Essai,BMW,320d,320,Série3,Touring,break,new,nouveau,2013,test,roadtest,confort,perfromance,M Sport,kit,carrosserie,Blau,estoril,allemand,diesel,2.0,184 ch

C’est désormais une tradition, chez BMW comme dans d’autres marques allemandes, le break succède à la berline dans les apparitions. Une bonne occasion pour votre blog préféré de goûter à nouveau à cette BMW 3 largement remodelée l’an passé. Cette déclinaison Touring est plutôt réussie avec une face avant reprise de la berline F30. Nous ne reviendrons pas en détail sur celle-ci. Sinon pour souligner que le pack M qui habille notre modèle d’essai lui donne un caractère plutôt affirmé qui nous plait davantage que les versions de base. L’arrière de cette Touring profite pleinement des traits plus marqués qui caractérise cette génération. Par contre, il devient très difficile de distinguer une 3 d’une 5 lorsqu’elles ne sont pas côte-à-côte. Un souhait manifeste de la marque qui souhaite uniformiser l’ensemble de ses lignes.

Essai,BMW,320d,320,Série3,Touring,break,new,nouveau,2013,test,roadtest,confort,perfromance,M Sport,kit,carrosserie,Blau,estoril,allemand,diesel,2.0,184 ch

Dans l’habitacle siglé lui aussi M, nous avons beaucoup aimé le petit volant à trois branches mais aussi le rappel de la couleur extérieure sur le tableau de bord, allié à un aspect aluminium brossé des plus réussis, sans oublier les très beaux sièges sportifs aux motifs reprenant ce fameux Estoril Blau. Le kit M Sport inclut encore la suspension du même nom. Un petit bouton sur la console centrale permet de choisir entre quatre positions: Eco Pro, Confort, Sport ou Sport +. Et les différences sont sensibles. En mode Eco, vous êtes priés de lever le pied en cas d’accélérations trop viriles et votre conduite vous est constamment dictée pour une optimalisation du rendement de la mécanique. Le mode confort est celui qui se remet automatiquement lorsque vous rallumez votre voiture. En mode sport, la conduite est soutenue par une direction plus ferme, une suspension plus précise et un moteur plus rageur. Entendons-nous, le diesel ne devient pas sauvage mais il répond à la moindre sollicitation et vous laisse grimper dans les tours.

Essai,BMW,320d,320,Série3,Touring,break,new,nouveau,2013,test,roadtest,confort,perfromance,M Sport,kit,carrosserie,Blau,estoril,allemand,diesel,2.0,184 ch

A l’arrière, la nouvelle Série 3 a bien progressé et l’habitabilité y devient vraiment correcte. Certes, la carrosserie Touring permet de conserver une belle hauteur de pavillon au-dessus de la tête des passagers mais les jambes de ceux-ci peuvent bouger sans craindre de donner des coups dans les dos des sièges. Le coffre voit sa capacité augmenter de 35 litres en frôlant dorénavant les 500 litres (495 dm³) tandis que banquette rabattue, le volume atteint les 1500 litres. Le hayon s’ouvre automatiquement en série. Par contre, vous devrez payer un supplément pour l’aide au stationnement arrière, le détecteur de pluie (pas trop réussi à notre goût), l’allumage automatique des phares ou encore le système de navigation professionnel. Comme toute bonne allemande qui se respecte, la 320d passée entre nos mains ajoutaient 9.561 euros d’options htva!

Essai,BMW,320d,320,Série3,Touring,break,new,nouveau,2013,test,roadtest,confort,perfromance,M Sport,kit,carrosserie,Blau,estoril,allemand,diesel,2.0,184 ch

Nous en avons un peu parlé, le comportement de cette auto se concocte à la carte en fonction de l’humeur du conducteur. Nous aimons les grands travers et il est toujours amusant de sortir d’une courbe comme un sourd pour faire décrocher le train arrière même si cela vous catalogue instantanément comme voyou sur les routes encombrées de notre petit royaume. Qu’importe, il est toujours rassurant, pour l’amateur de propulsion que nous sommes, de voir que les BMW ne perdent pas leur caractère malgré l’absence totale de fantaisie chez la plupart de ses acheteurs qui veulent avant tout paraître plus riche que le voisin. Et ce n’est pas l’arrivée prochaine d’un monovolume traction avant siglé de la fameuse hélice qui va nous faire sourire. Bref, cette auto profite de sa puissance pour se dégager au plus vite des nombreuses situations scabreuses rencontrées de plus en plus souvent sur nos routes à cause d’automobilistes qui font tout sauf conduire lorsqu’ils sont au volant, traumatisés par les radars et autres voitures banalisées…

