rallye,belgique,championnat,BMA,DG Sport,équipes,Volkswagen,Polo,GTI,R5,neuves,achat,THX Racing

Décidément, alors que certains ne cessent de prédire la fin des compétitions routières et la mort annoncée du Championnat de Belgique des Rallyes, il semblerait que certains veulent encore y croire. Et on ne peut que les encourager! Ainsi, Volkswagen Motorsport vient de confirmer les équipes-clientes ayant acheté de nouvelles Polo GTI R5 et parmi celles-ci, deux belges. Dont une certaine THX Racing nous ayant intrigué...

Le communiqué de presse du Belgian VW Club est venu nous éclairer. En fait, il s'agira d'une nouvelle structure dirigée par Christian Jupsin, Monsieur DG Sport, issue d'une nouvelle collaboration entre l'équipe theutoise et de nouveaux investisseurs.

rallye,belgique,championnat,BMA,DG Sport,équipes,Volkswagen,Polo,GTI,R5,neuves,achat,THX Racing

"Le THX Racing est en effet une nouvelle structure", explique Christian. "Mais elle s’appuie bien évidemment sur les compétences techniques et sportives de DG Sport, une équipe qui a prouvé son savoir-faire ces dernières saisons. Le THX Racing est le fruit d’une collaboration avec de nouveaux investisseurs et partenaires. Tout en bénéficiant de l’expérience acquise avec DG Sport, cette nouvelle formation sera indépendante et aura sa propre autonomie. L’organisation du THX Racing et ses projets avec le Belgian VW Club seront dévoilés plus en détails très prochainement, mais je peux vous dire que nous sommes très impatients de débuter cette nouvelle aventure."

rallye,belgique,championnat,BMA,DG Sport,équipes,Volkswagen,Polo,GTI,R5,neuves,achat,THX Racing

De son côté, et là nous le savions déjà, Bernard Munster a acquis pas moins de deux exemplaires pour son team BMA.

"En accumulant les titres mondiaux entre 2013 et 2017, Volkswagen Motorsport a plus que démontré sa capacité à développer des voitures de rallye très performantes", explique "Big Bernie". "Je n’ai aucun doute quant au fait que cette Polo GTI R5 sera redoutable! Clairement, VW Motorsport a choisi une approche à la fois méthodique et intelligente, notamment en limitant le nombre de voitures vendues pour pouvoir assurer un service après-vente de qualité."

rallye,belgique,championnat,BMA,DG Sport,équipes,Volkswagen,Polo,GTI,R5,neuves,achat,THX Racing

Au-delà de l’aspect purement rationnel et sportif, Bernard Munster sait aussi que son équipe pourra bénéficier d’un soutien, encore à déterminer, du Belgian VW Club. "Je connais l’enthousiasme du Belgian VW Club et, de manière générale, de Volkswagen Belgique pour la compétition", poursuit-il. "Au début de ma carrière, c’est d’ailleurs grâce au Club que j’ai eu mon premier volant officiel. C’était en 1985, lorsque j’avais terminé 3e des Boucles de Spa avec une quattro, avant de piloter une VW Golf GTI soutenue par le Belgian VW Club en 1988. Dès les premiers contacts à propos de la Polo GTI R5, j’ai senti qu’il y avait vraiment la volonté de construire quelque chose de bien ensemble. C’est très motivant!"

Mais ne nous emballons pas! En effet, les Volkswagen Polo GTI R5 ne seront livrées aux équipes qu'au quatrième trimestre de l’année 2018. Si tout se passe comme prévu, les équipes BMA et THX Racing souhaiteraient engager leurs montures lors du Rallye du Condroz, la finale du Championnat de Belgique programmée le premier week-end de novembre à Huy.

rallye,belgique,championnat,BMA,DG Sport,équipes,Volkswagen,Polo,GTI,R5,neuves,achat,THX Racing

16:19 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rallye, belgique, championnat, bma, dg sport, équipes, volkswagen, polo, gti, r5, neuves, achat, thx racing | | |

rallye,belgique,championnat,ouverture,reglement,nouveautés,R2,épreuves,éligibles,points,

C'est une excellente décision que viennent de prendre les organisateurs du Championnat de Belgique des rallyes (BRC). En effet, dorénavant, seuls six résultats seront pris en compte à la fin de la saison, soit un de moins qu'en 2017. Un beau changement pour les pilotes privés qui éprouvent beaucoup de mal à décrocher des budgets pour plus de quatre ou cinq épreuves. Grâce à cette modification réglementaire, ils pourront désormais viser le titre à condition de compléter leur financement pour s'aligner à un sixième rallye. Et ceux qui ont pour mauvaise habitude d'abandonner leur quête du titre s'ils rencontrent des ennuis dans les deux premières épreuves, pourront tenter de rattraper le coup en sachant qu'il leur "suffira" de scorer dans les six derniers rallyes pour l'emporter.

