ferrari,f488,gtb,new,nouvelle,novita,coupé,berlinette,italie,salon,genève,2015,v8,biturbo,670 ch,propulsion,335 kmh

Sacrés Italiens! Alors qu’ils avaient déjà envoyé Ford sur les roses à l’époque où le géant américain avait proposé à Enzo Ferrari de lui racheter son écurie, dans les années 60, voilà qu’ils jouent à nouveau une jolie farce à Ford. En diffusant les premières photos et quelques informations sur la nouvelle F488 GTB à quelques minutes du lancement de la Focus RS annoncé à grand renfort de bandes annonces et de Teaser depuis des semaines! C’est le genre d’incident qui me fait bien rire même si je ne suis pas sûr que mes amis transalpins l’aient fait exprès…Ferrari,F488,GTB,new,nouvelle,novita,coupé,berlinette,italie,salon,genève,2015,V8,biturbo,670 ch,propulsion,335 km/h

Toujours est-il que le voile est déjà levé sur celle qui fera les beaux jours de la marque au cheval cabré dans les prochaines années. Et en attendant sa présentation au Salon de Genève, qui ouvrira ses portes dans un mois et où votre serviteur sera présent physiquement, voici déjà ce que nous savons sur une nouveauté qui arrive alors que sa devancière n’avait pas encore pris de rides. Décidément, la concurrence de Porsche et de Mc Laren semble avoir donné un coup de fouet aux bureaux d’ingénierie basés à Maranello. Nous ne nous en plaindrons pas.

Ferrari,F488,GTB,new,nouvelle,novita,coupé,berlinette,italie,salon,genève,2015,V8,biturbo,670 ch,propulsion,335 km/h

40 ans après la mythique 308 GTB, premier modèle à V8 central arrière de la maison italienne, la 488 démontre que cette architecture est à nouveau d'actualité mais remet la recette au goût du jour. En l'occurrence, elle se fie à deux turbocompresseurs qui soufflent dans les bronches d'un 3.9 V8 installé en lieu et place du 4.5 atmosphérique de la 458. Malgré ce rapetissement apparent, la puissance fait un bond en avant: la 488 dispose de 670 ch (à 8.000 trs/mn !) contre les 605 de la 458 Speciale. Forcément, les performances progressent. Selon Ferrari, le 0 à 200 km/h serait expédié en 8″3, soit 8 dixièmes de mieux qu'avant tandis que la Vmax dépasserait les 335 km/h.

Ferrari,F488,GTB,new,nouvelle,novita,coupé,berlinette,italie,salon,genève,2015,V8,biturbo,670 ch,propulsion,335 km/h

Pour juguler cette énergie, les ingénieurs ont doté la 488 des dernières versions de leurs équipements électroniques: système antipatinage F1-Trac particulièrement évolué pour maîtriser le couple de 760 Nm, distribution de couple variable entre les roues arrière, Side Slip Angle Control pour glisser comme un pro tout en gardant les garde-fous électroniques en éveil. Le dessin a également évolué, sans que Ferrari ne soit partie d'une feuille blanche pour autant. Les couturiers italiens ont orné la robe d'énormes entrées d'air à l'avant et au niveau des hanches ainsi que d'un aileron escamotable. Parmi les changements tangibles, on note aussi le diffuseur agrandi et la réduction du nombre des sorties d'échappement à deux exemplaires au lieu de trois auparavant.Ferrari,F488,GTB,new,nouvelle,novita,coupé,berlinette,italie,salon,genève,2015,V8,biturbo,670 ch,propulsion,335 km/h

Voilà, si le service presse de Ferrari lit ces quelques lignes, qu'il n'hésite surtout pas à nous proposer un essai! Nous sommes même prêts à faire le déplacement en Emilie-Romagne. Et nous sommes sûrs que, contrairement à ce que les mauvaises langues disent déjà, l'apport de deux turbos au V8 ne dispense guère la nouvelle F488 GTB de nous offrir des sensations inoubliables si pas inavouables. Et qu'à côté du pur-sang italien, les chevaux allemands feront une nouvelle fois bien pâle figure...

