Lexus,RX450h,RX,test,essai,road,supertest,7 jours,hybride,FWD,Executive Pack,full,option,65.770€,300 ch,V6,

Bonne conscience autorisée

Avant de nous rendre sur les bords du Lac Léman pour y découvrir les nouveautés 2011, nous voulions encore vous parler d’un SUV que nous venons d’essayer et qui nous a franchement plu. Alors oui, ces derniers sont devenus de faux 4x4, bouchent l’horizon de nos petites citadines et sont parfois conduits par des personnes peu scrupuleuses mais force nous est d’avouer que cette semaine passée à bord de cet hybride peu discret nous a séduit.

 

Paré d’une superbe robe noire, le Lexus RX450h qui nous fut confié par l’importateur durant sept jours en impose. Et ce ne sont pas les touches bleutées disséminées un peu partout qui atténue ce sentiment de bestialité, de puissance, d’invincibilité. Les portes, lourdes et épaisses, donnent l’impression d’entrer dans un salon privé. Et les sièges larges et accueillants renforcent encore ce sentiment.

Lexus,RX450h,RX,test,essai,road,supertest,7 jours,hybride,FWD,Executive Pack,full,option,65.770€,300 ch,V6,

Cocon sensuel

Ce qui frappe, une fois les portes refermées, c’est cette odeur de cuir, bien réelle, alors que les Asiatiques nous avaient habitués à des habitacles aux cuirs inodores et insipides. Là, vous avez réellement le sentiment de vous retrouver chez votre fournisseur de chaussures! A droite du volant, le bouton de démarrage sur le lequel vous appuyez. Votre siège et votre volant reprennent alors leur place initiale après vous avoir accueilli à bord. Le silence est omniprésent, déroutant, car si la batterie est suffisamment chargée, vous démarrerez en mode «full electric». De quoi impressionner vos passagers. Les boutons du volant et de la console semblent un peu rébarbatifs au premier abord mais très vite, vous finissez par jongler entre eux, même s’ils sont pour la plupart redondants. Le joystick est particulièrement intuitif et vous vous surprenez rapidement à l'utiliser à la moindre occasion, dans les emboutaillages ou aux feux rouges.

Lexus,RX450h,RX,test,essai,road,supertest,7 jours,hybride,FWD,Executive Pack,full,option,65.770€,300 ch,V6,

Position de conduite aux petits oignons!

Très vite, vous n’avez qu’une envie: avaler des kilomètres. Le silence est royal, l’atmosphère est plutôt sénatoriale et le tout subjugue rapidement. Le son de l’installation Hi-Fi finit de vous coller au siège. C’est parti pour un détour par le paradis. D’autant qu’à la moindre sollicitation du pied droit, le RX450h s’envole en larguant la plupart des berlines mazoutées qui vous entourent. Il faut dire que la puissance cumulée du V6 thermique et du moteur électrique atteint les 299 ch! Excusez du peu. Le tout est transmis sur les seules roues avant motrices puisque depuis le Salon de Bruxelles, Lexus propose ce RX450h FWD doté d’un seul moteur électrique aux roues avant. Grâce à cela, cette déclinaison FWD rejette 8 gr de CO2 en moins par km, soit 140 g/km. Trois modes de conduite permettent d'adapter la voiture à certaines circonstances: Eco, EV (mode électrique) ou Snow (neige).

Lexus,RX450h,RX,test,essai,road,supertest,7 jours,hybride,FWD,Executive Pack,full,option,65.770€,300 ch,V6,

Equipement royal

La finition Executive Pack de notre modèle d’essai comprend tout ou presque. Nous citerons, pêle-mêle, l’air conditionné automatique à réglages séparés, la caméra de recul, le contrôle vocal du système de navigation mais aussi du téléphone, les phares au xénon et adaptatifs dans les virages, les sièges réglables et chauffants, le Sound System… le tout pour la somme de 65.770€ tvac.

