WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Il y a un peu plus d'un an, à l'aube d'une nouvelle ère pour le WRC, nous avions eu l'occasion d'interviewer Stéphane Prévot pour AutoHebdo Belgique afin de tenter d'appréhender avec lui la saison 2017. En relisant cet entretien, douze mois plus tard, il s'avère que l'un des plus capés des lecteurs de cartes s'était montré moins doué pour lire l'avenir... dans les cartes. La faute à des Toyota performantes dès leur arrivée en WRC et à une Citroën C3 ratée alors que tout le monde la voyait jouer très souvent la gagne. Mais dans cet entretien, le Hutois que tout le monde tutoie, avait eu le nez fin pour prédire le succès de Sébastien Ogier, arrivé très tard chez Ford, en espérant que 2017 serait néanmoins l'année de Thierry Neuville. Nous savons ce qu'il en est advenu depuis.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

En 2018, les astres semblent moins bien alignés pour notre compatriote. Fort d'un cinquième titre de champion du monde, Sébastien Ogier est désormais le boss chez M-Sport puisque son équipier et gros adversaire en 2017, l'estonien Ott Tänak, a préféré signer chez Toyota. Et comme Ford a annoncé son intention d'apporter du budget à Malcolm Wilson, on peut imaginer que la Fiesta WRC, déjà la plus régulière en 2017, va encore s'améliorer. Seul bémol, Ogier ne pourra pas trop compter sur ses équipiers pour rafler de gros points à la concurrence.

Chez Toyota, après une saison pour apprendre, il semble bien que le moment est venu de jouer la victoire dans toutes les manches et le titre en fin de saison. A condition que les trois équipiers nordiques ne se mettent pas la pression mutuellement.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Du côté de Citroën, il semble bien que rien n'ait vraiment changé. Les équipages, peu glorieux en 2017, ont été conservés, et la voiture n'a pas pu, réglementation oblige, être suffisamment transformée. On se réjouit de voir ce que Sébastien Loeb pourra en tirer lors des ses apparitions sporadiques mais on ne déborde pas d'optimisme. Autant dire que notre compatriote Yves Matton a choisi de quitter le navire juste à temps pour un poste à la FIA qui lui permettra de rester dans le milieu du rallye qu'il apprécie tant.

Enfin, pour Hyundai, 2018 devrait permettre de serrer les boulons sur une i30 WRC à la suspension trop peu solide et de jouer davantage le championnat du monde des constructeurs grâce à l'engagement de Mikkelsen. Un ami de Thierry Neuville qui pourrait bien lui faire de l'ombre à certaines occasions.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Bref, avant de débarquer au Monte-Carlo, de nombreuses questions restent en suspens. Mais là où la majorité s'accorde parfaitement, c'est sur le fait que la première spéciale de cette 86e édition, disputée le jeudi soir, sera déjà LE piège à éviter avec des portions entièrement verglacées.

Toute la Belgique du rallye est derrière son petit écran pour suivre en direct ce premier chrono et c'est rapidement la désillusion lorsqu'on aperçoit la Hyundai de Thierry plantée longuement dans un bas-côté. Dès la première spéciale de la première épreuve, notre compatriote offre quatre minutes sur un plateau à un Sébastien Ogier impeccable. On aura beau évoquer, une nouvelle fois, la malchance, tout le monde est passé au même endroit, dans des conditions semblables et seul Thierry s'est fait avoir. Peut-on encore parler de chance? Ne serait-ce pas plutôt une fébrilité qui l'empêche de lâcher suffisamment de temps lorsqu'il le faut?

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Face à un métronome comme Ogier, on se doit d'être impeccable si l'on veut le battre un jour. Parce que comme tous les champions de son gabarit, Sébastien a toujours la chance avec lui, comme lors de cette petite erreur le vendredi où les spectateurs le sortent très vite de sa mauvaise posture. Toujours est-il que le gapençais s'est offert un sixième succès en Principauté, sans jamais forcer son talent, et entame de la plus belle manière le chemin vers un sixième titre même si la route est encore longue. On en fait d'ores et déjà notre favori et désolé pour le manque d'originalité!

