans une slow-zone. L’équipage était installé en quatrième position LM P2 quand, juste à la fin de la sixième heure, Christopher Cumming partait dans les graviers à Indianapolis. Heureusement, la voiture n’était pas endommagée et ils n’ont perdu qu’une dizaine de minutes entre l’incident et le retour en piste qu’a effectué alors Laurens Vanthoor. La voiture, au fil des relais, a traversé la nuit sans encombre et le talent du petit Belge a permis à la #34 de remonter à la sixième place. Laurens profitait de ses relais nocturnes pour établir le meilleur temps de la voiture en 3’38’’251. Au lever du soleil, le dimanche matin, le trio a continué à bien se comporter et se trouvait en cinquième position du LMP2 lorsque, à seulement 1h30 de la ligne d’arrivée, la boîte de vitesse a lâché.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Enfin en GTE PRO, Corvette a vécu un week-end chargé en émotions. Après la destruction d’une voiture lors des essais, par le danois Jan Magnussen, qui ferait beaucoup mieux d’en rester-là après une carrière en dents de scie, l’autre équipage a lutté durant toute la course dans un peloton de fous furieux comprenant les Aston Martin #95, #97 et #99 mais aussi la Ferrari #51 qui partagea longtemps la tête de la course avec le bolide américain après les incidents ayant frappés les très véloces Anglaises.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Las, à quelques heures de l’arrivée, la 458 Italia de Bruni-Fisichella-Vilander devait subir un remplacement de boîte de vitesses la reléguant au 25è rang, sur la dernière marche du podium des GTE PRO. Oliver Gavin, Tommy Milner et Jordan Taylor imposaient ainsi leur C7.R et Corvette renouait avec la victoire au Mans, quatre ans après son dernier succès. La seconde Ferrari 458 Italia d’AF Corse, pilotée par Beretta, Calado et Rigon prenait la deuxième place mais à 5 tours (!) de la Corvette.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Du côté des équipages amateurs du GTE, c’est une Ferrari qui s’impose puisque la 458 Italia n°72 du SMP Racing (exploitée par le team AF Corse) termine seconde GT absolue au général grâce à une course exemplaire des russes Basov (38 ans) et Shaytar (32 ans) épaulés par le rapide italien Andrea Bertoli. Ils devancent la 911 de Dempsey et une autre Ferrari.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Enfin nos coups de gueules iront aux pilotes n’ayant définitivement pas le niveau pour participer à une épreuve où la moindre approximation peut coûter cher. Les Porsche 911 RSR du Team AAI remportent la palme de la plus mauvaise conduite. Nous avons choisi ce terme à dessein tant les pilotes vus à son volant (notamment le dimanche matin) sont à des années-lumière du niveau exigé. Sincèrement, nous serions capables de signer les mêmes chronos que messieurs Chen, Vannelet ou encore Kapadia, tous débutants dans la Sarthe. Du côté des 3x20, Tracy Krohn est définitivement perdu. Ses défenseurs rétorqueront que la Ligier JS P2-Judd alignée par son équipe a connu des ennuis avec des systèmes d’aide à la conduite mais alors, rien n’empêchait le texan d’en rester là ou de laisser le volant à ses équipiers. Et en parlant de papys, ceux revus au volant de la Ligier de Jacques Nicolet (Maris et Merlin pour ne pas les nommer) doivent absolument profiter de leur pension bien méritée et laisser leur volant à de fines gâchettes, bien plus à même qu’eux d’exploiter pareil engin. Parce que dans le cas de cette course unique en son genre, le ridicule peut véritablement tuer…

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

15:43 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le mans, 24 heures, 24h, lm24, porsche, 919, hybrid, victoire, gagne, audi, r18, e-tron, quattro, toyota, ferrari, corvette, oreca, lmp1, lmp2, aston martin, gte, pro, am, bilan, conclusions, analyse | | |

Rallye,Régularité,ING,ARdenne,Roads,spa,porsche,victoire,podium,Yves,Noelanders,PV544,Volvo,Delahaye,Van Praag,Closjans