Lexus,RX450h,RX,test,essai,road,supertest,7 jours,hybride,FWD,Executive Pack,full,option,65.770€,300 ch,V6,

Les seules options sont le régulateur de distance, la suspension active et le toit ouvrant électrique. Bref, il vous sera difficile de vous lasser de cet engin qui semble bien armé pour affronter les Audi Q7, BMW X5, Mercedes ML et autres Porsche Cayenne mazoutés. Avec 9 l/100 de conso moyenne, le RX450h s’est montré plutôt économe sachant que nous n’avons jamais hésité à faire parler la cavalerie non seulement en cas de besoin mais aussi pour le plaisir de faire chanter le V6! Là où les gros diesels allemands l’emportent, c’est en capacité de traction mais sachez quand même que les concurrents cités vont tous passer très prochainement à l’hybridation. Lexus, et Toyota par la même occasion, ont donc bel et bien ouvert la voie même s’il leur aura fallu 10 ans pour enfin… être copiés!

Lexus,RX450h,RX,test,essai,road,supertest,7 jours,hybride,FWD,Executive Pack,full,option,65.770€,300 ch,V6,

14:11 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lexus, rx450h, rx, test, essai, road, supertest, 7 jours, hybride, fwd, executive pack, full, option, 65.770€, 300 ch, v6 | | |

Lexus,LFA,Lexus LFA,pub,advertising,mannequin,girl,drift,yellow,rianne ten haken,supercar

Petit cours de drifting pour le mannequin Rianne Ten haken en compagnie de l'expert en la matière, j'ai nommé l'américian Rhys Millen. Juste pour le plaisir des yeux. Heu, nous, on préfère la jaune...

10:02 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lexus, lfa, lexus lfa, pub, advertising, mannequin, girl, drift, yellow, rianne ten haken, supercar | | |

Essai,gamme,Citroën,C3,DS3,Picasso,française,chevron,HDI,HTP,1.6,2.0,diesel,essence,sportive,familiale

Trois fois, c’est trois fois mieux

Nous avons eu récemment l’occasion de tester les modèles les plus récents de la gamme C3 chère à Citroën. Une expérience unique qui nous a permis de mieux comparer directement les différentes déclinaisons de carrosserie avec le C3 Picasso familial, la classique C3 et la très désirable DS3. Avec chacune des caractères bien différents, elles justifient pleinement le choix de la marque française de diversifier au maximum sa gamme moyenne. Et nous font regretter le manque d’idées semblables en haut de gamme.

Si les constructeurs d’outre-quiévrain ont mis dix ans pour comprendre que la qualité était indissociable du succès commercial d’un modèle, ils doivent maintenant prendre le sillage des Allemands en multipliant les modèles. Encore trop cantonnés à la définition classique des segments, ils hésitent visiblement à surfer sur la vague des niches que d’autres exploitent parfaitement non sans un certain succès commercial.

Essai,gamme,Citroën,C3,DS3,Picasso,française,chevron,HDI,HTP,1.6,2.0,diesel,essence,sportive,familiale

Familles heureuses

Avec son C3 Picasso, Citroën a visé juste. Compact mais très habitable, sa ligne sympa et son habitacle original remportent un véritable succès. Souvent croisé dans des coloris originaux, le C3 Picasso démontre que l’uniformité n’est pas nécessairement synonyme de succès. Sa banquette réglable n’empêche pas son coffre d’offrir un volume très correct de 290 litres au minimum. Essayé dans sa variante HDI 110, il s’est montré vif, disponible et doux tout en limitant fortement son niveau de bruit. L’engin parfait pour affronter la circulation quotidienne en toute sérénité. Au chapitre des choses qui fâchent, il faudra parler du prix qui n’est pas spécialement démocratique et d’un comportement pas franchement dynamique. Il faut tout de même signaler que le roulis et le tangage sont très moyennement maîtrisés même si la majorité de ses utilisateurs n’en prendra jamais conscience!

Essai,gamme,Citroën,C3,DS3,Picasso,française,chevron,HDI,HTP,1.6,2.0,diesel,essence,sportive,familiale

Carte jeune ou senior?