Essai,BMW,320d,320,Série3,Touring,break,new,nouveau,2013,test,roadtest,confort,perfromance,M Sport,kit,carrosserie,Blau,estoril,allemand,diesel,2.0,184 ch

Bref, ce 2.0 turbo diesel délivre ses 184 chevaux de manière autoritaire et son couple de 380 Nm fait merveille lorsqu’il s’agit de se relancer sur un coup de gaz sans toucher au levier de vitesses. Le guidage de la boîte est pourtant parfait même s’il nous a décontenancé à quelques reprises par le verrouillage de ses rapports lorsqu’il s’agissait de rétrograder dans l’urgence. Et là où nous sommes particulièrement fiers, c’est que, sans jouer au héros de l’écologie à tout crin, nous avons enregistré une consommation de 6,5 l/100 de moyenne durant les 500 km de notre essai. Vous l’aurez compris, cet engin va faire le bonheur des flottes et des gros rouleurs, dans des finitions moins jolies et plus passe-partout, hélas, mais on devrait encore en voir un joli nombre sur nos routes dans les prochaines années à moins d’un changement de législation qui verrait enfin les avantages en nature plus taxés. Ah, nous allions en oublier l'essentiel: ce bel objet coûte, tel qu'il apparait sur les photos, 47.920 euros tvac.

Essai,BMW,320d,320,Série3,Touring,break,new,nouveau,2013,test,roadtest,confort,perfromance,M Sport,kit,carrosserie,Blau,estoril,allemand,diesel,2.0,184 ch

16:59 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, bmw, 320d, 320, série3, touring, break, new, nouveau, 2013, test, roadtest, confort, perfromance, m sport, kit, carrosserie, blau, estoril, allemand, diesel, 2.0, 184 ch | | |

assurances,auto,comparateur,contrat,résiliation,france,internet,outil,véhicule,moteur,économiser,argent,gagner

De plus en plus de comparateurs voient le jour sur internet et les assurances auto n’y coupent pas. En France, 38 millions de véhicules constituent un parc automobile important pour les assureurs sachant que chaque année, un peu plus de 10% des automobilistes résilient leur contrat. Si les hommes comparent plus facilement que les femmes, ce sont les régions Ile-de-France et Rhône-Alpes qui arrivent en tête des comparateurs. Et selon une étude réalisée en juillet 2012 par le comparateur d’assurance automobile LesFurets.com, 90% de ces personnes réalisent une économie moyenne qui peut atteindre 268€ /an!

09:09 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : assurances, auto, comparateur, contrat, résiliation, france, internet, outil, véhicule, moteur, économiser, argent, gagner | | |

Ford,B-Max,ecoboost,1.0,3 cylindres,monovolume,vigoureux,allemand,

Pour notre première rencontre avec le moteur de l'année 2012, nous n'avons pas été déçus. Sortant de la BMW M6, nous avons retrouvé un petit moteur péchu et dynamique qui nous change des éternels diesels ronflants et tremblotants. Certes, nous n'avons pas découvert une sportive mais contrairement à d'autres, lorsque Ford annonce 120 chevaux, ils y sont. Alerte, volontaire et vif, le petit trois cylindres essence nous a enchanté. Et même lorsque nous avons rempli l'habitacle de passagers, il ne s'est jamais désuni.

Ford,B-Max,ecoboost,1.0,3 cylindres,monovolume,vigoureux,allemand,

Bref, ce moteur va en réconcilier bon nombre avec les motorisations essence. Certes, il est soiffard, lorsque comme nous, vous profitez de toute sa puissance mais à l'heure où les deux carburants semblent s'aligner au niveau du prix à la pompe, il est possible de miser sur la 95 sans plomb sans se ruiner. Une conduite eco-responsable vous permettra même de signer des moyennes totalement acceptables.

Ford,B-Max,ecoboost,1.0,3 cylindres,monovolume,vigoureux,allemand,

A bord, les équipements sont nombreux et comme d'habitude chez Ford, les options ne sont pas nombreuses. A bord, le confort est plutôt bon et le maintien des sièges se révèle largement suffisant pour l'usage que doivent en faire ses futurs propriétaires. L'accès au place arrière est facilité par l'absence de montant central mais les passagers arrière devront néanmoins regarder où ils posent leurs pieds avant de grimper. L'habitacle regorge de possibilités de rangement, mais certaines sont exigües.