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Certes, ses défenseurs souligneront que Neuville a entamé une solide remontée en accumulant les scratches (5 MT) et en faisant preuve d'un car control indéniable mais n'est-ce pas une raison supplémentaire de regretter le temps perdu dès l'entame du rallye? A force d'offrir de pareils cadeaux au Français, Thierry sera toujours dans la position inconfortable du chasseur au lieu d'être le chassé qui peut pousser son adversaire à la faute.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

D'autant que cette année, le pilote Hyundai devra composer avec d'autres adversaires comme le trio de Yaris WRC qui a marqué l'épreuve de son empreinte derrière l'inaccessible Fiesta. En prenant d'emblée la seconde place, Ott Tänak a démontré un solide sens de l'adaptation à sa nouvelle monture. Et peut-être bien libéré son équipier Latvala de la pression de leader de l'équipe. Jean-Marie s'offre ainsi une belle troisième place finale. Plutôt consistant lui aussi, Lappi a craqué le dimanche en plongeant au classement mais on n'en démordra pas, ce trio de Nordiques Volants va mener la vie dure à tout le monde en 2018 d'autant que la fiabilité des Toyota Yaris WRC est assez hallucinante et la marque japonaise occupe d'ailleurs la première place ex-aequo avec Ford au classement des constructeurs.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Quatrième, Kris Meeke a fait ce qu'il a pu avec ce qu'il a entre les mains. Si l'on en croit le nombre d'erreurs en tous genres signées par les pilotes Citroën sur les routes souvent délicates de l'épreuve monégasque, la C3 WRC manque encore bel et bien de facilité d'utilisation et ce n'est pas le meilleur temps signé par le britannique dans l'ultime chrono qui viendra tempérer cette analyse. Il sauve de justesse son résultat face à Neuville qui échoue à dix secondes de sa quatrième place. Et que dire de la neuvième place de Craig Breen, lui non plus jamais à l'aise au volant de la française qui reste, à nos yeux la moins performante des quatre voitures jouant la gagne.

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Des doutes, il doit également y en avoir chez Hyundai qui n'a droit qu'à une seule voiture à l'arrivée. Le premier à sombrer définitivement, ce fut Andreas Mikkelsen, trahi par une courroie d'alternateur à l'heure de s'élancer dans l'ES4 le vendredi et alors qu'il occupait la troisième place provisoire du rallye (quand on vous dit qu'il va ennuyer Thierry plus souvent qu'à son tour). De son côté, Dani Sordo sortait pour le compte dans l'ES9 alors qu'il pouvait lui aussi envisager le podium final. Quand on compare au résultat de Toyota qui alignait elle aussi trois voitures, on peut se dire que ce fut la bérézina pour la marque coréenne qui n'est pas encore capable de mettre à disposition de ses équipages trois voitures identiquement préparées...

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Terminons cette analyse par le beau résultat de Guillaume de Mévius (Peugeot 208 T16 DG Sport) qui a terminé à une incroyable treizième place au général, la quatrième en R5, et la deuxième des pilotes inscrits en WRC2 derrière l'expérimenté Jan Kopecky (Skoda Fabia R5), alors que le pilote du RACB National Team découvrait le Monte-Carlo dans des conditions très difficiles. Malheureusement, le Namurois allait être pénalisé quelques heures après l'arrivée à cause d'un poids de batterie non-conforme...

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Voilà pour cette première épreuve. On retrouvera la caravane du WRC au Rallye de Suède, du 15 au 18 février. Et on espère de tout coeur que Thierry fera mentir le titre racoleur de cet article en prenant sa revanche sur 2017 de la plus belle des manières: la victoire!

WRC,championnat,monde,rallyes,2018,monte carlo,analyse,première,manche,victoire,sixième,Sébastien,Ogier,Ford,Fiesta,WRC,M Sport,Red Bull,Toyota,Yaris,WRC,Tanak,Latvala,Neuville,Hyundai,i30