rallye,belgique,championnat,ouverture,reglement,nouveautés,R2,épreuves,éligibles,points,

En clair: le calendrier du Championnat de Belgique des Rallyes comptera cette année encore 9 épreuves. Les concurrents doivent sélectionner un maximum de 8 épreuves dans lesquelles ils pourront marquer des points pour le championnat. Sur ces 8 épreuves, seuls les 6 meilleurs résultats seront retenus pour le classement final du championnat.

rallye,belgique,championnat,ouverture,reglement,nouveautés,R2,épreuves,éligibles,points,

Autre modification bienvenue: les voitures de la catégorie R2 ne sont plus obligées d’utiliser de l’essence du commerce. Elles pourront utiliser du carburant de compétition spécial, ce qui permettra aux R2 à moteur turbocompressé de retrouver leur compétitivité (traduire Ford Fiesta R2).

rallye,belgique,championnat,ouverture,reglement,nouveautés,R2,épreuves,éligibles,points,

Le calendrier du BRC 2018 

24/02              Rally van Haspengouw
9-10/03           Spa Rally
07/04              TAC Rally
27-29/04         Rallye de Wallonie
19/05              Sezoensrally
22-23/06         Renties Ypres Rally
31/08-1/09      Omloop van Vlaanderen
29/09              East Belgian Rally
3-4/11             Rallye du Condroz

rallye,belgique,championnat,ouverture,reglement,nouveautés,R2,épreuves,éligibles,points,

15:42 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rallye, belgique, championnat, ouverture, reglement, nouveautés, r2, épreuves, éligibles, points | | |

essai,test,roadtest,bmw,530d,diesel,touring,break,wagon,SW,propulsion,belgique,prix,

En découvrant cette nouvelle génération de la BMW Série 5 Touring, il faut véritablement écarquiller les yeux pour la différencier de sa devancière. On comprend que BMW n’ait pas envie de trop bousculer sa clientèle traditionnelle mais il est un peu regrettable que le designer belge, Pascal Tanghe, qui était chargé de ce dessin, n’ait pas pu s’exprimer davantage.

essai,test,roadtest,bmw,530d,diesel,touring,break,wagon,SW,propulsion,belgique,prix,

J'aime bien

On s'en doute, en Belgique, cette version 525d devrait constituer le gros des ventes, fiscalité oblige. Son 2.0 4 cylindres est disponible en deux puissances: 211 et 231 ch. BMW annonce un chrono de 6″8 pour le 0 à 100 km/h et une vitesse de pointe à 245 km/h. Des chiffres qui nous paraissent plus que réalistes. Cela posé, la Série 5 break est avant tout une dévoreuse de kilomètres parce que lorsque la route se fait sinueuse, on ressent rapidement les limites imposées par son poids de 1.705 kg. Et l'absence d'un 6 cylindres qui se révèle alors bien plus souple et vigoureux que le petit 4 en ligne....

essai,test,roadtest,bmw,530d,diesel,touring,break,wagon,SW,propulsion,belgique,prix,

Plutôt malin

Banquette en place, le volume du coffre augmente de 10 litres par rapport à l’ancien break, avec 570 litres. En rabaissant la banquette, le volume de chargement atteint 1.700 litres. C’est 30 de plus qu’avant. La Série 5 Touring fait donc mieux que la Volvo V90, mais moins bien que la Mercedes Classe E Break. Du côté de la facilité d’usage, on peut compter sur des boutons dans le coffre pour rabattre la banquette électriquement; un capteur sous le pare-chocs arrière pour ouvrir le hayon d’un simple mouvement du pied; une lunette arrière qui peut s’ouvrir indépendamment du hayon sans oublier le plancher de chargement plat.

essai,test,roadtest,bmw,530d,diesel,touring,break,wagon,SW,propulsion,belgique,prix,

J'aime moins

Pendant longtemps, je me suis levé de bonne heure. Euh pardon, j'ai eu le sentiment que BMW utilisait les mêmes compteurs depuis des siècles. Certes cela faisait la spécificité de la marque à l'hélice mais les retrouver, aussi semblables d'un modèle à l'autre, que vous sautiez d'une M3 à une 118d, cela avait un petit côté redondant. Et bien figurez-vous que maintenant que la nouvelle Série 5 a adopté des compteurs digitaux, les anciennes aiguilles me manquent...  

essai,test,roadtest,bmw,530d,diesel,touring,break,wagon,SW,propulsion,belgique,prix,

