citroën,ds4,essai,test,prise en main,découverte,nouveauté,suv,berline,sportive,dynamique,française,premium,haut de gamme,exclusif,hdi,200 ch

Quand la C4 se fait déesse

Fort du joli succès de la DS3, Citroën renouvelle l’expérience, quelques mois plus tard, avec une DS4 au dessin particulièrement travaillé. Si toute la base mécanique provient bel et bien de la C4, seul le capot et les phares ont été conservés à l’heure de dessiner ce crossover. En s’inspirant de ce qui se fait chez Alfa depuis plusieurs années pour donner de feux airs de coupés à leurs berlines, les dessinateurs français sont allés plus loin dans la démarche en surélevant très légèrement cette DS4 tout en lui prodiguant quelques soupçons de sportivité.

Elle interpelle cette nouvelle DS4. Avec ses faux airs de petit SUV mélangés de lignes racées tout en conservant une certaine familiarité avec le reste de la gamme. La face avant plutôt massive en impose comme bons nombres de véhicules actuels. Marc Pinson, le dessinateur responsable du projet, y voit même l’expressivité d’un visage. Nous le laisserons seul responsable de ses propos. Les flancs sont marqués par une ceinture chromée autour des vitres surteintées mais ils sont avant tout modelés par des passages de roues musculeux. L’arrière est plutôt ramassé avec ce gros becquet qui participe au dynamisme de la gamme.

citroën,ds4,essai,test,prise en main,découverte,nouveauté,suv,berline,sportive,dynamique,française,premium,haut de gamme,exclusif,hdi,200 ch

Qualité supérieure

Les deux finitions les plus élitistes étaient proposées lors de cet essai. En choisissant la version full cuir et le 1.6 THP de 200 ch, nous avons débuté par le sommet. L’intérieur brun est assez classieux. Le cuir pleine fleur recouvre la planche de bord, les contre-portes et les sièges avec un dessin ‘‘bracelet’’ plutôt réussi mais réservé aux sièges avant. L’utilisation de chromes sur les cerclages d’aérateurs, du combiné et du levier de vitesse ou sur certaines commandes de la console centrale, apportent une touche de luxe supplémentaire. Nous devons bien avouer que nous avions rarement trouvé une aussi bonne qualité de finition dans une Citroën. Bien installés face à un volant aux dimensions impressionnantes (un défaut d’ailleurs reconnu  par une collaboratrice de la marque), vous profitez du panorama offert par un pare-brise à la surface impressionnante. Les commandes tombent bien en main, l’ergonomie est plutôt réussie. Par contre, les places arrière ne bénéficient pas d’un accès aisé du fait de la découpe réduite des portes arrière qui a même contraint les concepteurs de la DS4 a supprimer l’abaissement des vitres arrière.

citroën,ds4,essai,test,prise en main,découverte,nouveauté,suv,berline,sportive,dynamique,française,premium,haut de gamme,exclusif,hdi,200 ch

Moteur de feu

Avec ce 1.6 turbo de 200 chevaux sous le capot, la DS4 se montre plutôt agressive et le train avant a tôt fait de demander grâce. Sur les 150 kilomètres de routes ‘‘tournicotantes’’ auxquelles nous avons eu droit, l’ESP a souvent réagi pour remettre le train avant sur le droit chemin lors de certaines entrées de virage approximatives. Mais ce qui nous a frappés, c’est la sérénité avec laquelle il est possible de rouler très vite à bord de cette voiture. Le caractère sportif est fatalement entaché par la hauteur du véhicule et son poids mais c’est en regardant notre vitesse de passage en courbe que nous avons réalisé à quel point cette voiture est clouée au sol par ses Michelin Pilot Sport 2 de 19 pouces. Le Sound System vous pousse au crime et vous changer de rapport avec entrain pour le plaisir de faire chanter le petit moulin. Mais tout cela induit une certaine violence qui contraste avec la cible de cette auto dite ’’premium’’. Confortable, la DS4 s’apprécie mieux avec un moteur moins puissant à l’image du 2.0 HDI de 160 ch avec lequel nous avons également parcourus 150 km. Son couple abonde tout autant (340 Nm contre 275 pour la THP) mais d’une manière bien moins abrupte. La finition Sport Chic s’est révélée moins luxueuse que la précédente avec des plastiques variés comme seuls les Français savent en faire. Plutôt moche. Mais la taille des pneus réduite d’un pouce, le cuir classique bi-ton et l’ensemble de l’habitacle vous transportent à nouveau dans un univers un peu décalé. La conduite se fait plus souple, plus précise, plus confortable pour tous. La boîte est agréable à manœuvrer mais manque de précision lors des instants sportifs tandis que le freinage s’est montré plutôt convaincant. Bref cette auto est, au final, une incontestable réussite.

citroën,ds4,essai,test,prise en main,découverte,nouveauté,suv,berline,sportive,dynamique,française,premium,haut de gamme,exclusif,hdi,200 ch

Quel public?

