interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

‘The Big Five, Presenting The European National Motor Museums’ sera le thème principal de la troisième édition d’InterClassics Brussels. Les cinq musées automobiles les plus remarquables d’Europe seront réunis pour la troisième édition d’InterClassics Brussels. La semaine dernière, les cinq directeurs de musée se sont rencontrés au National Motor Museum à Beaulieu (Royaume-Uni) en vue de préparer leur participation commune à InterClassics Brussels. Jamais encore présentés ainsi, une chance unique d’admirer les joyaux automobiles de cinq pays dans le pavillon commun pendant InterClassics Brussels, qui aura lieu du 17 au 19 novembre 2017 à Brussels Expo.

Pendant InterClassics Brussels, chaque musée présentera trois de ses joyaux: une voiture classique d’avant-guerre du pays correspondant, une voiture typique du musée et une voiture de course. C’est avec une fierté non dissimulée que ces messieurs ont présenté chacun l’une de leurs trois pièces maîtresses que le public pourra admirer à l’occasion du salon InterClassics Brussels dans le pavillon commun ‘The Big 5’ au Palais 1.

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Bentley 4½ Litre Supercharged 1930

Le National Motor Museum de Beaulieu, Royaume-Uni

W.O. Bentley a construit sa première voiture de sport, une 3 litres, en 1919. La 4,5 litres qui a succédé à ce modèle précurseur a été développée en donnant naissance au fameux modèle à suralimentation, également appelé Blower. Bentley lui-même désapprouvait les moteurs suralimentés et les voitures en disposant étaient en grande partie développées par le coureur automobile Sir Henry Birkin. La version suralimentée ne s'est pas particulièrement illustrée en compétition bien que des Bentley d'origine aient remporté les 24 Heures du Mans en 1924, 1927, 1928 et 1929, mais elle faisait une bonne routière. Le compresseur qui équipait la Bentley était conçu par l'ingénieur Amherst Villiers, un très bon ami personnel de l'auteur Ian Fleming. C'est peut-être pour cette raison que dans les romans originaux de Ian Fleming que sont Casino Royale, Vivre et laisser mourir et Moonraker, James Bond conduit une Bentley Blower 4,5 litres grise.

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Talbot Lago (T150 SS 'Teardrop' coupe Figoni & Falaschi) 1937

Le Louwman Museum de La Haye, Pays-Bas

La ‘goutte d’eau’, voilà le nom que porte cette carrosserie exceptionnellement belle. En anglais, elle s’appelle ‘teardrop’, la larme. Il s'agit d'une création des carrossiers parisiens Figoni & Falaschi, réputés à l’époque pour leurs carrosseries flamboyantes, mais toujours d’une grande élégance. Leurs créations offrent un contraste saisissant par rapport aux productions ‘courantes’ du marché. Leurs techniques sont elles aussi innovantes : ils ont par exemple déjà recours aux peintures métallisées ‘Nitrolac’, une nouveauté pour l’époque.

Derrière toute cette beauté se cache un véritable bolide de course. Le capot abrite un moteur six cylindres de quatre litres développant 160 ch. L’une de ces ‘gouttes d’eau’ conquiert en 1938 une troisième place sur le circuit du Mans, derrière deux Delahaye. Ce véhicule spécifique était la propriété de madame Robin Byng, comtesse de Strafford, qui utilisait la voiture sur les routes de la France d’avant-guerre. Après la guerre, la Talbot Lago a été vendue au gentleman-coureur Rob Walker, qui l’utilisera lui-même comme véhicule d’entraînement sur le circuit du Mans en 1949.