Nous vous l'avions annoncé vendredi, nous allions découvrir les rallyes de régularité en compagnie d'Yves Noelanders sur sa Volvo PV544 de 1961. Et nous avons été gâtés puisque nous avons joué la victoire durant tout le week-end. Seconds samedi soir, derrière la Porsche 914/6 de Ruben Maes, nous abordions la deuxième journée du dimanche particulièrement motivés. Bien concentrés, les choses se passaient au mieux pour nous puisque l'équipage de la Porsche pointait en avance à un départ de RT, prenant 200 points de pénalités. Las, dans l'ultime petit RT disputé à Balmoral, nous perdions deux petits points suffisants pour nous faire plonger au troisième rang derrière la Porsche de Closjans et la Delahaye de Van Praag. Nous nous consolions avec la victoire en Classic mais ce qui est sûr, c'est que nous y avons pris goût.

Rallye,Régularité,ING,ARdenne,Roads,spa,porsche,victoire,podium,Yves,Noelanders,PV544,Volvo,Delahaye,Van Praag,Closjans

Porsche à l’honneur

En remportant cette victoire disputée jusqu’aux derniers mètres, Michel Closjans, associé à Robert Vandevorst, a signé de bien belle manière un troisième succès ici pour le plus grand bonheur d’un partenaire puisqu’il roule en Porsche 356 PRE A.

Rallye,Régularité,ING,ARdenne,Roads,spa,porsche,victoire,podium,Yves,Noelanders,PV544,Volvo,Delahaye,Van Praag,Closjans

«Suite à la création d’un coefficient de pénalité supplémentaire pour les anciens vainqueurs, j’avais un peu délaissé l’épreuve. Mais finalement, en y réfléchissant, quand on dispute le RT à la moyenne impartie et qu’on ne prend aucune pénalité, le coefficient ne change rien puisqu’on est alors à zéro. Et nous voilà avec cette nouvelle victoire dans une épreuve toujours garante de petites routes amusantes et de paysages bucoliques. C’est la troisième fois que je participe à l’ING Ardenne Roads avec cette Porsche de 1954 dont les qualités sont sa boîte et son pont courts sans oublier sa vivacité qui en font la reine des routes sinueuses.»

Rallye,Régularité,ING,ARdenne,Roads,spa,porsche,victoire,podium,Yves,Noelanders,PV544,Volvo,Delahaye,Van Praag,Closjans

Une Delahaye l’emporte en avant-guerre!

Vainqueur l’année dernière, le duo Dirk et Nick Van Praag n’a guère été perturbé par un changement de monture, passant d’une Bentley à une superbe Delahaye 135 M de 1936. Que du contraire, comme nous l’explique Dirk, le papa: «Pour notre dixième participation, nous avons à nouveau joué la victoire. Ce que nous apprécions, avec l’ING Ardenne Roads qui figure toujours en première place dans notre agenda de la saison, c’est qu’il se déroule le week-end et de la sorte, mon fils, qui travaille à Londres, peut plus facilement se libérer. Nous y affrontons des équipages très expérimentés et de cette manière, nous progressons encore. Nous croisons très peu de circulation et les routes sont magnifiques. Enfin, je possède un petit avantage avec la Delahaye sur les autres avant-guerre, c’est qu’elle dispose d’une boîte de vitesses Cotal qui me permet de changer de vitesse d’un doigt parce que le levier est juste à côté du volant. Quand vous devez prendre une épingle sans direction assistée et avec une première non synchronisée, les choses se compliquent. Maintenant, notre monture a besoin d’une bonne révision pour revenir en pleine forme en 2016!» (Photos: J. Mahiels)

Rallye,Régularité,ING,ARdenne,Roads,spa,porsche,victoire,podium,Yves,Noelanders,PV544,Volvo,Delahaye,Van Praag,Closjans

22:20 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Histoire, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rallye, régularité, ing, ardenne, roads, spa, porsche, victoire, podium, yves, noelanders, pv544, volvo, delahaye, van praag, closjans | | |

