lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Le même refrain

Pour son dépoussiérage de mi- carrière, la Lexus IS s’est offert un bouclier avant bien plus agressif, le regard se veut encore plus félin pendant que l’arrière s’est vu légèrement corrigé à travers un bouclier redessiné et des feux revus. Rien de révolutionnaire mais en s’accompagnant de jantes noires (qui restent pour moi définitivement associées aux roues des pneus hiver qui enlaidissent tant les voitures), elle renvoie une impression de sportivité auprès des amateurs qu’il faut immédiatement contredire.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Mais avant de parler de son comportement, installons-nous à bord pour découvrir un intérieur lui aussi retravaillé. Comme toujours chez Lexus, les lignes se multiplient et cela nuit à la pureté des lignes de la planche de bord. Il faut un certain temps avant de comprendre le fonctionnement du système multimédia caractérisé par un grand écran qui, dans la version 2017, est utilisé dans son entièreté. Le joystick s’avère bien pratique et tout se commande, finalement, depuis la console centrale.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

La position de conduite est bonne et le conducteur se retrouve parfaitement installé dans son cocon avec, face à lui, deux cadrans indiquant d’un côté la vitesse et de l’autre, à la place du compte-tours qui n’apparaît qu’en mode Sport, un indicateur du mode de conduite. Malheureusement, il n’est toujours pas possible d’afficher la vitesse réelle en chiffres ce qui devient rare de nos jours.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Comme toujours avec les modèles hybrides de la marque, le démarrage se fait en électrique. Le moteur thermique se met en route assez rapidement par la suite mais le silence global demeure impressionnant et participe grandement au confort général offert par la voiture. Le tout incite à une conduite calme et tranquille parfaitement raccord avec la circulation actuelle.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Ce qui nous pousse à nous interroger sur la pertinence du mode Sport qui cohabite avec les modes Eco et Normal. Il est également possible de désactiver l’ESP mais l’on a vite le sentiment de brusquer la mécanique. Les pneus crissent même si le châssis est bon et les palettes au volant ne gomment pas la sonorité déconcertante de la boîte. Il faut dire que la voiture pèse 1700 kg et que la puissance n’est jamais que de 223 ch. Bref si vous aimez vous éclater de temps en temps au volant, passez votre chemin.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Mais soyons sérieux, le public-cible de cette voiture est plutôt âgé et adopte majoritairement une conduite tranquille. Le conducteur et ses passagers profiteront au mieux du confort général de la voiture. Les sièges tissus-cuir qui équipaient la voiture essayée proposaient un confort certain sans être des champions du maintien. A l’arrière, la place n’est pas exceptionnelle mais le coffre propose une contenance assez intéressante de 450 litres avec un dossier de banquette arrière rabattable ce qu’il faut souligner si l’on tient compte de la présence des batteries Ni-Mh.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Du côté des consommations, il faut tabler sur 7,2 l/100 avec, pour notre part, de longs déplacements rapides sur autoroute et des trajets 100% urbains. Il s’agit de chiffres assez intéressants même si la baisse des tarifs de l’essence est encore beaucoup trop lente par rapport au prix du Diesel pour soutenir pleinement la démarche de Lexus. L’annonce récente de Volvo concernant l’arrivée de l’électricité sur tous ses modèles à partir de 2019 semble pourtant donner raison au précurseur nippon.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Au rayon du tarif, si Lexus précise qu’il y a déjà une Lexus 300h pour 31.900€, il faudra compter 37.490 euros pour acquérir cette version et si vous ajoutez quelques options comme la finition Dynamic Line qui était la nôtre, le toit ouvrant, la peinture métallisée et le Premium Navigation Pack, vous atteindrez 49.150€! Un prix qui reste raisonnable face à la production allemande visée par la berline japonaise.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

Conclusions

Cette nouvelle IS300h ne révolutionne pas l’espèce des berlines hybrides. Et cette maudite boîte de vitesses de type CVT continue à nous irriter. De quoi gâcher tout plaisir de passer en mode Sport et de tenter de jouer avec les palettes au volant. Tout est trop aseptisé, linéaire. Et l’on revient à la position normale du bouton commandant les modes de conduite. C’est finalement celle qui convient le mieux à la Lexus IS300h. Elle lui permet de profiter de sa puissance si le besoin se fait sentir tout en jonglant parfaitement entre l’utilisation du système hybride pour recharger la batterie en descente, se déplacer en tout électrique en ville ou encore utiliser toutes ses ressources sur demande. Le mode Eco est, à l’image du mode Sport, trop extrême et donne très vite un sentiment de danger à cause d’une lenteur excessive.

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

+

Lignes originales

Grand confort

Prix et conso contenus

-

Plaisir absent

Habitabilité arrière

Poids de l’ensemble

lexus,is,300h,essai,test,semaine,volant,confort,consommation,dimensions,chiffres,berline,japonaise,2017,raodtest

16:52 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lexus, is, 300h, essai, test, semaine, volant, confort, consommation, dimensions, chiffres, berline, japonaise, 2017, raodtest | | |

subaru,impreza,nouvelle,2017,salon,francfort,5 portes,berline,moteurs,boxer,4wd,integrale,japon,

Subaru Europe vient d'annoncer l'arrivée de la nouvelle Impreza qui sera dévoilée le 12 septembre prochain à l’occasion du 67e Salon International de Francfort.

