autonews,mars,2016,289,mensuel,revue,librairie,vente,magazine,auto,rallye,essais,industrie,interview,wrc,brc,Ypres,Pologne,mondial,24,ehures,Mans,Francorchamps,présentation,Citroën,Mercedes,Volvo,Ford,Mustang,Fiat,Kia,VW,Porsche,718,Boxster

L’équipe d’Autonews vous propose une nouvelle fois un numéro très copieux à déguster sans modération durant vos vacances. Au menu, les dernières manches de votre discipline préférée qui passait par la Pologne pour le WRC. Ott Tänak y a créé la surprise en occupant longuement la tête avant de tout perdre face à Mikkelsen dans les derniers kilomètres. A Ypres, ce sont les français Bouffier et Lefebvre qui pensaient mettre fin à la domination de Freddy Loix. Mais rien n’y a fait, à la fin c’est le pilote Skoda qui s’impose pour la onzième fois. Vincent Marique et Hugo Van Opstal vous disent tout sur l’épreuve à travers 14 pages. C’est également là qu’ils sont allés à la rencontre de Polle Geusens, incontestablement un des meilleurs jeunes espoirs belges actuels.
Autonews a également eu la chance de s’installer aux côtés de Kevin Abbring à bord de la nouvelle Hyundai i20 R5 qui devrait connaître un joli succès dans les années à venir. Nous consacrons également quelques pages aux pilotes belges qui n’hésitent pas à aller goûter au championnat d'Allemagne des rallyes. Et puis Michelin Racing nous a ouvert ses portes pour une visite exclusive de ses installations à Cataroux. L'occasion de découvrir un processus de fabrication étonnant.
Enfin, les épreuves régionales n’ont pas été oubliées avec les reportages du Rallye de la Haute Senne et des rallysprints Fanny (à Spy) et d’Achêne, ainsi qu'un mini-portrait d’Antoine Regnier.
Les amateurs de circuit découvriront avec plaisir de belles photos des 24 Heures du Mans sans oublier la présentation des 24 Heures de Spa-Francorchamps signée Stéphane Halleux.
Le cahier Histonews est consacré au Rallye d'Ypres, tant national qu'européen, et vous emmène à la découverte de l’original Roude Léiw Classic au Luxembourg.
Ce mois-ci, nos essayeurs ont goûté en avant-première à la nouvelle Citroën C3, à la Mercedes GLC Coupé et aux Volvo S/V90. En Belgique, ils ont pu approfondir leur jugement à bord des Ford Mustang V8, Fiat 500 X 1.4 MultiAir, Kia Sportage CRDi 136, VW Tiguan 2.0 TDI 150 4motion et Porsche 718 Boxster.

autonews,mars,2016,289,mensuel,revue,librairie,vente,magazine,auto,rallye,essais,industrie,interview,wrc,brc,Ypres,Pologne,mondial,24,ehures,Mans,Francorchamps,présentation,Citroën,Mercedes,Volvo,Ford,Mustang,Fiat,Kia,VW,Porsche,718,Boxster

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

A l’image d’un autre constructeur japonais, Mazda a choisi le créneau des jeux vidéo pour rajeunir son image et tenter de faire le buzz autour de sa MX-5. Le tout s’accompagne d’une campagne mondiale appelée ″Friends of MX-5″ qui proposera quantité d’activités aux amoureux du petit roadster nippon. Mais la cerise sur le gâteau, c’est la participation à la prestigieuse finale de la MX-5 Cup disputée à Laguna Seca pour les cinq meilleurs iRacers. Explications.

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

Visiblement, l’enthousiasme autour de la nouvelle Mazda MX-5 atteint un degré assez sidérant. Elue voiture mondiale de l’année, plébiscitée par une presse unanime, elle rencontre un joli succès. Et pour remercier tous les fans qui en ont fait une icône, en seulement 25 ans d’existence, Mazda a monté l’opération ″Friends of MX-5″. Des évènements sont ainsi organisés à l’attention des propriétaires mais aussi pour ceux qui partagent cette passion pour ce cabriolet deux place. Les domaines sont vastes et vont de la musique ou de l’art à la compétition automobile. C’est évidemment cette dernière qui nous intéresse plus particulièrement.