En renouvelant sa C3, Citroën n’a pas réellement pris de risques. Les lignes rondes sont magnifiées pour donner un caractère plus viril à la ligne générale. De quoi attirer une clientèle plus jeune pour ne pas dire masculine. C’est oublier un peu vite que son toit vitré panoramique très agréable et ses teintes pastelles plairont davantage aux dames. Par contre, l’intérieur est plutôt décevant. Face au C3 Picasso, sans parler de la DS3 avec laquelle la berline classique partage pourtant son tableau de bord, celui-ci semble bien tristounet sans parler d’un sentiment de qualité en baisse purement subjectif. Parce que s’il y a bien un domaine ou la nouvelle C3 a fait d’énormes progrès, c’est celui de la qualité d’assemblage et de finition.

Essai,gamme,Citroën,C3,DS3,Picasso,française,chevron,HDI,HTP,1.6,2.0,diesel,essence,sportive,familiale

Comportement tout confort

Dans le droit fil de ce que Citroën réalise de mieux, la C3 se montre particulièrement confortable. Un atout pour un véhicule qui se veut polyvalent. Sur autoroute, le 1.6 HDI 90 se montre volontaire sans être trop bruyant. Il manque un peu de coffre mais sa consommation contenue ravira les budgets serrés. Par contre, il ne faut pas trop se montrer tatillon au chapitre du comportement. La conduite dynamique n’a visiblement pas été citée dans le cahier des charges. Les suspensions sont très souples et l’auto se vautre rapidement sur son train avant lorsque le rythme augmente. Bref, toute ambition un brin sportive est proscrite mais une nouvelle fois, les clients potentiels choisiront la C3 pour d’autres arguments bien plus évidents.

Essai,gamme,Citroën,C3,DS3,Picasso,française,chevron,HDI,HTP,1.6,2.0,diesel,essence,sportive,familiale

DS3, notre préférée!

En véritable épicurien, nous avons gardé le meilleur pour la fin. La DS3, nous en raffolons! Equipée du 1.6 HDI de 110 ch, elle offre un superbe compromis entre confort et dynamisme. Par rapport à la dureté d’une MINI, la DS3 parvient à se montrer suffisamment vive en conduite active tout en dispensant un confort largement supérieur à ce qui se fait ailleurs dans la catégorie. Enfin une Citroën qui n'est pas molle sur ses quatre roues et qui est capable d'offrir de bonnes sensations de conduite! C'était là une des priorités lors du développement de la voiture et c'est réussi. Avec elle, nous traverserions l’Europe sans aucuns soucis. Parfaitement insonorisée, la DS3 offre une position de conduite impeccable. Face à vous, le tableau de bord bi-tons donne une ambiance unique à l’habitacle et participe au côté exclusif de ce modèle. Car en choisissant la voie de la personnalisation à outrance, Citroën répond pleinement à un besoin existant chez bien des conducteurs de se différencier du voisin.

Essai,gamme,Citroën,C3,DS3,Picasso,française,chevron,HDI,HTP,1.6,2.0,diesel,essence,sportive,familiale

Combinaisons multiples

Citroën offre une palette de onze coloris différentes, dont des jaunes et rouges qui ne passent pas inaperçus, huit garnissages de sièges, quatre variantes de teintes pour le toit avec des décors aux dessins les plus inattendus (certains évoquant des tatouages) sans oublier onze dessins de jantes disponibles. Chacun peut donc personnaliser son modèle en faisant grimper la note au passage. Les larges portes facilitent l'accès aux places avant. Accéder à la banquette exige en revanche quelques acrobaties, d'autant que le mécanisme de basculement des sièges ne fonctionne pas parfaitement. La visibilité périphérique est perturbée par les larges montants B. C'est surtout pénible en ville. Pour cette catégorie, le coffre offre un joli volume. Les dossiers arrière peuvent être rabattus asymétriquement. Notons encore la bonne dotation de série. Le tarif est plutôt élevé mais grâce aux nombreux packs, les options sont proposées à des prix abordables. Vous l’aurez compris, notre coup de cœur va largement à la DS3 mais le C3 Picasso n’en reste pas moins diablement intelligent là où une C3 classique se veut sage et confortable. Avec pareil trio, Citroën s’ouvre un bel avenir dans le segment!