Pourquoi je l'achète

La Belgique constitue le cinquième marché mondial de la Série 5 Touring et les choses ne devraient pas changer tant que la législation sur les véhicules de société n’évoluera pas drastiquement. Cela dit, le futur propriétaire découvrira des équipements optionnels particulièrement valorisants comme le revêtement en cuir de la planche de bord, le système multimédia avec de nombreuses fonctions de connectivité, streaming musical et même commande gestuelle ou encore la Display Key avec fonction de parking télécommandé. Comme toujours chez BMW et à ce niveau de gamme, la finition est irréprochable et l’habitabilité se montre royale.

essai,test,roadtest,bmw,530d,diesel,touring,break,wagon,SW,propulsion,belgique,prix,

Pourquoi je ne l'achète pas

La timidité des évolutions stylistiques et la lourdeur globale de la 525d Touring font qu’elle ne figurerait pas sur notre shopping list. Sans parler d’un budget que nous n’avons pas (à partir de 59.200 euros).

essai,test,roadtest,bmw,530d,diesel,touring,break,wagon,SW,propulsion,belgique,prix,

essai,test,roadtest,bmw,530d,diesel,touring,break,wagon,SW,propulsion,belgique,prix,

essai,test,roadtest,bmw,530d,diesel,touring,break,wagon,SW,propulsion,belgique,prix,

essai,test,roadtest,bmw,530d,diesel,touring,break,wagon,SW,propulsion,belgique,prix,

16:33 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, roadtest, bmw, 530d, diesel, touring, break, wagon, sw, propulsion, belgique, prix | | |

test,essai,roadtest,mazda,MX5,MX-5,RF,propulsion,2.0,skyactivG,automatique,6,rapports,belgique,exclusif,avis,2017,roadster,cabriolet

Alors que la Belgique est le troisième marché européen de la Mazda MX-5, le constructeur japonais a élargi son public en proposant une version hard-top de cette quatrième génération du petit roadster appelée RF pour Retractable-Fastback. Contrairement à l'exercice précédent qui offrait une silhouette semblable au cabriolet une fois son toit en dur rentré dans son emplacement, cette version 2017 propose une carrosserie modifiée avec deux arches placées derrière l'habitacle et reliées entre elles par une traverse noire. De quoi lui donner un style assez différent du cabriolet...

test,essai,roadtest,mazda,MX5,MX-5,RF,propulsion,2.0,skyactivG,automatique,6,rapports,belgique,exclusif,avis,2017,roadster,cabriolet

J'aime bien

Soyons honnête, même si les suspensions se révèlent moins rigides que sur la version à toile, j'ai retrouvé les sensations du cabriolet. Le poids ne souffre pas trop de l'ajout de ce toit en dur et de son mécanisme qui coûtent au final 45 kilos. On retrouve ainsi une propulsion vive et précise qui se montre joueuse lorsqu'on déconnecte les assistances. Son 2.0 atmo de 160 chevaux se révèle réactif et son chant n'est pas déplaisant.

test,essai,roadtest,mazda,MX5,MX-5,RF,propulsion,2.0,skyactivG,automatique,6,rapports,belgique,exclusif,avis,2017,roadster,cabriolet

Plutôt malin

Ce toit en dur devrait rassurer les peureux qui imaginent leur joli toit en toile vandalisé. Et puis en hiver, on apprécie cette couche de métal au-dessus de la tête qui garantit un confort plus chaleureux. Enfin, les grands gabarits seront ravis de savoir qu'ils y gagneront quelques centimètres au-dessus de leur tête.

test,essai,roadtest,mazda,MX5,MX-5,RF,propulsion,2.0,skyactivG,automatique,6,rapports,belgique,exclusif,avis,2017,roadster,cabriolet

J'aime moins

Il faut à nouveau composer avec des espaces de rangement minimalistes puisqu'il faut toujours de contenter de la trappe entre les sièges et un coffre de 127 litres. Certes, l'utilisation de la MX-5 n'est pas destinée au transport de famille nombreuse mais pouvoir déposer son smartphone dans un emplacement idoine n'est pas un caprice il me semble.

test,essai,roadtest,mazda,MX5,MX-5,RF,propulsion,2.0,skyactivG,automatique,6,rapports,belgique,exclusif,avis,2017,roadster,cabriolet

Pourquoi je l'achète 

Cette nouvelle silhouette "Targa" rend la MX-5 encore plus désirable à nos yeux. Pour 2.500 euros supplémentaires, elle offre donc ce toit rigide et son mécanisme qui plaira aux amateurs de cinématique. Son caractère demeure intact et le plaisir de pilotage est préservé. Son moteur 2.0 bien plein est, selon nos confrères, moins pétillant que le petit 1.5 mais je n'ai malheureusement jamais eu le plaisir d'y goûter.

test,essai,roadtest,mazda,MX5,MX-5,RF,propulsion,2.0,skyactivG,automatique,6,rapports,belgique,exclusif,avis,2017,roadster,cabriolet