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

En remportant dimanche sa dix-septième victoire mancelle, 17 ans après la dernière, Porsche a mis fin au règne des cousins d’Audi. Depuis 2000, la marque aux anneaux avait fait de la piste mancelle son domaine, son territoire, son royaume. Laissant une seule fois Peugeot l’emporter en 2009 et en considérant que la victoire d’une Bentley en 2003 n’était qu’une stratégie du groupe pour éviter le trop vite lasser les passionnés. Premiers à imposer un diesel puis une motorisation hybride, Audi a relevé tous les défis qui se sont présentés à elle jusqu’à ce week-end de juin 2015 où Porsche s’est révélée intraitable.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Auteur des trois meilleurs chronos durant les préliminaires organisés début juin, les bolides allemands récidivaient lors des séances qualificatives de la semaine dernière. Pourtant, la sérénité affichée par les cousins d’Audi nous laissait croire à un certain bluff de la part du Docteur Ullrich et de ses troupes. Et le début de course nous a donné raison. Très vite, les Audi sont venues mettre la pression sur les 919 Hybride et les pilotes Porsche ont dû batailler ferme pour garder la tête de la course.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Mais cela, c’était avant que Loïc Duval ne pulvérise sa R18 e-Tron quattro #8 dans les rails en essayant d’éviter un paquet de GT découvert au dernier moment alors qu’il se croyait sous régime de drapeau vert. La fébrilité gagne lentement les rangs des troupes du Joest Racing. Pour notre part, c’est entre une et deux heures du matin que nous avons compris. A ce moment-là, le jeune Nick Tandy est à bord de la Porsche 919 hybride n°17 et aligne des chronos d’enfer en collant trois secondes aux Audi. Mais le pire c’est que lorsqu’il effectue le onzième ravitaillement de son bolide, Audi en est déjà à son douzième. Au final, les Porsche économiseront deux pit-stops par rapport aux Audi.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Des bolides diesel qui connaîtront une accumulation de soucis inhabituelle comme un système hybride défaillant sur la #9 de Rast/Bonanomi/Albuquerque dimanche, en fin de matinée alors qu’elle avait un bon coup à jouer. Et pas assez de fiabilité non plus pour l’équipage Tréluyer/Lotterer/Fässler, victorieux en 2014, qui devait subir une crevaison lente alors qu’elle tentait un quatrième relais avec ses pneus dans la foulée du départ et qui voyait une partie de son capot s’envoler. Des petites anicroches lourdes de conséquences lorsqu’on se bat face à Porsche.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Et une belle occasion manquée car les Audi étaient pourtant les plus rapides en course comme le démontre le meilleur temps signé par André en 3’17’’475, battant de presque deux secondes le temps établi par… Loïc Duval sur une Peugeot en 2010. Et puis avec cet échec, Audi ne remporte pas un sixième succès d’affilée qui lui aurait permis de rejoindre Ferrari (vainqueur de 1960 à 1965) et de se rapprocher du record absolu de Porsche (7 succès entre 1981 et 1987).

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

On l’a dit plus haut, Porsche n’a pas connu un début de course optimal en voyant les cousines du groupe Volkswagen revenir comme des obus. Mais la Porsche #18 (Dumas/Lieb/Jani), partie depuis la pole position, a dû en plus composer avec des soucis de frein occasionnant deux sorties de route (dont une samedi, en fin d’après-midi, ou Marc Lieb a bien failli tout perdre) mais aussi une crevaison qui la relèguera en cinquième position. Pour la #17, c’est une pénalité d’une minute pour dépassement sous drapeau jaune qui a anéanti les espoirs de victoire pour Bernhard/Webber/Hartley qui grimperont néanmoins sur la deuxième marche du podium.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Et même si là aussi les pneus et les pilotes ont été priés de résister à quatre relais, cela n’a pas suffi pour revenir sur la meilleure Porsche du week-end, celle que se partageaient les débutants Earl Bamber (Nouvelle-Zélande - 24 ans) et Nico Hülkenberg (Allemagne - 27 ans), parfaitement secondés par Nick Tandy (Angleterre - 30 ans). Nous n’aurions pas misé un euro sur cet équipage au départ et puis voilà qu’ils remportent cette 83è édition des 24 heures du Mans en échouant de peu pour la plus grande distance parcourue. En remportant cette épreuve mythique, l’Allemand rejoint quelques rares pilotes ayant gagné au Mans tout en roulant en F1 la même saison. On pense à Jacky Ickx, bien sûr, mais aussi à Johnny Herbert et Bertrand Gachot, vainqueurs sur Mazda en 1991…

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Une victoire qui reste à ce jour la seule d’une marque japonaise au Mans. Nous l’avons dit l’an passé mais cela se confirme bel et bien, en 2014, Toyota est passé à côté de la montre en or. Face aux deux puissances de feu allemande, les Japonais n’ont pu faire que de la figuration avec deux voitures totalement dépassées en performance pure. Miser sur la fiabilité face à des marques réputées pour la leur est totalement absurde. Et prétexter des moyens largement inférieurs pour justifier ce manque de panache est absolument inexcusable. En terminant à 8 et 9 tours des vainqueurs, les TS040 ont montré leur limite. Il va falloir travailler dur sur la nouvelle LMP1 attendue en 2016 s’ils veulent revenir dans la course. Parce qu’il se murmure en coulisse qu’une troisième marque allemande (au logo aéronautique) loucherait de plus en plus vers le WEC…

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Nous tairons la mascarade Nissan par pitié face à des Japonais qui se sont largement fait rouler dans la farine par des Anglais qui n’en sont pas à leur coup d’essai. La débauche de moyens étalée par la marque est à l’inverse des performances affichées en course. Trois voitures acceptées au départ alors qu’elles n’avaient guère signé le minimum chronométrique requis, des morceaux de voiture disséminés aux quatre coins du circuit durant toute la course, Darren Cox et Ben Bowlby peuvent être fiers du tour joué à Nissan. En voulant tout réinventer, ils ont couvert les GTR LMP1 de ridicule. On mise sur des voiles ou de la vapeur pour le modèle 2016. Et vous?