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

Quatre ateliers

C’est sur le joli Parcmotor Circuit situé à Castelloli, à une centaine de kilomètres de Barcelone, que nous avons rendez-vous pour cette journée placée sous le signe de la MX-5. Malgré un encadrement chaotique - plusieurs agences évènementielles se partageant l’organisation de cette rencontre avec la presse -, nous sommes répartis en groupes pour découvrir quatre ateliers et le hasard faisant bien les choses, nous allons monter petit-à-petit en température pour terminer par l’essai sur le circuit. Mais ne brûlons pas les étapes.

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

Le premier endroit ressemble à une piste de maîtrise automobile et lorsque nous nous installons au volant d’une MX-5 strictement de série, nous nous retrouvons à côté de David Dermont. Décidément, il y a toujours un belge quelque part. L’exercice est simple pour le propriétaire de propulsion que je suis, profiter de la maniabilité de l’auto en suivant un tracé constitué de cônes et se faire plaisir en jouant sur le transfert de masse pour s’offrir de grands travers se terminant parfois par un tête-à-queue. De quoi retrouver le côté joueur de l’auto mais aussi sa facilité d’utilisation.

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

Piste de karting

Le second exercice a lieu sur la piste de karting avoisinant le grand circuit. Quatre instructeurs et quatre Mazda sont disponibles et les tours s’enchaînent à des vitesses un rien plus élevées que lors du premier atelier. Nos copilotes ne sont malheureusement pas tous franchement à leur aise. Quelques conseils sont donnés pour améliorer la position des mains sur le volant ou le point de corde. Parmi nos instructeurs, il y a le pilote américain Tom Long, pilote officiel en IMSA, le championnat d’endurance à la sauce américaine. Lorsque nous partons pour une série de tours en sa compagnie, les choses changent. Il est le seul à avoir déconnecté les aides à la conduite et il ne cesse de nous pousser à accélérer. Les tours de manège deviennent alors jouissifs et l’on parvient naturellement à enrouler joliment les courbes. Décidément, la mentalité américaine, cette attitude décontractée tout en faisant correctement le boulot, manque terriblement à notre vieille Europe.

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

iRacer? Je passe mon tour

Nous l’avons évoqué plus haut, c’est à travers des compétitions virtuelles, organisées via le simulateur iRacing, que Mazda va sélectionner cinq participants à la grande finale de Mazda MX-5 Cup qui se déroulera sur le tracé très exigeant de Laguna Seca. Et le troisième atelier consistait, bien évidemment, à tester ce simulateur sur ladite piste américaine. Pour nous épauler, Mazda avait invité le jeune français Evan Maillard (22 ans), iRacer vu en Midjet 2.0 l’année passée. Ses conseils nous seront précieux mais vains. Difficile d’appréhender un simulateur aussi performant en dix minutes pour sortir un chrono correct. Un jeune compatriote a réussi le meilleur temps du jour mais l’histoire ne dit pas s’il a une chance de se qualifier pour le voyage aux USA…

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

Heureusement, notre prestation sur le simulateur ne conditionne pas notre essai de la vraie Mazda MX-5 Cup. Pour rappel, on retrouve sous son capot le 2.0 SkyActiv de 160 ch qui n’a pas droit au moindre bonus et seule la présence d’une barre stabilisatrice trahit la préparation course alors que la batterie est reléguée dans le coffre. Le son a été particulièrement soigné grâce à un collecteur d’échappement spécifique mais les modifications touchent aussi le boîtier électronique, le refroidisseur d’huile, le radiateur protégé, la suspension avec amortisseurs réglables et ressorts spécifiques. Les jantes taillent en 17 pouces et les pneus slicks sont des BF Goodrich g-Force. Les freins sont évidemment renforcés avec des plaquettes de course et des disques signés Brembo.