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Bugatti, type 46, coach 1933

La Cité de l’Automobile/collection Schlumpf de Mulhouse, France

Il s’agit de la seule Bugatti type 46 dite "surprofilée" réalisée dans les ateliers de Molsheim. Son histoire est représentative de la vie parfois singulière de nos chères autos. En effet, cette carrosserie due à Jean Bugatti, fut montée sur un châssis type 46 S, exposé au salon de l’auto de Paris en octobre 1932. En mars 1933, cette caisse est démontée pour être mise sur un nouveau châssis type 50 T. La présente carrosserie surprofilée est retrouvée dans la cour d’une ferme en Dordogne par le collectionneur américain E. Richardson, qui ayant acquis un châssis 46 à l’usine, monte cette caisse sur ce châssis, et constitue la voiture présentée. Il n’existe donc qu’une seule carrosserie Bugatti 46 surprofilée, qui habilla trois châssis successifs. Inv.MNA 0914. Moteur huit cylindres en ligne avant ; 81 x 130 = 5359cc ; 140 CV à 3500 t/mn ; vitesse maxi = 140 km/h

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Cisitalia 202 SMM Spider Nuvolari 1947

Le Museo dell’Automobile de Turin, Italie

Nommé ainsi d'après Tazio Nuvolari, un champion de course automobile de l'avant-guerre qui l'a piloté en 1947 lors de la Mille Miglia, ce bolide a été conçu sous la direction de Giovanni Savonuzzi, ingénieur en chef chez Cisitalia de 1945 à 1948, dans un style très original. L'intégralité de sa carrosserie est en aluminium et ses ailettes élancées sont à peine visibles au-dessus de ses gardeboue arrière. Celui exposé figure parmi la dizaine qui doit encore exister, sur une vingtaine de modèles construits entre 1947 et 1948.

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Minerva OO Vanden Plas, 1921

Le Musée Autoworld, Bruxelles, Belgique

Ce véhicule, doté de la carrosserie belge « Tulipe » de Vanden Plas, était la voiture personnelle du Roi Albert I. Il s’agissait à l’époque du modèle le plus coûteux de la gamme Minerva. La production Minerva a été relancée après la Première Guerre mondiale en 1919. Le premier modèle était équipé d’un moteur quatre cylindres de 20 ch et 3 570 cc, suivi en 1920 d’un six cylindres à alésage identique et course de 90x140, la version de 30 ch et 5 335 cc. La suspension de ces voitures se composait, à l’avant, de ressorts semi-elliptiques avec amortisseurs et, à l’arrière, de ressorts cantilever inversés, qui offraient une suspension très confortable grâce à leur course particulièrement ample. Le radiateur avait hérité d’une forme arrondie légèrement aérodynamique. Spécifications : moteur 6 cylindres sans soupapes / 5 335 CC / 30 CH / quatre rapports.

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Cette année, le deuxième thème, consacré à ‘Cycle Cars & Grand Sport, highlighting a forgotten motor history’ complétera le thème principal. Une vingtaine de cyclecars d’une période particulière seront exposées en partenariat avec l’Amilcar-Cyclecar club Nederland, qui à son tour collabore avec les clubs belges et français.

InterClassics Bruxelles aura lieu du vendredi 17 au dimanche 19 novembre 2017 aux palais 1, 3, 4 et 8 de Bruxelles Expo. Le salon des voitures classiques attire traditionnellement de nombreux acheteurs, amateurs et promeneurs. Les billets d’entrée sont en vente en ligne à prix réduit : Prix en ligne adulte 12,00 € pour un prix adulte au guichet de 15,00 €. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans. www.interclassics.be

Toyota,Corolla,50 ans,anniversaire,japon,1966,berline,classique,break,

La première Toyota Corolla a été introduite au Japon en 1966. Disponible en deux carrosseries distinctes (berline deux et quatre portes, et break deux portes), la Corolla a été conçue pour être une voiture du peuple. Cependant, elle affichait une qualité de fabrication et une dotation de série à faire pâlir les segments supérieurs.

Toyota,Corolla,50 ans,anniversaire,japon,1966,berline,classique,break,

Elle proposait un levier de vitesses au plancher, une avancée remarquable à l’époque. À l’avant, des sièges séparés de type baquet offraient un excellent support, et, à l’arrière, la banquette était tellement généreuse qu’elle s’apparentait à un canapé du salon. Bien que cette voiture ait été classée dans la catégorie des véhicules compacts, son toit surélevé ménageait un espace intérieur royal.