Le premier modèle Impreza a été lancé en 1992. Depuis, quelque 2,5 millions d’exemplaires ont été vendus dans le monde, dont 250.000 en Europe. La Subaru Impreza a remporté le titre de Voiture Japonaise de l’Année au Japon en décembre 2016. Cette nouvelle génération a également obtenu des scores très élevés lors des procédures d’évaluation de la sécurité dans les régions où ces tests ont été réalisés.

subaru,impreza,nouvelle,2017,salon,francfort,5 portes,berline,moteurs,boxer,4wd,integrale,japon,

Développée pour affronter les conditions de route les plus difficiles, la nouvelle berline 5 portes compacte à transmission intégrale All-Wheel-Drive de Subaru devrait briller par l’agrément qu’elle offre, son niveau de sécurité global et sa capacité d’adaptation supérieure à la moyenne. Le modèle de cinquième génération va tenter de perpétuer l’héritage légendaire de la Subaru Impreza tout en innovant.

subaru,impreza,nouvelle,2017,salon,francfort,5 portes,berline,moteurs,boxer,4wd,integrale,japon,

Conservant l’association unique entre un moteur Boxer et le système de transmission Symmetrical All-Wheel-Drive, la nouvelle plate-forme globale de Subaru a permis d’abaisser le centre de gravité de 5mm, offrant à l’Impreza de nouvelles qualités dynamiques qui lui garantiraient une agilité et une stabilité supérieures, une capacité renforcée à éviter les obstacles, une direction plus réactive ainsi qu’une capacité exceptionnelle de filtration des vibrations et un confort de conduite ultime.

subaru,impreza,nouvelle,2017,salon,francfort,5 portes,berline,moteurs,boxer,4wd,integrale,japon,

La nouvelle Impreza dispose de nombreux équipements de sécurité innovants, la technologie d’assistance à la conduite EyeSight appartenant à la dotation de série. Cette berline offrirait, selon le discours officiel, un niveau de sécurité optimal pour une sérénité totale, se caractérisant aussi par le niveau d’agilité traditionnel des Impreza, garant d’un plaisir de conduire authentique.

Les prix et les spécifications seront annoncés ultérieurement.

subaru,impreza,nouvelle,2017,salon,francfort,5 portes,berline,moteurs,boxer,4wd,integrale,japon,

11:37 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : subaru, impreza, nouvelle, 2017, salon, francfort, 5 portes, berline, moteurs, boxer, 4wd, integrale, japon | | |

vw, fun cup,2017,25, heures,spa,francorchamps,enduranec,interview,eric,gressens,circuit,

Avec quatre succès, il est le recordman de victoires aux 25 Heures VW Fun Cup. Mais Eric Gressens a décidé de raccrocher le casque fin 2016. Le truculent Waimerais de 55 ans – dont la passion pour le sport automobile est à l’image de sa légendaire verve – a désormais rejoint l’équipe de la Direction de Course. Rencontre avec un personnage incontournable dans le petit monde de la VW Fun Cup.

vw, fun cup,2017,25, heures,spa,francorchamps,enduranec,interview,eric,gressens,circuit,

Eric que représentent les 25 Heures VW Fun Cup dans votre vie ?

"C’est un événement tout à fait à part pour moi. J’étais déjà au départ de la toute première course de VW Fun Cup, à Chimay, en juillet 1997. Puis j’ai participé aux premières 24 Heures à Croix-en-Ternois. En 1998, le double tour d’horloge s’est déplacé à Francorchamps, avant de passer sur un format de 25 heures dès 1999. Pour moi qui étais passionné des 24 Heures de Spa, faire une course de cette durée sur le magnifique circuit de Francorchamps était un peu un rêve… Je passais soudain de l’autre côté de la barrière!"

vw, fun cup,2017,25, heures,spa,francorchamps,enduranec,interview,eric,gressens,circuit,

Alors qu’elle va vivre sa 20e édition, on peut dire que l’épreuve a bien grandi !

"Oh que oui! Les deux premières années, on partageait la piste avec d’autres Volkswagen. Des Golf, des Polo, des Cox… Il n’y avait pas encore assez de VW Fun Cup à l’époque et il fallait bien que l’organisateur complète son plateau. L’événement était au départ assez confidentiel, mais ça a rapidement évolué. A tel point que je me souviens d’une année où il n’y avait pas de classement général, mais uniquement des classements par catégorie. En fait, il ne fallait pas que l’on puisse facilement retrouver le nombre d’inscrits, car il y en avait plus que ce qui était autorisé par l’homologation du circuit. Avec plus de 160 équipages au départ, il y avait une voiture tous les 40 mètres environ. C’était fou!"

vw, fun cup,2017,25, heures,spa,francorchamps,enduranec,interview,eric,gressens,circuit,

 Après les 19 premières éditions, vous êtes le recordman de victoires…

"Oui, je me suis imposé en 1999, 2004, 2005 et 2013. Ces quatre victoires font partie de ce que j’appellerais les sept merveilles de ma carrière sportive, si toutefois on peut utiliser ce terme pour un pur amateur comme moi. (Rires) Et j’aurais vraiment pu en ajouter deux autres… En 2009 et en 2015, nous menions largement la course à une heure de l’arrivée quand un turbo puis un accrochage nous ont coûté une victoire promise..."

 Fred Bouvy dit parfois que c’est la course la plus difficile à gagner.

"Malgré de nombreuses tentatives, il ne s’est en effet jamais imposé. Mais c’est parce qu’il n’a jamais roulé avec moi ! (Rires) Ceci dit, il est vrai que le nombre de candidats à la victoire est toujours très élevé, avec au moins autant de vainqueurs potentiels que lors des meilleures éditions des 24 Heures de Spa."

vw, fun cup,2017,25, heures,spa,francorchamps,enduranec,interview,eric,gressens,circuit,

 Quel est le secret pour gagner les 25 Heures ?

"Il faut toujours se rappeler que c’est un sprint d’endurance. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il faut évidemment rouler vite, mais il faut aussi faire preuve de beaucoup de respect pour la mécanique et pour le coéquipier qui va suivre. C’est un état d’esprit. Être absolument plus rapide que son propre équipier ne fait pas gagner les 25 Heures! Après, c’est la base même de la compétition automobile: il faut une voiture bien préparée, de bons mécanos, de bons pilotes et un team-manager doué en stratégie de course, un élément qui a beaucoup évolué au fil des années. Et puis, surtout, l’esprit d’équipe est toujours essentiel. J’ai plus souvent gagné les 25 Heures en instaurant un bon esprit que parce que j’étais le plus rapide sur la piste!"

