essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

Même si Opel n’insiste pas trop là-dessus, le Crossland X remplace bel et bien le minispace Meriva. Haut, assez spacieux et pratique à l'intérieur, le nouveau venu possède les attributs de son prédécesseur mais il offre cependant moins de place aux occupants arrière. Et puis la disparition du système d'ouverture des portes du Meriva (comme sur une Rolls Royce) attristera les amateurs d'originalité technique.

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

Pour concocter ce rival des VW Tiguan ou autres Peugeot 2008, Opel a fait dans la simplicité. Faute de plate-forme moderne disponible, il s'est adressé à PSA. Première Opel élaborée sur une base française, le Crossland X emprunte donc l'architecture et les moteurs des Peugeot 208 et 2008 et des Citroën C3 et C4 Cactus. Il a même eu l'honneur de devancer de quelques mois son frère, le Citroën C3 Aircross qui franchit actuellement les portes des concessions. Et l'Opel comme le modèle de la marque aux chevrons sont produits dans la même usine de Saragosse en Espagne, un site appartenant à l'allemand.

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

J'aime bien

Extérieurement, le Crossland X est plutôt réussi avec un toit gris ou noir qui sied à merveille au reste de la carrosserie surtout lorsque celle-ci est parée de couleurs vives. L’arrière est davantage stylé que l’avant, plus fade mais on aime assez cette ligne latérale, courbe et chromée de la custode qui marque les dernières Opel.

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

Plutôt malin

Le moteur tri-cylindre PSA 1.2 Pure Tech dans sa version de 130 ch se révèle très alerte, grimpe allègrement dans les tours et procure une vivacité plaisante. Il n'est nullement ridicule sur route ou autoroute et il permet de suivre des bolides bien mieux fournis. Les longs trajets sont envisageables sereinement mais si vous fréquentez les autoroutes allemandes, prévoyez de nombreux passages à la pompe parce qu’à 160 km/h, la consommation affichée grimpe à 12 l/100. La boîte de vitesses manuelle est typée Opel et ne supporte pas les passages à la volée. Ça tombe bien, la sportivité n’est vraiment pas la tasse de thé de cet engin!

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

J'aime moins

Contrairement au C3 Aircross que nous citions plus haut, l’intérieur de l’Opel est d’un classicisme fou. Certes, tout est à sa place et relativement facile à trouver mais on regrette les plastiques bas de gamme en partie basse de la planche de bord et sur la console, dignes d’une Dacia. Le tout est bien peu valorisant, d'autant que la finition générale est très moyenne. Serait-ce déjà l’influence de PSA?

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

Pourquoi je l'achète

L'Opel affiche des prix proches de la concurrence, mais l'équipement est plus généreux. Dans cette finition Innovation, le Crossland X 1.2 Turbo BM6 est affiché à 21.600€. Il emporte, en plus par rapport à la finition Edition, l’accoudoir central avant, le volant gainé de cuir, le pack Comfort, le double plancher de chargement, la climatisation électronique, les jantes en alliage Diamond Cut de 16″ ou encore le Sight & Light Pack (capteur de pluie, automatic light control, rétro intérieur jour/nuit automatique, pare-soleil avec miroirs de courtoisie éclairés).

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

Pourquoi je ne l'achète pas

Le confort n’est pas le point fort de cette Opel. La marque au Blitz a indubitablement durci les trains roulants d'origine PSA. Les inégalités et ralentisseurs génèrent ainsi pas mal de trépidations. Pour une petite voiture familiale, c'est définitivement trop ferme! Et puis le confort auditif est par ailleurs perfectible. Aux bruits du moteur s'ajoutent celui des suspensions ainsi que quelques grincements de mobilier intérieur très agaçants sur mauvais revêtement (en provenance du siège conducteur).

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

11:55 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, road, suv, opel, new, crossland x, essence, 1.2, turbo, psa, 130, bm, transmission, manuelle, belgique, prix, options, avis, expérience | | |

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

Pour ceux qui ont suivi toute la saga de Gran Turismo depuis ses débuts, la déception sera au rendez-vous. Certes, le jeu toujours développé par Polyphony Digital est une nouvelle fois esthétiquement très réussi avec des modèles plus beaux que dans la réalité tellement les détails sont soignés, mais on ne peut s'empêcher de rester sur notre faim. Avec 170 voitures disponibles, on est loin des 1200 propositions du dernier GT6. Les occasions ont disparu, elles aussi. Dommage. Vraiment dommage pour l'amateur de l'histoire automobile que je suis. Mais il faut vivre avec son temps. Et les modèles spécialement développés pour la jeu possèdent pas mal de charme.

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

De même, je suis plutôt du genre à jouer seul devant ma console et ici aussi, les possibilités sont bien moindres que par le passé puisque les championnats et autres ligues ont disparu au profit de simples courses face à l'I.A. mal mise au point, de tours chronométrés ou encore des défis de dérapages qui ne convaincront que les amateurs de drifts. Le système des permis a survécu mais il se révèle bien plus facile qu'avant.