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Un petit mot sur celles qui restent mes préférées, j’ai nommé les Rebellion R-One AER. Malheureusement à cours de développement avec cette motorisation V6 AER Twin-turbo, les deux belles faisaient leurs premiers tours de roue en 2015 et n’ont guère approché les 4è places qu’elles avaient honorées en 2012 et 2014. Mais à l’oreille, ce sont les seules LMP1 qui font encore un bruit de voiture de course! Car je reste dubitatif devant le bruit de tondeuse électrique des Audi, les pires à ce jeu-là face à des Toyota au V8 ronronnant.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

La catégorie LMP2 a été dominée de la tête et des épaules par l’Oreca-Nissan #47 du team chinois KCMG. Pourtant les choses avaient mal débuté aux essais libres lorsque l’auto s’immobilisait très vite dans la première chicane des Hunaudières. Mais en qualification, le jeune anglais Richard Bradley (23 ans) claque un chrono de 3’38’’032 qui place la belle bleue en tête de sa catégorie. Epaulé par Matthew Howson (31 ans) et Nicolas Lapierre, viré de chez Toyota cette année après plusieurs bourdes, il allait mener la course de bout en bout. Creusant rapidement l’écarte en début d’épreuve, ils étaient ralentis par une pénalité  infligée suite à une infraction durant un arrêt au stand et par une intervention pour réparer l’éclairage réglementaire du numéro. Après deux tout-droit sur des graviers, l’Oreca 05 a dû batailler ferme face aux prototypes Ligier et Gibson. La lutte s’est poursuivie jusqu’au drapeau à damiers, les quelques gouttes de pluie ajoutant du piment à une fin de course qui n’en manquait pas. KCMG et ses pilotes n’ont pas tremblé, gérant parfaitement la stratégie pneumatiques/pilotes/essence pour s’imposer avec un peu moins de 50 secondes au terme d’un double tour d’horloge époustouflant.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Seconds à 48’’182, les anglais Simon Dolan, Mitch Evans et Oliver Turvey ont été à deux doigts d’imposer à nouveau l’équipe Jota Sport en LMP2 et ce malgré quelques minutes perdues aux stands en début de course. Devenue Gibson pendant l’hiver, la Zytec à moteur Nissan 4.5 V8 demeure l’arme absolue en endurance face à la déferlante française. Et ce n’est pas l’équipe Signature qui nous contredira, une nouvelle fois ridicule avec son Alpine A450b (une Oreca déguisée) au nom usurpé. Paul-Loup Chatin est parti à la faute durant la huitième heure à Mulsanne, pour le compte!

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Du côté des Belges, Laurens Vanthoor, notre seul compatriote inscrit cette année, a brillé en LMP2 sur la Ligier JS P2-HPD #34 du Oak Racing. Parti en septième position sur la grille, le jeune Limbourgeois remontait à la troisième place de la catégorie avant de céder le volant à Kevin Estre pour un double relais. Le Français a réussi à éviter de justesse l’accrochage dans l’accident qui impliqua l’Audi de Duval dans une slow-zone. L’équipage était installé en quatrième position LM P2 quand, juste à la fin de la sixième heure, Christopher Cumming partait dans les graviers à Indianapolis. Heureusement, la voiture n’était pas endommagée et ils n’ont perdu qu’une dizaine de minutes entre l’incident et le retour en piste qu’a effectué alors Laurens Vanthoor. La voiture, au fil des relais, a traversé la nuit sans encombre et le talent du petit Belge a permis à la #34 de remonter à la sixième place. Laurens profitait de ses relais nocturnes pour établir le meilleur temps de la voiture en 3’38’’251. Au lever du soleil, le dimanche matin, le trio a continué à bien se comporter et se trouvait en cinquième position du LMP2 lorsque, à seulement 1h30 de la ligne d’arrivée, la boîte de vitesse a lâché.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Enfin en GTE PRO, Corvette a vécu un week-end chargé en émotions. Après la destruction d’une voiture lors des essais, par le danois Jan Magnussen, qui ferait beaucoup mieux d’en rester-là après une carrière en dents de scie, l’autre équipage a lutté durant toute la course dans un peloton de fous furieux comprenant les Aston Martin #95, #97 et #99 mais aussi la Ferrari #51 qui partagea longtemps la tête de la course avec le bolide américain après les incidents ayant frappés les très véloces Anglaises.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Las, à quelques heures de l’arrivée, la 458 Italia de Bruni-Fisichella-Vilander devait subir un remplacement de boîte de vitesses la reléguant au 25è rang, sur la dernière marche du podium des GTE PRO. Oliver Gavin, Tommy Milner et Jordan Taylor imposaient ainsi leur C7.R et Corvette renouait avec la victoire au Mans, quatre ans après son dernier succès. La seconde Ferrari 458 Italia d’AF Corse, pilotée par Beretta, Calado et Rigon prenait la deuxième place mais à 5 tours (!) de la Corvette.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Du côté des équipages amateurs du GTE, c’est une Ferrari qui s’impose puisque la 458 Italia n°72 du SMP Racing (exploitée par le team AF Corse) termine seconde GT absolue au général grâce à une course exemplaire des russes Basov (38 ans) et Shaytar (32 ans) épaulés par le rapide italien Andrea Bertoli. Ils devancent la 911 de Dempsey et une autre Ferrari.