Pourquoi faire partie de l’équipe de Direction de Course aujourd’hui ?

"Même si je suis sûr que j’aurai un pincement au cœur cette année aux 25 Heures, j’ai décidé de raccrocher. Cette proposition de Kronos Events, qui a fait un travail remarquable pour relancer la VW Fun Cup, est tombée à point nommé: je ne voulais pas quitter ce milieu que j’aime tant et, en outre, je voulais rendre un peu de ce que l’on m’a donné. Si j’ai pu rouler durant toutes ces années, c’est grâce au dévouement de personnes s’impliquant dans l’organisation. J’estime que c’est mon tour maintenant. Je suis à la fois assistant et "Driver adviser", c’est à dire que je donne mon point de vue de pilote sur certains points."

vw, fun cup,2017,25, heures,spa,francorchamps,enduranec,interview,eric,gressens,circuit,

 Est-ce que ça permet de voir les choses différemment ?

"J’ai toujours eu beaucoup de respect pour la Direction de Course. Mais j’en ai encore plus depuis le début de la saison! Je trouve que la critique est facile, mais il faut voir de l’intérieur comment ça se passe pour comprendre à quel point être Directeur de Course est une tâche ardue. Un team gère sa ou ses voitures. La Direction de Course doit surveiller l’ensemble des concurrents, soit plus de 120 aux 25 Heures!"

Quel est ton souhait pour la 20e édition des 25 Heures ?

"Avoir de nouveaux vainqueurs. C’est tellement magique de gagner ces 25 Heures que j’espère que de nouveaux pilotes vont pouvoir ressentir ce que cela fait. Et puis, comme ça, les autres ne se rapprochent pas trop de mon record! (Rires) Même si les records sont faits pour être battus, j’espère le garder au moins jusqu’à mes 80 ans!" (interview issue du communiqué de presse de l'organisateur)

vw, fun cup,2017,25, heures,spa,francorchamps,enduranec,interview,eric,gressens,circuit,

Horaire 25 Hours VW Fun Cup

Jeudi 6 juillet

9h00-17h30 : Essais payants pour toutes les séries

18h00-21h00 : Parade vers Stavelot (+contrôle technique)

Vendredi 7 juillet

9h00-20h00 : Essais libres et qualificatifs pour toutes les séries

15h45 : BRDC British F3 Championship : Race 1

17h30 : Lotus Cup Europe : Race 1

Qualifs VW Fun Cup : 11h30-13h30 puis 18h15-20h15

Samedi 8 juillet

9h20-14h40 : Courses BRDC British F3 Championship, Lotus Cup Europe et British GT

14h50 : Mise en grille 25H VW Fun Cup + Parade Oldtimers + Animations

15h40 : Tour d’honneur Jacky Ickx

16h00 : Départ des 25H VW Fun Cup

Dimanche 9 juillet

17h00 : Arrivée des 25H VW Fun Cup et podium

15:34 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vw, fun cup, 2017, 25, heures, spa, francorchamps, enduranec, interview, eric, gressens, circuit | | |

bmw,serie6,sharkfest,2017,ardennes,belges,discar,eupen,forestia

C'est ce week-end de l'Ascension que se déroulera une manifestation assez unique en son genre puisqu'elle réunira une quarantaine de... BMW Série 6 et plus particulièrement encore le fameux modèle E24 produit entre 1976 et 1989. Un superbe coupé qui a connu son heure de gloire chez nous lorsqu'une 635 CSi remportait les 24 heures de Francorchamps en 1983, 1985 et 1986.

bmw,serie6,sharkfest,2017,ardennes,belges,discar,eupen,forestia

Il s'agit ici d'un week-end partagé entre balades, visites et restos. Le terrain de jeu se situera dans nos Belges Ardennes avec un road-book qui promet. Parmi les voitures présentes, nous aurons droit à pas mal de modèles allant de la 628i à la M6 en passant par l'Alpina B7. Si vous souhaitez aller les saluer, rendez-vous aux alentours de 13h à Eupen (karting) ce vendredi 26 mai ou encore à Francorchamps vers 17h. Samedi, vous devriez les apercevoir à Forestia le matin... Quoiqu'il en soit, voilà une belle manière de mettre en valeur un beau pan de notre patrimoine touristique à travers une passion commune pour une voiture qui aura marqué son époque!

Pour plus d'infos, n'hésitez pas à vous rendre sur www.serie6.com

bmw,serie6,sharkfest,2017,ardennes,belges,discar,eupen,forestia

13:38 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Divers, Histoire, Lifestyle, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bmw, serie6, sharkfest, 2017, ardennes, belges, discar, eupen, forestia | | |

rallye,wallonie,présentation,plateau,34e,édition,2017,namur,jambes,Verschueren,skoda,fabia,R5,Cherain,DS3,Allart,abbring,208,T16,Bouche,Dilley,demaerschalk

Avec 102 équipages engagés dont plus de 30 dans les catégories de pointe RC1, RC2 et RGT, le Rallye de Wallonie s'apprête à vivre, dès ce soir, une belle 34e édition sur un parcours profondément revu. Espérons modestement que ce plateau alléchant ne se dégonflera pas, tel une baudruche, dès les premiers kilomètres...

rallye,wallonie,présentation,plateau,34e,édition,2017,namur,jambes,Verschueren,skoda,fabia,R5,Cherain,DS3,Allart,abbring,208,T16,Bouche,Dilley,demaerschalk

Avec pas moins de 17 R5, une S2000-16T, trois WRC et quatre GTP24, les amateurs de beau matériel risquent d'en avoir pour leur argent! De quoi pointer six ou sept prétendants à la victoire... Et malgré l'absence de François Duval ou de Kris Princen, les membres de l'Automobile Club de Namur n'en présentent pas moins un plateau cinq étoiles, à tout le moins équivalent à ceux des dernières éditions et particulièrement ouvert.