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

Il est heureusement possible de créer soi-même ses courses en choisissant le nombre de concurrents, leur force, l'usure des pneus, l'utilisation du réservoir de carburant, la durée de la course, bref, il est possible de courir partout et dans toutes les catégories. Et en fonction des difficultés choisies, le montant de l'argent gagné en cas de victoire est plus élevé.

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

De facilité, il en est également question dans les sensations de conduite. Vous perdez très peu de temps s'il vous arrive de sortir de la route et pour pousser une voiture dans ses derniers retranchements, il faut couper toutes les aides. Franchement, on se rapproche diablement des jeux d'arcade. Bon, il existe néanmoins toute une série de personnalisations offertes à travers des jantes mais aussi des stickers et des couleurs mais il n'y a plus moyen d'améliorer vos bolides en achetant des pièces détachées.

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

Quant aux circuits, on tombe à 17 circuits (28 tracés) (contre 37 circuits -plus de 70 tracés- dans GT6), ce qui est ajoute encore à notre déception. On ne compte plus que six circuits réels, à l'image du  Nürburgring), mais quel dommage de ne plus retrouver Francorchamps ou encore Laguna Seca pour ne citer que ces deux-là. Les pistes de rallye manquent totalement de réalisme et n’ont strictement rien à faire dans Gran Turismo Sport. Aucune sensation, affreusement mou, il n’a aucun intérêt. Du coup, ça fait trois circuits de moins, soit dit en passant.

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

En fait tout le nouveau Gran Turismo Sport est axé vers les courses en ligne. Le mode principal, sobrement intitulé Sport, propose des compétitions de deux sortes: des courses simples et des championnats. Pour les courses simples, il s’agit de trois courses journalières à faire toutes les heures (à raison d’une toutes les vingt minutes). 

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

Quant aux championnats, ils proposent des sessions hebdomadaires à heure précise auxquelles on participe pour engranger des points. Si l’un d’entre eux est généraliste, les deux autres séparent les joueurs par pays et par constructeurs, respectivement. L’objectif sera bien sûr de maintenir son niveau sur toute la saison. Intéressant sur le long terme, surtout que le championnat constructeur permet de se faire prêter une ou deux voitures à utiliser quand on veut. Mais il faut bien évidemment payer pour pouvoir participer et là, nous sommes totalement contre...

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

20:39 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Divers, Jeux PS4 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : test, essai, jeu, ps4, game, player, simulation, granturismo, sport, gt, sony, officielle, polyphony, digital, licence | | |

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

J'aime bien

Je ne sais pas si vous l'avez remarqué mais depuis quelques temps, les nouvelles Volkswagen Golf croisées en rue portent majoritairement le logo TSI. Celui-ci a enfin remplacé le TDI longtemps porté aux nues par tout un peuple, il est vrai bien aidé par une fiscalité totalement faussée. L'essai que nous vous proposons aujourd'hui s'intéresse au petit 1.5 essence turbo qui a fait son apparition sous le capot de la berline allemande lors du dernier restylage adopté au milieu de cette année.

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

Disponible en 130 et en 150 chevaux, il se révèle particulièrement discret tout en offrant suffisamment de souffle lorsqu'un besoin de puissance est demandé. Comme la majorité des petits moteurs essence apparus ces derniers temps, celui-ci est également dieselisé pour ne pas choquer les adeptes du mazout. Ainsi, le couple maximum de 250 Nm n'est disponible qu'à partir de 1.500 tr/min puis le moteur accélère de manière linaire. Ce bloc donne donc le meilleur de lui-même à bas et moyens régimes histoire de privilégier l'usage du couple comme sur un... diesel.

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

Plutôt malin

A l'image des modèles haut de gamme de la marque, la Golf 7 peut désormais se doter de cadrans entièrement digitalisés: l’Active Info Display les remplace par un écran multifonction qui peut aussi afficher la carte de navigation, les données de conduite ou du système audio, etc. Nous avons également savouré le fonctionnement intuitif du système multimédia et sa connectivité avec Apple CarPlay.

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

J'aime moins

La boîte DSG accuse véritablement son âge (14 ans). On est obligé de la positionner sur le mode Sport pour avoir le répondant nécessaire sinon elle se montre lente comme une boîte automatique normale. Les petits leviers rikiki placé derrière le volant ne donnent vraiment pas envie de s'en servir manuellement.

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

Pourquoi je l'achète

Incontestablement, la Golf jouit toujours d'une réputation en béton armé. Et c'est totalement justifié en termes de confort, de finition et de conduite. Son comportement neutre enchante les conducteurs lambda tandis que ses lignes intemporelles rassurent les adeptes du classicisme.

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

Pourquoi je ne l'achète pas

Personnellement, je choisirais directement la boîte manuelle mais elle n'est malheureusement pas disponible avec ce moteur. Et puis le prix pousse à la réflexion, notre exemplaire d'essai s'affichant à 38.464€ avec ses nombreuses options. Si l'on prend les prix de base, cette 1.5 TSI est à 28.175€ alors que la GTI est à 32.725€. pour nous, le choix est vite fait!