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

Enfin nos coups de gueules iront aux pilotes n’ayant définitivement pas le niveau pour participer à une épreuve où la moindre approximation peut coûter cher. Les Porsche 911 RSR du Team AAI remportent la palme de la plus mauvaise conduite. Nous avons choisi ce terme à dessein tant les pilotes vus à son volant (notamment le dimanche matin) sont à des années-lumière du niveau exigé. Sincèrement, nous serions capables de signer les mêmes chronos que messieurs Chen, Vannelet ou encore Kapadia, tous débutants dans la Sarthe. Du côté des 3x20, Tracy Krohn est définitivement perdu. Ses défenseurs rétorqueront que la Ligier JS P2-Judd alignée par son équipe a connu des ennuis avec des systèmes d’aide à la conduite mais alors, rien n’empêchait le texan d’en rester là ou de laisser le volant à ses équipiers. Et en parlant de papys, ceux revus au volant de la Ligier de Jacques Nicolet (Maris et Merlin pour ne pas les nommer) doivent absolument profiter de leur pension bien méritée et laisser leur volant à de fines gâchettes, bien plus à même qu’eux d’exploiter pareil engin. Parce que dans le cas de cette course unique en son genre, le ridicule peut véritablement tuer…

Le Mans,24 heures,24H,LM24,Porsche,919,hybrid,victoire,gagne,audi,R18,e-tron,quattro,toyota,ferrari,corvette,oreca,LMP1,LMP2,aston martin,GTE,PRO,AM,bilan,conclusions,analyse

15:43 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le mans, 24 heures, 24h, lm24, porsche, 919, hybrid, victoire, gagne, audi, r18, e-tron, quattro, toyota, ferrari, corvette, oreca, lmp1, lmp2, aston martin, gte, pro, am, bilan, conclusions, analyse | | |

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

La modestie affichée par Volkswagen à l'aube de leur entrée dans le grand cirque du WRC était donc bien feinte. Avec une machine parfaitement affûtée et une équipe qui ne l'est pas moins, sans parler des deux meilleurs pilotes engagés, VW peut véritablement viser le titre face à Citroën dès sa première année dans la discipline.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