Pourquoi je ne l'achète pas

Ayant hérité d'une MX-5 RF début décembre, je n'ai jamais eu l'occasion de rouler sans le toit. Et c'est pourtant là que bon nombre de confrères ont émis leur principal grief à l'encontre de cette version à cause de bruits de vent trop présents sans parler des remous au delà de 80 km/h. Equipé d'une boîte automatique à 6 rapports et palettes au volant, mon exemplaire s'est révélé trop bourgeois à mon goût à cause de réactions trop lentes de la part de cette transmission davantage axée vers le marché américain. Affichée à partir de 31.690€, cette variante perd pourtant 20 km/h en pointe à cause de sa boîte.

test,essai,roadtest,mazda,MX5,MX-5,RF,propulsion,2.0,skyactivG,automatique,6,rapports,belgique,exclusif,avis,2017,roadster,cabriolet

22:16 Écrit par Benoît Lays dans Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : test, essai, roadtest, mazda, mx5, mx-5, rf, propulsion, 2.0, skyactivg, automatique, 6, rapports, belgique, exclusif, avis, 2017, roadster, cabriolet | | |

RACB,awards,bruxelles,belgique,driver,year,thierry,neuville,stoffel,vandoorne,WRC,F1

C’est ce jeudi soir que la traditionnelle cérémonie des RACB Awards s’est déroulée à l’Auditorium 2000 du Heysel.  Thierry Neuville, auteur d’une saison éblouissante en WRC et vice-champion du monde de la discipline, y a reçu le titre honorifique de Driver of the Year devant Stoffel Vandoorne et Dries Vanthoor.

Une salle comble, un public passionné et connaisseur. A quelques jours des fêtes de fin d’année, il est de coutume que le sport automobile belge célèbre les plus performants de ses représentants tant au niveau des pilotes que des teams. Dénominateur commun à tous ces acteurs : ils ont brillamment porté les couleurs belges chez nous ou sur la scène internationale.

Cette année encore, la cérémonie s’est clôturée par le titre Driver of the Year. Sous des applaudissements nourris, François Cornelis, Président du Royal Automobile Club de Belgique, a remis cette prestigieuse récompense à Thierry Neuville. Après 2011, 2013 et 2016, c’est la 4e fois que le rallyman originaire de Saint-Vith devient Driver of the Year. Ce titre est décerné au terme du vote des journalistes du sport automobile établi en deux phases auquel s’ajoute le vote des dix premiers pilotes les mieux classés en fin de saison.

RACB,awards,bruxelles,belgique,clovis,driver,year,thierry,neuville,stoffel,vandoorne,WRC,F1

Thierry Neuville a logiquement remporté le titre 2017 tant ses résultats ont été époustouflants en WRC. Vainqueur de quatre rallyes mondiaux, notre compatriote est monté quatre fois de plus sur le podium. Jusqu’à l’avant-dernier rendez-vous du calendrier, il a contesté le titre à Sébastien Ogier et termine, pour la 3e fois, vice-champion du monde.

Stoffel Vandoorne, dont c’était la première saison en qualité de titulaire au sein de l’écurie McLaren-Honda, s’est porté au 2e rang de ce classement honorifique alors que Dries Vanthoor, remarquable d’aisance malgré son jeune âge dans les épreuves de Grand Tourisme et vainqueur de sa catégorie aux 24 Heures du Mans, a complété le podium.

RACB,awards,bruxelles,belgique,clovis,driver,year,thierry,neuville,stoffel,vandoorne,WRC,F1

Parmi les autres temps forts de cette soirée, le titre Rookie of the Year a été décerné à Guillaume De Ridder, 3e en championnat du monde de rallycross dans la catégorie RX2. Fort de sept titres cette année, le W Racing Team est le Team of the Year. Enfin, Stéphane Ratel a reçu, des mains du Ministre de la Mobilité François Bellot, le Honorary Mention. Le CEO de SRO Motorsports Group est l’architecte du renouveau des Total 24 Hours of Spa, l’épreuve d’endurance de référence au niveau mondial pour les voitures de Grand Tourisme.

Résultats «Driver of the Year»

1.Thierrry Neuville

2.Stoffel Vandoorne

3.Dries Vanthoor

4.Maxime Martin

5.Maxime Soulet

 

Team of the Year (vainqueur)

WRT

 

Rookie of the Year (vainqueur)

Guillaume De Ridder

 

Honorary Mention

SRO Motorsports Group

RACB,awards,bruxelles,belgique,clovis,driver,year,thierry,neuville,stoffel,vandoorne,WRC,F1

22:26 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : racb, awards, bruxelles, belgique, clovis, driver, year, thierry, neuville, stoffel, vandoorne, wrc, f1 | | |

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

Même si Opel n’insiste pas trop là-dessus, le Crossland X remplace bel et bien le minispace Meriva. Haut, assez spacieux et pratique à l'intérieur, le nouveau venu possède les attributs de son prédécesseur mais il offre cependant moins de place aux occupants arrière. Et puis la disparition du système d'ouverture des portes du Meriva (comme sur une Rolls Royce) attristera les amateurs d'originalité technique.

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

Pour concocter ce rival des VW Tiguan ou autres Peugeot 2008, Opel a fait dans la simplicité. Faute de plate-forme moderne disponible, il s'est adressé à PSA. Première Opel élaborée sur une base française, le Crossland X emprunte donc l'architecture et les moteurs des Peugeot 208 et 2008 et des Citroën C3 et C4 Cactus. Il a même eu l'honneur de devancer de quelques mois son frère, le Citroën C3 Aircross qui franchit actuellement les portes des concessions. Et l'Opel comme le modèle de la marque aux chevrons sont produits dans la même usine de Saragosse en Espagne, un site appartenant à l'allemand.

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

J'aime bien

Extérieurement, le Crossland X est plutôt réussi avec un toit gris ou noir qui sied à merveille au reste de la carrosserie surtout lorsque celle-ci est parée de couleurs vives. L’arrière est davantage stylé que l’avant, plus fade mais on aime assez cette ligne latérale, courbe et chromée de la custode qui marque les dernières Opel.

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

Plutôt malin

Le moteur tri-cylindre PSA 1.2 Pure Tech dans sa version de 130 ch se révèle très alerte, grimpe allègrement dans les tours et procure une vivacité plaisante. Il n'est nullement ridicule sur route ou autoroute et il permet de suivre des bolides bien mieux fournis. Les longs trajets sont envisageables sereinement mais si vous fréquentez les autoroutes allemandes, prévoyez de nombreux passages à la pompe parce qu’à 160 km/h, la consommation affichée grimpe à 12 l/100. La boîte de vitesses manuelle est typée Opel et ne supporte pas les passages à la volée. Ça tombe bien, la sportivité n’est vraiment pas la tasse de thé de cet engin!

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

J'aime moins

Contrairement au C3 Aircross que nous citions plus haut, l’intérieur de l’Opel est d’un classicisme fou. Certes, tout est à sa place et relativement facile à trouver mais on regrette les plastiques bas de gamme en partie basse de la planche de bord et sur la console, dignes d’une Dacia. Le tout est bien peu valorisant, d'autant que la finition générale est très moyenne. Serait-ce déjà l’influence de PSA?

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

Pourquoi je l'achète

L'Opel affiche des prix proches de la concurrence, mais l'équipement est plus généreux. Dans cette finition Innovation, le Crossland X 1.2 Turbo BM6 est affiché à 21.600€. Il emporte, en plus par rapport à la finition Edition, l’accoudoir central avant, le volant gainé de cuir, le pack Comfort, le double plancher de chargement, la climatisation électronique, les jantes en alliage Diamond Cut de 16″ ou encore le Sight & Light Pack (capteur de pluie, automatic light control, rétro intérieur jour/nuit automatique, pare-soleil avec miroirs de courtoisie éclairés).

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

Pourquoi je ne l'achète pas

Le confort n’est pas le point fort de cette Opel. La marque au Blitz a indubitablement durci les trains roulants d'origine PSA. Les inégalités et ralentisseurs génèrent ainsi pas mal de trépidations. Pour une petite voiture familiale, c'est définitivement trop ferme! Et puis le confort auditif est par ailleurs perfectible. Aux bruits du moteur s'ajoutent celui des suspensions ainsi que quelques grincements de mobilier intérieur très agaçants sur mauvais revêtement (en provenance du siège conducteur).

essai,test,road,SUV,opel,new,Crossland X,essence,1.2,Turbo,PSA,130,BM,transmission,manuelle,belgique,prix,options,avis,expérience

11:55 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, road, suv, opel, new, crossland x, essence, 1.2, turbo, psa, 130, bm, transmission, manuelle, belgique, prix, options, avis, expérience | | |

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

A priori, ce titre peut sembler contradictoire lorsqu'on sait que les courses disputées ce week-end sur le plus beau circuit du monde ne concernaient que des voitures anciennes. Pourtant, cette deuxième plongée de l'année au cœur des véhicules historiques, après notre découverte du Concours d'Elégance de la Villa d'Este, nous a donné un véritable coup de fouet.

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

En cette période obscurantiste où les passionnés d'automobile et de pilotage sont perçus comme de dangereux déviants, il est bon de se retrouver, l'espace d'un week-end, entre passionnés. On profite au maximum des odeurs d'huile de ricin, du chant des moteurs qui s'échauffent dans les stands ou encore du spectacle sur la piste. L'ambiance est conviviale et l'on déambule dans les paddocks, attirés par certaines voitures, intrigués par d'autres. Les propriétaires-pilotes ne sont jamais bien loin et toujours prêts à partager leur passion. Bref, le temps passe vite et l'on ne se lasse pas d'admirer ces joyaux.