Rallye,Europe,Championnat,2015,ERC,circuit,Irlande,Breen,Peugeot,208,T16,R5,victoire,championnat,tête,Fiesta,Kajetanowicz

C'est à un superbe duel à la seconde que nous avons assisté lors de cette troisième manche du championnat d'Europe des rallyes 2015. En fait, ce sont deux Irlandais qui nous ont tenu en haleine sur les petites routes joliment ondoyantes  d'Irlande puisque Craig Breen s'est battu à coups de secondes avec Robert Barrable. Au volant de sa Peugeot 208 T16, Craig a réalisé un rêve d’enfant en remportant le Circuit of Ireland Rally: «Cette épreuve compte beaucoup pour moi et j’avais envie de la remporter depuis plus de 20 ans. C’est chose faite aujourd’hui», expliquait l’Irlandais après l’arrivée.

Rallye,Europe,Championnat,2015,ERC,circuit,Irlande,Breen,Peugeot,208,T16,R5,victoire,championnat,tête,Fiesta,Kajetanowicz

Pour réaliser son rêve, Craig Breen a dû batailler avec son compatriote Robert Barrable (Ford Fiesta R5) jusqu’à la sortie de route de ce dernier à deux spéciales du but. Depuis le départ, jamais l’écart entre les deux pilotes irlandais n’avait excédé 12 secondes et à l’issue de la première étape, Breen comptait 1"5 d’avance. L’écart était de 1"1 au départ de l’ES16, la plus longue spéciale du rallye (26,02 km), où la Ford Fiesta blanche a terminé sa course contre un talus. Avec près de 20 secondes d’avance sur Kajetanowicz, Breen n’avait alors plus qu’à contrôler pour rentrer en vainqueur à Belfast.

Rallye,Europe,Championnat,2015,ERC,circuit,Irlande,Breen,Peugeot,208,T16,R5,victoire,championnat,tête,Fiesta,Kajetanowicz

Mais le pilote de la Peugeot Rally Academy a effectué un tête-à-queue dans l’ES17 et le Polonais est revenu à 5 secondes au départ de l’ultime spéciale! L’Irlandais s’est finalement imposé avec 6.4 secondes d’avance, succédant ainsi à Paddy Hopkirk, Jimmy McRae, Colin McRae et à son idole Franck Meagher, au palmarès de ce rallye, une des plus anciennes épreuves routières européennes.

Rallye,Europe,Championnat,2015,ERC,circuit,Irlande,Breen,Peugeot,208,T16,R5,victoire,championnat,tête,Fiesta,Kajetanowicz

Craig Breen prend la tête du championnat ERC avec 3 points d’avance sur Kajetanowicz, deuxième à Belfast alors qu’il découvrait ce rallye si particulier avec ses spéciales asphalte étroites et très rapides, rendues piégeuses par des conditions météo instables. Le Polonais devance deux autres pilotes Irlandais, les frères Moffett, Josh (3e, Ford Fiesta RRC) et Sam (4e, Ford Fiesta RRC). Pour ses débuts européens au sein de la Peugeot Rally Academy, Charles Martin (Peugeot/Michelin) complète le top 5.

Rallye,Europe,Championnat,2015,ERC,circuit,Irlande,Breen,Peugeot,208,T16,R5,victoire,championnat,tête,Fiesta,Kajetanowicz

En Junior, le Suédois Emil Bergkvist (Opel/Michelin) a remporté sa seconde victoire consécutive en ERC. Il s’est imposé avec 15.2 secondes d’avance sur l’Allemand Majiran Gribel, lui aussi sur une Opel Adam R2. Chris Ingram complète le podium au volant de sa Peugeot 208 R2. Le Britannique Jon Armstrong avait bouclé la première étape en tête avant de recevoir une pénalité de 5 minutes. Il fut néanmoins récompensé du Colin McRae Flat Out Trophy remis par Hollie, la fille du regretté pilote écossais. Pas de chance pour notre compatriote Gino Büx qui n'a pas vraiment brillé pour sa deuxième participation à l'épreuve. Auteur d'une touchette le premier jour (biellette de direction cassée) l'obligeant à repartir en Rally2 le samedi. Las, une mauvaise réception sur un jump envoyait sa Peugeot 208 R2 dans un muret...