Étymologiquement, Corolla est un mot latin qui signifie couronne de fleurs. Ce nom avait été retenu dans l’espoir que ce véhicule serait florissant sur le marché de l’automobile. Et ce fut exactement le cas: en trois ans, la Corolla de première génération est devenue le véhicule le plus vendu au Japon, et elle a rapidement été commercialisée dans d’autres pays du monde entier.

Toyota,Corolla,50 ans,anniversaire,japon,1966,berline,classique,break,

Une analyse approfondie et la prise en compte des commentaires des clients ont fait partie intégrante de l’élaboration de chaque nouvelle génération de Corolla. Ainsi, Toyota a développé plus avant la philosophie qui sous-tend la création de la première Corolla - une voiture de qualité, de durabilité et de fiabilité (QDR) supérieures – avec la ferme volonté de dépasser les attentes de la clientèle dans tous les domaines clés mis en évidence par leurs commentaires.

Le dernier maillon de cette évolution est la nouvelle Corolla 2016 – digne héritière d’une lignée qui remonte à 50 ans, en constante évolution et conçue pour répondre aux divers besoins d’une clientèle mondiale. Elle brille par un design extérieur prestigieux, met largement l’accent sur la qualité sensorielle, la générosité de son habitacle et des niveaux plus élevés d’équipements technologiques et de sécurité.

Les 50 ans d’histoire de la Corolla sont jalonnés d’évolutions constantes en termes de technologies et de qualité. La Corolla est emblématique des efforts continus déployés par Toyota pour anticiper les besoins des clients et construire des voitures toujours meilleures.

Toyota,Corolla,50 ans,anniversaire,japon,1966,berline,classique,break,

44 millions d’unités produites dans 16 usines du monde

En novembre 1966, Toyota a ouvert une nouvelle usine à Takaoka, préfecture d’Aichi, exclusivement dédiée à la production de la Corolla. Deux ans plus tard, en s’inscrivant dans une volonté de fournir des véhicules propres à chaque région, la production a commencé en Australie et en Malaisie.

De 1965 à 1968, Toyota a plus que doublé sa production annuelle totale, passant de 480 000 à 1,1 million de véhicules. Cet essor témoigne de la contribution significative de la Corolla à la croissance de l’entreprise.

Toyota,Corolla,50 ans,anniversaire,japon,1966,berline,classique,break,

En Europe, la Corolla a été introduite en avril 1967. Le site Toyota Motor Manufacturing Turkey (TMMT) de Sakarya, en Turquie, a commencé la production en Europe en 1994, avec le modèle de 7e génération. Vinrent ensuite les 8e et 9e générations, suivies plus tard par la 11e génération de Corolla en 2013.

Toyota,Corolla,50 ans,anniversaire,japon,1966,berline,classique,break,

Les exportations de la Corolla en Amérique du Nord ont commencé en 1968, et les premiers succès commerciaux sur ce marché ont contribué à ce que les ventes mondiales cumulatives atteignent la barre du million d’unités seulement quatre ans après le lancement.

En 1997, la Corolla est devenue le modèle le plus vendu au monde, avec des ventes mondiales cumulatives dépassant 22,65 millions d’unités. En 2013, la Corolla avait déjà été écoulée à 40 millions d’unités dans le monde entier.

Toyota,Corolla,50 ans,anniversaire,japon,1966,berline,classique,break,

Actuellement produite dans 16 usines du monde, plus de 44 millions ont trouvé acquéreur. La Corolla représente à elle seule un cinquième des véhicules vendus au cours des 79 ans d’existence de Toyota. Plus de 1 million d’unités ont été vendues chaque année depuis 2002. L’an dernier, un total de 3 670 Corolla ont été vendues chaque jour à travers plus de 150 pays et régions.