Ferrari,F488,GTB,new,nouvelle,novita,coupé,berlinette,italie,salon,genève,2015,V8,biturbo,670 ch,propulsion,335 km/h

14:46 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ferrari, f488, gtb, new, nouvelle, novita, coupé, berlinette, italie, salon, genève, 2015, v8, biturbo, 670 ch, propulsion, 335 kmh | | |

autonews,janvier,2015,276,mensuel,revue,magazine,auto,rallye,essais,industrie,interview,wrc,erc,france,brc,bmw,m3,jaguar,xfr-s,sportbrake

Pour bien débuter l’année, autonews vous offre son traditionnel poster calendrier reprenant toutes les épreuves belges et internationales dans un maximum de disciplines. Qui d'autres vous offre ainsi un condensé de plus de 700 rendez-vous sur une seule feuille?

Mais ce n’est pas tout! Vous découvrirez également le reportage tout chaud du Rallye Monte-Carlo durant lequel Loeb s’est illustré avant qu’Ogier ne l’emporte. Par ailleurs, la saison de l’ERC a débuté du côté de l’Autriche où Kajetanowicz a remporté le Jänner Rallye sans trop d’opposition. Et puis, vous aurez également droit aux ASAF Awards qui reviennent, parfois sur le ton de l’humour, sur les meilleurs moments de la saison. Le Dakar n’a pas été oublié grâce à Vincent Marique qui analyse très justement l’édition 2015.

De son côté, Bernard Verstraete a profité de la trêve hivernale pour partir à la rencontre de quelques belles personnalités belges du sport automobile. Il a donné la parole à Marc Van Dalen pour revenir sur les 20 ans d’existence de Kronos. Une belle occasion pour lui de se pencher sur le chemin parcouru mais aussi pour parler très franchement de l’avenir tout en analysant assez finement le sport automobile actuel.

Autre forte tête de notre paysage, même s’il a quitté la Belgique depuis bien longtemps, professionnellement s’entend, Philippe Bouvier nous fait découvrir les arcanes de la Fédération Française du Sport Automobile tout en revenant sur son enviable parcours qui l'a vu passer par de bien belles équipes. Un bon moment que vous apprécierez tout autant que nous.

Enfin, Olivier Champenois, ingénieur 'data' au sein de la prestigieuse équipe Porsche en LMP1, nous explique les ficelles d’une discipline plus pointue que la F1 où l’esprit d’équipe est renforcé par cette notion d’endurance qui touche aussi bien la voiture que l’équipage chargé de l’amener à l’arrivée.

Dans la série "Que sont-ils devenus?", Stéphane Halleux a retrouvé David Saelens, devenu un homme d’affaires particulièrement compétent qui ne regrette rien de ses années en sport automobile.

Au chapitre de l’industrie, autonews a testé pour vous la très exclusive Mercedes S500 Coupé mais aussi la VW Passat 2.0 TDI 150, l’Abarth 595 Competizione et l’Opel Adam Rocks sans oublier deux nouveautés: le Kia Sorento et la Suzuki Celerio. Enfin, Monsieur Yves Bonnefont, le Directeur Général de DS vous révèle les grandes lignes de l’avenir du label aussi bien du côté du produit que celui du sport!

autonews,janvier,2015,276,mensuel,revue,magazine,auto,rallye,essais,industrie,interview,wrc,erc,france,brc,bmw,m3,jaguar,xfr-s,sportbrake

10:28 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Histoire, Industrie, Littérature, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : autonews, février, 2015, 277, mensuel, revue, magazine, auto, rallye, essais, industrie, interview, wrc, erc, france, brc, mercedes, s500, citroën, opel, ds, adam | | |

bons,voeux,bonne,année,2015,meilleurs,archive,essai,tests,automobile,circuit,rallye

Le Rédacteur de l'Automobile vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année. Nous vous retrouverons avec plaisir en 2015 pour partager avec vous de nouvelles aventures.