Rallye,Europe,Championnat,2015,ERC,circuit,Irlande,Breen,Peugeot,208,T16,R5,victoire,championnat,tête,Fiesta,Kajetanowicz

19:53 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rallye, europe, championnat, 2015, erc, circuit, irlande, breen, peugeot, 208, t16, r5, victoire, tête, fiesta, kajetanowicz | | |

rallye,hesbaye,belgique,manche,première,championnat,2015,landen,victoire,Princen,Kris,Peugeit,208,R5,T16,Verschueren,Vincent,Citroën,DS3,R5,Allart,Benoît,Skoda,Fabia,WRC

Notre petit pays est ainsi fait qu'il en est toujours qui tentent de minimiser le mérite de nos champions. Ainsi, l'an passé, alors qu'il remportait cinq rallyes, sous prétexte qu'il avait une WRC face à la S2000 de Loix, certains doutaient encore de son talent, arrivé à maturité. Et puis nous trouvions tellement injuste qu'il n'ait pas eu droit au titre alors qu'il était le plus fort… Heureusement, cette année, il allait passer à la Peugeot 208 T16 R5 pour affronter une concurrence à armes égales. Et ce premier rallye ne nous a pas déçu!

rallye,hesbaye,belgique,manche,première,championnat,2015,landen,victoire,Princen,Kris,Peugeit,208,R5,T16,Verschueren,Vincent,Citroën,DS3,R5,Allart,Benoît,Skoda,Fabia,WRC

Kris Princen et Peter Kaspers y ont en effet idéalement entamé leur nouvelle collaboration avec Peugeot Belux et le team DG Sport. Non seulement ils se sont adjugés la première spéciale disputée dans ce nouveau contexte mais ils ont aussi remporté la victoire au Rallye de Hesbaye, réalisant d'emblée une bonne affaire dans le cadre du Championnat de Belgique des Rallyes.

rallye,hesbaye,belgique,manche,première,championnat,2015,landen,victoire,Princen,Kris,Peugeit,208,R5,T16,Verschueren,Vincent,Citroën,DS3,R5,Allart,Benoît,Skoda,Fabia,WRC

Pourtant, comme au même endroit, douze mois plus tôt, Freddy Loix semblait à nouveau bien parti pour s'offrir une victoire inattendue suite à une crevaison pénalisant Princen de 38" dans l'ES2. Mais le bris du moteur de la Skoda Fabia S2000 préparée dans les ateliers de Bernard Munster (BMA) signifiait son abandon après la 1ère boucle. En signant le meilleur temps dans 9 des 13 spéciales au programme, Kris Princen dominait largement la concurrence.

rallye,hesbaye,belgique,manche,première,championnat,2015,landen,victoire,Princen,Kris,Peugeit,208,R5,T16,Verschueren,Vincent,Citroën,DS3,R5,Allart,Benoît,Skoda,Fabia,WRC

Derrière, la lutte a été passionnante et fertile en rebondissements. Patrick Snijers a d'abord dû renoncer à sa 5ème place suite à un bris de différentiel. Le 3ème passage dans les spéciales de Zepperen et Gelmen a ensuite occasionné pas mal de dégâts. Cédric Cherain est sorti en 5ème à Zepperen, concédant 20" sur la liaison suivante pour s'assurer de l'inutilité d'une alerte de température.Cette erreur allait s'avérer lourde de conséquences puisque, malgré un 2ème scratch dans la dernière spéciale, le pilote officiel Citroën termine à 3"1 du podium.

rallye,hesbaye,belgique,manche,première,championnat,2015,landen,victoire,Princen,Kris,Peugeit,208,R5,T16,Verschueren,Vincent,Citroën,DS3,R5,Allart,Benoît,Skoda,Fabia,WRC