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

L’épreuve phare de ce rendez-vous est celle qui a donné son nom à l’épreuve, les Spa Six Hours Endurance. Une épreuve qui a proposé un affrontement de grande qualité entre les... 16 Ford GT40 Replica présentes au départ! Si la GT40 #9 de Frank Stippler, Michael Funke et Georg Nolte a longtemps occupé la tête du classement, elle a finalement dû baisser pavillon face à la #55 des spécialistes Britanniques Chris Ward et Andrew Smith, qui ont décroché leur première victoire dans la classique ardennaise. Il s'agissait du septième succès consécutif d'une GT40, la douzième victoire de la légendaire Ford en un quart de siècle.

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

Les GT40 Replica ont monopolisé le top 5 final, avec Jason Wright, Michael Gans et Andy Wolfe sur la plus petite marche du podium, devant Shaun Lynn et Andrew Haddon d'une part, Markus Graf Von Oeynhausen et le jeune Belge Nico Verdonck de l'autre. C'est la superbe Aston Martin DB4 GT DP214 de Friedrichs, Hadfield et Mallock qui s'est imposée comme la 'best of the rest', s'offrant une rutilante 6ème place devant les exceptionnelles Lotus Elan 26R des Britanniques Wilson-Stirling-Pittard et Porsche 904 de Fatemi-D'Ieteren, qui ont fièrement trouvé place dans le top 10 au beau milieu de bolides bien plus puissants.

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

Déception pour les Shelby Cobra, avec la #10, soit la version Daytona de Hart-Hart-Pastorelli, contrainte à l'abandon après avoir été omniprésente dans le top 5.

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

Casse moteur spectaculaire de Christophe Van Riet au volant de la #81, parti en tête-à-queue dans la ligne droite devant les stands F1! A noter, côté belge, la 19ème place de Thierry de Latre du Bosqueau et José Close au volant d'une Shelby Cobra.

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

Présent pour la première fois au programme de Spa Six Hours, le Jaguar Classic Challenge, organisé par la maison-mère, a permis aux E-Type de s’en donner à cœur joie, la victoire revenant aux Dodd père et fils devant l’Allemande Rhea Sautter, associée au Britannique Andy Newall.

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

Au bout du compte, Roadbook Organisation peut se féliciter d’une 25ème édition relativement épargnée par la météo. (texte en partie rédigé avec le communiqué de Vincent Franssen).

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

spa,six,hours,francorchamps,circuit,belgique,épreuves,courses,piste,historique,gt40,ford,jaguar,porsche,aston martin

13:39 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : spa, six, hours, francorchamps, circuit, belgique, épreuves, courses, piste, historique, gt40, ford, jaguar, porsche, aston martin | | |

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Il est vraiment particulièrement stylé ce nouveau SUV italien. Certes, nous l'aurons attendu au sein de la gamme Alfa mais on ne regrette pas cette longue attente lorsqu'on en fait le tour. Tout est parfaitement dessiné, il n'y a pas un seul point qui pourrait contrarier le regard. Il y a d'abord cette face avant agressive sans excès avec le V central et ses deux projecteurs en pointe surlignés par les feux de jours en virgule.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Le capot est "enchâssé" dans la face avant comme sur la Giulia. Puis la ligne des flancs est continue jusque l'arrière, tracée d'un trait de crayon sans interruption, sans plis inutiles si ce n'est deux lignes qui partent des ailes avant pour donner une dynamique aux flancs. Long de 4,69 mètres pour 1,90 m de large, l'Alfa Romeo Stelvio est au final, un beau bébé. Sa ceinture de caisse haute, sa faible hauteur de pavillon et ses flancs musclés lui donnent beaucoup de caractère.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Si vous appréciez l'habitacle de la berline, vous ne serez pas dépaysés à bord du Stelvio. La planche de bord est pratiquement identique, à quelques détails près. Comme pour l'extérieur, Alfa joue la carte de la sobriété de bon goût. Et force est de constater que la finition marque de nets progrès par rapport aux anciennes productions d'Alfa. Cuir de qualité, plastiques moussés, vrai bois... L'ensemble est bien réalisé et n'a plus vraiment à rougir de la comparaison avec la concurrence germanique.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Certains détails font la différence, comme ce volant à méplat et à jante fine, ce démarreur digne d'une voiture de course et ces compteurs analogiques du plus bel effet. Sans oublier les grandes palettes métalliques derrière le volant qui ressemblent à ce que l'on peut trouver à bord de voitures de course. Sincèrement, certaines marques allemandes feraient bien de s'en inspirer. L'équipement est aussi digne des meilleures routières: sellerie en cuir pleine fleur, Jantes de 20 pouces avec des Michelin Latitude Sport 3, GPS à cartographie Europe, régulateur de vitesse adaptatif...