Toyota,Corolla,50 ans,anniversaire,japon,1966,berline,classique,break,

22:41 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Histoire, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : toyota, corolla, 50 ans, anniversaire, japon, 1966, berline, classique, break | | |

Nissan,Pulsar,new,nouvelle,berline,compacte,europe,salon,paris,mondial,2014,septembre,présentation,essence,diesel,traction,classique

A force de nous rabattre les oreilles avec le succès des SUV, comme si tout le monde en voulait à tout prix, nous avons failli croire que les berlines n'avaient plus d'avenir. Et puis voilà que Nissan annonce le retour d'une compacte. En Belgique, depuis que la discrète Almera s'est éclipsée, en 2006, on n'avait plus vu ça.

Nissan,Pulsar,new,nouvelle,berline,compacte,europe,salon,paris,mondial,2014,septembre,présentation,essence,diesel,traction,classique

Pour effectuer son retour dans le segment, la firme a choisi une appellation déjà employée par le passé, et encore en vigueur sur certains marchés, celle de Pulsar. En revanche, la carrosserie est inédite. Même si le dessin des vitrages évoque la Tiida vendue en Chine, qui prête sa plate-forme, les phares, la calandre ou les feux arrière font plutôt penser aux nouveaux Qashqai et X-Trail.

Nissan,Pulsar,new,nouvelle,berline,compacte,europe,salon,paris,mondial,2014,septembre,présentation,essence,diesel,traction,classique

Longue de 4,39 m, et bâtie sur un empattement de 2,7 m, cette Nissan annonce une habitabilité supérieure à la moyenne. Fabriquée en Espagne, à Barcelone, la Pulsar sera commercialisée cet automne, dans la foulée de sa présentation au Salon de Paris.

Nissan,Pulsar,new,nouvelle,berline,compacte,europe,salon,paris,mondial,2014,septembre,présentation,essence,diesel,traction,classique

Pour vous séduire, elle pourra compter sur un diesel d'origine Renault, le 1.5 dCi 110, et sur deux blocs essence modernes, à injection directe et turbo: le 1.2 DIG-T de 115 ch et le vigoureux 1.6 DIG-T de 190 ch, qui sera commercialisé en 2015. Une offre qui rappelle celle du nouveau Qashqai, tout comme les technologies disponibles. La Pulsar pourra en effet recevoir un freinage d'urgence automatique, une surveillance d'angle mort, un système multimédia connecté à Internet ou une alerte de franchissement de file.

Nissan,Pulsar,new,nouvelle,berline,compacte,europe,salon,paris,mondial,2014,septembre,présentation,essence,diesel,traction,classique

12:21 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nissan, pulsar, new, nouvelle, berline, compacte, europe, salon, paris, mondial, 2014, septembre, présentation, essence, diesel, traction, classique | | |

seat,toledo,berline,tricorps,hayon,classique,espagniole,volkswagen,plateforme,MQB,TDI,TSI,futur,next,generation,2013

Vous avez trouvé la nouvelle Skoda Rapid peu inspirée? Vous n'allez pas aimer la nouvelle Seat. Basée sur la même plate-forme, la Toledo est une berline 5 portes tricorps à grand hayon. La calandre trapézoïdale, le porte-immatriculation et le centre du bouclier avant présentent une forme de sablier. Quoiqu'il en soit l'extrême sagesse émanant de tout cela donne un sentiment de solidité et de classicisme peu en accord avec le caractère que la marque ibérique offrait encore il y a quelques années avec ses Evo1 & 2 et autres FR ou Cupra...

seat,toledo,berline,tricorps,hayon,classique,espagniole,volkswagen,plateforme,MQB,TDI,TSI,futur,next,generation,2013

Techniquement, la Seat Toledo utilise la nouvelle plate-forme MQB partagée avec la nouvelle Audi A3 et les futures Skoda Rapid et Volkswagen Golf VII. Sous le capot, Seat récupérera évidemment des blocs d'origine Volkswagen avec des essences TSI allant de 75 ch à 122 ch et le 1.6 TDI de 105 ch dont une version Ecomotive à 104 g CO2/km. Un diesel de 90 ch arrivera plus tard. Cette nouvelle venue sera dévoilée au Salon de Paris en septembre. Sa commercialisation n'est pas attendue chez nous avant 2013.

seat,toledo,berline,tricorps,hayon,classique,espagniole,volkswagen,plateforme,MQB,TDI,TSI,futur,next,generation,2013

12:27 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seat, toledo, berline, tricorps, hayon, classique, espagniole, volkswagen, plateforme, mqb, tdi, tsi, futur, next, generation, 2013 | | |

Audi A8

Malgré ses optiques plus agressives et sa calandre chanfreinée, la nouvelle Audi A8 nous semble un peu trop conservatrice. Pourtant,  les modifications apportées à cette troisième génération sont bien plus nombreuses qu'il n'y paraît. Présentée au prochain Salon de Detroit, en janvier 2010, et commercialisée en avril, la limousine Audi revoit en effet toute sa panoplie technologique en s'offrant même quelques premières. Son système de navigation MMI Plus sera ainsi capable de "communiquer" avec les assistances à la conduite: à l'approche d'un virage, la boîte automatique pourra par exemple rétrograder automatiquement, alors que l'éclairage directionnel choisira d'illuminer l'intérieur de la courbe.

Audi A8'

L'autre nouveauté, c'est l'arrivée d'une interface d'utilisation totalement repensée. Si la traditionnelle molette et son cortège de boutons restent en place, elles se complètent, en option, d'un pavé tactile. Il sera ainsi possible de saisir le nom d'une destination du bout du doigt. Ou de choisir l'une des six stations de radios présélectionnées grâce à un clavier qui apparaît au même endroit. Mais l'A8 s'efforce également de combler son retard sur les BMW Série 7, Mercedes Classe S et autres Lexus LS: vision de nuit, boîte automatique à huit rapports, Stop & Start (réservé au V6 diesel), connexion internet, système d'anticipation des chocs par l'avant comme par l'arrière...

Audi A8''

Plus longue de 8 cm que sa devancière (5,14 m), l'Audi A8 devrait toujours figurer parmi les plus légères de la catégorie, aux côtés de la Jaguar XJ. Normal: ces deux limousines restent fidèles à une construction en aluminium. Voilà qui aidera à afficher des émissions de CO2 plutôt réduites pour le segment... du moins, dans un second temps. Car au lancement, seuls deux V8 opulents seront proposés. Toujours atmosphérique, le 4.2 FSI essence gagne ainsi 22 ch, annonçant désormais 372 ch. Tandis que le 4.2 TDI reste au programme, et grimpe à 350 ch. Mais le meilleur est à venir. Si le V10 de la S8 devrait être abandonné, l'Audi A8 W12 sera ainsi reconduite. Elle passera même de 6 à 6,5 l de cylindrée et recevra deux turbos, pour dépasser les 500 ch.

Audi A8'''

A l'autre extrémité, un V6 3.0 TDI revu sera également proposé, dans trois configurations: 250 ch et transmission intégrale dans un premier temps, puis 204 ch et traction avant. Avec ses émissions de CO2 de seulement 159 g/km, cette dernière variante atteindra un niveau de consommation inédit pour la catégorie, et échappera ainsi au gros malus. Une déclinaison biturbo d'environ 300 ch est aussi prévue, alors qu'un quatre-cylindres 2.0 TDI biturbo pourrait même s'inviter sous le capot, histoire d'abaisser encore les consommations. En essence, le V6 à compresseur des A6, S4, S5 Cabriolet et Sportback est aussi au programme, de même qu'un nouveau V8 suralimenté. Bref, le choix s'annonce large. Et le châssis n'a pas été oublié: équipée de série d'une suspension pneumatique, l'A8 troisième du nom pourra recevoir, en option, le différentiel arrière actif apparu sur la S4, pour rehausser son agilité.

X_13311_14
 

10:26 Écrit par Benoît Lays dans Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : audi, a8, janvier, 2010, nouvelle, classique, limousine | | |