De son côté, Pieter Tsjoen a crevé au début de Zepperen et concédé beaucoup de temps, devant finalement se contenter de la 5ème place. Vincent Verschueren a rasé quelques arbustes dans Zepperen puis effectué un triple tête-à-queue en 5ème dans Gelmen. N'ayant pas perdu trop de temps dans l'aventure, il s'en est finalement le mieux sorti derrière Princen, décrochant une belle 2ème place.

rallye,hesbaye,belgique,manche,première,championnat,2015,landen,victoire,Princen,Kris,Peugeit,208,R5,T16,Verschueren,Vincent,Citroën,DS3,R5,Allart,Benoît,Skoda,Fabia,WRC

Un pilote autre que Princen a évité toute erreur pénalisante, c'est Benoît Allart. Sa régularité au volant de la Skoda Fabia WRC a été récompensée par une 3ème place encourageante pour ses débuts dans le championnat 2015. Idem pour Marc Streel, finalement beau 8ème derrière Michiel Becx, retardé deux fois par une crevaison lente à Zepperen, et Bertrand Grooten, également victime d'une crevaison au dernier passage dans Gelmen.

rallye,hesbaye,belgique,manche,première,championnat,2015,landen,victoire,Princen,Kris,Peugeit,208,R5,T16,Verschueren,Vincent,Citroën,DS3,R5,Allart,Benoît,Skoda,Fabia,WRC

Net vainqueur de la M Cup, Tobi Vandenberghe a pris une très belle 9ème place sur sa BMW 130i, devant Laurent Benoît, qui a été le meilleur de l'ancien Gr.N sur sa Lancer Evo X. S'étant vite adapté à la DS 3 R3 Max, Guillaume Dilley, lauréat en RC3, n'a raté le Top 10 que pour 15". Kevin Demaerschalk a en revanche été considérablement retardé par deux crevaisons, dont une imposant un changement de roue.

rallye,hesbaye,belgique,manche,première,championnat,2015,landen,victoire,Princen,Kris,Peugeit,208,R5,T16,Verschueren,Vincent,Citroën,DS3,R5,Allart,Benoît,Skoda,Fabia,WRC

rallye,hesbaye,belgique,manche,première,championnat,2015,landen,victoire,Princen,Kris,Peugeit,208,R5,T16,Verschueren,Vincent,Citroën,DS3,R5,Allart,Benoît,Skoda,Fabia,WRC

rallye,hesbaye,belgique,manche,première,championnat,2015,landen,victoire,Princen,Kris,Peugeit,208,R5,T16,Verschueren,Vincent,Citroën,DS3,R5,Allart,Benoît,Skoda,Fabia,WRC

22:34 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rallye, hesbaye, belgique, manche, première, championnat, 2015, landen, victoire, princen, kris, peugeit, 208, r5, t16, verschueren, vincent, citroën, ds3, allart, benoît, skoda, fabia, wrc | | |

BMW,320i,STW,Bigazzi,duez,de radiguès,Hélary,#1,victoire,gagnante,24,heures,spa,francorchamps,Spa,24Hours,titre,couronne,tourisme,endurance

Après 19 tentatives, Marc Duez, associé à Didier de Radiguès et au français Eric Hélary a enfin décroché une victoire dans son épreuve! Second aux essais, l'ex-motard prend facilement la tête de la course et lorsque Duez relaye Didier, la #1 possède plus d'une minute d'avance sur la #2.

BMW,320i,STW,Bigazzi,duez,de radiguès,Hélary,#1,victoire,gagnante,24,heures,spa,francorchamps,Spa,24Hours,titre,couronne,tourisme,endurance

Mais peu après 20 heures, Marc éclate un pneu face au stand et doit donc effectuer un tour complet au ralenti. Heureusement, il conserve la tête sur la Honda Accord pilotée, entre autres, par Tassin. D'ailleurs la BMW finit par s'échapper en tête, la Japonaise ne sachant plus suivre son rythme.

BMW,320i,STW,Bigazzi,duez,de radiguès,Hélary,#1,victoire,gagnante,24,heures,spa,francorchamps,Spa,24Hours,titre,couronne,tourisme,endurance

A la mi-course, Duez et ses compères dominent toujours l'épreuve et ils devancent alors l'étonnante 318 tds engagée par l'usine de trois tours! Et c'est une bonne chose parce que dimanche, vers 12h06, lorsque Didier relaye Eric, la voiture prend feu dans les stands. Le Team Bigazzi est bon pour une grosse frayeur parce que les dégâts sont finalement minimes. Mais le suspense n'est pas terminé pour autant.