rallye,wallonie,présentation,plateau,34e,édition,2017,namur,jambes,Verschueren,skoda,fabia,R5,Cherain,DS3,Allart,abbring,208,T16,Bouche,Dilley,demaerschalk

En effet, qui peut, cette fois, isoler un ou deux favori(s)? Car, si Vincent Verschueren (Skoda Fabia R5), victorieux au TAC, 2e à Landen et à Spa et actuel leader de la compétition, est évidemment le premier des vainqueurs potentiels, Cédric Cherain (DS3 R5), Benoît Allart (Skoda Fabia, vainqueur à Spa), le Néerlandais Kevin Abbring (Peugeot 208T16 R5) mais aussi Xavier Bouche (Skoda Fabia R5), Guillaume Dilley (Hyundai i20) ou encore Kevin Demaerschalk (DS3) le sont tout autant.

rallye,wallonie,présentation,plateau,34e,édition,2017,namur,jambes,Verschueren,skoda,fabia,R5,Cherain,DS3,Allart,abbring,208,T16,Bouche,Dilley,demaerschalk

Melissa Debackere (Skoda Fabia), Adrian Fernémont, Polle Geusens, Pieter-Jan Maeyaert (trois Ford Fiesta), Cédric De Cecco (Peugeot 208T16) et le Néerlandais Edwin Schilt (Skoda Fabia) seront, de leur côté, prêts à profiter de la moindre défaillance des précédents et se battront tous, quoi qu'il en soit, pour une place dans le top 5. Et qui sait si Laurent Mottet, Philip Cracco et Alain Litt (trois Ford Fiesta) ne pourraient pas surprendre agréablement?

rallye,wallonie,présentation,plateau,34e,édition,2017,namur,jambes,Verschueren,skoda,fabia,R5,Cherain,DS3,Allart,abbring,208,T16,Bouche,Dilley,demaerschalk

Les WRC en perte de vitesse?

Peut-être sur papier... Mais il n'y en aura assurément pas que pour les R5 car, si nombreux sont ceux à regretter la disparition progressive des WRC, certains continuent à faire de la résistance. A commencer par Guino Kenis et sa Mini JCW 1.6T malheureusement étouffée par une bride castratrice mais qui peut, par contre, marquer pleinement au championnat. Ce n'est plus le cas depuis longtemps des WRC 2 litres qui, à l'inverse, peuvent continuer à respirer à pleins poumons pour ceux qui ont encore le privilège de pouvoir les piloter. Comptons donc sur David Bonjean (Citroën C4 WRC) et Michaël Albert (Skoda Fabia WRC) pour s'inviter aux premières places eux aussi!

rallye,wallonie,présentation,plateau,34e,édition,2017,namur,jambes,Verschueren,skoda,fabia,R5,Cherain,DS3,Allart,abbring,208,T16,Bouche,Dilley,demaerschalk

Bien qu'également muselées (cylindrée limitée à 3,6 litres), il faudra aussi tenir compte des meilleures GT, surtout quand il s'agit de Porsche 997 GT3 emmenées par Patrick Snijers, Fred Bouvy, Francis Lejeune et Henri Schmelcher qui ont toujours trouvé, sur les (rapides) routes namuroises, un terrain à leur mesure!

rallye,wallonie,présentation,plateau,34e,édition,2017,namur,jambes,Verschueren,skoda,fabia,R5,Cherain,DS3,Allart,abbring,208,T16,Bouche,Dilley,demaerschalk

Enfin, même si leur plus glorieuse période est à présent derrière elles, les Mitsubishi de tous bords (N4, R4, A8 ou E12 pour les plus anciennes) restent d'excellents outils face au chrono. Surtout avec une main-d'oeuvre qualifiée comme, notamment, Olivier Collard (Evo10 Gr.A), Laurent Léonard (Evo9 R4 engagée en A8), Jean-Fred Colignon (Evo9 A8), Cédric Busin (Evo9 N4), Ludovic Sougnez, Martin Van Iersel ou Steve Van Bellingen (tous Evo10 N4). (Photos: Quentin Champion et Jordan Dozin)

rallye,wallonie,présentation,plateau,34e,édition,2017,namur,jambes,Verschueren,skoda,fabia,R5,Cherain,DS3,Allart,abbring,208,T16,Bouche,Dilley,demaerschalk

rallye,wallonie,présentation,plateau,34e,édition,2017,namur,jambes,verschueren,skoda,fabia,r5,cherain,ds3,allart,abbring,208,t16,bouche,dilley,demaerschalk

10:53 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rallye, wallonie, présentation, plateau, 34e, édition, 2017, namur, jambes, verschueren, skoda, fabia, r5, cherain, ds3, allart, abbring, 208, t16, bouche, dilley, demaerschalk | | |

salon,geneve,tour,marques,visite,2017,volkswagen,volvo,zenvo,XC60,Arteon

VOLKSWAGEN

La nouvelle Arteon paradait sur le stand du constructeur allemand. Il faut dire qu’elle ne manque pas de style cette remplaçante de la Passat CC. Et l’idée de lui donner un nom plus ronflant n’est pas totalement stupide. Pour l'observateur non-averti, il sera désormais moins évident de faire le lien entre l'Arteon et la Passat. Basse, large et longue (de 4,86 m), la nouvelle venue affiche une prestance sans commune mesure avec la familiale déjà connue. Le plus spectaculaire concerne sans conteste la face avant, à l'imposante calandre intégrant les phares. L'arrière adopte une chute de pavillon très inclinée, pour mieux intégrer l'auto à la catégorie des "coupés quatre-portes".

salon,geneve,tour,marques,visite,2017,volkswagen,volvo,zenvo,XC60,Arteon

Malgré une hauteur inférieure de 3 cm à celle de la Passat, l'Arteon offre une garde au toit des plus correctes aux places arrière. Quant à l'espace aux jambes, il se révèle tout bonnement impressionnant. Et pour cause: l'empattement s'élève à 2,84 m, soit 5 mm de plus que la Skoda Superb, qui se présente comme un référence absolue en matière d'aisance aux jambes. Cette berline devrait nous arriver au début de l’été et d’ici-là, nous devrions découvrir plus en détail ses caractéristiques techniques.

salon,geneve,tour,marques,visite,2017,volkswagen,volvo,zenvo,XC60,Arteon

VOLVO

salon,geneve,tour,marques,visite,2017,volkswagen,volvo,zenvo,XC60,Arteon

Après 9 ans de carrière, le XC60 vient d’être totalement renouvelé et la marque suédoise avait réussi à garder le secret de ses lignes jusqu’à la journée presse du salon suisse. Il repose sur la plate-forme raccourcie de son grand frère XC90 (dénommée Scalable Product Architecture) et reçoit bien évidemment les derniers perfectionnements sécuritaires. Il est ainsi capable d'éviter un obstacle en agissant de lui-même sur le volant, au cas où le freinage d'urgence automatique n'aurait pas suffi. Cette fonction s'intègre au système City Safety, grâce auquel le XC60 sait aussi repérer et éviter un véhicule se situant dans son angle mort en cas de changement de file. Mode oblige, il se pare aussi d'un dispositif de conduite semi-autonome fonctionnel jusqu'à 130 km/h sur les routes ″bien signalisées″ nous précise-t-on chez Volvo.

salon,geneve,tour,marques,visite,2017,volkswagen,volvo,zenvo,XC60,Arteon

Sous le capot, on ne trouve que des 4 cylindres, des Diesel D4 et D5 développant respectivement 190 et 235 ch, mais aussi des essences. Le T5 offrira 254 ch et le T6 320 ch. Et pour les plus exigeants, une motorisation hybride rechargeable T8 est prévue, qui, forte de 407 ch, permettrait au XC60 de franchir les 100 km/h en 5″3.

salon,geneve,tour,marques,visite,2017,volkswagen,volvo,zenvo,XC60,Arteon

Dans l'habitacle, on retrouve une ambiance très nordique, où le confort des sièges le dispute à un design soigné et une ergonomie travaillée, tandis que la finition apparaît très raffinée. L'infotainment n'a pas été négligé, les systèmes Apple CarPlay et Android Auto étant disponibles. La production du nouveau XC60 débutera mi-avril en Suède. C'est un modèle crucial pour Volvo puisqu'il assure près de 30 % de ses plus de 530.000 ventes annuelles.

salon,geneve,tour,marques,visite,2017,volkswagen,volvo,zenvo,XC60,Arteon

ZENVO

salon,geneve,tour,marques,visite,2017,volkswagen,volvo,zenvo,XC60,Arteon

La TS1 GT est, avec Könnigsegg, l’autre supercar venue du froid. Le constructeur Danois propose cette nouvelle version équipée d’un V8 de 5,8 l. Avec 2 compresseurs, ce sont pas moins de 1180 ch qui déboulent sous le pied droit! Le couple est tout aussi impressionnant avec 1100 Nm à 7.700 tr/ min. Tant qu’on est dans la démesure… 375 km/h en pointe, 2,8 sec pour le 0 à 100 km/h. Cette version marque également les 10 ans du constructeur et se pare d’une teinte bleu Fjord (Ford ?) très seyante.

salon,geneve,tour,marques,visite,2017,volkswagen,volvo,zenvo,XC60,Arteon

Voilà, nous vous avons proposé une visite du Salon de Genève 2017 en compagnie de Dimitri Urbain que nous devrions retrouver sur ce site très rapidement pour des sujets touchant au patrimoine automobile...

salon,geneve,tour,marques,visite,2017,volkswagen,volvo,zenvo,XC60,Arteon

11:10 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salon, geneve, tour, marques, visite, 2017, volkswagen, volvo, zenvo, xc60, arteon | | |

essai,ford,kuga,1.5,tdci,120,2wd,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

Lancée en 2013, la deuxième génération du Ford Kuga s’est offert, à la fin de l’année dernière, un rafraîchissement bienvenu. Extérieurement, c’est essentiellement la calandre et les phares qui ont été retouchés pour davantage ressembler au gros Edge. C’est plutôt réussi tandis qu’à l’arrière, le dessin des feux a lui aussi évolué. De profil, on constate que les passages de roues sont plus marqués. Pas de doute, le Kuga gagne vraiment en caractère et ce, sous tous les angles.

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

Avec ses 4,52 m de long, le Ford est l'un des SUV les plus grands de sa catégorie mais son habitacle n’est pourtant pas le plus spacieux. Avec 456 litres son coffre s'avère moins volumineux que bon nombre de concurrents, et même que le Renault Kadjar pourtant 7 cm plus court (472 litres).

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

Mais le nouveau modèle répond néanmoins à un autre reproche de la clientèle en soignant l'ergonomie de son système multimédia. Le Kuga inaugure en effet la troisième génération du système «SYNC3». Premier constat, la nouvelle interface gagne en ergonomie grâce à une épuration des commandes. Le système devient bien plus intuitif en ne conservant que les commandes principales sous forme de boutons. Le restant étant accessible depuis l'écran tactile, qui lui aussi s'améliore en gagnant en rapidité et fluidité.

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

L'autre nouveauté est sa compatibilité avec Apple Carplay et Android Auto. Certaines applications de votre smartphone deviennent désormais accessibles depuis l'écran de l'ordinateur de bord. Et on peut donc y accéder sans quitter les yeux de la route. D'ailleurs, dans la même optique, les commandes vocales deviennent plus évoluées. Vous pouvez désormais indiquer par exemple au système que vous avez besoin d'un café et il se chargera de trouver un bar dans les environs.

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

Le véhicule que Ford nous a proposé était motorisé par le nouveau diesel de base, le 1.5 TDCi 120 ch, qui remplace le 2.0 TDCi de 136 ch. Le couple est également en baisse en passant de 330 à 270 Nm. Nous sommes contre le downsizing parce que nous restons persuadés que des petits moteurs dans des voitures toujours plus lourdes entraînent inexorablement des consommations en hausse et une usure des pièces plus importante. Mais ne soyons pas toujours négatifs. Il faut avouer que ce petit moulin s’en est bien sorti aux allures légales. Et que le confort de ce Ford Kuga est appréciable.

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

Avec ce petit moteur, le Ford n'est disponible qu'en deux roues motrices et boîte manuelle à six rapports. De quoi alléger l'ensemble même si le poids de ce SUV est tout de même annoncé, à vide, à 1.591 kg. Autant dire que cela se ressent lorsque vous tenter d'hausser le rythme. Alors très vite, vous revenez à des intentions plus sages, ce genre d'engin n'étant pas destiné à battre des records dans la spéciales de Wanne...

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

Nous avons parcouru quelques 700 km avec aisance pour une consommation de 6,5 l/100 km en cruisant la plupart du temps. La finition de l’habitacle est correcte et les rangements sont en nombre suffisant. A l’arrière, deux adultes seront à leur aise mais l’assise de la banquette est mince et dure. Le coffre est bien carré, bien conçu: les dossiers arrière sont inclinables en deux positions pour accroître si besoin le volume d’emport tandis que l’aire de chargement reste plane quand la banquette est rabattue. La manœuvre s’effectue automatiquement, à l’aide d’une manette. Un petit rabat vient alors masquer la jointure entre plancher de coffre et dossiers: un détail, certes, mais qui met en confiance et prouve le soin apporté par Ford à la finition du Kuga.

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

Le succès des SUV ne cesse de croître même si nous restons largement dubitatifs face à ce phénomène de mode. A nos yeux, une berline ou un break ont bien plus de classe qu’un engin surélevé au look souvent agressif. Les rivaux du Kuga sont donc légion à l’image du Hyundai Tucson (4,48 m, 488 l) qui cartonne en Belgique depuis quelques mois. Il est moins plaisant à conduire que le Kuga, son 1.7 CRDi 115 est mou à la relance. Mais il serre ses tarifs à 26.599 € dans sa finition Style. Le KIA Sportage est également à la fête en Belgique et s’affiche à 25.490 € en Lounge avec les mêmes caractéristiques techniques que son frère coréen.

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

Du côté des Japonais, on pense avant tout au Mazda CX-5 (4,56 m, 463 l de coffre) qui vient de s’offrir un lifting lui aussi mais dont le gros diesel 2.2 de 150 ch n’est guère adapté aux taxes de notre royaume. Son tarif débute à 28.590 €. Chez les Européens, le Renault Kadjar (4,45 m, 472 l) est plus proche du public belge: 26.200 € en 1.5 dCi 110 ch, 29.000 € à son deuxième niveau de finition, Bose Edition. Chez Peugeot, l’ennemi s’appelle 3008 (4,45m, 520 l) et il démarre à 29.600 € en 1.6 BlueHDi 115 ch Active.

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

Le New Kuga essayé en finition haute, Titanium, était affiché à 29.100 € mais avec les options dont nous disposions (Winter Pack, Lane Keeping System, Active Park Assist, BLIS et système de navigation) il revenait à 33.689 €.

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

+

Look affirmé

Confort inattendu

Connectique à la page

-

Aucun agrément de conduite

Prix avec options

Confort places arrière

essai,ford,kuga,1.5,TDCi,120,2WD,route,semaine,test,concurrence,2017,new,nouveau,relifté

15:00 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, ford, kuga, 1.5, tdci, 120, 2wd, route, semaine, test, concurrence, 2017, new, nouveau, relifté | | |

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

PORSCHE

Une nouvelle 911 GT3 est toujours un événement pour les passionnés! Celle-ci se base bien entendu sur la phase 2 de la 991. Equipée d’un 6 à plat de 4 litres elle développe 500 ch. La grosse nouveauté est que, désormais, la boîte PDK peut faire place à une vraie boîte manuelle mais en option. C'est le monde à l'envers. Pour un peu plus de 150.000 €, elle offre 320 km/h en pointe contre 318 seulement à la version PDK mais accélère moins fort… enfin, façon de parler! Le 0 à 100 est couvert en 3"4 avec la PDK et 3"9 en boîte manuelle.

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

Autre nouveauté, la Panamera Turbo Sport Turismo. Pour ceux qui vont souvent à la déchetterie, Porsche a pensé à eux. Avec un coffre plus grand (520 l) et, en première mondiale sur un break (de chasse), un spoiler de pavillon motorisé. Porsche la présente comme une "4 places +1" et offre ainsi une concurrente directe à la Ferrari GTC4 Lusso.

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

RIMAC

Encore une supercar électrique, d’origine italienne cette fois. Les lignes sont plaisantes mais pas de production prévue à ce stade… Les valeurs de puissance et de couple n’ont pas à pâlir face à la Bugatti Chiron.

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

RUF

Le spécialiste allemand de la préparation des Porsche présente une CTR qui reprend les codes stylistiques de ses premières voitures, le tout dans un élégant jaune. Cette teinte est utilisée en hommage à la Yellow Bird qui était la voiture la plus rapide en… 1989. Elle était basée sur une 911 Carrera de l’époque.

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

SBARRO

Présent tous les ans à Genève, Franco Sbarro sort toujours des prototypes conçus par les élèves de son école de design, ESPERA. Ce Mojave qui fait référence au désert Californien est une évocation de la culture Hot Rod. Il est équipé d’un V8 Jaguar de 4.0 l histoire d’avancer et de produire un bruit idoine.

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

SPYKER

Le retour! Voilà le C8 Preliator du constructeur hollandais. Histoire de faire original à tout prix, une citation latine est reprise sur la carrosserie et les pots d’échappement!

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

Plus élégant que les engins précédents de la marque, le succès sera-t-il cette fois au rendez-vous? Rien n’est moins sûr.

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

SUBARU

Même si elle fait de plus en plus figure de dinosaure au beau milieu des hybrides en tous genres, la WRX STI est toujours bien là. Et son efficacité n’a rien perdu de sa superbe. Reste, comme toujours chez Subaru, un style très (trop!) quelconque.

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

TECHART

Débauche de lignes non résolues et un style hyper chargé pour ce «Magnum» à base Porsche. On se demande s’il s’agit encore d’un diffuseur ou d’un protège carter qui aurait été monté du mauvais côté de l’engin!

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

TOYOTA

La gamme Yaris reçoit un restylage important et s’étoffe d’une version hautes performances, la Yaris GRMN, qui doit ses origines et ses caractéristiques au retour de Toyota en WRC. Sur le marché européen des petites berlines sportives, elle sera la seule dont le moteur, un 1.8 de plus de 210 ch, bénéficiera d’une suralimentation par compresseur.

salon,genève,visite,2017,dimitri,urbain,porsche,rimac,ruf,sbarro,spyker,subaru,techart,toyota,zenvo

Autre chose intéressante sur le stand du constructeur japonais, le Concept i-TRIL, conçu par Toyota Motor Europe (TME) en collaboration avec son centre de design ED² installé à Sophia-Antipolis près de Nice. Avec sa configuration 2+1 places, sa technologie d’inclinaison Active Lean et son aptitude à la conduite autonome, il propose une alternative viable aux mini-voitures et citadines (segments A et B), à d’autres véhicules électriques (VE) et aux deux-roues motorisés, en offrant un réel plaisir de conduite même à faible allure en agglomération.

09:21 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salon, genève, visite, 2017, dimitri, urbain, porsche, rimac, ruf, sbarro, spyker, subaru, techart, toyota, zenvo | | |

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

Quelle course! Pour sa troisième édition sous la houlette de DG Sport, le Spa Rally a connu un déroulement véritablement hallucinant. Tout a débuté le vendredi 17 mars lors des quatre spéciales disputées aux alentours du circuit de Francorchamps. Il fait encore sec lorsque les pilotes découvrent le tracé signé par l’inévitable Robert Vandevorst.

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

Kevin Abbring (Peugeot 208 T16 R5) signe le premier meilleur temps de l’épreuve devant la Skoda Fabia WRC de Michaël Albert et la Fabia R5 de Guillaume Dilley. Mais dans la suivante, une belle spéciale de 25,41 km, le Hollandais enfonce le clou tandis que Princen (Skoda Fabia R5) revient à la deuxième place du général provisoire mais il pointe déjà à 23’’ du leader à cause d’ennuis de freins.

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

L’étonnant coréen Chewon Lim est alors troisième sur la Hyundai i20 R5 officielle. Un espoir qui semble visiblement très à son aise dans les portions rapides pour son deuxième rallye avec une R5. Par contre, selon Freddy Loix, il est totalement perdu dans le serré et le technique.

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

Davantage dans le rythme, Kris Princen signe un premier meilleur temps lors du second passage sur le circuit. Mais un premier fait de course va venir entacher cette première soirée de course lorsque le Trudonnaire ralentit fortement suite à la présentation d’un drapeau jaune. Mais ses adversaires, qui n'ont pas coupé leur élan, jurent leurs grands dieux qu’il n’y avait pas de drapeau…

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

Le classement provisoire du vendredi soir n’a donc guère de valeur puisque Kris se verra attribuer un temps rectifié le lendemain. La pluie a fait son apparition durant la nuit et le tracé est rapidement rendu particulièrement délicat. On a déjà perdu De Cecco (Peugeot 208 T16 R5) et de Mévius (Peugeot 208 R2), trahis par les moteurs de leurs Peugeot, Albert (allumage) ou encore Fernemont (Ford Fiesta R5-flexible de frein) qui n’a pas pris le départ de la deuxième journée.

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

Il faut être fou pour aller se planter au beau milieu des champs pour assister à la première spéciale du samedi. Pourtant, Le Rédacteur Auto était bel et bien à Wanne (voir les live sur notre page facebook). D’emblée, le leader Kevin Abbring donne des sueurs froides à son équipe en s’offrant un bel écart de conduite mais il ne perd que 18’’ dans l’aventure. Son challenger, Kris Princen, n’en profite guère puisqu’il crève dans le chrono suivant, Rochelinval, où il perd 27’’. Même cause, mêmes effets pour Kevin Demaerschalk, et Armand Fumal qui restent toutefois en course, au contraire de Chewon Lim (Hyundai i20 R5) victime d’une sortie de route et de Guillaume Dilley (Skoda Fabia R5) qui finit par jeter le gant après avoir crevé deux pneus.

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

C’est déjà totalement détrempés que nous nous dirigeons vers la spéciale de la Clémentine pour un premier passage où nous retrouvons les connaisseurs dont Freddy Loix qui nous commente alors chaque passage. Quel bonheur! Lorsque nous lui demandons s’il se verrait bien au volant d’une mélodieuse 911 GT3, il n’est pas très chaud tout simplement, nous répond-il en riant, parce qu’on voudrait encore que je sois devant toutes les autres Porsche

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

A ce moment-là, Abbring compte 20’’ d’avance sur Princen et 1’06’’ sur Cédric Cherain (DS3 RRC). Quatrième à 3’02’’, Kevin Demaerschalk (DS3 R5) ne joue plus la victoire… et il sera trahi par l’électronique de sa voiture préparée chez J-Motorsport.

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

Le temps pour nous de nous sustenter et de nous réchauffer un peu et nous apprenons que Kevin Abbrin s’est sorti lors du second passage dans Wanne. La Peugeot 208 T16 R5 ne remportera pas encore une victoire cette fois-ci. On imagine alors Princen dans un fauteuil, il compte 46’’ de bonus sur le Liégeois, et il semble parfaitement gérer son avance même s’il laisse Cherain revenir à 20’’ juste avant le dernier secteur chronométré disputé à nouveau aux alentours de la Clémentine.

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

La spéciale prend du retard et puis soudain, c’est le coup de théâtre. Princen part en tonneaux. comment des pilotes expérimentés peuvent-ils encore se montrer aussi fébriles lorsqu'il sont à quelques kilomètres d'une victoire? C'est en tous cas ce que l'on appelle la glorieuse incertitude du sport. Qui a cette fois sourit à Cédric Cherain qui l’emporte de manière totalement inattendue mais après avoir réalisé une grosse prestation qui aura marqué les esprits…

″Je m’aligne au coup par coup sans viser le titre et dans cette optique, une victoire est précieuse pour tenter de persuader des partenaires de miser sur moi pour d’autres rendez-vous. Ici, je suis mal parti en commettant une erreur dans la spéciale d’ouverture mais samedi, j’ai trouvé des conditions qui me convenaient bien: j’adore ces spéciales très naturelles, et la boue ne me gêne pas. J’ai donc attaqué pour maintenir Kris sous pression, avec le résultat qu’on connaît. Après le Wallonie, le Condroz et l’East Belgian, je m’impose à Spa, la quatrième grande épreuve wallonne. Ce succès me comble d’autant plus qu’il a été conquis sur des routes où je venais en spectateur quand j’étais gamin.″

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

Deuxième, Benoît Allart tenait avant tout à rejoindre l’arrivée sans abîmer la Skoda Fabia R5 de San Mazuin. Il n’était évidemment pas le plus rapide, loin de là, mais on comprend qu’il avait besoin de retrouver la confiance après ses sorties de Landen et du Condroz…

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

Troisième, Vincent Verschueren n’a vraiment pas été transcendant à Spa. Auteur d’une erreur inadmissible dans la spéciale initiale où il effectuait un tour trop peu avant de signer d’autres fautes le lendemain, le pilote de la Skoda Fabia R5 GoDrive s’installe en tête du classement provisoire du championnat.

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

Quatrième, Armand Fumal s’est également offert quelques frayeurs mais à sa décharge, c’était son premier rallye sous la pluie avec sa DS3 R5. Il devance un Fred Bouvy des grands jours qui place sa Porsche 997 GT3 au cinquième rang dans des conditions absolument pas favorables à cette propulsion surpuissante sur des routes particulièrement sales et étroites!

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

Classement final
1. C. Cherain-J.P. Delmelle (Citroën DS 3 RRC) 1h55’21’’8
2. B. Allart-K. Fernandez (Skoda Fabia R5) +6’02″0
3. V. Verschueren-Veronique Hostens (Skoda Fabia R5) +7’07″1
4. A. Fumal-M.
Louette (DS 3 R5) +7’46″1
5. F. Bouvy-J.L. Hottelet (Porsche 997 GT3) +8’45″6
6. J. Claerhout-P. Vandeputte (Porsche 997 GT3) +12’33″6
7. B. Rouard-S. Delhaye (Citroën DS3 R3) +14’32″5
8. R. Delhez-G. Bollette (Opel Adam R2) +14’56″7
9. M. Duez-A.
Leyh (Porsche 997 GT3) +16’08″8
10. Aurélie Dehaye-E. Gully (VW Golf kit car) +18’50″1

spa,rally,2017,championnat,belgique,manche,cherain,DS3,RRC,Princen,Skoda,Fabia,R5,Abbring,Kevin,208,Peugeot,T16,Allart,verschueren,bouvy,duez,porsche,997,GT3

14:42 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : spa, rally, 2017, championnat, belgique, manche, cherain, ds3, rrc, princen, skoda, fabia, r5, abbring, kevin, 208, peugeot, t16, allart, verschueren, bouvy, duez, porsche, 997, gt3 | | |

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

MTM

Une Bentley façon M ? Vive le bleu et des bandes décalées. C’est quelle équipe de foot qui joue en orange et blanc ?

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

NANOFLOWCELL

Les protos sont toujours sympas chez eux mais à quand une réelle mise en production? Ces engins sont des électriques, la dernière mouture étant en 48V.

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

NOBLE

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

Loin des engins artisanaux mal finis et peu confortables, la marque britannique propose un « Speedster » très crédible.

PAGANI

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

Chez Pagani on a récupéré la formule du jaune Sirius de Renault Sport. Normal, depuis que cette marque est associée à Mercedes, le fournisseur de moteur exclusif de Pagani. A quand une Pagani dCi ?

PETITE GALERIE DES HORREURS

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

Genève est aussi un havre de mauvais goût en matière de tuning… En voici quelques exemples choisis. Stinger, Hamann ou Mansory, le choix est large!

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

Chez Koenigsegg, on donne dans le carbone et les dorures ou encore les portes en élytre, dignes des meilleurs tuning show sur parking de supermarché!

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

Chez Eadon Green, on revendique s’être inspiré de l’Alfa Romeo 8C d’avant-guerre pour sortir la Black Cuilin mais l’élégance est bien passée à la trappe!

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

Techrules vient se frotter à la cour des grands avec un proto dont la cellule passager se déplace vers l’arrière. En somme une Bond Bug revisitée !

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

PEUGEOT

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

La marque française a créé l'événement avec la reprise de la branche européenne de GM, Opel- Vauxhall, déficitaire depuis des années. Sur son stand, on peut découvrir le concept « Instinct », sorte de break de chasse qui reprend les codes stylistiques déjà vus ailleurs, notamment les feux arrière façon 3008, la « voiture de l’année 2017 ». Voiture ? Non, il s’agit d’un SUV ! Même en version « GT », rien à voir avec le passé sportif de la marque, malheureusement… Et toujours ce satané volant de kart, trop petit et qui est impossible à régler correctement pour obtenir une bonne vue des instruments. A revoir Peugeot, à revoir… (Texte & photos: Dimitri Urbain)

salon,Genève,visite,tour,marques,2017,dimitri,urbain,MTM,nanoflowcell,Noble,pagani,Haman,Mansory,Stinger,peugeot,

09:13 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : salon, genève, visite, tour, marques, 2017, dimitri, urbain, mtm, nanoflowcell, noble, pagani, haman, mansory, stinger, peugeot | | |