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

15:07 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, volkswagen, vw, golf, tsi, 1.5, comfortline, dsg, route, avis, neuve, prix, 2017, référence, exclusif | | |

essai,test,opel,insignia,grandsport,1.5,turbo,165,ch,roadtest,30.000,euros,prix,essence,manuelle,bm,traction,new,nouvelle,familiale,berline,2018

J'aime bien

Il est plutôt amusant de constater combien les designers parviennent à nous proposer des berlines particulièrement bien dessinées depuis quelques années. A l'opposé des SUV de plus en plus massifs et laids - n'ayons pas peur des mots -, les familiales préfèrent sacrifier une part de leur habitabilité pour privilégier les lignes sportives. Et la nouvelle Opel Insignia n'y échappe pas. Particulièrement réussie, elle tranche avec la lourdeur de sa devancière. La position de conduite est d'ailleurs plus basse et le poste de commande est particulièrement modernisé.

essai,test,opel,insignia,grandsport,1.5,turbo,165,ch,roadtest,30.000,euros,prix,essence,manuelle,bm,traction,new,nouvelle,familiale,berline,2018

Les places arrière offrent un espace assez impressionnant et contrairement à ce que l'on pourrait croire, il s'agit bel et bien d'une cinq portes dont le hayon s'ouvre sur un volume disponible allant de 490 à 1.450 litres un peu inférieur à ce que l'on peut trouver dans le groupe VW par exemple (Skoda Superb et VW Passat).

essai,test,opel,insignia,grandsport,1.5,turbo,165,ch,roadtest,30.000,euros,prix,essence,manuelle,bm,traction,new,nouvelle,familiale,berline,2018

Plutôt malin

L'équipement est complet dans la finition la plus haute, Innovation, qui équipait notre voiture d'essai. On peut citer l'éclairage intelligent qui comprend l'assistance grands phares, le capteur de pluie et la détection des tunnels, le Park Pilot à l'avant et à l'arrière ou encore les jantes de 17 pouces en alliage. Notre voiture était malgré tout pourvue de quelques options allant du cuir des sièges aux jantes de 18" en passant par le Head Up Display ou encore la Radio RF900 Navi avec IntelliLink.

essai,test,opel,insignia,grandsport,1.5,turbo,165,ch,roadtest,30.000,euros,prix,essence,manuelle,bm,traction,new,nouvelle,familiale,berline,2018

J'aime moins

Vous le savez, au Rédacteur Auto, nous n'avons jamais été de grands fans du downsizing. Si le petit 1.5 turbo essence (165 ch - 250 Nm) tout neuf qui équipe cette grande berline se montre particulièrement silencieux, il n'en reste pas moins qu'il se révèle trop juste pour animer correctement une voiture de 1.472 kg. Alors oui, le poids est en baisse réelle par rapport à la génération précédente mais la sensation de petit moteur est palpable sans parler du manque de réactivité sous 2.000 tr/min. Et comme les dernières réalisations du genre, ce moteur n’aime pas monter dans les tours. Opel et d'autres ont réussi à rendre ces moteurs essence aussi peu amusants que les Diesel qu'ils sont appelés à remplacer.

essai,test,opel,insignia,grandsport,1.5,turbo,165,ch,roadtest,30.000,euros,prix,essence,manuelle,bm,traction,new,nouvelle,familiale,berline,2018

Pourquoi je l'achète

Les berlines racées sont définitivement devenues les voitures de gens de bon goût, ceux qui n'ont pas besoin de se pavaner au volant de SUV ostentatoires pour démontrer une supposée supériorité sur leur voisin. On est plutôt fans de cette nouvelles Insignia mais alors dans une version GSi et tant qu'à faire, équipée du 2.0 essence de 260 ch. Oui, je sais, on ne se refait pas!

essai,test,opel,insignia,grandsport,1.5,turbo,165,ch,roadtest,30.000,euros,prix,essence,manuelle,bm,traction,new,nouvelle,familiale,berline,2018

Pourquoi je ne l'achète pas

Affichée à 31.450 euros en finition haute, cette Opel est une bonne affaire. Mais son moteur un peu faiblard et son gabarit important ne plaident pas en sa faveur. En même temps, si ce sont là ces seuls défauts, elle devrait se vendre assez facilement. Ah non, on a oublié sa boîte de vitesses, qui reste typiquement marquée Opel par son manque de douceur dans son maniement et par l'allonge des rapports qui participe au sentiment de dieselisation des petits essences turbo mais là, ce sont les normes antipollution qui sont coupables...

essai,test,opel,insignia,grandsport,1.5,turbo,165,ch,roadtest,30.000,euros,prix,essence,manuelle,bm,traction,new,nouvelle,familiale,berline,2018

14:51 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, opel, insignia, grandsport, 1.5, turbo, 165, ch, roadtest, 30.000, euros, prix, essence, manuelle, bm, traction, new, nouvelle, familiale, berline, 2018 | | |

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

J'aime bien

En reprenant le style du Cherokee, le Compass s'offre enfin un style digne de son rang de SUV moyen. On va vite oublier la version précédente, disparue du catalogue en 2012, et ses yeux de batracien. La ligne de toit surlignée d'un trait chromé n'est pas sans rappeler ce qu'Opel fait actuellement.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

Le 1.6 diesel de 120 chevaux s'est montré plutôt volontaire pour emmener les 1.500 tonnes du bestiau à un rythme qu'il ne connaîtra probablement jamais au cours de sa vie.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

L'habitabilité est du genre généreux aussi bien aux places avant qu'à l'arrière où le passager installé au milieu n'est pas trop sacrifié.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

Plutôt malin

Les aides à la conduite et les systèmes de sécurité sont nombreux et ils sont, de plus proposés dès le niveau d'accès "Sport". Et puis l'esthétique du Compass peut être facilement personnalisable à travers des revêtements intérieurs, des couleurs de carrosserie ou encore des jantes différentes.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

J'aime moins

S'il veut se battre contre les BMW X1 et autres Audi Q2, le Compass va devoir élever son niveau de jeu en matière de finitions parce que certains plastiques sont de piètre qualité. On a ainsi le sentiment d'être installé dans une Fiat 500x.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

L'interface UConnect propose un menu peu intuitif et il demande quelques heures d'accoutumance. Et puis, c'est frustrant d'avoir accès au Jeep Skills qui ne fonctionne pas avec notre version simple traction avant.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

Pourquoi je l'achète

Elle soigne son look, elle offre un confort appréciable tandis que son petit moteur diesel fait des miracles en termes d'agrément et de consommations. Et puis elle s'offre sous une marque qui possède une belle image en termes de confiance et de solidité. Son prix de base est de 28.700€, le même que celui du Nissan Qashqai 1.6 dCi 130.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

Pourquoi je ne l'achète pas 

La finition de son habitacle ne peut cacher ses origines roturières, sa base technique provenant de l'Alfa Giulietta datant déjà de 2010. On comprend mal l'intérêt d'acheter un SUV aussi typé 4x4 en se passant des quatre roues motrices.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

11:24 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, jeep, compass, 1.6, 4x2, diesel, 120, ch, 33.700, euros, prix | | |

test,essai,jeu,PS4,game,player,WRC7,simulation,rallye,kylotonn,licence,officielle,

Alors que Dirt avait pris l'ascendant, l'année dernière, sur la série WRC officielle, cette dernière a parfaitement réagi. En effet, le septième opus de la série passe la vitesse supérieure, à l'image des vrais bolides du WRC estampillés 2017. Ca va très vite, le rendu est impressionnant de réalisme. Logiquement, toutes les voitures du championnat du monde des rallyes sont disponibles ainsi que les bolides du WRC2 mais aussi les Fiesta du Junior WRC.

test,essai,jeu,PS4,game,player,WRC7,simulation,rallye,kylotonn,licence,officielle,

En mode carrière, on débute au volant de ces petites Fiesta avant de passer aux WRC2 où l'on a le choix entre diverses R5. C'est dès cette saison que l'on découvre de gros morceaux avec des secteurs chronométrés de plus de 15 minutes. Franchement, on s'y croirait! Personnellement, c'est dans les secteurs rapides que je prends véritablement mon pied parce qu'il faut constamment jongler entre vitesse et maîtrise de la voiture. Sur terre et sous la pluie, les tête-à-queue ne sont pas rares...

test,essai,jeu,PS4,game,player,WRC7,simulation,rallye,kylotonn,licence,officielle,

Les sensations sont moins typées arcade que dans les précédentes éditions. On peut ainsi jour de l'appel contre appel et de la ré-accélération appuyée sur les roues arrière pour signer de jolies trajectoires. Il existe une multitude de réglages de hauteur de caisse, de dureté des suspensions, d'efficacité du frein à main et l'on peut également choisir le degré de difficulté face à la concurrence. Celle-ci peut également vous surprendre en abandonnant parfois dans des endroits inattendus mais cela ajoute une certaine dose d'aléatoire qui ajoute du piment au jeu.

test,essai,jeu,PS4,game,player,WRC7,simulation,rallye,kylotonn,licence,officielle,

Dans les faits, par rapport aux années précédentes, on constatera que les pistes sont plus longues, plus bosselées, obligent à plus de prudence - y compris en ligne droite - et dopent véritablement le challenge. On sent que les développeurs ont pris le temps de construire chaque circuit avec soin, même si cela s'est fait au détriment d'autres éléments, comme la météo par exemple qui n'a pas vraiment d'influence sur la conduite. Au même titre que les dégâts qui n'influencent guère le comportement de la voiture comme cela peut être davantage le cas dans Dirt. Nous avons ainsi parcouru une spéciale de plus de 15 minutes du Rallye de Pologne avec le pneu arrière gauche crevé en signant le troisième temps...

test,essai,jeu,PS4,game,player,WRC7,simulation,rallye,kylotonn,licence,officielle,

Plus beau, plus stable et surtout plus réaliste, WRC 7, réalisé par l'équipe lyonnaise de Kylotonn, offre d'excellentes sensations et parvient à trouver un compromis entre arcade et simulation particulièrement convaincant. Tout n'est pas parfait et il reste des efforts à accomplir mais l'alternative à DIRT n'est plus à prendre à la légère. Et si, comme nous, vous aviez fait l'impasse sur le 6, vous retrouverez avec plaisir ce jeu officiel du WRC!

20:30 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Jeux PS4, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : test, essai, jeu, ps4, game, player, wrc7, simulation, rallye, kylotonn, licence, officielle | | |

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Il est vraiment particulièrement stylé ce nouveau SUV italien. Certes, nous l'aurons attendu au sein de la gamme Alfa mais on ne regrette pas cette longue attente lorsqu'on en fait le tour. Tout est parfaitement dessiné, il n'y a pas un seul point qui pourrait contrarier le regard. Il y a d'abord cette face avant agressive sans excès avec le V central et ses deux projecteurs en pointe surlignés par les feux de jours en virgule.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Le capot est "enchâssé" dans la face avant comme sur la Giulia. Puis la ligne des flancs est continue jusque l'arrière, tracée d'un trait de crayon sans interruption, sans plis inutiles si ce n'est deux lignes qui partent des ailes avant pour donner une dynamique aux flancs. Long de 4,69 mètres pour 1,90 m de large, l'Alfa Romeo Stelvio est au final, un beau bébé. Sa ceinture de caisse haute, sa faible hauteur de pavillon et ses flancs musclés lui donnent beaucoup de caractère.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Si vous appréciez l'habitacle de la berline, vous ne serez pas dépaysés à bord du Stelvio. La planche de bord est pratiquement identique, à quelques détails près. Comme pour l'extérieur, Alfa joue la carte de la sobriété de bon goût. Et force est de constater que la finition marque de nets progrès par rapport aux anciennes productions d'Alfa. Cuir de qualité, plastiques moussés, vrai bois... L'ensemble est bien réalisé et n'a plus vraiment à rougir de la comparaison avec la concurrence germanique.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Certains détails font la différence, comme ce volant à méplat et à jante fine, ce démarreur digne d'une voiture de course et ces compteurs analogiques du plus bel effet. Sans oublier les grandes palettes métalliques derrière le volant qui ressemblent à ce que l'on peut trouver à bord de voitures de course. Sincèrement, certaines marques allemandes feraient bien de s'en inspirer. L'équipement est aussi digne des meilleures routières: sellerie en cuir pleine fleur, Jantes de 20 pouces avec des Michelin Latitude Sport 3, GPS à cartographie Europe, régulateur de vitesse adaptatif...

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Les places arrière sont accueillantes mais on y est moins choyés qu'à l'arrière de la Giulia. Le coffre n'est pas énorme avec ses 525 litres mais ses formes régulières permettent un chargement facile. Mais clairement, la facilité d'utilisation n'a pas été sa priorité malgré son appartenance à la catégorie des SUV.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Pas totalement aveugles, on soulignera l'aspect un peu daté du système de navigation et la résolution discutable de la caméra de recul, d'ailleurs indispensable en raison de la visibilité très moyenne vers l'arrière. Notre exemplaire d'essai comptait déjà plus de 10.000 km et sur les routes pavées et bosselées de la région liégeoise, quelques bruits de mobilier se faisaient entendre mais on précisera qu'on a la vilaine manie de rouler très souvent sans musique.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Non pas que le bruit du 4 cylindres 2.0 turbo essence soit particulièrement envoûtant. A sa décharge, il faut avouer qu'il pousse fort. Avec 280 ch annoncés et 400 Nm à 2.250 tr/min, il fait vite oublier les Diesel. Et certains concurrents ne peuvent en dire autant à l'exemple d'un Porsche Macan n'offrant que 250 ch. Mais là où Alfa marque encore plus de points à nos yeux, c'est sur le chapitre du poids puisqu'il est donné pour 1.660 kg à vide grâce à l'usage d'aluminium et de fibre de carbone. Le surpoids généré par la transmission intégrale Q4 se limitant d'ailleurs à 60 kg.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Moteur puissant, masse contenue, mais aussi une excellente boîte automatique ZF à 8 rapports permettent au Stelvio de montrer ses muscles. Les accélérations sont impressionnantes, d'autant que les passages de rapports sont extrêmement rapides en mode Dynamique bien sûr. Seules 5"7 sont nécessaires pour abattre le 0 à 100 km/h. On connait un anglais qui a voulu faire le malin à bord de sa Mitsubishi Lancer Evo8 très bruyante mais qui a dû abdiquer. La facilité avec  laquelle ce SUV atteint des vitesses répréhensibles est bluffante.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Bon, ne nous faites pas écrire ce que l'on ne pense pas. Il ne s'agit en rien d'un véhicule sportif. La mécanique est plus linéaire que rageuse et le poids, même contenu, vous rappelle à l'ordre en cas d'excès d'optimisme en virage. Par contre, son couple et sa puissance linéaire ne dépayseront pas les intoxiqués au mazout. Comme toujours, la consommation de ce moteur turbo est à la carte: raisonnable aux allures usuelles (environ 9 litres aux 100 km), mais bien plus élevée en jouant avec le rupteur (15 litres aux 100 km).

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Contrairement aux idées reçues, même si on est journaliste automobile, on n'est pas totalement idiot et on se doute bien que ce n'est pas cette super version essence de 280 ch qui va connaître le succès chez nous. Pourtant, on reste persuadé qu'un SUV en-dessous de 200 ch n'est pas vivable au quotidien... Plus sérieusement, c'est évidemment le 2.2 diesel de 150 ch (39.550€) que l'on risque de croiser le plus dans nos rues. La version essence qui nous était gentiment confiée par l'importateur coûte 50.550€. Ah oui, Alfa Romeo envisage de venir taquiner les M de BMW et les AMG de Mercedes avec un Stelvio Quadrifoglio équipé du 3.0 V6 de 510 ch emprunté à la Giulia. Miam, miam! Plus de photos ici

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

12:09 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alfa, romeo, stelvio, 2017, essai, test, route, essence, 2.0, turbo, 280, belgique, 4x4, suv, style, classe, sportif, dynamique | | |

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

Version rehaussée de la Mercedes Classe A, la GLA tente de se montrer encore plus SUV depuis son dernier restylage effectué à mi-carrière. Pour notre essai de cette nouveauté, Mercedes nous avait réservé la version Diesel la plus cossue.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

La GLA 220d 4-MATIC est en effet le haut de gamme des motorisations mazoutées puisqu'il s'appuie sur un 2.2 de 177ch accouplé à la boîte de vitesses automatisée 7G-DCT à double embrayage. Autant vous dire que les bornes ont été avalées en toute décontraction, d'autant plus facilement que ce modèle est équipé de bien des éléments empruntés aux gammes supérieures.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

La finition AMG qui était la nôtre reste relativement discrète et cette fois, contrairement à la Classe C break que nous avions essayée deux ans plus tôt, il ne sera pas permis au quidam de la confondre avec une vraie GLA45 AMG.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

Certes, les jantes de 19" sont badgées des trois lettres magiques mais c'est tout. Le reste de la carrosserie est réussi mais sans le moindre élément sportif. Bref, il s'agit avant tout d'une compacte bourgeoise rehaussée de 30 mm par rapport au modèle qu'elle remplace grâce au pack de suspensions Confort off-road.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

A l'intérieur, la finition est très soignée grâce aux inserts décoratifs AMG en carbone, au cuir brun noisette des sièges ou encore au cuir qui recouvre le haut du tableau de bord. La position de conduite est parfaite, grâce aux réglages électriques des sièges, et le volant est agréable à manipuler.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

On s'habitue rapidement à la commande de la boîte automatique placée au volant et pour ceux qui veulent, des palettes sont disposées de chaque côté du volant. Par contre, les espaces de rangement ne sont pas très nombreux et les places arrière sont habitables mais la visibilité n'y est guère accueillante, entre les vitres étroites et les sièges avant enveloppants...

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

Nous l'avons dit, cette voiture est très agréable sur longue distance. Elle se révèle plutôt confortable et ses aides à la conduite soulagent le travail du conducteur qui peut s'appuyer sur l'assistant de trajectoire, le système de prévention d'accident ou encore l'aide au parking active. La puissance est bien présente lorsque le besoin s'en fait sentir et l'on se fond facilement dans la circulation, qu'elle soit fluide ou dense.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

Comme toute Mercedes qui se respecte, la GLA offre trois types de conduite: Confort, Sport ou Eco. Nous avons opté la plupart du temps pour la première proposition correspondant le mieux à la définition de ce petit SUV appelé à affronter les BMW X1 et autres Audi Q3. Il est également possible d'opter pour des réglages personnalisés en matière de suspensions, de direction ou encore de répondant moteur.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

Du côté des gadgets à nos yeux, cette GLA était équipée de l'éclairage d'ambiance (120€), du système sono Harmann Kardon (685€), le toit ouvrant panoramique (1190€) ou encore les pneus avec possibilité de roulage à plat (210€). Telle que nous l'avons essayée, la GLA 220d est facturée 60.645€ prix catalogue. Une fameuse somme pour ce qui reste une compacte surélevée. Mais la voilà suffisamment rajeunie pour patienter jusqu'à la relève.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

+

Confort assuré

GPS intelligent

Puissance agréable

-

Espace et visibilité à l'arrière

Cruise control pas adaptatif

Prix excessif 

22:02 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mercedes, gla, 220d, 4-matic, essai, test, longue, distance, confort | | |

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Le même refrain

Pour son dépoussiérage de mi- carrière, la Lexus IS s’est offert un bouclier avant bien plus agressif, le regard se veut encore plus félin pendant que l’arrière s’est vu légèrement corrigé à travers un bouclier redessiné et des feux revus. Rien de révolutionnaire mais en s’accompagnant de jantes noires (qui restent pour moi définitivement associées aux roues des pneus hiver qui enlaidissent tant les voitures), elle renvoie une impression de sportivité auprès des amateurs qu’il faut immédiatement contredire.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Mais avant de parler de son comportement, installons-nous à bord pour découvrir un intérieur lui aussi retravaillé. Comme toujours chez Lexus, les lignes se multiplient et cela nuit à la pureté des lignes de la planche de bord. Il faut un certain temps avant de comprendre le fonctionnement du système multimédia caractérisé par un grand écran qui, dans la version 2017, est utilisé dans son entièreté. Le joystick s’avère bien pratique et tout se commande, finalement, depuis la console centrale.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

La position de conduite est bonne et le conducteur se retrouve parfaitement installé dans son cocon avec, face à lui, deux cadrans indiquant d’un côté la vitesse et de l’autre, à la place du compte-tours qui n’apparaît qu’en mode Sport, un indicateur du mode de conduite. Malheureusement, il n’est toujours pas possible d’afficher la vitesse réelle en chiffres ce qui devient rare de nos jours.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Comme toujours avec les modèles hybrides de la marque, le démarrage se fait en électrique. Le moteur thermique se met en route assez rapidement par la suite mais le silence global demeure impressionnant et participe grandement au confort général offert par la voiture. Le tout incite à une conduite calme et tranquille parfaitement raccord avec la circulation actuelle.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Ce qui nous pousse à nous interroger sur la pertinence du mode Sport qui cohabite avec les modes Eco et Normal. Il est également possible de désactiver l’ESP mais l’on a vite le sentiment de brusquer la mécanique. Les pneus crissent même si le châssis est bon et les palettes au volant ne gomment pas la sonorité déconcertante de la boîte. Il faut dire que la voiture pèse 1700 kg et que la puissance n’est jamais que de 223 ch. Bref si vous aimez vous éclater de temps en temps au volant, passez votre chemin.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Mais soyons sérieux, le public-cible de cette voiture est plutôt âgé et adopte majoritairement une conduite tranquille. Le conducteur et ses passagers profiteront au mieux du confort général de la voiture. Les sièges tissus-cuir qui équipaient la voiture essayée proposaient un confort certain sans être des champions du maintien. A l’arrière, la place n’est pas exceptionnelle mais le coffre propose une contenance assez intéressante de 450 litres avec un dossier de banquette arrière rabattable ce qu’il faut souligner si l’on tient compte de la présence des batteries Ni-Mh.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Du côté des consommations, il faut tabler sur 7,2 l/100 avec, pour notre part, de longs déplacements rapides sur autoroute et des trajets 100% urbains. Il s’agit de chiffres assez intéressants même si la baisse des tarifs de l’essence est encore beaucoup trop lente par rapport au prix du Diesel pour soutenir pleinement la démarche de Lexus. L’annonce récente de Volvo concernant l’arrivée de l’électricité sur tous ses modèles à partir de 2019 semble pourtant donner raison au précurseur nippon.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Au rayon du tarif, si Lexus précise qu’il y a déjà une Lexus 300h pour 31.900€, il faudra compter 37.490 euros pour acquérir cette version et si vous ajoutez quelques options comme la finition Dynamic Line qui était la nôtre, le toit ouvrant, la peinture métallisée et le Premium Navigation Pack, vous atteindrez 49.150€! Un prix qui reste raisonnable face à la production allemande visée par la berline japonaise.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Conclusions

Cette nouvelle IS300h ne révolutionne pas l’espèce des berlines hybrides. Et cette maudite boîte de vitesses de type CVT continue à nous irriter. De quoi gâcher tout plaisir de passer en mode Sport et de tenter de jouer avec les palettes au volant. Tout est trop aseptisé, linéaire. Et l’on revient à la position normale du bouton commandant les modes de conduite. C’est finalement celle qui convient le mieux à la Lexus IS300h. Elle lui permet de profiter de sa puissance si le besoin se fait sentir tout en jonglant parfaitement entre l’utilisation du système hybride pour recharger la batterie en descente, se déplacer en tout électrique en ville ou encore utiliser toutes ses ressources sur demande. Le mode Eco est, à l’image du mode Sport, trop extrême et donne très vite un sentiment de danger à cause d’une lenteur excessive.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

+

Lignes originales

Grand confort

Prix et conso contenus

-

Plaisir absent

Habitabilité arrière

Poids de l’ensemble

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

16:52 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lexus, is, 300h, essai, test, semaine, volant, confort, consommation, dimensions, chiffres, berline, japonaise, 2017, raodtest | | |

volvo,S90,D5,4WD,BVA,8 rapports,diesel,4 cylindres,2.0,essai,test,semaine,235 ch,480 Nm,

La nordique attitude

Que de chemin parcouru par la marque suédoise depuis son acquisition par les Chinois de Geely en 2010. La gamme a été entièrement renouvelée et autant dire que Volvo joue désormais avec de nombreux atouts dans ses mains. A l’image de cette berline S90 particulièrement statutaire dans la variante Inscription très riche en équipements.

volvo,S90,D5,4WD,BVA,8 rapports,diesel,4 cylindres,2.0,essai,test,semaine,235 ch,480 Nm,

Elle en impose cette suédoise dans sa robe noire et chaussée de jantes de 20 pouces. Elle dégage une classe folle face à des concurrentes allemandes parfois trop ostentatoirement vulgaires. Certes, les lignes sont un peu taillées à la hache d’un bûcheron nordique mais en mouvement, elle est plutôt réussie cette S90. Et puis sa signature lumineuse est incomparable.

volvo,S90,D5,4WD,BVA,8 rapports,diesel,4 cylindres,2.0,essai,test,semaine,235 ch,480 Nm,

L’intérieur est à la hauteur des prétentions haut de gamme de la voiture avec des matériaux flatteurs comme le cuir et le métal. Les ajustages sont soignés et si la voiture de presse qui nous a été confiée affichait 20.000 km, il faut avouer qu’elle a plutôt bien résisté aux traitements de mes collègues.

volvo,S90,D5,4WD,BVA,8 rapports,diesel,4 cylindres,2.0,essai,test,semaine,235 ch,480 Nm,

Dans l’habitacle, l’ambiance est chaleureuse et on apprécie le grand écran tactile vertical de série. Il faut un peu de pratique avant d’en maîtriser l’usage mais les geeks apprécieront son fonctionnement très typé tablette Apple. Le démarreur est situé entre les sièges avant, comme sur certaines Saab, mais se passe de clé.

Très bien équipé, notre modèle d’essai avait droit à une sono délirante de 1400 Watts signée Bowers & Wilkins, capable de rendre le son comme dans un studio ou une salle de concert selon vos envies… A l’arrière, l’espace est généreux pour deux adultes et j’ai facilement pu caser mon 1m86 derrière ma place sans changer les réglages ce qui est plutôt rare. On aurait juste apprécié des portières un peu plus larges pour faciliter l’accessibilité. Le coffre frôle les 500 dm3 et atteint la moyenne de la catégorie mais il faudra y plonger pour en atteindre le fond. Son ouverture est bien sûr électrique.

volvo,S90,D5,4WD,BVA,8 rapports,diesel,4 cylindres,2.0,essai,test,semaine,235 ch,480 Nm,

Son 2.0 à 4 cylindres diesel se montre plutôt discret sauf à froid ou si vous grimpez dans les tours, ce pour quoi il n’est logiquement pas conçu. L’insonorisation est bonne dans l’absolu. Ce D5 à turbos séquentiels reprend fort dès 1500 tours/min et ne faiblit pas avant 4500. Rappelons qu’il développe ici 235 ch pour 480 Nm de couple. Un couple particulièrement généreux qui fournit des relances toujours faciles, même sur autoroute, mais cette S90 ne fait guère mieux qu’une E220d de 194 ch face au chrono. La faute à son poids élevé annoncé à 1815 kg. Mention bien pour le confort de notre modèle d’essai doté de suspensions pilotées en mode confort. Le mode sport change sensiblement la voiture en gommant pas mal de mouvements de caisse mais si la vivacité de la mécanique se trouve accrue, elle n’en devient pas pour autant sportive même si ses quatre roues motrices devraient vous conduire partout en tous temps.

volvo,S90,D5,4WD,BVA,8 rapports,diesel,4 cylindres,2.0,essai,test,semaine,235 ch,480 Nm,

Parfaitement dans son époque, la S90 est dotée d’une multitude d’aides à la conduite qui donne lieu à des concerts de bruits en tous genres lors des manœuvres en ville. Sans parler de ce freinage d’urgence qui s’enclenche très souvent en ville en prenant les voitures stationnées pour des véhicules à l’arrêt! Heureusement qu’il est désactivable.

volvo,S90,D5,4WD,BVA,8 rapports,diesel,4 cylindres,2.0,essai,test,semaine,235 ch,480 Nm,

Sur un tracé de plus de 800 km, nous avons consommé 7.4 l/100 en mixant des parcours autoroutiers à vitesse soutenue et des trajets urbains. Quant au tarif, il est voisin des grosses berlines allemandes qui sont en ligne de mire de la S90, à équipement équivalent. Ce haut de gamme est facturé 56.350 € auxquels il faut ajouter 3.900 € pour la finition Inscription et ses nombreux chromes extérieurs mais aussi son superbe cuir nappa et ses inserts en métal.

volvo,S90,D5,4WD,BVA,8 rapports,diesel,4 cylindres,2.0,essai,test,semaine,235 ch,480 Nm,

+

Confort royal

Finition luxueuse

Moteur puissant

-

Profondeur du coffre

Systèmes de sécurité trop intrusifs

volvo,S90,D5,4WD,BVA,8 rapports,diesel,4 cylindres,2.0,essai,test,semaine,235 ch,480 Nm,

10:33 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : volvo, s90, d5, 4wd, bva, 8 rapports, diesel, 4 cylindres, 2.0, essai, test, semaine, 235 ch, 480 nm | | |