BMW,320i,STW,Bigazzi,duez,de radiguès,Hélary,#1,victoire,gagnante,24,heures,spa,francorchamps,Spa,24Hours,titre,couronne,tourisme,endurance

En effet, après une heure de son relais, Didier revient aux boxs. Un problème de pompe à essence est diagnostiqué et implique que la #1 devra ravitailler plus souvent. la voiture sœur, la #2 en profite pour revenir très fort mais au final, Marc peut respirer. Il remporte sa première victoire dans la classique ardennaise et offre ainsi une vingtième victoire à BMW!

BMW,320i,STW,Bigazzi,duez,de radiguès,Hélary,#1,victoire,gagnante,24,heures,spa,francorchamps,Spa,24Hours,titre,couronne,tourisme,endurance

08:58 Écrit par Benoît Lays dans Circuit, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bmw, 320i, stw, bigazzi, duez, de radiguès, hélary, #1, victoire, gagnante, 24, heures, spa, francorchamps, 24hours, titre, couronne, tourisme, endurance | | |

autonews,novembre,2014,274,mensuel,revue,magazine,auto,rallye,essais,Volkswagen,Scirocco,Salon,Paris,Mondial,industrie,interview,wrc,erc,france,EBR,neuville,thierry,victoire,brc

Alors qu’il devient de plus en plus difficile de garder un "secret", autonews est bel et bien le premier à vous annoncer l’officialisation de Cédric Cherain comme pilote Citroën Belux pour 2015! Une opération qui n’aurait pas été possible sans l’envie de J-Motorsport de se développer davantage puisque l’équipe de Jourdan Serderidis et Fred Miclotte a encore d’autres projets, notamment en Junior WRC...

De WRC, il en sera question à Huy, lors d’un Rallye du Condroz qui s’annonce d’ores et déjà grandiose avec la venue d’un double champion du monde en la personne de Peter Solberg. Vincent Marique en profite d’ailleurs pour vous en dresser le portrait sans concessions après vous avoir narré par le détail les évènements survenus au Rallye de France et qui ont permis à Latvala de différer le sacre de son équipier français. Vincent vos propose aussi les portraits des meilleurs espoirs français dans la discipline.

Plus près de nous, du côté de St Vith, Thierry Neuville est venu remercier ses supporters de la plus belle des manières en remportant l’East Belgian Rally sans trembler! Une belle occasion pour faire un premier bilan de la saison de Hyundai avec Michel Nandan. Enfin, Stefan Hermann, le local héro, nous a ouvert les portes de l’atelier paternel en nous en disant davantage sur son parcours.

Autre atelier bouillonnant, celui de Fabio Lazzerini ne manque pas non plus d’activité mais ce sont surtout ses bonnes idées que le plus italien des Carolos a expliqué à Bernard Verstraete et Stéphane Halleux.

Et puis dans le cahier HISTOnews, nous revenons sur la carrière de Marianne Ide au sein de Seat Belgium puis de Porsche Import. Sans oublier la rétro des 50 ans du Rallye d’Ypres, le couronnement annoncé de Vandenberghe en Historic et le reportage de l’Eifel Rallye Festival signé Stephan Lesuisse.

Du côté de l’industrie, vous saurez tout sur les nouveautés du Salon de Paris tandis que nos essayeurs ont pris en mains l’Opel Corsa 5, la Hyundai Genesis ou encore la Ford Focus. Nous avons également essayé plus longuement la Renault Twingo, la Toyota Aygo et la VW Scirocco 1.4 TSI.

autonews,novembre,2014,274,mensuel,revue,magazine,auto,rallye,essais,Volkswagen,Scirocco,Salon,Paris,Mondial,industrie,interview,wrc,erc,france,EBR,neuville,thierry,victoire,brc