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Les places arrière sont accueillantes mais on y est moins choyés qu'à l'arrière de la Giulia. Le coffre n'est pas énorme avec ses 525 litres mais ses formes régulières permettent un chargement facile. Mais clairement, la facilité d'utilisation n'a pas été sa priorité malgré son appartenance à la catégorie des SUV.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Pas totalement aveugles, on soulignera l'aspect un peu daté du système de navigation et la résolution discutable de la caméra de recul, d'ailleurs indispensable en raison de la visibilité très moyenne vers l'arrière. Notre exemplaire d'essai comptait déjà plus de 10.000 km et sur les routes pavées et bosselées de la région liégeoise, quelques bruits de mobilier se faisaient entendre mais on précisera qu'on a la vilaine manie de rouler très souvent sans musique.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Non pas que le bruit du 4 cylindres 2.0 turbo essence soit particulièrement envoûtant. A sa décharge, il faut avouer qu'il pousse fort. Avec 280 ch annoncés et 400 Nm à 2.250 tr/min, il fait vite oublier les Diesel. Et certains concurrents ne peuvent en dire autant à l'exemple d'un Porsche Macan n'offrant que 250 ch. Mais là où Alfa marque encore plus de points à nos yeux, c'est sur le chapitre du poids puisqu'il est donné pour 1.660 kg à vide grâce à l'usage d'aluminium et de fibre de carbone. Le surpoids généré par la transmission intégrale Q4 se limitant d'ailleurs à 60 kg.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Moteur puissant, masse contenue, mais aussi une excellente boîte automatique ZF à 8 rapports permettent au Stelvio de montrer ses muscles. Les accélérations sont impressionnantes, d'autant que les passages de rapports sont extrêmement rapides en mode Dynamique bien sûr. Seules 5"7 sont nécessaires pour abattre le 0 à 100 km/h. On connait un anglais qui a voulu faire le malin à bord de sa Mitsubishi Lancer Evo8 très bruyante mais qui a dû abdiquer. La facilité avec  laquelle ce SUV atteint des vitesses répréhensibles est bluffante.

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Bon, ne nous faites pas écrire ce que l'on ne pense pas. Il ne s'agit en rien d'un véhicule sportif. La mécanique est plus linéaire que rageuse et le poids, même contenu, vous rappelle à l'ordre en cas d'excès d'optimisme en virage. Par contre, son couple et sa puissance linéaire ne dépayseront pas les intoxiqués au mazout. Comme toujours, la consommation de ce moteur turbo est à la carte: raisonnable aux allures usuelles (environ 9 litres aux 100 km), mais bien plus élevée en jouant avec le rupteur (15 litres aux 100 km).

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

Contrairement aux idées reçues, même si on est journaliste automobile, on n'est pas totalement idiot et on se doute bien que ce n'est pas cette super version essence de 280 ch qui va connaître le succès chez nous. Pourtant, on reste persuadé qu'un SUV en-dessous de 200 ch n'est pas vivable au quotidien... Plus sérieusement, c'est évidemment le 2.2 diesel de 150 ch (39.550€) que l'on risque de croiser le plus dans nos rues. La version essence qui nous était gentiment confiée par l'importateur coûte 50.550€. Ah oui, Alfa Romeo envisage de venir taquiner les M de BMW et les AMG de Mercedes avec un Stelvio Quadrifoglio équipé du 3.0 V6 de 510 ch emprunté à la Giulia. Miam, miam! Plus de photos ici

alfa,romeo,stelvio,2017,essai,test,route,essence,2.0,turbo,280,belgique,4x4,suv,style,classe,sportif,dynamique

12:09 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alfa, romeo, stelvio, 2017, essai, test, route, essence, 2.0, turbo, 280, belgique, 4x4, suv, style, classe, sportif, dynamique | | |

carrosserie,réparations,smartrepair,az partner,belgique,reseau,technique,nouvelle,new,

Il existe désormais un site internet entièrement dédié à la réparation de légers dégâts via la technique du Smart Repair. Pour rappel, il s’agit d’une technologie révolutionnaire qui permet de réparer un dégât directement sur le véhicule au lieu de remplacer une partie entière de la carrosserie. Pour le client, les avantages sont multiples aussi bien pour sa voiture, que pour son budget ou encore son confort personnel.

Concrètement, on peut facilement trouver cinq avantages aux interventions d’une carrosserie Smart Repair :

1. Le carrossier intervient directement sur le véhicule sans devoir remplacer la pièce endommagée. La qualité et la structure d’origine de la voiture sont ainsi conservées avec pour résultat une réparation moins visible et plus durable.