En ayant misé sur Sordo et Hirvonen, la dream team française ne semble pas des mieux armée pour défendre ses lauriers. Il faudra que ses deux pilotes redressent très vite la barre s'ils ne veulent pas voir Ogier s'envoler au Championnat à la manière d'un Loeb avant lui. Parce qu'il n'a pas fallu plus d'une épreuve pour que le nouveau Sébastien s'impose à bord de la Polo R WRC. Impériale sur le terrain enneigé de Suède, la petite Allemande a permis à son pilote de prendre la tête dès l'ES2 pour ne plus jamais la quitter.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé de la part de Loeb, remonté comme un coucou après le Monte-Carlo à l'idée de battre son jeune héritier à chacune de ses apparitions 2013. Guère refroidi par une légère erreur à la fin de la seconde étape, le nonuple champion du monde repartait à l'assaut de la citadelle Volkswagen mais à deux spéciales de l'arrivée, Loeb lâchait prise et laissait Ogier savourer son premier succès avec la Polo comme il se doit. Auteur de dix meilleurs temps pour sept à Loeb, Ostberg, Latvala et Hirvonen s'étant partagés les restes, Ogier s'est montré impérial de bout en bout.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Pour Sébastien Loeb, qui n'aura remporté cette épreuve qu'à une seule reprise en 2004 avec la Xsara WRC, il faudra maintenant attendre le Rallye d'Argentine, au début du mois de mai, pour tenter d'infliger une nouvelle correction au jeune Ogier.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Troisième à 1'24", Mads Ostberg (Ford Fiesta WRC) n'a jamais pu venir titiller les deux Français en tête de la course. Le Norvégien a même dû surveiller le Finlandais Latvala qui n'échoue qu'à six secondes de la dernière marche du podium. Le second pilote Volkswagen n'a jamais été en mesure de renouveler sa victoire de 2012.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Cinquième, notre compatriote Thierry Neuville a signé une grande performance sur la neige. Treizième douze mois plus tôt, le St Vithois a démontré que ceux qui lui assènent à longueur de temps qu'il doit absolument terminer ses rallyes pour progresser ont raison! Poursuivant son apprentissage d'une surface dont il est logiquement peu coutumier, il améliorait fortement ses temps lors des seconds passages malgré des notes encore trop optimistes en raison de routes s'étant "rétrécies" suite aux chutes de neige tombées entre les reconnaissances et la course. Toujours est-il que Thierry ne s'est jamais allumé notamment face à Juho Hanninen qui le devançait d'une dizaine de secondes durant les deux premières étapes.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Et il a bien fait le bougre puisque dans l'ultime petit secteur chronométré de samedi, le Finlandais s'enfonçait dans un mur de neige et offrait la sixième place du classement général provisoire au pilote de la Fiesta n°11. Devancé alors par le très véloce Novikov, l'un de ses équipiers au sein du Team M-Sport, Thierry gagnait une nouvelle place lorsque ce dernier sortait dans l'ES20 et plongeait au classement général. Ne restait plus au porteur de lunettes le plus hype de tout le WRC à terminer sagement l'épreuve derrière le groupe des inaccessibles. De quoi faire taire les mauvaises langues toujours promptes à condamner les erreurs de jeunesse du seul Belge actuellement capable de nous faire définitivement oublier un certain François Duval!

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Auteur d'un solide début de course pour sa première apparition à ce niveau, le jeune Suédois Pontus Tidemand a été la malheureuse victime de sa mécanique dans l'ES9 du samedi. Dommage, nous aurions bien voulu voir jusqu'où le local hero était capable d'aller en frôlant sans cesse avec les lois de la physique. Des lois qui n'ont pas été tendres avec Dani Sordo et Mikko Hirvonen, les deux pilotes désignés par Citroën pour jouer le titre mondial. Le Finlandais n'a vraiment pas brillé puisqu'il visitait un mur de neige dès le second chrono tandis que l'Espagnol partait à la faute à deux reprises, étant même contraint à l'abandon le troisième jour!

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Au classement provisoire du championnat, Sébastien Ogier (46 points) devance Loeb de trois unités mais surtout Mads Ostberg de 22 points! Sordo (15), Latvala (14) et Hirvonen (12) ont tout intérêt à réagir au plus vite. Chez les constructeurs, Citroën (57 points) devance Volkswagen de deux points.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

19:46 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rallye, wrc, suède, ogier, volkswagen, polo, sébastien, premier, étape, spéciale, loeb, citroën, ds3, thierry, neuville, analyse, ford, fiesta | | |

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Cette seconde journée du Rallye de Suède a permis à Sébatien Ogier de conforter sa première place devant son compatriote Sébastien Loeb. Et même si les conditions ont évolué tout au long de la journée, la neige du matin faisant place à la terre, le pilote de la Volkswagen Polo R WRC a remporté la première spéciale du jour avant d’ajouter deux autres scratchs dans l’ES14 et l’ES15 cet après midi. Il possède une confortable avance (+26"9) avant les six spéciales programmées dimanche dont le terrible chrono de Mitandersfors. Un peu plus de 27 kilomètres que les rescapés vont affronter demain dès 7h54.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

En attendant ce terrible juge de paix, Ogier fait le bilan de cette deuxième étape: «C’était à nouveau une très bonne journée pour nous. Ce n’était pas évident ce matin de trouver le rythme car nous ne voulions pas trop attaquer. Nous avons désormais une confortable marge sur le deuxième avant la dernière journée.»

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Visiblement à la limite, si nous en croyons une petite erreur commise à la fin de l'ES15 lorsque la DS3 WRC a frôlé la correctionnelle dans un fossé particulièrement enneigé. Loeb a expliqué souffrir de sous-virage sur terre. Néanmoins, il a utilisé tout son talent pour remporter trois spéciales, distancer définitivement Latvala et Ostberg tout en restant au contact de son ancien équipier: «J’ai perdu un peu de temps hier sur Ogier après ma mauvaise spéciale qualificative. Aujourd’hui, nous avons bien roulé mais nous étions trop loin. Un retard de plus de 20 secondes est trop important pour pouvoir l’inquiéter».