Reste à lui trouver des acheteurs. Les objectifs de ventes semblent particulièrement prudents puisque Citroën cite le chiffre de 40.000 unités la première année alors que la DS3 affiche 90.000 ventes en 13 mois. Mais plusieurs réponses peuvent être apportées à cette timidité. La première, celle qui semble la plus évidente, c’est que la marque aux chevrons souhaite offrir une certaine exclusivité au client DS4. Celui-ci n’aura pas peur d’attendre son véhicule quelques mois. Ensuite, la réussite de MINI, qui s’est installée dans la durée, fait des envieux chez beaucoup et Citroën préfèrerait produire 40.000 unités chaque année durant tout le cycle de vie du véhicule plutôt que le double avant de voir ses ventes s’écrouler après les deux premières années. Enfin, il y a cette nouvelle race de véhicule, que certains membres du directoire ont bien du mal à catégoriser mais sur laquelle Citroën n’en fonde pas moins de grands espoirs.

citroën,ds4,essai,test,prise en main,découverte,nouveauté,suv,berline,sportive,dynamique,française,premium,haut de gamme,exclusif,hdi,200 ch

16:11 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : citroën, ds4, essai, test, prise en main, découverte, nouveauté, suv, berline, sportive, dynamique, française, premium, haut de gamme, exclusif, hdi, 200 ch | | |

opel,astra,gtc,coupé,sportif,dynamique,éclair,allemande,opc,209 ch,futur,francfort,salon,2011,rentrée

Le vent du renouveau qui souffle sur la marque au blitz depuis ses gros soucis de santé au coeur de la crise n'est pas encore retombé si nous en croyons les premières photos de l'Astra coupé. Par rapport à la berline 5 portes, qui offre déjà des lignes plutôt dynamiques, le coupé reprend une grosse louche de dynamisme en perdant deux ouvrants. Ses surfaces vitrées se montrent plus effilées, ses feux arrière s'étirent et sa poupe adopte un dessin plus râblé. Ce qui ne l'empêche pas d'annoncer un volume de coffre de 370 dm3, soit 19 dm3 de plus que la berline. Même la proue évolue plus qu'il n'y parait, grâce à l'arrivée d'un bouclier inédit et d'une calandre affinée.

opel,astra,gtc,coupé,sportif,dynamique,éclair,allemande,opc,209 ch,futur,francfort,salon,2011,rentrée

En revanche, dans l'habitacle, seuls quelques tissus et motifs sont modifiés. Mais la planche de bord adopte néanmoins un dessin original qui la différencie suffisament de celle de la berline.

opel,astra,gtc,coupé,sportif,dynamique,éclair,allemande,opc,209 ch,futur,francfort,salon,2011,rentrée

En attendant la performante OPC et ses 290 ch, la gamme de motorisations est logiquement commune avec la berline à l'exception des diesels les plus sages: les 1.3 et 1.7 CDTi sont oubliés. On note l'arrivée d'une déclinaison 120 ch du 1.4 turbo essence alors que le 2.0 CDTi diesel grimpe à 165 ch. Des changements qui devraient s'étendre à la cinq-portes. L'Opel Astra GTC se distingue encore de celle-ci par ses voies élargies et son empattement étiré chargés de dynamiser son comportement. De quoi mieux affronter la Volkswagen Scirocco.

opel,astra,gtc,coupé,sportif,dynamique,éclair,allemande,opc,209 ch,futur,francfort,salon,2011,rentrée

14:48 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : opel, astra, gtc, coupé, sportif, dynamique, éclair, allemande, opc, 209 ch, futur, francfort, salon, 2011, rentrée | | |

BMW,série1,135i,2011,nouvelle,nouveauté,news,hélice,X1,allemande,propulsion,compacte,premium

Attendue par tous les amoureux de la marque à l'hélice, la nouvelle Série 1 a été dévoilée ce week-end. Sans être révolutionnaire, la petite BMW s'offre principalement un nouveau museau. Et celui-ci n'est pas des plus réussis à nos yeux, s'inspirant du nez pointu de la X1. Mais les goûts et les couleurs. Les plus observateurs d'entre vous remarqueront les flancs moins creusés qu'auparavant tandis que la partie arrière évolue également avec des hanches rebondies au-dessus des roues arrière et des feux agrandis. Les dimensions de cette nouveauté sont revues à la hausse avec une largeur accrue de 2 cm et une longueur augmentée de 9 cm, dont 3 pour l'empattement. De quoi revoir l'habitabilité arrière à la hausse et gommer ainsi l'un des défauts de sa devancière. Le coffre annonce également un volume en hausse de 30 dm3, grimpant ainsi à 360 dm3.

BMW,série1,135i,2011,nouvelle,nouveauté,news,hélice,X1,allemande,propulsion,compacte,premium

C'est la technologie qui évolue fortement sur cette nouvelle Série 1. Moyennant finances, elle peut désormais passer de codes en plein phares automatiquement, accomplir un créneau sans que son conducteur ait besoin de tourner le volant ou anticiper une collision. Une alerte de franchissement involontaire de ligne, une boîte automatique à huit rapports ou un régulateur de vitesse actif sont par ailleurs disponibles, sans oublier une connexion Internet. Pour les propriétaires d'iPhone, cette Série 1 sera même capable d'afficher les messages Facebook et Twitter sur un écran. Bon, cela nous éloigne fortement du plaisir de conduire habituellement revendiqué par la marque mais rassurez-vous, la Série 1 nouveau cru conserve bel et bien sa transmission via ses roues arrières.

BMW,série1,135i,2011,nouvelle,nouveauté,news,hélice,X1,allemande,propulsion,compacte,premium

Sous les capots, les mécaniques sont toutes modernes. En essence, place au 1.6 Turbo décliné en version 136 et 170 ch. Inédit chez BMW, ce quatre-cylindres n'est cependant pas un inconnu, puisqu'on le retrouve, en position transversale, chez MINI et chez PSA. Côté diesel, La Série 1 garde son habituel 2.0, proposé en 116, 143 et 184 ch. Mais une version "basses consommations", baptisée 116d EfficientDynamics Edition, fera son apparition prochainement. Elle recevra le 1.6 des MINI, porté à 116 ch, et se contenterait de 3,8 l/100 km en moyenne. Et à partir de 2014, la compacte allemande devrait adopter une nouvelle famille de trois et quatre-cylindres suralimentés, en essence comme en diesel. Mais en attendant, la voilà bien mieux affûtée pour affronter les futures Audi A3 et Mercedes Classe A.

BMW,série1,135i,2011,nouvelle,nouveauté,news,hélice,X1,allemande,propulsion,compacte,premium

BMW,série1,135i,2011,nouvelle,nouveauté,news,hélice,X1,allemande,propulsion,compacte,premium

14:11 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bmw, série1, 135i, 2011, nouvelle, nouveauté, news, hélice, x1, allemande, propulsion, compacte, premium | | |

Skoda,Fabia,RS2000,concept,roadster,4 portes,4 places,cabriolet,tcheque,Worthersee,tuning,préparation,prototype,uniqu,2.0,atmsphérique

Vous l'aurez compris, le groupe Volkswagen était présent en force à la réunion tuning de Wörthersee puisque même Skoda a eu droit a son concept. Pour l'occasion, la Fabia se transforme en un étonnant roadster quatre portes. Basée sur le modèle de rallye qui court en catégorie S2000, cette combinaison inhabituelle pourrait même correspondre à l'appellation torpedo, très usitée avant le second conflit mondial. La RS 2000 se caractérise par son pare-brise et sa découpe de vitres très osés. Evidemment, cela restera un joli rêve de designer. Les passagers auraient bien peu de chance de survivre à un tonneau à bord d'un tel véhicule. On ignore à ce jour si l'auto est roulante et motorisée. Rappelons que le moteur de la version de rallye est un quatre cylindres 2.0 atmosphérique d'environ 280 ch.

Skoda,Fabia,RS2000,concept,roadster,4 portes,4 places,cabriolet,tcheque,Worthersee,tuning,préparation,prototype,uniqu,2.0,atmsphérique

18:13 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : skoda, fabia, rs2000, concept, roadster, 4 portes, 4 places, cabriolet, tcheque, worthersee, tuning, préparation, prototype, uniqu, 2.0, atmsphérique | | |

Volkswagen,VW,Golf,cabriolet,R,sportive,décapotable,allemande,projet,étude,festival,270 ch,20 T,turbo,350 Nm

Nous vous avons dévoilé, dans un post précédent, la petite Audi A1 Clubsport Quattro exposée à l'occasion du festival Wörthersee. Volkswagen y est également allé de son étude en présentant une version sportive R de la Golf cabriolet récemment arrivée. À l'extérieur, on retrouve la double sortie d'échappement en position centrale, les jantes de 19 pouces, la teinte bleue caractéristique des VW sportives et les entrées d'air de grande taille. Celles-ci sont indispensables pour alimenter en air frais le 2.0 Turbo quatre-cylindres de 270 ch.

Volkswagen,VW,Golf,cabriolet,R,sportive,décapotable,allemande,projet,étude,festival,270 ch,20 T,turbo,350 Nm

Les 350 Nm de couple, disponibles dès 2.500 tr/mn, promettent pour leur part des dépassements énergiques tandis que le châssis profite d'une garde au sol abaissée de 25 mm et d'un freinage majoré. Contrairement à la berline, cette Golf R Cabriolet se dispense de transmission intégrale, ce qui laisse craindre le pire à l'heure de passer la cavalerie aux roues avant. Même s'il reste bien plus réaliste que le showcar Clubsport Quattro et ses 503 ch, ce concept de décapotable sportive a peu d'atteindre un jour la production en série.

Volkswagen,VW,Golf,cabriolet,R,sportive,décapotable,allemande,projet,étude,festival,270 ch,20 T,turbo,350 Nm

21:31 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : volkswagen, vw, golf, cabriolet, r, sportive, décapotable, allemande, projet, étude, festival, 270 ch, 20 t, turbo, 350 nm | | |