2. Cette intervention ciblée et très localisée permet de réduire considérablement le coût de la réparation.

3. Puisque le Smart Repair ne demande aucun démontage, l’assemblage originel de la voiture demeure intact. Un atout précieux lors de la revente de la voiture sur le marché de l’occasion.

4. Le gain de temps est également un atout indiscutable de cette technique. Grâce à l’intervention ciblée du Smart Repair, le véhicule est immobilisé moins longtemps. Cela signifie également que moins d’heures de travail seront comptées sur le devis.

5. La faible quantité de produits employés par le Smart Repair consomme moins d’énergie, réduit les nuisances et préserve mieux ainsi la nature.

carrosserie,réparations,smartrepair,az partner,belgique,reseau,technique,nouvelle,new,

Parmi les spécialistes de cette technique de réparation inédite, on peut citer le réseau national de carrosseries absOne qui innove dans le monde de la carrosserie grâce au Smart Repair. Chez eux, on vous garantit une réparation moins coûteuse et plus rapide.

Avec la combinaison de ces techniques innovantes, le dégât peut être effacé entre une heure et demie et quatre heures en moyenne, quelle que soit l’ampleur de la réparation. Pour faciliter l’attente, les réparateurs proposent une salle d’attente conviviale avec wifi et café gratuit au sein de leur atelier.

Nouveau réseau en pleine expansion, absOne compte actuellement 15 carrossiers indépendants à travers la Belgique. Ces 15 membres font également partie d’ABS, groupement national qui existe depuis plus de 20 ans et qui prend en charge toutes les sortes de dégâts en carrosserie, quel que soit le type ou la marque du véhicule.

carrosserie,réparations,smartrepair,az partner,belgique,reseau,technique,nouvelle,new,

09:50 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Divers, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : carrosserie, réparations, smartrepair, az partner, belgique, reseau, technique, nouvelle, new | | |

voitures,électriques,belgique,2025,Wallonie,marché,politique,voitures,thermiques,interdiction

Dans la foulée de l’annonce de cette merveilleuse idée issue des cerveaux de nos nouvelles autorités politiques wallonnes, voici une liste de points qui sont actuellement encore sans réponse et qui, pourtant, mériteraient une attention particulière et… immédiate !

Imaginons que, effectivement, en 2025, c’est l’arrêt de la commercialisation des voitures à moteur thermique… déjà, est-ce que la Wallonie seule peut en décider ? Imaginons que Bruxelles décide que la même chose intervienne seulement en 2028 ou que la Flandre repousse l’échéance jusqu’en 2030… Comment gérer ça ?

voitures,électriques,belgique,2025,Wallonie,marché,politique,voitures,thermiques,interdiction

Les questions :

1° Y-aura-t-il des primes d’état, de régions voire d’origine européenne pour soutenir la transition vers le tout électrique ? Si oui, de quel ordre et sous quelle forme ?

2° Nos autorités vont-elles soutenir le développement d’une industrie locale en lien avec la fabrication et le recyclage des batteries ? Si oui, comment ? Sous quelles modalités et quelles formes ? Est-ce envisageable de voir se créer une méga-usine de production de batteries en Wallonie ? Ce besoin est-il avéré ?

3° Comment le manque à gagner sur les accises des carburants va-t-il être compensé ?

4° Quel avenir pour les routes et l’infrastructure ? De vastes programmes de "route active" permettant de recharger les véhicules par induction vont-ils être mis en place ? Si oui, quand et comment ? N’y a –t-il pas là une politique de grands travaux à mener à un niveau Européen ? Quid des infrastructures de recharge et de leur développement ?

5° Alors que le black-out menace déjà le pays en hiver, d’où va venir toute l’électricité nécessaire à la recharge du parc automobile entier ? Des centrales à charbon ? des centrales TGV ? Du nucléaire ? Il est bien évident que le bilan écologique d’un véhicule électrique varie du tout au tout en fonction de l’origine de l’énergie utilisée…

6° Qu’est-ce qui est prévu en matière de recyclage des batteries ? Quel impact financier pour les utilisateurs ?

7° Qu’en est-il de la formation des travailleurs et futurs travailleurs sur ces véhicules électriques ? Quels investissements sont-ils prévus pour former les élèves et apprentis à travailler sur ces engins, sachant que l’enseignement technique et professionnel ainsi que la formation des enseignants sont en déficit chronique depuis plus de 30 ans ?

8° Comment gérer l’élimination et le recyclage de toutes les voitures à moteur thermique ? Dans quels délais ? Avec quelle période de transition ?

La parole est maintenant à nos édiles…

voitures,électriques,belgique,2025,Wallonie,marché,politique,voitures,thermiques,interdiction

19:53 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voitures, électriques, belgique, 2025, wallonie, marché, politique, thermiques, interdiction | | |