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Derrière les deux inaccessibles Français, Mads Ostberg (Ford Fiesta WRC) et Jari-Matti Latvala (VW Polo WRC) ont bataillé ferme pour le gain de la troisième place. Le Norvégien a finalement pris le dessus lors de la deuxième boucle cet après-midi. Il possède désormais 6"1 d’avance sur Latvala.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

«Loeb a augmenté son rythme et c’était trop difficile de le rattraper. Cet après-midi, nous nous sommes concentrés sur Latvala. Nous l’avons dépassé et c’est une bonne chose pour la position de départ de demain. Je ne peux pas faire plus pour le moment. Donc je vais continuer d’attaquer et s’il se passe quelque chose pour Loeb, je serai là. Mais à la régulière, je ne peux pas le rattraper», a commenté le pilote Ford. Latvala a remporté une spéciale aujourd’hui mais le Finlandais a montré des signes de déception.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Cinquième au général, Evgeny Novikov est satisfait de n’avoir rencontré aucun problème aujourd’hui. Juho Hanninen et Thierry Neuville ont lutté pour le gain de la sixième place. Très sagement, le Belge a signé de solides chronos face au  spécialiste mais il ne pouvait effacer la dizaine de secondes qui le séparait de son équipier au sein du Team M-Sport. S'il grignotait petit-à-petit son retard, il perdait des secondes quand Juho se fâchait. Finalement, c'est dans la dernière spéciale du jour, Hagfors Sprint, que Thierry a pris le dessus lorsque le pilote finlandais s’est retrouvé bloqué dans un mur de neige dans l’ultime spéciale de la journée, perdant plus d’une minute. Henning Solberg, Martin Prokop et Dani Sordo complètent le top 10.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Le jeune Pontus Tidemand, très en verve hier, a été la grande victime de la journée. Le jeune Suédois a été contraint à l’abandon suite à un problème moteur dans l’ES9. Dans cette même spéciale, Matthew Wilson a fait un tonneau et a abandonné, tout comme Khalid Al Qassimi qui est sorti dans l’avant-dernière spéciale.

21:08 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rallye, wrc, suède, ogier, volkswagen, polo, sébastien, premier, étape, spéciale, loeb, citroën, ds3, thierry, neuville, analyse, ford, fiesta | | |

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Suite à sa saison 2012 exceptionnelle à bord d'une modeste Skoda Fabia S2000 qu'il menait fréquemment dans le top 10, Sébastien Ogier avait signé une belle performance à Monte-Carlo dans le sillage de Sébastien Loeb, inaccessible en terre monégasque. Et pour avoir discuté avec l'entourage du nonuple champion du monde, nous étions persuadé que Sébastien Loeb allait atomiser ses petits camarades en terre nordique. Seulement voilà, cette année, parmi ses adversaires, le pilote Citroën doit composer avec celui qui lui avait déjà causé bien du souci chez Citroën en 2011 avant qu'il ne parvienne à le pousser dans les bras de Volkswagen. Et là visiblement, il y a un bel os...

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Avec cinq meilleur temps décroché aujourd’hui, Sébastien Ogier a largement dominé les débats à bord d'une Volkswagen Polo WRC définitivement bien née. Certes d'aucun diront que sa position de départ, acquise grâce à son meilleur temps dans la spéciale qualificative, a été un atout majeur dans son résultat mais encore fallait-il assumer ce statut inédit pour lui. «Incroyable!  C’était vraiment très bon. Ce matin, tout n’était pas parfait mais suffisant grâce à ma position. Cette après-midi, c’était  parfait!», s'est félicité Ogier.

Rallye,WRC,Suède,Ogier,Volkswagen,Polo,WRC,Sébastien,premier,étape,spéciale,Loeb,Citroën,DS3,Polo,Thierry,Neuville,analyse,Ford,Fiesta

A plus de trente secondes de ce champion du monde en puissance, Sébastien Loeb et Jari-Matti Latvala ont offert un très beau duel toute la journée. En lutte pour la place de dauphin, ils se sont échangés à quatre reprises leurs positions. Mais dans l’ES6, le Finlandais a rencontré un problème d’Intercom laissant ainsi Loeb récupérer la deuxième place au général avec 1"5 d’avance.

rallye,wrc,suède,ogier,volkswagen,polo,sébastien,premier,étape,spéciale,loeb,citroën,ds3,thierry,neuville,analyse,ford,fiesta

Le pilote de la Citroën DS3 WRC a fait le troisième temps dans Vargasen, 2 secondes plus vite que Latvala: «Cela devenait difficile avec les pneus malgré les deux roues de secours utilisées. La route était propre puisque les chronos derrière moi étaient plus rapides. Demain, notre position de départ devrait nous permettre d’être plus proches des autres pilotes.»