Ford,B-Max,ecoboost,1.0,3 cylindres,monovolume,vigoureux,allemand,

Le coffre, facile à charger et pourvu d'un double plancher, peut s'agrandir en rabattant les sièges, mais sans offrir un espace record dans le segment. Rappelons que le B-Max est basé sur la plateforme de la Fiesta. S'il est 13 cm plus long que la polyvalente en 5 portes, le B-Max en conserve l'empattement. Sachez encore qu'il est plus court de respectivement 28 et 32 cm que les Focus et C-Max. Dans sa catégorie, il occupe le milieu du panier en matière d'encombrement. Les suspensions sont empruntées à la Fiesta: pseudo-McPherson à l'avant et un essieu de torsion pour l'arrière.

Ford,B-Max,ecoboost,1.0,3 cylindres,monovolume,vigoureux,allemand,

Sur la route, le comportement est plutôt surprenant pour un petit monovolume. Sans tomber dans les travers d'une berline dynamique, il se montre agréable lorsque vous haussez le ton sur des routes tortueuses. Malgré l'absence de montants B, la structure est assez rigide pour assurer un comportement rigoureux, garant du plaisir de conduire. La direction à assistance électromécanique facilite les manoeuvres et gagne en précision et rigueur à mesure que l'allure augmente. Pour une voiture si courte, le rayon de braquage déçoit. Les freins font leur boulot, sans plus, et l'ABS reste discret. Globalement, le comportement est l'un des points forts et le différentiel électronique évite les pertes de motricité.

Ford,B-Max,ecoboost,1.0,3 cylindres,monovolume,vigoureux,allemand,

Le très joli B-Max que nous avons eu à l'essai pendant une semaine était un 120 ch Titanium affiché à 20.300 euros. En Wallonie, il exige une TMC de 495 euros et une taxe de circulation annuelle de 128,96 euros. Malheureusement,  Ford n'offre qu'une garantie de deux ans.

Ford,B-Max,ecoboost,1.0,3 cylindres,monovolume,vigoureux,allemand,

Vous l'aurez compris, ce B-Max Ecoboost nous a épaté! Avec un moteur dynamique et volontaire, il se révèle très agréable. Certes, il ne pèse que 1280 kilos mais même dans le C-Max que nous avons pris en main la semaine suivante, les vitesses atteintes et la vitalité du monovolume nous ont époustouflés. Poussant même un représentant des forces de l'ordre à pointer à 210 pour tailler une petite bavette avec nous en bord d'autoroute!

Ford,B-Max,ecoboost,1.0,3 cylindres,monovolume,vigoureux,allemand,

21:28 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ford, b-max, ecoboost, 1.0, 3 cylindres, monovolume, vigoureux, allemand | | |

autonews,mai,2013,an257,mensuel,revue,magazine,auto,rallye,essais,test,industrie,interview,tac,loix,polo,vw,wrc,ogier,belgique,fraikin,rtbf

Cette fois, il semble que les beaux jours soient enfin de retour. Et pour fêter l’arrivée du printemps, toute l’équipe d’AUTOnews vous a concocté un numéro collant au plus près à l’actualité. Une gageure que nous tentons de réussir chaque mois pour que vous soyez aux premières loges grâce au magazine de sport auto n°1 en Belgique. Après la visite des installations de plusieurs équipes le mois dernier, place à l’action avec les interviews de Petter Solberg, qui fait son retour en Rallycross après une fin de carrière en WRC marquée par quelques désillusions.

Un Championnat du Monde des Rallyes au sein duquel les Belges sont particulièrement appréciés. A l’image de Fabrice Van Ertvelde, ingénieur de Jari-Matti Latvala au sein de Volkswagen Motorsport. Ou encore d’Alain Penasse qui vient d’être engagé par Hyundai pour devenir le Team Manager de l’équipe coréenne en WRC dès 2014. Rencontrés lors du Rallye du Portugal, Fabrice et Alain nous font part de leurs sentiments. De même que Thierry Neuville dans son habituelle chronique.

En Belgique, le TAC a livré un vainqueur attendu en la personne de Freddy Loix. Cela ne nous empêche pas de vous servir l’habituel compte rendu de l’épreuve flandrienne. Et puis comme le Rallye de Wallonie se déroule ce week-end, vous pouvez découvrir la présentation de l’épreuve. Patrick Snijers, qui y sera absent, nous parle de ses projets pour la suite de la saison. Les Championnats de France terre et asphalte sont également au menu avec les Causses et le Lyon-Charbonnières.