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

Deux petits tours

Le moment est enfin arrivé. Nous nous installons à bord de cette Cup et notre 1m86 a un peu de mal, le casque coincé entre l’arceau et les ″oreilles″ du baquet. Mais le volant tombe parfaitement sous la main tout comme le levier de vitesse. Tout l’intérieur a été dénudé pour approcher le poids minimum exigé de 1.100 kg. Certes, les habillages du tableau de bord rappellent encore le modèle de route mais dès qu’on appuie sur l’accélérateur, le doute n’est plus permis. Non pas pour la poussée du moteur, mais plutôt pour la sonorité des échappements sublimée par l’air qui s’engouffre dans l’habitacle.

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

Nous avons droit à deux boucles de ce circuit de 4,14 km très vallonné et aux courbes variées. Le pace-car qui nous devance est très soucieux des écarts et lorsque nous tentons de laisser plus d’espace entre notre MX-5 et celle du journaliste qui nous devance, il ralentit. De quoi compliquer fortement notre souci de jauger réellement des aptitudes de cette MX-5 Cup. Un circuit méconnu n’aidant pas non plus à se concentrer uniquement sur la voiture. Globalement, l’auto se révèle très facile à appréhender et constitue, sur ce point, une formidable école de pilotage. Sa puissance limitée et ses slicks permettent d’attaquer tout de suite, s’ils ont été chauffés au préalable évidemment. Comme toujours dans pareil exercice, nous ne prétendrons pas égaler les chronos des pilotes officiels mais disons qu’il y a moyen de se faire rapidement plaisir sans nécessairement se faire peur.

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

Johnny joue au bad boy

Un troisième tour nous est alloué aux côtés de Johnny Herbert, ex-pilote F1 et surtout vainqueur des 24 heures du Mans sur la monstrueuse Mazda 787-B aux côtés d’un certain Bertrand Gachot, en 1991. Malgré un embonpoint indéniable, le jovial Anglais a conservé un joli coup de volant. Mais ses efforts pour nous impressionner resteront vains. L’auto manque définitivement de puissance et les rapports trop longs de la boîte de vitesses rendent les successions de virages monotones. Visiblement, les freins sont prévus pour encaisser de solides décélérations car c’est sur eux que Johnny se concentre pour tenter de nous effrayer. Il tape gaiement dedans et retarde ses freinages au maximum.

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

Vous l’aurez compris, cette Mazda MX-5 Cup constitue un bel étrier pour mettre le pied à la compétition. Elle n’est malheureusement pas disponible à la vente, officiellement du moins, de ce côté-ci de l’Atlantique où elle est vendue 53.000$ (46.700€) et Mazda a révélé tout récemment que 100 exemplaires de cette Cup 2016 ont été construits alors qu'ils en prévoyaient 50.

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

Mais la belle surprise, c'est que depuis cet essai légèrement frustrant, Mazda nous a invité à participer aux 24 Heures de Zolder en compagnie de quatre journalistes. Et comme il faut impérativement s'aligner à une autre course pour pouvoir y prendre le départ, nous débuterons à Zolder lors de la manche Belcar de 125 minutes disputée le dimanche 3 juillet! On a la licence en poche... Y a plus qu'à! On vous en reparle très bientôt sur la page du Rédacteur Auto!

essai,course,Mazda,MX-5,Cup,propulsion,parcmotor,tom,long,laguna seca,i Racing,160ch,

21:22 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Essai | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, course, mazda, mx-5, cup, propulsion, parcmotor, tom, long, laguna seca, i racing, 160ch | | |

edition,magazine,français,Champion,F1,spécial,Alesi,nostalgie,Mansell,Trulli,Comas

Ce n'est pas tous les jours que nous accueillons un nouveau venu dans la grande famille des magazines spécialisés en Sport Automobile. Champion Magazine sort cette semaine dans toutes les bonnes librairies françaises, belges et suisses. Ce premier numéro est consacré à la Formule Un.

edition,magazine,français,Champion,F1,spécial,Alesi,nostalgie,Mansell,Trulli,Comas

Champion Magazine se distingue par son élégance et la qualité de son papier. Il privilégie les longs entretiens, les enquêtes, les reportages inattendus et les angles parfois sarcastiques ou décalés. Accompagné de photos d’archives inédites, cette nouvelle revue livre des anecdotes fascinantes sur des personnalités aux noms évocateurs comme Prost, Senna ou Schumacher et s’attarde sur les destins extraordinaires de champions qui font de leur sport un art de vivre…

edition,magazine,français,Champion,F1,spécial,Alesi,nostalgie,Mansell,Trulli,Comas

La mise en page est épurée et, couchée sur un papier de 110 grammes, elle transforme la lecture en véritable plongée dans un autre univers. Un monde magique et un brin nostalgique qui se prolonge sur la page Facebook où près de 25.000 fans se sont déjà retrouvés!

"Notre fascination pour la course automobile est née à la fin des années 80. L’époque des affrontements bouillants entre Prost et Senna, celle des aventures héroïques de Peugeot au Paris-Dakar et des records de vitesse hallucinant au Mans. Nous restons à jamais marqué par ces années de passion, par les retransmissions lointaines et grésillantes ou par les coups de gueule sans concession des pilotes imprévisibles. Nous avons grandi, les moyens techniques ont gommé toutes les imperfections de l’image et le marketing a lissé le caractère des hommes. Ne reste que des discours lissés-policés en Full HD. En créant Champion Magazine, nous avons l’ambition de revenir aux sources de notre passion, de sortir des salles de presse aseptisées pour retrouver des personnalités qui font rêver. Un pari réussi pour notre premier numéro Spécial F1 dans lequel Jean Alesi, Jarno Trulli et Erik Comas se livrent avec émotion, mais sans concession."

edition,magazine,français,Champion,F1,spécial,Alesi,nostalgie,Mansell,Trulli,Comas

Nous ne pouvons que vous conseiller de l'acheter. Et que ceux qui ne sont pas fans de F1 se rassurent, les prochains numéros devraient les satisfaire...

11:25 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Divers, Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : edition, magazine, français, champion, f1, spécial, alesi, nostalgie, mansell, trulli, comas | | |

endurance,circuit,Le mans,24,heures,WEC,LMP1,LMP2,GT,PRO,AM,Audi,Porsche,Toyota,Oreca,Ligier,Goossens,Vanthoor,belges,présentation

On pourrait nous reprocher un refrain répété tous les ans mais cette année, plus que jamais, il n'est vraiment pas évident d'établir un pronostic à l'heure d'aborder cette semaine mancelle. En réduisant leurs effectifs à deux unités sous prétexte du Volkswagengate, Audi et Porsche vont inévitablement se compliquer la tâche. Si l'habitude veut qu'un lièvre ou deux peuvent être envoyés en tête de la course pour obliger les adversaires à forcer sur leurs mécaniques, il devient plus délicat d'appliquer cette tactique lorsqu'on a seulement deux cartouches à tirer.

endurance,circuit,Le mans,24,heures,WEC,LMP1,LMP2,GT,PRO,AM,Audi,Porsche,Toyota,Oreca,Ligier,Goossens,Vanthoor,belges,présentation

Mais faisons confiance à nos spécialistes de l'endurance, les 919 Hybrid et autres R18 vont s'envoler dès le départ sur un rythme de GP, suivies par des Toyota TS050 Hybrid toujours aussi avides de victoire dans la Sarthe. Mais au vu de ce qu'il est passé lors des 6 Heures de Francorchamps, où la fiabilité des uns et des autres n'était guère rassurante, on pourrait bien assister à de grosses surprises le dimanche 19 juin à l'heure de l'arrivée. Nous n'irons pas jusqu'à miser sur la victoire d'une Rebellion ou d'une LMP2 mais en voir une sur le podium est déjà nettement plus réaliste.

endurance,circuit,Le mans,24,heures,WEC,LMP1,LMP2,GT,PRO,AM,Audi,Porsche,Toyota,Oreca,Ligier,Goossens,Vanthoor,belges,présentation

En attendant les premiers essais chronométrés de mercredi prochain, nous n'avons que les temps signés lors de la journée test pour nous faire une idée du potentiel des uns et des autres. Le dimanche 5 juin, les 60 concurrents ont eu huit heures pour tenter de signer un temps. Il est toujours délicat de s'en référer à se genre d'exercice sachant que certains préfèrent cacher leur jeu.

endurance,circuit,Le mans,24,heures,WEC,LMP1,LMP2,GT,PRO,AM,Audi,Porsche,Toyota,Oreca,Ligier,Goossens,Vanthoor,belges,présentation

Chez Audi, on ne s'est pas posé de question lorsque Luca Di Grassi a signé un 3'21''375 sur la #8. En comparaison, Porsche avait claqué un 3'21''061 en 2015 avant de signer la pole position en... 3'16''887. C'est dire si ces chronos doivent être pris avec des pincettes. Derrière l'Audi, on retrouve les deux Porsche 919 Hybrid, Mark Webber devançant Neel Jani en, respectivement, 3'22''270 et 3'22''334. La deuxième Audi a été affectée par des ennuis d'amortisseur et c'est le matin qu'elle a signé un 3'22''588. Cinquième et sixième, les deux Toyota TS050 ont été très assidues en piste mais elles sont restées à 1"8 du meilleur temps. Parmi les LMP1 classiques, c'est la Rebellion R-One #13 de Tuscher-Imperatori-Kraihamer qui s'en sort le mieux avec un chrono de 3'27''062.

endurance,circuit,Le mans,24,heures,WEC,LMP1,LMP2,GT,PRO,AM,Audi,Porsche,Toyota,Oreca,Ligier,Goossens,Vanthoor,belges,présentation

Avec 23 engagés, la catégorie LMP2 constitue un joli vivier d'inconnues. C'est l'Oreca 05-Nissan d'Eurasia Motorsport qui a signé le meilleur temps de ces tests. Confiée au trio Pu/Gommendy/de Bruyn, elle a devancé l'Alpine A460-Nissan de Menezes-Lapierre-Richelmi qui espèrent bien remporter leur catégorie pour fêter dignement le lancement de la nouvelle Alpine attendue en fin d'année. Mais avec deux voitures en embuscade (une Oreca et une Gibson), G-Drive ne compte pas se laisser dominer tandis que KCMG et manor joueront également un rôle en vue dans cette course dans la course.

endurance,circuit,Le mans,24,heures,WEC,LMP1,LMP2,GT,PRO,AM,Audi,Porsche,Toyota,Oreca,Ligier,Goossens,Vanthoor,belges,présentation

Pour les petits Belges, il faudra surveiller la Ligier JSP2-Honda #49 du Michael Shank Racing confiée à Pew/Negri et notre compatriote Laurens Vanthoor. Une voiture qui a causé la fin prématurée de la journée test suite à une sortie de Negri. Mais l'auto est en ordre pour la course! Et puis l'Oreca 03R-Nissan #48 de Murphy Prototypes sera également à tenir à l'oeil puisque Marc Goossens la pilotera en compagnie de Keating et Bleekemolen.

endurance,circuit,Le mans,24,heures,WEC,LMP1,LMP2,GT,PRO,AM,Audi,Porsche,Toyota,Oreca,Ligier,Goossens,Vanthoor,belges,présentation

Après Porsche le matin, