essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

J'aime bien

En reprenant le style du Cherokee, le Compass s'offre enfin un style digne de son rang de SUV moyen. On va vite oublier la version précédente, disparue du catalogue en 2012, et ses yeux de batracien. La ligne de toit surlignée d'un trait chromé n'est pas sans rappeler ce qu'Opel fait actuellement.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

Le 1.6 diesel de 120 chevaux s'est montré plutôt volontaire pour emmener les 1.500 tonnes du bestiau à un rythme qu'il ne connaîtra probablement jamais au cours de sa vie.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

L'habitabilité est du genre généreux aussi bien aux places avant qu'à l'arrière où le passager installé au milieu n'est pas trop sacrifié.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

Plutôt malin

Les aides à la conduite et les systèmes de sécurité sont nombreux et ils sont, de plus proposés dès le niveau d'accès "Sport". Et puis l'esthétique du Compass peut être facilement personnalisable à travers des revêtements intérieurs, des couleurs de carrosserie ou encore des jantes différentes.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

J'aime moins

S'il veut se battre contre les BMW X1 et autres Audi Q2, le Compass va devoir élever son niveau de jeu en matière de finitions parce que certains plastiques sont de piètre qualité. On a ainsi le sentiment d'être installé dans une Fiat 500x.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

L'interface UConnect propose un menu peu intuitif et il demande quelques heures d'accoutumance. Et puis, c'est frustrant d'avoir accès au Jeep Skills qui ne fonctionne pas avec notre version simple traction avant.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

Pourquoi je l'achète

Elle soigne son look, elle offre un confort appréciable tandis que son petit moteur diesel fait des miracles en termes d'agrément et de consommations. Et puis elle s'offre sous une marque qui possède une belle image en termes de confiance et de solidité. Son prix de base est de 28.700€, le même que celui du Nissan Qashqai 1.6 dCi 130.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

Pourquoi je ne l'achète pas 

La finition de son habitacle ne peut cacher ses origines roturières, sa base technique provenant de l'Alfa Giulietta datant déjà de 2010. On comprend mal l'intérêt d'acheter un SUV aussi typé 4x4 en se passant des quatre roues motrices.

essai,test,jeep,compass,1.6,4x2,diesel,120,ch,33.700,euros,prix

11:24 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, jeep, compass, 1.6, 4x2, diesel, 120, ch, 33.700, euros, prix | | |

Renault,Clio,RS,Sport,berline,5,portes,1.6,turbo,EDC,monaco,GP,2016

Vous la savez, au Rédacteur Automobile, nous ne sommes pas des grands fans de la dernière Renault Clio RS. Nous assumons totalement notre amour pour les automobiles extrêmes, celles qui procurent des frissons et qui nous offrent un plaisir de conduite réel. Avec sa boîte robotisée trop lente et son comportement trop aseptisé, la petite bombinette construite chez Renault Sport nous a toujours laissé un goût de trop peu. Même badgée du logo Trophy...

Alors lorsque le constructeur au losange, qui fournit actuellement un travail assez impressionnant pour renouveler complètement toute sa gamme, annonce l'arrivée d'une version très spéciale de la Clio RS pour célébrer ses quarante ans et fêter le retour de Renault parmi les constructeurs engagés en Formule 1, nous ne pouvons qu'applaudir! C'est dans le cadre du mythique Grand Prix de Monaco, ce vendredi 27 mai plus précisément,  que nous découvrirons cette nouveauté alléchante en espérant que les données techniques, encore inconnues aujourd'hui, nous rendront le sourire.

Renault,Clio,RS,Sport,berline,5,portes,1.6,turbo,EDC,monaco,GP,2016

15:59 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renault, clio, rs, sport, berline, 5, portes, 1.6, turbo, edc, monaco, gp, 2016 | | |

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Ayant été relativement déçus par la dernière Clio RS, nous nous réjouissions de goûter à nouveau à cette petite bombe devenue Trophy pour l'occasion. Et là, ce fut une nouvelle fois la douche froide. Non pas que cette auto soit mauvaise ou ratée, non, ce qui nous ennuie c'est d'abord l'utilisation abusive de cette appellation Trophy, synonyme pour nous de sportivité, d'engins sortis de la piste ou des spéciales de rallye pour donner le sourire aux amateurs de sensations qui veulent se faire plaisir sur des portions de routes peu fréquentées. Ici, nous n'avons eu droit qu'à une évolution pâlotte de la dernière Clio RS.

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Ils ont beau dire, chez Renault, cette boîte n'est pas sportive. Trop lente, trop indécise lors des moments clés, elle ne nous permet pas de nous sentir à l'aise à bord de cette auto. Alors si elle rassure les acheteurs des pays émergents qui n'ont pas l'habitude de maîtriser une petite traction de 220 ch, elle ne doit pas constituer une offre unique parce que les pilotes apprécient de changer de rapport lorsqu'ils le désirent et non selon les bons vouloirs d'une boîte à double embrayage E.D.C qui aurait pourtant été revue, selon le losange, pour plus de réactivité. Seules les longues palettes au volant sont parfaites!

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Et que dire de ces cinq portes qui sont elles aussi imposées alors que jamais un père de famille n'optera pour une Clio RS Trophy, trop content de trouver dans la gamme des Kangoo et autres Scénic bien plus adaptés à ses besoins. Nous pourrions également nous plaindre du petit 1.6 Turbo qui ne remplacera jamais le 2.0 atmo de la précédente génération. Pour l'occasion, ce moteur reçoit un turbo plus gros, un circuit d'admission optimisé ainsi qu'une nouvelle cartographie, ce qui lui permet de gagner 20 ch (220 au total). Le couple passe quant à lui de 240 à 260 Nm, et même 280 Nm sur les 4e et 5e rapports. Il n'est pas désagréable et il se révèle particulièrement volontaire lorsqu'on fait appel à sa pleine puissance.

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Sur le plan du style, les changements sont subtils: un blanc mat allié à un toit noir brillant, des jantes de 18 pouces spécifiques et des inscriptions Trophy sur la lame avant et les portières arrière. Dans l'habitacle, on note l'apparition d'excellents sièges sport en cuir chauffants, qui ont le mérite de mieux le distinguer de celui des Clio plus banales. Mais la finition reste très perfectible: les décorations façon carbone sont légères et cet intérieur tout plastique devient difficile à justifier avec un tarif de 29.500 € hors option… Un surcoût de 4.300 € par rapport à la Clio RS classique.

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Côté performances, les 20 ch supplémentaires ne transfigurent pas la voiture. On gagne ainsi un petit dixième sur le 0 à 100 km/h et le 400 m départ arrêté (respectivement effectués en 6"6 et 14"5). Le surcroît de puissance se fait surtout sentir à haute vitesse, comme en témoigne le kilomètre départ arrêté, qui progresse de presque une seconde (26"4 contre 27"1 sur la RS normale). L'ensemble moteur/boîte fonctionne toujours selon trois modes, sélectionnables grâce au bouton RS Drive situé entre les sièges avant. En mode normal, cette Renault Sport semble sous Prozac: le moteur se fait discret et la boîte EDC passe les rapports très tôt, en se montrant parfois hésitante. De quoi vous laisser dubitatif lorsque vous transportez belle-maman avec le plus grand soin et que les suspensions brisent vos efforts.

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

En mode Sport, les choses deviennent plus intéressantes, avec une sonorité mécanique légèrement plus présente, une transmission plus réactive, une direction plus ferme et un ESP plus permissif. Enfin, le mode Race oblige à passer la boîte en mode séquentiel et déconnecte totalement le contrôle de stabilité. C'est clairement dans les deux derniers modes que les progrès de la Clio R.S. Trophy sont les plus évidents. La boîte réagit de façon plus vive qu'auparavant aux impulsions sur les palettes. Mieux verrouillé, l'amortissement digère désormais très bien les routes bosselées si fréquentes dans notre royaume. Quant au train arrière, il participe à la mise en virage lorsque l'on rentre sur les freins. Mais ces derniers restent peu aisés à doser, la pédale manquant de feeling et de progressivité. Et si la motricité est correcte sur le sec, on ne peut s'empêcher de penser que la Clio R.S. Trophy serait un outil bien plus efficace avec un différentiel autobloquant. Surtout lorsque les sept jours d'essai se sont déroulés essentiellement sous la pluie...

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

Conclusions

Nous en sommes conscients, cet essai pourra paraître un peu dur aux amoureux de la marque au losange. Pourtant, nous avons plutôt bien vécu cette semaine à bord de la petite bombinette française. Elle se révèle agréable dans les trajets boulot-dodo et ne se réveille que sur demande contrairement à d'autres petits bolides rapidement fatigants. Seulement voilà, nous gardons de si bons souvenirs de la Clio RS III qu'il nous est difficile d'accepter cette nouvelle RS qui vit pleinement avec son temps. Un temps où la vitesse est désormais largement prohibée et où les amateurs de sensations fortes sont priés d'aller s'amuser sur circuit. Mais nous continuons à croire qu'une déclinaison à boîte manuelle et en trois portes, même si elle coûterait de l'argent à Renault, serait largement plus répandue chez nous parce qu'elle ciblerait davantage les passionnés...

renault,clio,rs,trophy,essai,test,semeine,volant,routes,roadtest,220 ch,4 cylindres,1.6,turbo,280 nm,traction,boîte,double,embrayage,edc

15:55 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renault, clio, rs, trophy, essai, test, semeine, volant, routes, roadtest, 220 ch, 4 cylindres, 1.6, turbo, 280 nm, traction, boîte, double, embrayage, edc | | |

Opel,Corsa,OPC,essai,test,roadtest,Extreme,performance,pack,brembo,recaro,207,ch,1.6,turbo,traction,sportive,GTI,1.300kg,22.350,euros,

Souvent à la traîne dans le peloton des citadines turbulentes, l’Opel Corsa OPC nous revient avec la nouvelle génération accompagnée d’un autobloquant optionnel qui change la vie. Elle motrice en sortie de virage, le sous-virage est inexistant mais il faut tenir fermement le volant. Et ne pas déconnecter l’ESP sous peine de retrouver un train avant totalement hors de contrôle. Mais le confort est plutôt étonnant et la discrétion de son look appréciable par les temps qui courent.

Opel,Corsa,OPC,essai,test,roadtest,Extreme,performance,pack,brembo,recaro,207,ch,1.6,turbo,traction,sportive,GTI,1.300kg,22.350,euros,

Pour transformer une Opel Corsa en une version OPC, la solution passe par les inévitables appendices sportifs. Parmi eux, on notera cette petite lèvre sur le capot à la manière d’une Porsche 911 GT3 RS, une double sortie d'échappement avec diffuseur, un gros becquet arrière, des jantes 18 pouces ou encore des étriers de freins 4 pistons Brembo (disponibles avec l’OPC Extreme Performance Pack avec l'autobloquant d'une valeur de 2.400€). Finalement c'est dans l'habitacle que la spécificité de la Corsa la plus sportive déçoit un peu. Car si l’on excepte la sellerie Recaro (820€), l'instrumentation, le volant à méplat, le pédalier et le levier de vitesse (trop gros et peu ergonomique), ça manque de fantaisie!

Opel,Corsa,OPC,essai,test,roadtest,Extreme,performance,pack,brembo,recaro,207,ch,1.6,turbo,traction,sportive,GTI,1.300kg,22.350,euros,

Du souffle!
Cela n’est plus une surprise mais cela reste remarquable, ces petits moulins turbocompressés poussent fort. Identique à celui de la génération précédente, le petit 4 cylindres 1.6 Turbo développe désormais 207 ch à 5.800 tr/mn pour un couple de 245 Nm (280 avec Overboost) entre 1.900 et 5.800 tr/min, soit 15 ch et 15 Nm de plus qu'auparavant. Ce qui lui vaut des performances dans la moyenne du segment avec un 0 à 100 km/h abattu en 6″8 et une vitesse maximale de 230 km/h. Les plus écolos d’entre vous regretterons l'absence de Start&Stop et d'injection directe qui font grimper les émissions de CO2 à 174 g/km.

Opel,Corsa,OPC,essai,test,roadtest,Extreme,performance,pack,brembo,recaro,207,ch,1.6,turbo,traction,sportive,GTI,1.300kg,22.350,euros,

Pour tout vous dire, nous on s’en moque parce que ce moulin convient parfaitement aux 1.293 kg de la bestiole. Pêchu à bas régime grâce à l'effet turbo et plutôt généreux dans l'allonge et les reprises (couple jusqu'à 5.800 tr/min), il ne s'essouffle qu'à l'approche des 6.000 tr/min. Un caractère vaillant mis en exergue par l'échappement Remus chantant et se laissant aller à quelques petites déflagrations au lever de pied. Nous aurions préféré une sonorité plus marquée mais il est vrai qu’au quotidien, cela peut vite devenir lassant.

Opel,Corsa,OPC,essai,test,roadtest,Extreme,performance,pack,brembo,recaro,207,ch,1.6,turbo,traction,sportive,GTI,1.300kg,22.350,euros,

Comportement amélioré
Le point fort de la nouvelle Corsa OPC est incontestablement son comportement routier. Pourtant, la base est toujours celle de l'ancienne génération. Mais les modifications apportées au châssis sport et le nouvel amortissement mécanique auto-réglable Koni apportent une certaine rigueur à l’ensemble.
Le fonctionnement de ce système est simple; il agit presque comme un amortissement piloté en s'adaptant aux fréquences de rebonds enregistrées par la voiture. Terriblement efficace pour le dynamisme mais également pour le confort car même si le tarage reste ferme, c'en est fini de la planche de bois de l'ancien modèle.

Opel,Corsa,OPC,essai,test,roadtest,Extreme,performance,pack,brembo,recaro,207,ch,1.6,turbo,traction,sportive,GTI,1.300kg,22.350,euros,

Et puis, la prise de roulis est inexistante tout comme le sous-virage. In fine, c'est l'effet du différentiel à glissement limité Draxler sur la direction qui surprend. Cette dernière étant précise mais plutôt légère, le système a tendance à guider le train avant dans les virages tout en assurant une motricité optimale véritablement bluffante. On se croirait au volant d’une quatre roues motrices tant le train avant accroche mais il faut tenir fermement le volant. Par contre, nous n’avons guère été convaincus par le mode Competition de l’ESP. Sur le réseau routier belge défoncé, l’Opel reprend ses mauvais travers et vous emmène dans des sous-virages inefficaces et le dosage à l’accélération redevient primordial.

Opel,Corsa,OPC,essai,test,roadtest,Extreme,performance,pack,brembo,recaro,207,ch,1.6,turbo,traction,sportive,GTI,1.300kg,22.350,euros,

Laquelle choisir?
A l’heure du bilan, et en tenant compte de ses habituelles concurrentes, Ford Fiesta ST (21.850€/182 ch/1.286 kg), Peugeot 208 GTI (22.970€/208 ch/1.235 kg) et Renault Clio RS (25.200€/200 ch/1.279 kg), l’Opel Corsa OPC (22.350€/207 ch/1.203 kg) reprend des couleurs face aux françaises. La Peugeot est trop bourgeoise, la Renault trop consensuelle mais la Ford garde l’avantage à nos yeux grâce à son comportement précis, joueur mais sain. Cela dit, il faut souligner les progrès de cette Opel Corsa OPC qui encourageront les ingénieurs de la maison à l’heure de définir les réglages de la prochaine Astra OPC…

Opel,Corsa,OPC,essai,test,roadtest,Extreme,performance,pack,brembo,recaro,207,ch,1.6,turbo,traction,sportive,GTI,1.300kg,22.350,euros,

+
Comportement en progrès
Look sympa et discret
Sièges Recaro
-
Intérieur basique
Sonorité discrète

Opel,Corsa,OPC,essai,test,roadtest,Extreme,performance,pack,brembo,recaro,207,ch,1.6,turbo,traction,sportive,GTI,1.300kg,22.350,euros,

15:40 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : opel, corsa, opc, essai, test, roadtest, extreme, performance, pack, brembo, recaro, 207, ch, 1.6, turbo, traction, sportive, gti, 1.300kg, 22.350, euros | | |

Renault,Scenic,4,2016,salon,Genève,nouveau,new,futur,diesel,essence,motorisation,équipement,instrumentation,1.5,1.6,dCi,hybrid,assist,R-Link2,X-Mod

En 2014, Renault a écoulé 800.000 monospaces pour 1,5 million de SUV et crossover. Un score sans appel pour les  monocorps pourtant inscrits au patrimoine génétique de la marque depuis plus de trente ans. Malgré ses deux restylages: en janvier 2012 et avril 2013, le monospace compact de Renault, lancé en avril 2009, demeure l'un des rois du marché. Seulement voilà, avec BMW qui vient jouer dans la pièce, et qui risque bien de remporter de nombreux suffrages, il est temps pour Renault de poursuivre le renouvellement de sa gamme en proposant un Scenic 4 en 2016.

Renault,Scenic,4,2016,salon,Genève,nouveau,new,futur,diesel,essence,motorisation,équipement,instrumentation,1.5,1.6,dCi,hybrid,assist,R-Link2,X-Mod

Sans être aussi radical que son grand frère le Renault Espace qui veut jouer au SUV, le Scénic évolue sur le plan stylistique. Cette quatrième mouture adopte une silhouette plus basse et des lignes très élancées afin de continuer à séduire des clients de plus en plus tentés par les SUV. Cette nouvelle génération de Scénic, qui sera dévoilée au Salon de Genève en mars 2016, a été esquissée par le concept-car Renault R-Space, présenté au même endroit cinq ans plus tôt.

Renault,Scenic,4,2016,salon,Genève,nouveau,new,futur,diesel,essence,motorisation,équipement,instrumentation,1.5,1.6,dCi,hybrid,assist,R-Link2,X-Mod

La palette des motorisations ne présentera guère de surprise puisqu'elle s’articulera autour des blocs proposés par la dernière Mégane. A savoir, en essence, le 1.2 TCe décliné en version de 100 et 130 ch. L’offre diesel ratissera évidemment plus large avec un 1.5 dCi de 95et de 110 ch, ce dernier devrait être livrable en boîte manuelle et avec la transmission automatique à double embrayage EDC6, et un 1.6 dCi de 130 et 160 ch. Quant au système d’hybridation légère Hybrid Assist, utilisant une machine électrique de type alterno-démarreur et une petite batterie lithium-ion, il devrait aussi être proposé en 2017 comme pour la Mégane 4.

Renault,Scenic,4,2016,salon,Genève,nouveau,new,futur,diesel,essence,motorisation,équipement,instrumentation,1.5,1.6,dCi,hybrid,assist,R-Link2,X-Mod

Par contre, le conducteur de ce futur Scénic devra s’habituer à une instrumentation classique, face à lui, et non plus centrale comme tel a toujours été le cas sur les précédentes générations. Un changement d'ère en somme. Une petite révolution exigée suite à l'emploi de la plateforme modulaire CMF C/D que se partagent les Renault Scénic 2016, Espace et le futur Koléos 2016. Typés crossover et SUV, les deux derniers cités sont privilégiés. Fidèle quant à lui à la philosophie monospace, le Renault Scénic 4 est défavorisé. Qu’importe, la rentabilité, une spécialité de Carlos Ghosn (P-DG de l'alliance Renault/Nissan) a tranché.

Renault,Scenic,4,2016,salon,Genève,nouveau,new,futur,diesel,essence,motorisation,équipement,instrumentation,1.5,1.6,dCi,hybrid,assist,R-Link2,X-Mod

Il n’en demeure pas moins que le client du Renault Scénic n’y perdra pas au change puisque l’auto fera le plein de technologie, à commencer par un affichage tête haute et une interface multimédia reposant sur un écran tactile dont la taille pourra varier de 7 à 8,7 pouces. Le système R-Link 2 sera bien sûr de la partie. A l’instar des nombreuses aides à la conduite, tel la reconnaissance des panneaux de signalisation, l’alerte de franchissement involontaire de ligne, l’Easy Park Assist facilitera les manœuvres, tout comme le détecteur d’angle mort et la caméra de recul.

Renault,Scenic,4,2016,salon,Genève,nouveau,new,futur,diesel,essence,motorisation,équipement,instrumentation,1.5,1.6,dCi,hybrid,assist,R-Link2,X-Mod

Si le Renault Scénic ne devrait pas disposer du système à quatre roues directrices 4Control présent sur l’Espace, la Talisman et le nouvelle Mégane GT, il pourrait en revanche disposer du système de motricité renforcée X-Mod déjà proposé sur le Kadjar . De quoi permettre à cette quatrième génération de prendre la relève de l’actuel Renault Scénic X-Mod. Un modèle qui assure le trait d'union entre le monospace et le SUV, mais qui peine à convaincre.

Renault,Scenic,4,2016,salon,Genève,nouveau,new,futur,diesel,essence,motorisation,équipement,instrumentation,1.5,1.6,dCi,hybrid,assist,R-Link2,X-Mod

19:05 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renault, scenic, 4, 2016, salon, genève, nouveau, new, futur, diesel, essence, motorisation, équipement, instrumentation, 1.5, 1.6, dci, hybrid, assist, r-link2, x-mod | | |

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

Plutôt déstabilisé par la disparition du coupé RC-Z et surtout, du très sympathique 1.6 HTP dans sa version 270 ch, nous nous réjouissons d'assister au retour de ce chouette moteur sous le capot de la Peugeot 308 GTi. Certes, nous ne sommes guère dans l'esprit père de famille et à ce titre, préférons de loin les coupés, mais ne boudons pas notre plaisir d'autant que ce 1.6 l turbo essence affiche 270 ch dans sa version la plus musclée.

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

Sous le capot de la 308 GTi, le 4 cylindres 1.6 THP Euro6 développe un couple de 330 Nm. Son rapport volumétrique est de 9.2:1. Ce moteur est construit avec des pistons forgés en aluminium refroidis par une double pulvérisation d'huile et avec des bielles renforcées à coussinets à projection polymère. La ligne d'échappement, à la sonorité travaillée, est entièrement nouvelle avec un collecteur en acier. Et puis comme on n'oublie jamais les radins chez Peugeot, il y a aussi un Start&Stop pour leur faire croire qu'ils économisent un peu d'essence.

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

Comme Volkswagen le fait avec sa Golf GTI, sans qu'on ait jamais vraiment compris pourquoi, Peugeot proposera deux versions de sa nouvelle GTi. L'une de 250 ch, chaussée de pneus Michelin Pilot Sport 3 en 225/40 R18, et qui devrait passer de 0 à 100 km/h en 6"2. Le freinage est assuré par des disques de 330 mm à l'avant et 268 mm à l'arrière. L'autre, de 270 ch, est équipée d'office d'un différentiel à glissement limité Torsen. La monte pneumatique est alors confiée à des Michelin Super Sport en 235/35 R19. Le verdict du chrono donne le 0 à 100 km/h en 6"0. À chaque fois avec une boîte manuelle à 6 rapports renforcée pour supporter le couple. Ouf...

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

Lors du développement de cette familiale sportive, les ingénieurs ont chassé les kilos superflus avec parfois l'utilisation d'un matériau composite et d'un acier à très haute limite élastique. Ils ont également peaufiné les réglages de train avant avec un nouvel angle de carrossage et du train arrière avec une augmentation de la raideur sans oublier une suspension avant qui lui est spécifique. En 270 ch, le différentiel Torsen intégré à la boîte de vitesse a nécessité une direction à assistance électrique compatible et des lois spécifiques au Traction Control.

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

À l'intérieur de la Peugeot 308 GTi, l'ambiance est assurée par des baquets en cuir et Alcantara siglés «Peugeot Sport» et «GTi» tandis que le volant compact, que nous n'avons jamais aimé, est en cuir pleine fleur. Sur la console, le grand écran tactile intègre l'i-Cockpit Peugeot. Un bouton Sport active le Driver Sport Pack: les combinés passent de blanc à rouge, des informations supplémentaires s'affichent sur le tableau de bord (puissance, couple, pression de suralimentation, accélérations latérale et longitudinale), le moteur se fait plus sonore et la cartographie de la pédale d'accélérateur change. Dernière précision, les deux tons que nous avons ici sur certaines photos n'est pas imposé. Nous laisserons ça aux amateurs de tuning...

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

13:29 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peugeot, 308, gti, sportive, 1.6, thp, turbo, essence, 270, ch, berline, nouvelle, salon, francfort, 2015, différentiel, torsen, 330 nm | | |

nissan,pulsar,gt,new,nouvelle,1.6,turbo,190 ch,4 cylindres,essence,dynamique,compacte,japonaise,segment

Avec le joli succès rencontré par le Qasqhai depuis dix ans, on a un peu tendance à oublier que Nissan a fait récemment un retour sur le terrain européen des berlines compactes avec sa Pulsar. Malgré des lignes plutôt réussies, une habitabilité record, d’excellentes qualités routières et des tarifs défiant toute concurrence, elle a un peu de mal à faire parler d’elle.

nissan,pulsar,gt,new,nouvelle,1.6,turbo,190 ch,4 cylindres,essence,dynamique,compacte,japonaise,segment

Alors en attendant l'arrivée en série du concept Nismo vu au Salon de Paris l'an passé, voici la Pulsar GT. Animée par le 1.6 turbo 190 ch du Juke (parent de celui de la Renault Clio R.S.), elle annonce un 0 à 100 km/h parcouru en 7"7. La voilà idéalement armée pour venir jouer avec les compactes discrètes mais performantes comme les Peugeot 308 GT et autres Kia Cee’d GT (25.490 € - 204 ch).

nissan,pulsar,gt,new,nouvelle,1.6,turbo,190 ch,4 cylindres,essence,dynamique,compacte,japonaise,segment

Comme ses concurrentes, la panoplie stylistique passe par des optiques assombries, de jolies jantes 18 pouces diamantées et une timide sortie d’échappement chromée se chargent d’encanailler un peu son allure. À l’intérieur, seuls des inserts façon carbone et quelques surpiqûres distinguent la Pulsar GT de ses petites sœurs.

nissan,pulsar,gt,new,nouvelle,1.6,turbo,190 ch,4 cylindres,essence,dynamique,compacte,japonaise,segment

A l'image du reste de la gamme, la GT, disponible dès avril, pourra compter sur un rapport prix/équipement très intéressant. À 27.350 euros, la voilà bien plus chère qu'une Focus 1.6 EcoBoost 180 ch (24.250 €) ou une Leon FR 1.8 180 ch (24.270 €) mais elle offre en série le système multimédia GPS Nissan Connect, la sellerie cuir, l'AVM-Vision 360 à quatre caméras et le Safety Shield (bouclier de sécurité). Ce dernier regroupe freinage autonome d'urgence, alerte de changement de file et détection des objets en mouvement.

nissan,pulsar,gt,new,nouvelle,1.6,turbo,190 ch,4 cylindres,essence,dynamique,compacte,japonaise,segment

13:47 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nissan, pulsar, gt, new, nouvelle, 1.6, turbo, 190 ch, 4 cylindres, essence, dynamique, compacte, japonaise, segment | | |

 essai,test,Volkswagen,Passat,VW,Variant,new,TDI,120,1.6,DSG7,impressions,sur route,quotidien,usage,44.000,euros,break,VRP

Vous connaissez notre amour immodéré et totalement assumé pour les automobiles sportives à l’extrême. Pourtant, il nous arrive, comme tout le monde, de redescendre un instant sur terre et de nous installer au sein d’un habitacle qui n’est pas implanté à quelques centimètres du sol. Ainsi, cette semaine, nous avons goûté aux joies de la nouvelle Volkswagen Passat, fraîchement élue Voiture de l’Année 2015. Alors tant qu’à se mettre dans la peau d’un homme ordinaire, nous avons opté pour une version Variant de cette huitième génération motorisée par le petit 1.6 TDI de 120 chevaux accouplé à une boîte DSG7.

essai,test,Volkswagen,Passat,VW,Variant,new,TDI,120,1.6,DSG7,impressions,sur route,quotidien,usage,44.000,euros,break,VRP

Une fois quitté Bruxelles, l’autoroute s’ouvre à nous et très vite, nous comprenons que ce petit moteur ne se laisse guère impressionner par la taille de l’engin qu’il doit déplacer. La boîte DSG7 se révèle parfaitement étagée et nous prenons la direction de l’Est en toute décontraction. Le confort est royal, la finition est absolument parfaite et les lignes de la planche de bord, sobres et classiques, nous plaisent. Le nouveau tableau de bord entièrement numérique (Info Active Display) et configurable demande un petit temps d’adaptation mais le conducteur comprendra très vite le paramétrage des données. L’écran central, tactile, est aussi très facile à appréhender.

essai,test,Volkswagen,Passat,VW,Variant,new,TDI,120,1.6,DSG7,impressions,sur route,quotidien,usage,44.000,euros,break,VRP

L'un des principaux critères d'achat d'une berline familiale est évidemment l'espace à bord. L'exploitation de la plateforme MQB a justement permis à la nouvelle Passat de gagner en habitabilité. Face à la précédente génération, l'empattement est allongé de 7,9 cm au dépend des porte-à-faux avant et arrière. La longueur totale reste ainsi inchangée ou presque à 4,77 m (soit -2 mm et -4mm pour le break SW). Mais l'espace intérieur augmente pour s'imposer comme la référence de la catégorie. Surtout aux places arrière, où les passagers bénéficient de 4 cm supplémentaires d'espace aux genoux (97,3 cm) et de 2,6 cm de plus au niveau de la garde au toit (96,4 cm et 97,2 cm pour le SW). Le volume du coffre du break en profite aussi, avec une augmentation de 47 litres pour atteindre 650 litres (1.780 litres, banquette rabattue).

essai,test,Volkswagen,Passat,VW,Variant,new,TDI,120,1.6,DSG7,impressions,sur route,quotidien,usage,44.000,euros,break,VRP

Vous l’aurez compris, les passagers sont parfaitement installés, quelle que soit la place occupée et leurs bagages profitent pleinement du volume du coffre. Le toit vitre panoramique doit être un des plus grands de la catégorie. Il illumine l’habitacle de belle façon. Mais revenons à nos moutons, ou plutôt, à nos chevaux. Le petit 1.6 TDI se montre à l’aise même si, une fois toutes les places occupées, il a un peu plus de mal à faire montre de sa superbe. Les indécrottables défenseurs du downsizing me rétorqueront qu’il est rare de voir des voitures totalement occupées et sur ce point, ils n’ont pas tort.

essai,test,Volkswagen,Passat,VW,Variant,new,TDI,120,1.6,DSG7,impressions,sur route,quotidien,usage,44.000,euros,break,VRP

D’ailleurs, une fois nos passagers débarqués, nous en profitons pour tester l’auto et voir un peu ce qu’elle offre puisque le constructeur annonce 85 kilos de moins par rapport à sa devancière. Les palettes au volant poussent au jeu mais il faut impérativement mettre la boîte en mode Sport pour avoir davantage de répondant. Et là, on doit bien avouer que l’auto nous a bluffés. Bon, nous sommes loin des capacités d’une sportive mais sur des routes où la plupart des usagers ignorent qu’ils peuvent rétrograder pour doubler et se contentent de suivre l’usager le plus lent, nous avons effectué nos dépassements en toute décontraction. Et une fois les routes désertes atteintes, nous nous sommes surpris à aborder des courbes à de belles vitesses même si les pneus hiver rendaient le train arrière un peu vivant. Ce qui n’est pas pour nous déplaire. Bref, la Passat se mène avec suffisamment de précision et d'allant pour offrir un certain plaisir de conduite. Et ce qui ravira son utilisateur/propriétaire, c’est qu’elle offre en même temps un confort nettement amélioré, que ce soit en matière de filtrage, d'insonorisation ou de qualité d'assise.

essai,test,Volkswagen,Passat,VW,Variant,new,TDI,120,1.6,DSG7,impressions,sur route,quotidien,usage,44.000,euros,break,VRP

Pour en revenir aux équipements qui raviront les geeks à l’allure pas fraîche, la sécurité profite, dès le niveau d'accès, d'un radar de distance avec une fonction de freinage autonome, une exclusivité dans le segment. La suite sera bien entendu fonction du budget, mais on pourra s'offrir tant du classique avec le système de parking automatisé, les alertes de franchissement de ligne et des objets cachés dans les angles morts que de l'exclusif par le biais des feux full LED (1.514,92 euros), du double vitrage latéral, du pare-brise dégivrant, des sièges chauffants, ventilés et massants, de la vue par caméras à 360°, de la connexion internet Guide&Inform gratuite la première année, ou encore de la fonction MirrorLink qui permet de reproduire à l'identique l'environnement de votre smartphone sur l'interface de bord. Sachez encore que le prix de la voiture telle que vous la voyez sur ces photos est de 44.813 euros tvac. C’est franchement pas donné pour une Passat Variant équipée du plus petit moteur diesel…

essai,test,Volkswagen,Passat,VW,Variant,new,TDI,120,1.6,DSG7,impressions,sur route,quotidien,usage,44.000,euros,break,VRP

Entièrement revue, la Volkswagen Passat VIII perpétue les qualités des générations précédentes: une habitabilité record, une finition excellente et une polyvalence d'utilisation à toute épreuve. En cela, cette nouvelle génération continue de tracer sa voie, tout en tentant désormais aussi de monter en gamme par le biais d'une présentation plus soignée, d'un confort de marche sensiblement accru ainsi que d'une palette de moteurs et d'équipements plus high tech. Autant dire que ses lignes sobres mais si classieuses risquent bien d’envahir, une fois encore, le paysage automobile de ces prochaines années.

essai,test,Volkswagen,Passat,VW,Variant,new,TDI,120,1.6,DSG7,impressions,sur route,quotidien,usage,44.000,euros,break,VRP

13:08 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, volkswagen, passat, vw, variant, new, tdi, 120, 1.6, dsg7, impressions, sur route, quotidien, usage, 44.000, euros, break, vrp | | |

ssang Yong,coréen,nouveauté,SUV,compact,crossover,new,tivoli,1.6,essence,diesel,4x4,salon,genève,2015,hôtesses,girls,filles

Poursuivant son redressement, le constructeur coréen, désormais en mains indiennes, dévoile son premier SUV compact, le Tivoli, qui sera commercialisé en juin prochain. Dans un premier temps avec un 1.6 essence de 126 ch en traction puis en versions diesel et 4x4 en automne.

ssang Yong,coréen,nouveauté,SUV,compact,crossover,new,tivoli,1.6,essence,diesel,4x4,salon,genève,2015,hôtesses,girls,filles

ssang Yong,coréen,nouveauté,SUV,compact,crossover,new,tivoli,1.6,essence,diesel,4x4,salon,genève,2015,hôtesses,girls,filles

ssang Yong,coréen,nouveauté,SUV,compact,crossover,new,tivoli,1.6,essence,diesel,4x4,salon,genève,2015,hôtesses,girls,filles

ssang Yong,coréen,nouveauté,SUV,compact,crossover,new,tivoli,1.6,essence,diesel,4x4,salon,genève,2015,hôtesses,girls,filles

ssang Yong,coréen,nouveauté,SUV,compact,crossover,new,tivoli,1.6,essence,diesel,4x4,salon,genève,2015,hôtesses,girls,filles

08:44 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ssang yong, coréen, nouveauté, suv, compact, crossover, new, tivoli, 1.6, essence, diesel, 4x4, salon, genève, 2015, hôtesses, girls, filles | | |

Opel,Corsa,OPC,2015,Salon,Genève,nouvelle,1.6,turbo,207 ch,280 Nm,Koni,sportive,compact,petite,

Décidément, les constructeurs se sont donnés le mot cette semaine. Les nouveautés de Genève ne cessent de pleuvoir. Et comme il s'agit, le plus souvent, de modèles sportifs, nous allons avoir du mal à patienter jusqu'au mois de mars pour découvrir tout cela sur place. Cette fois, c'est Opel qui dévoile sa petite Corsa OPC survitaminée. Et comme la précédente, celle-ci ne joue pas la carte de la discrétion.

Opel,Corsa,OPC,2015,Salon,Genève,nouvelle,1.6,turbo,207 ch,280 Nm,Koni,sportive,compact,petite,

Les plus observateurs d'entre vous auront bien remarqué que la sortie d'échappement triangulaire et centrale a été remplacée par deux pots ronds plus conventionnels et placés de part et d'autre du bouclier, mais le becquet arrière, la grille de calandre noire en nids d'abeille et le pare-chocs avant très ouvragé donnent instantanément le ton. Sans parler de la fente aménagée sur le capot à l'image d'une Porsche 911 GT3 ou de la Lexus  LFA.

Opel,Corsa,OPC,2015,Salon,Genève,nouvelle,1.6,turbo,207 ch,280 Nm,Koni,sportive,compact,petite,

Fort de 207 ch et 245 Nm, voire 280 Nm grâce à un overboost, le petit 1.6 Turbo ne devrait guère manquer de vigueur. Des chiffres qui placent cette Corsa OPC devant les Renault Clio RS, Volkswagen Polo GTI, Peugeot 208 GTi et autres Ford Fiesta ST. Dotée d'une boîte manuelle six rapports, la petite Opel serait ainsi capable de sprinter de 0 à 100 km/h en 6"9 et de poursuivre son effort jusqu'à 230 km/h. Il sera d'ailleurs possible de chronométrer ses temps aux tours ou d'afficher ses accélérations longitudinales et latérales grâce à la fonction OPC APP du système multimédia.

Opel,Corsa,OPC,2015,Salon,Genève,nouvelle,1.6,turbo,207 ch,280 Nm,Koni,sportive,compact,petite,

Reste à découvrir si le comportement de cette nouvelle venue sera à la hauteur des attentes des amateurs de conduite dynamique. Souvent déçus par le comportement des produits OPC, nous espérons que le travail des ingénieurs ayant porté sur l'ESP recalibré, sur la réduction de la garde au sol (10 mm) sans oublier l'amortissement spécifique signé Koni sera efficace. Les plus exigeants pourront toujours commander le pack Performance optionnel qui ajoute un différentiel autobloquant mécanique, des disques de freins de 330 mm de diamètre à l'avant et des jantes de 18 pouces. Sans parler d'une future version Nürburgring Edition portée à 230 ch environ.

Opel,Corsa,OPC,2015,Salon,Genève,nouvelle,1.6,turbo,207 ch,280 Nm,Koni,sportive,compact,petite,

16:19 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : opel, corsa, opc, 2015, salon, genève, nouvelle, 1.6, turbo, 207 ch, 280 nm, koni, sportive, compact, petite | | |