Au rayon essai-course, la Peugeot 208 R2 de Cédric De Cecco est passée brièvement entre nos mains.

Les compétitions belges en circuit ont repris mais c’est vers le site historique du Nürburgring que nos pas nous ont conduits ce mois-ci. A l’occasion des premiers tours de roue de Stéphane Lémeret et de Vincent Radermecker sur de nouvelles voitures en VLN, nous vous offrons une analyse complète du mythe entourant ce circuit à l’avenir toujours incertain.

Dans le cahier "Produit" d’AUTOnews, nous avons eu entre nos mains quelques bolides exceptionnels comme la BMW M6 et la Lexus LS 600h. Plus terre à terre, les Opel Adam, Mercedes E300 BlueTec hybride, Jaguar XF 2.0 et autres Citroën DS3 Cabrio ont eu sept jours pour nous convaincre. Nous vous livrons aussi nos impressions sur deux nouveautés diaboliques: l’Audi RS6 et la Peugeot 208 GTi. Enfin, la Mini Paceman, la Renault Captur et le Goodyear EfficientGrip Performance sont placés sous la loupe de nos spécialistes en la matière.

Et pour terminer en panache, notre cahier Histonews ouvre grand ses oreilles pour écouter les confidences de Paul Fraikin. Monsieur Champion’s revient avec nous sur son parcours dans la grande maison.

Sans oublier les pages habituellement consacrées à l’actu brûlante, au championnat communautaire ou encore au modélisme.

Bonne lecture!

09:01 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Essai, Industrie, Littérature, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : autonews, mai, 2013, an257, mensuel, revue, magazine, auto, rallye, essais, test, industrie, interview, tac, loix, polo, vw, wrc, ogier, belgique, fraikin, rtbf | | |

Lancia,Ypsilon,1.3,Mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

Davvero carismatica*

Pour être honnête avec vous, les premières minutes passées à bord de la Lancia Ypsilon 1.3 MJet n’étaient pas franchement enthousiasmantes. La faute à une position de conduite trop haute et à ce volant décalé vers la gauche. Evidemment, si l’on vous dit que la base mécanique de cette auto n’est autre que la Fiat 500, souffrant elle-même du même syndrome, vous comprendrez tout de suite.

Lancia,Ypsilon,1.3,Mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

Et puis comme toujours avec les italiennes, le charme opère. Il y a d’abord ce tableau de bord bi-ton très classieux, ces sièges mi-cuir très confortables et enfin, ce moteur très volontaire et répondant promptement à la moindre sollicitation. Et enfiin ces lignes extérieures douces et sensuelles, très éloignées de certains laiderons actuels, dont nous tairons les noms par décence, tout en lignes tendues et agressives.

Lancia,Ypsilon,1.3,Mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

Bon, elle a aussi pas mal de défauts cette Ypsilon. A l’image du détecteur de pluie qui fonctionne comme bon lui semble ou encore le start & stop carrément hors d’usage. Enfin, le lecteur MP3 se révèle peu intuitif. Mais qu’importe. Avec ses deux portes arrière bien cachées, l’Ypsilon se positionne entre les citadines et les polyvalentes et sur l’autoroute, elle ne craint personne.

Lancia,Ypsilon,1.3,Mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

Certes, son comportement n’a rien de sportif mais la clientèle qu’elle vise, plutôt branchée et surtout désireuse de se démarquer de la majorité (ne leur dites surtout pas que leur belle italienne est produite en Pologne), n’en n’a cure! Du côté des prix, il faut miser sur 15.590 € tvac pour la finition Silver mais la Gold s’obtient pour 1.100 euros de plus alors qu’elle reçoit 2.000 euros d’équipements à l’image du cruise control, des jantes en alliage ou encore de la radio CD/MP3.

Lancia,Ypsilon,1.3,Mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

*Vraiment charismatique

lancia,ypsilon,1.3,mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

lancia,ypsilon,1.3,mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

lancia,ypsilon,1.3,mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

lancia,ypsilon,1.3,mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

lancia,ypsilon,1.3,mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

lancia,ypsilon,1.3,mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

lancia,ypsilon,1.3,mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

lancia,ypsilon,1.3,mjet,diesel,1250cc,turbo,90 ch,15.590 euros,urbaine,citadine,5 portes

11:41 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lancia, ypsilon, 1.3, mjet, diesel, 1250cc, turbo, 90 ch, 15.590 euros, urbaine, citadine, 5 portes | | |