DS3,DS,automobiles,france,trois,portes,diesel,HDI,Dark side,essai,test,

Le poids des ans commence à se faire sentir pour la DS3, présentée en 2009 et remise pour la dernière fois au goût du jour en 2015. Elle reste pourtant, jusqu'à présent, l'offre la plus cohérente de la marque DS en attendant l'arrivée du SUV DS7. Mignonne, elle a su se faire une place au coeur d'un segment disputé où l'on retrouve l'Alfa MiTo, l'Audi A1, la Ford Fiesta ou encore la MINI pour ne citer que celles-là.

J'aime bien

J'ignore si c'est son palmarès en WRC mais la DS3 m'a toujours plu même si sa variante la plus sportive n'a jamais été la plus amusante à mener vite. Et ses lignes restent toujours d'actualité aujourd'hui malgré ses 8 ans. Les phares à LED de série apparus lors du dernier restylage lui donnent un air jeune pendant que les feux arrière 3D font leur petit effet.

DS3,DS,automobiles,france,trois,portes,diesel,HDI,Dark side,essai,test,

Plutôt malin

User des séries spéciales pour re-dynamiser un modèle en fin de vie n'est pas une idée totalement stupide. Avec la Dark Side, DS propose deux styles à la DS3. Le premier est reconnaissable à son toit gris aluminium, ses jantes 17 pouces diamantées et ses coques de rétroviseurs chromées. Le second, bien plus sombre, arbore quant à lui un toit et des rétroviseurs Noir Onyx, ainsi que des jantes 17 pouces noires également. Ces deux versions sont également habillées d’une peinture mate Gris Shark exclusive conçue grâce à la technologie 3D Skin. Déjà vu sur certains concepts de la marque, ce revêtement consiste en un film découpé selon une forme particulière puis apposé à certains endroits de la carrosserie avant d’être recouvert de peinture. On retrouve notamment cette technologie sous les fenêtres, et sur toute la longueur de la portière.

DS3,DS,automobiles,france,trois,portes,diesel,HDI,Dark side,essai,test,

J'aime moins

Si le coup de crayon de la DS3 a bien vieilli, je n'en dirai pas la même chose de l'habitacle qui marque franchement le pas face à la concurrence. Il y a d'abord cette position de conduite, trop haute à mon goût, qui m'empêche de me sentir parfaitement installé à bord. Il y a ensuite une qualité de finition en de-ça de ce que l'on peut trouver ailleurs et je ne vous parle pas de l'écran central franchement vieillot.

Pourquoi je l'achète

Si les pouvoirs publics nous rabâchent avec ce Diesel soit-disant en fin de parcours, il reste encore le carburant le moins cher à la pompe tandis que les moteurs qui s'en délectent se révèlent encore et toujours les moins gloutons. Il peut donc être toujours temps d'opter pour ce 1.6 Blue HDI de 115 chevaux qui se révèle à son aise sous le capot de la petite trois portes française. Et comme le comportement routier est des plus saints, il permet à celui qui a envie de signer un chrono, de se défouler sans devoir se ruiner à la pompe...

DS3,DS,automobiles,france,trois,portes,diesel,HDI,Dark side,essai,test,

Pourquoi je ne l'achète pas

Même s'ils s'en défendent, les constructeurs français ne peuvent prétendre suivre les constructeurs allemands en matière de mise à jour. Le temps a donc fini par donner un gros coup de vieux à l'habitacle de la DS3 qui marque le pas en termes de technologies d'aide à la conduite ou encore de multimedia. Et les places arrière sont particulièrement étriquées.

DS3,DS,automobiles,france,trois,portes,diesel,HDI,Dark side,essai,test,

21:55 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ds3, ds, automobiles, france, trois, portes, diesel, hdi, dark side, essai, test | | |

Hyundai,Ioniq,hybrid,electric,Plug-in,trois,possibilités,solution,e-mobility,corée,nouveautés,salon,Genève,2016

Hyundai a présenté sa nouvelle famille de modèles Ioniq, composée de l'Hybrid, de l'Electric et de la Plug-in. Il s'agit donc de la première voiture au monde proposée avec trois groupes propulseurs électrifiés, permettant ainsi à chacun d'avoir accès à une solution de mobilité à faible émission ou zéro émission. Fruit d'une approche inédite adoptée par la marque coréenne, l'Ioniq refuse tout compromis en matière de design ou d'agrément de conduite grâce à une technologie innovante, offrant aussi à la clientèle les technologies de connectivité et de sécurité les plus récentes.

Hyundai,Ioniq,hybrid,electric,Plug-in,trois,possibilités,solution,e-mobility,corée,nouveautés,salon,Genève,2016

L'Ioniq Hybrid et l'Ioniq Plug-in disposent toutes deux du nouveau moteur Kappa 1.6 GDi essence à injection directe, un quatre-cylindres présentant une efficience thermique de 40% inédite dans la catégorie et développant 105 ch pour un couple de 147 Nm. Le moteur a été spécialement développé pour une application hybride et est combiné à une transmission à double embrayage et six rapports, assurant des transitions rapides et souples, permettant ainsi à la nouvelle venue de se distinguer de ses concurrentes par un agrément de conduite plus dynamique.

Hyundai,Ioniq,hybrid,electric,Plug-in,trois,possibilités,solution,e-mobility,corée,nouveautés,salon,Genève,2016

De son côté, l'Ioniq Electric garantit une e-mobilité complète avec sa batterie lithium-ion-polymère de 28 kWh, qui lui offre une autonomie de plus de 250 km. Instantanément disponible, le couple maximal de 295 Nm délivré par un moteur électrique affichant une puissance de 120 ch est transféré aux roues par l'intermédiaire d'une transmission à rapport unique lui permettant d'accélérer jusqu'à 165 km/h.

Hyundai,Ioniq,hybrid,electric,Plug-in,trois,possibilités,solution,e-mobility,corée,nouveautés,salon,Genève,2016

10:56 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hyundai, ioniq, hybrid, electric, plug-in, trois, possibilités, solution, e-mobility, corée, nouveautés, salon, genève, 2016 | | |