Rallye,WRC,Suède,Ogier,Volkswagen,Polo,WRC,Sébastien,premier,étape,spéciale,Loeb,Citroën,DS3,Polo,Thierry,Neuville,analyse,Ford,Fiesta

Sur sa Ford Fiesta RS WRC, Mads Ostberg a été le seul pilote à battre Ogier aujourd’hui en remportant une spéciale (ES4 – Vargasen 1). Une pénalité de 20 secondes, concédée suite à un pointage en retard avant l’ES3, a ralenti son ascension dans le classement. Il occupe le quatrième rang au général avec 42"8 de retard. Le Norvégien est confiant pour la suite du rallye et vise une place sur le podium: «Nous avons une bonne vitesse et nous devrions pouvoir rattraper Loeb et Latvala demain. Par contre, Ogier est beaucoup trop rapide.»

Rallye,WRC,Suède,Ogier,Volkswagen,Polo,WRC,Sébastien,premier,étape,spéciale,Loeb,Citroën,DS3,Polo,Thierry,Neuville,analyse,Ford,Fiesta

Derrière Ostberg, Evgeny Novikov pointe à la cinquième place, avec 10 secondes d’avance sur Pontus Tidemand, qui a réalisé de brillants débuts en WRC. Juho Hanninen est septième, à 29 secondes du jeune Suédois. Thierry Neuville, Henning Solberg et Martin Prokop, tous avec une Ford Fiesta RS, complètent le top 10.

Rallye,WRC,Suède,Ogier,Volkswagen,Polo,WRC,Sébastien,premier,étape,spéciale,Loeb,Citroën,DS3,Polo,Thierry,Neuville,analyse,Ford,Fiesta

Notre compatriote a réalisé la journée que l'on attendait de lui en s'appliquant à ne pas brûler les étapes. Il a réalisé de solides chronos lors des seconds passages prouvant ainsi que sa marge de progression est encore importante sur la neige. Mais si nous analysons plus avant ses chronos, nous constatons que, par rapport au jeune Tidemand par exemple, révélation de l'épreuve sur sa Fiesta jaune, Thierry a abaissé ses chronos de manière bien plus convaincante lors des seconds passages.

Rallye,WRC,Suède,Ogier,Volkswagen,Polo,WRC,Sébastien,premier,étape,spéciale,Loeb,Citroën,DS3,Polo,Thierry,Neuville,analyse,Ford,Fiesta

Ainsi, dans les ES5, 6 & 7, il améliore ses temps de 32, 43 & 24 secondes là où Pontus n'abaisse les siens que de 10, 14 & 15 secondes. Du coup, Thierry signe les 8e, 7e & 5e chronos de ces secteurs chronométrés avant de s'imposer, à égalité avec Hirvonen dans la spéciale Mickey Mouse de Karlstad. Tout bénéfice pour son moral. Le St Vithois est actuellement huitième à 10" de Hanninen, qu'il a toujours devancé lors des seconds passages et à 37" de Tidemand.

Rallye,WRC,Suède,Ogier,Volkswagen,Polo,WRC,Sébastien,premier,étape,spéciale,Loeb,Citroën,DS3,Polo,Thierry,Neuville,analyse,Ford,Fiesta

Parmi les déceptions du jour, nous citerons Mikko Hirvonen, qui s'est mangé un mur de neige dans l'ES2 tandis que Sordo imitait son équipier dans l'ES6. Autant dire que Citroën se félicite d'avoir Loeb aux avant-postes et peut déjà craindre les prochaines manches où l'Alsacien ne sera plus là pour sauver les meubles suite aux bourdes de ses équipiers qui n'ont décidément pas l'étoffe de champions du monde...

Rallye,WRC,Suède,Ogier,Volkswagen,Polo,WRC,Sébastien,premier,étape,spéciale,Loeb,Citroën,DS3,Polo,Thierry,Neuville,analyse,Ford,Fiesta

20:53 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rallye, wrc, suède, ogier, volkswagen, polo, sébastien, premier, étape, spéciale, loeb, citroën, ds3, thierry, neuville, analyse, ford, fiesta | | |