Essai,gamme,Citroën,C3,DS3,Picasso,française,chevron,HDI,HTP,1.6,2.0,diesel,essence,sportive,familiale

La gamme C3

Citroën C3 1.1i Attraction                                60 ch                     12.726€

Citroën C3 1.4 HDI Attraction                          70 ch                     14.836€

Citroën C3 1.4i Seduction                               75 ch                     15.126€

Citroën C3 1.6 HDI 104g Attraction                 90 ch                     16.186€

Citroën C3 1.4i Exclusive                                95 ch                     17.926€

Citroën C3 1.6i Exclusive                                120 ch                    18.926€

Citroën C3 1.6 HDI Exclusive                          110 ch                    21.486€

 

Citroën C3 Picasso 1.4 Attraction                    95 ch                     15.486€

Citroën C3 Picasso 1.6 HDI Attraction             92 ch                     17.186€

Citroën C3 Picasso 1.6 Exclusive                    120 ch                    19.901€

Citroën C3 Picasso 1.6 HDI Exclusive             110 ch                    22.601€

 

Citroën DS3 1.4 Chic                                      95 ch                     15.476€

Citroën DS3 1.6 SoChic                                  120 ch                    17.776€

Citroën DS3 1.6 HDI SoChic                           90 ch                     18.736€

Citroën DS3 1.6 T Sport SoChic                      150 ch                    20.076€

Citroën DS3 1.6 HDI SportChic                       110 ch                    21.036€

17:47 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, gamme, citroën, c3, ds3, picasso, française, chevron, hdi, htp, 1.6, 2.0, diesel, essence, sportive, familiale | | |

saab-9-5-sw-1280.jpg

En dépit des tourbillons qui l'assaient, la marque suédoise poursuit son petit bonhomme de chemin vaille que vaille. Au Salon de Genève, la marque au drakkar présentera la version break de sa berline 9-5 prénommée Estate. Rien de bien révolutionnaire mais des lignes plutôt réussies avec un spoiler très impressionnant au-dessus du hayon. Pour le reste, les lignes des feux restent très proches de ceux de la berline. Le volume de chargement passe de 527 à 1600 litres en rabattant la banquette 60/40. Le break dispose des mêmes motorisations essence, Diesel et bioéthanol que la berline. L'offre s'étend donc sur une palette de 160 ch à 300 chevaux. La transmission intégrale XWD est également au programme.  

ouverture.jpg

La vie de château en plein air

Un cabriolet Mercedes se déguste toujours avec une certaine nonchalance. Il faut se glisser dans la peau du cinquantenaire ayant réussi dans la vie et commençant tout doucement à bien en profiter. Le moindre rayon de soleil est prétexte à s’ouvrir au monde et exposer sa réussite sociale sur un rythme sénatorial pour être sûr d’être vu. Alors ce n’est pas ce mois de septembre nuageux et les caprices de la météo qui nous ont arrêtés. Nous nous sommes pris au jeu en profitant pleinement des joies de la balade en plein air.

action.jpg

Au pays des étoiles, le silence est roi. Dans l’habitacle calfeutré de la Mercedes E250 CGI cabriolet, le silence est impressionnant. La capote filtre parfaitement les bruits du monde extérieur et l’autoroute qui nous ramène à la maison nous permet d’apprécier l’efficacité de ce toit en toile (aux multiples couches avec une épaisseur de 23,5 mm) à l’ancienne. Et c’est le soleil qui nous accueille dans notre belle ville.

Avec des yeux d’enfant

Le temps de reprendre notre fille à l’école et nous décidons de lui offrir un petit cadeau en ouvrant le toit pour une courte balade de début de soirée. A six ans, il est des choses qui ravissent encore et il nous a suffi de voir son visage émerveillé pour comprendre qu’un toit totalement escamotable offre une vision du monde complètement différente. Par contre, nous n’avons pas été convaincus par le système Aircap. Une simple pression sur un commodo situé derrière la commande d'ouverture de capote actionne en effet un déflecteur d'air situé au sommet du pare-brise et un pare-vent niché en aval des sièges arrière. Une fois déployé, cet ensemble est censé atténuer les remous d'air et les bruits dans l'habitacle mais notre fille n’a pas réellement bénéficié de ces soins. Des soins, le cabrio E en prodigue néanmoins à ses quatre occupants et il propose une position de conduite parfaite grâce aux multiples réglages du siège conducteur et aux coussins d’air gonflables. L’approche ceinture facilite sa mise en place tandis que l’excellente installation audio vous permet de monter le son pour que le Don Giovanni de Mozart couvre sans difficulté les basses infernales des jeunes amateurs de juke-box ambulants.

toit.jpg

Lignes seyantes

La Mercedes Classe E Cabriolet reprend les traits de la Classe E berline. Sa calandre intègre l’étoile, et ne compte que deux lamelles, spécificité partagée avec le coupé. Les projecteurs sont disponibles en deux versions: avec feux de jour conventionnels accompagnés de double-antibrouillards de part et d’autre du bouclier ou avec les projecteurs avant ILS avec feux de jour à diodes LED. Le pare-brise est très incliné pour favoriser l’aérodynamisme. Globalement le résultat est plus dynamique que sur l’ancienne CLK, et nettement plus statutaire. Le tableau de bord est également repris de la berline pour notre plus grand plaisir. Parfaitement fini mais un peu trop carré à notre goût, il offre une multitude de réglages, de boutons, de témoins qui traduisent à eux seuls l’équipement pourtant relativement basique de notre exemplaire d’essai.

Moteur suffisant

Le 1800 quatre cylindres turbo essence Blue Efficiency de 204 ch qui équipait notre E250 CGI s’est montré plutôt souple sans être un foudre de guerre. Les sensations de conduite rappellent celles du Coupé, mais avec le surpoids inhérent à ce genre de carrosserie, le Classe E cabriolet se révèle un peu moins dynamique. Imperturbable et profitant d'un confort de suspension absolument royal, il apprécie davantage la promenade au rythme endiablé et les ’’sportifs’’ que nous sommes lui reprocheront un léger manque d'agilité et quelques mouvements de pompage. Pourtant, sa rigidité demeure tout à fait convenable, assortie d'un comportement sûr et équilibré à allure plus soutenue. Son rival, l'Audi A5 Cabriolet 2.0 TFSI 180 Multitronic ne se montre pas plus enjoué.

cockpit.jpg

Rivalité tarifaire

Un rival qui s’affiche à 40.975 € là où la Mercedes plane à 52.635 € tandis que le modèle "légèrement équipé" dont nous disposions (avec le cuir, quand même) s’affichait déjà à 61.530 €. Au moment du choix, si vous succombez aux charmes des Italiennes, n’oubliez pas l’Alfa Roméo Spider 2.2 à 36.450 € pour un quatre cylindres de 185 ch. Vieillissante, la BMW 325i vous offre les plaisirs du 6 cylindres en ligne de 218 ch pour 46.250€. L’Allemande partage son toit en dur escamotable avec la Lexus IS 250C et son 2.5 V6 de 208 ch pour un prix de 50.690€.

Caractéristiques techniques

Dimensions       L/l/h: 4.698/1.786/1.398 mm

                           Empattement: 2.760 mm. Voies av./arr.: 1.538/1.544 mm

                           Poids: 1.695 kg

                           Volume de chargement: de 300 à 390 l

Moteur               4 cyl. en ligne à inj. directe, turbo, 16v, 1.796 cc

                           Puissance maxi: 204 ch à 5.500 t/min

                           Couple maxi: 310 Nm de 2.000 à 4.300 t/min

Transmission    aux roues arrière, boîte cinq automatique

Suspensions     Av: jambes élastiques, bras transversaux et longitudinaux, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis

                           Arr: essieu multibras, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis

Freins                  Av/arr.: disques ventilés/disques

Pneus                  235/45 R17

Performances     V-Max: 240 km/h 0-100 km/h: 7"8.

 Consommation    moyenne: 10,5 l/100 km Réservoir: 66 litres

 Prix de base        52.635 € tvac (61.530€ modèle essayé)

06:03 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mercedes, e250, cgi, cabriolet, deux, portes, essai, luxe, calme, étoile, stuttgart, nouveauté, test, volant, drive | | |