bons,voeux,bonne,année,2015,meilleurs,archive,essai,tests,automobile,circuit,rallye

Des nouveautés, des essais, des archives, bref, tout ce que vous aimez sur cette page! A très bientôt!

bons,voeux,bonne,année,2015,meilleurs,archive,essai,tests,automobile,circuit,rallye

13:41 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Essai, Histoire, Industrie, Littérature, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bons, voeux, bonne, année, 2015, meilleurs, archive, essai, tests, automobile, circuit, rallye | | |

autonews,janvier,2015,276,mensuel,revue,magazine,auto,rallye,essais,industrie,interview,wrc,erc,france,brc,bmw,m3,jaguar,xfr-s,sportbrake

Ce mois-ci, Autonews s’est mis sur son 31 pour vous offrir un véritable festin de reportages et d’interviews sans oublier la traditionnelle remise des prix. La rédaction s’est penchée sur la saison 2014 pour en déceler les pépites, comme certaines performances qui peuvent passer inaperçues, mais aussi les ratés, les échecs ou encore les absences. Le tout traité sur le ton de l’humour parce que nous ne nous prenons jamais au sérieux lors de cet exercice.

De sérieux, il en était par contre question lorsque nous avons réuni autour de la table, pour une discussion à bâtons rompus sur l’avenir du Championnat de Belgique des Rallyes, les importateurs étant plus ou moins concernés par la catégorie R5, à savoir Citroën, Ford, Peugeot et Skoda. Là aussi, les surprises ne manquent pas et on se dit qu’il y a encore pas mal de boulot, du côté du RACB, pour donner à notre sport préféré un réel professionnalisme.

Dans ce numéro très dense, nous revenons aussi, de manière très instructive, sur la saison passée en compagnie de Kris Princen et de Peter Kaspers, son copilote mécène. Ils se montrent très critiques quant à l'insuffisance de contrôles pour faire respecter le règlement technique. Enfin, Ghislain de Mevius et Guillaume Dilley nous ont confié leurs espoirs pour 2015 tout en tirant le bilan de ce qu’ils ont accompli jusqu’ici!

Le cahier historique est consacré à la victoire de Paul Lietaer au Hoppeland Rally et à celle d'une Lancia 037 au dernier Tour de Corse, sans oublier le dernier volet de notre série consacrée aux 50 ans du Rallye d’Ypres. Et surtout, nous avons également ouvert nos colonnes aux souvenirs de Dany Delettre.

Au rayon des essais, autonews vous propose un match inédit entre deux avions de chasse: la Jaguar XFR-S Sportbrake et la BMW M3. Ainsi qu'une mise à l'épreuve de la Peugeot 208 GTi 30th sur la piste de Dreux. Plus prosaïquement, nous avons également essayé la Hyundai i20, la Ford Mondeo, la Mercedes SL400, la Toyota Yaris 1.3 VVTi et la Volvo XC60 D4. Et nous vous parlons du Tour de Belgique New Energy après vous avoir présenté le 93ème Salon de Bruxelles qui se tiendra au Heysel du 16 au 25 janvier 2015.

autonews,janvier,2015,276,mensuel,revue,magazine,auto,rallye,essais,industrie,interview,wrc,erc,france,brc,bmw,m3,jaguar,xfr-s,sportbrake

16:21 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Essai, Histoire, Industrie, Littérature, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : autonews, janvier, 2015, 276, mensuel, revue, magazine, auto, rallye, essais, industrie, interview, wrc, erc, france, brc, bmw, m3, jaguar, xfr-s, sportbrake | | |

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

Dans la vie d’un journaliste automobile, il est des moments marqués d’une pierre blanche. Déjà tifosi dans le berceau, il n’a pas fallu insister beaucoup pour nous faire traverser la Belgique afin de tester, durant 90 minutes inoubliables, la dernière California T. Mais rassurez-vous, nous n’en avons pas moins conservé une réelle objectivité!

Il n’est de rôle plus ingrat que celui d’entrée de gamme au sein de la marque Ferrari. Parce que les 458 Italia et autres F12 Berlinetta représentent le sommet de la sportivité et éclipsent la California aux yeux des amoureux du petit cheval. Davantage orientée vers une clientèle moins pointue, ce coupé-cabriolet, lancé en 2008, totalise pourtant 10.000 ventes à lui seul. Pour 70% des clients, il s’agit de leur première Ferrari, leur kilométrage annuel est supérieur de 30% à celui des autres modèles tandis qu’ils sont 50% plus nombreux à l’utiliser tous les jours. Bref, la California a des priorités bien éloignées de celles des autres athlètes de la marque.

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

Le retour du turbo

A l’instar des marques populaires, Ferrari s’est penchée sur la California pour lui donner un coup de jeune à mi-carrière. Au-delà de ses lignes à nos yeux virilisées, le coupé italien voit son V8 amputé de 440 cc mais il reçoit, en échange, deux petits turbos à faible inertie et double turbines. Histoire de réduire au maximum le temps de réponse. Grâce à cet artifice, la puissance du 4.5 V8 est désormais de 560 ch pour un couple de 755 Nm. Sans trop rentrer dans les détails, sachez que la gestion moteur ne laisse cependant pas monter la pression de suralimentation brutalement jusqu’à sa valeur maximale mais la module en fonction du régime. Et cette gestion variable de la pression de turbo ne dépend pas seulement du régime moteur mais aussi du régime engagé; plus celui-ci est élevé, plus la pression augmente. De quoi masquer le fait que les derniers rapports de la boîte de vitesses ont été allongés pour réduire la consommation. Hé oui, même de si basses considérations deviennent prioritaires chez Ferrari, normes européennes obligent!

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

Heureusement, la puissance revue à la hausse (+100 ch par rapport à sa devancière) a permis de largement gommer les 1.730 kg annoncés par la marque italienne. Une masse imposante qui s’explique par le mécanisme d’ouverture du toit rigide qui transforme le cabriolet en vrai coupé une fois la météo devenue maussade. Mais la belle arrière-saison que nous avons connue nous a permis de profiter de la sonorité du V8 cheveux au vent, sur les routes bosselées et étroites des environs de Knokke-Heist. Un terrain peu propice aux larges travers.

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

Il faut raison garder

Il n’est donc pas question pour nous de tutoyer les limites de la belle Italienne. Mais nous vous avouerons que le simple plaisir de libérer la cavalerie, de freiner sagement en entrée de courbe pour placer le nez de l’auto à la corde, avec une précision diabolique, bref d’appliquer une conduite académique, nous a largement suffi. Il faut dire qu’à 187.000 euros l’exemplaire, il n’était pas question pour nous d’aller fréquenter les profonds fossés de la région. Mais la California T s’est révélée d’une honnêteté à toute épreuve. Jamais vicieuse, elle est capable de se déplacer sur les pavés du petit village de Damme à 50 km/h avant de filer à des vitesses inavouables sur les bords rectilignes des canaux environnants. Et là, c’est à une toute autre personnalité que vous avez affaire. Le moteur s’emballe, les rapports de la boîte à double embrayage claquent véritablement, les accélérations vous coupent le souffle. Bref, vous êtes à bord d’une voiture exceptionnelle, vous êtes à bord d’une Ferrari.

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

Les mains parfaitement positionnées sur le volant, nous sélectionnons la position «Sport» du manettino, ce bouton rouge situé en bas à droite du volant. La sonorité change, la direction semble plus précise mais l’antipatinage travaille toujours. Nous attaquons franchement quelques jolies courbes, ayant pris confiance dans l’auto. Elle se révèle alors précise, directe et d’une efficacité diabolique. Impossible de faire bouger le train arrière, parfaitement rivé au bitume mais le témoin de l’ESC se déclenche assez souvent sur les petites routes bombées des campagnes de la côte belge. De quoi nous ôter l’envie de placer le manetinno en «ESC off», le responsable de Ferrari nous ayant vivement conseillé de garder cette option pour une prochaine expédition sur circuit.

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

Mais quel plaisir de changer les rapports avec cette boîte à double embrayage ultra-rapide! C’est peut-être la première transmission de ce type rencontrée sur une voiture de série qui nous rappelle la rapidité et la réactivité de celle d’une voiture de course. Sur ce point, les meilleures transmissions allemandes sont largement battues. Nous comprenons maintenant pourquoi Ferrari privilégie et vante cette boîte à double embrayage auprès de sa clientèle.

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

Par contre, nous émettrons un petit bémol pour la sonorité du V8. Certes, il impressionne au moment du démarrage, lorsque vous appuyez sur le bouton Engine start situé lui aussi sur le volant mais par la suite, il se révèle plutôt civilisé. Nous avons encore à l’oreille les grondements furieux du V8 de la Jaguar F-Type dans les tunnels liégeois et la sonorité du moulin italien nous a semblé bien moins effrayante pour le commun des mortels mais c’est bien là l’image relativement prévenante que cette California veut renvoyer en toutes circonstances.

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

Un confort inattendu

Chez Ferrari, depuis quelques années, tout se contrôle depuis le volant. Les clignotants, les essuie-glaces et les phares se déclenchent via les boutons sur le volant. Il faut véritablement s’y adapter mais ce n’est pas désagréable de tout contrôler sans quitter le volant des mains. Derrière celui-ci, les palettes sont allongées vers le haut du volant ce qui les rend particulièrement utilisables en toutes circonstances. La position de conduite est parfaite même si les sièges manquent un peu de soutien. Mais nous comprenons bien que la clientèle de la Daytona n’est pas prête à se déplacer quotidiennement dans des sièges baquets. Les places arrière sont plutôt symboliques et le coffre est entravé par le mécanisme du toit ouvrant. La finition est réussie même si le cuir des assises était déjà un peu chiffonné, la voiture n’affichant pourtant que 12.000 km au compteur. Mais globalement, l’habitacle est superbe avec ce cuir fauve intégral s’accordant parfaitement avec la teinte bordeaux extérieure. L’écran central, tactile, centralise toutes les fonctions d’info-divertissement allant du GPS aux sources audio en passant par le téléphone.

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

Les rangements dans l’habitacle ne sont pas nombreux et la boîte à gants n’est pas très volumineuse mais des bagages adaptés à la malle arrière sont commercialisés par Ferrari histoire de rentabiliser au mieux l’espace compté.

Conclusion

N’en déplaise à mes amis Porschistes, l’exclusivité ressentie au volant d’un bolide frappé du petit cheval cabré est absolument inimitable. Parce que vous devenez subitement le centre du monde au volant d’une voiture qui vous envoûte. Et lorsque vous avez la chance de pouvoir décapoter pour profiter pleinement de tous vos sens, vous vivez alors un moment inoubliable au volant d’une California T polyvalente à souhait. (Photos: Olivier Duculot)

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

La Ferrari California T en quelques chiffres

Moteur: V8 biturbo,  essence, 3.855 cc; 560 ch à 7.500 tr/min; 755 Nm à 4.750 tr/min

Transmission: aux roues arrière

Boîte: double embrayage à 7 rapports

L/l/h (en mm):  4.750/1.910/1.322

Poids à vide (kg): 1.730

Volume du coffre (l): 340 (toit fermé)

0 à 100 km/h (sec): 3’’6

V-max (km/h): 316

Conso. mixte (l/100km): 10,5

CO2 (g/km): 250

Prix de base (euros TVAC): 187.000

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

Les plus

Polyvalence étonnante

Couple sur tous les rapports

Confort inattendu

Sonorité des changements de rapports

Les moins

Finition inconstante

Sonorité du V8 biturbo

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

essai,test,ferrari,california,t,turbo,v8,entrée,gamme,accès,560 ch,755 nm,propulsion

12:11 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, ferrari, california, t, turbo, v8, entrée, gamme, accès, 560 ch, 755 nm, propulsion | | |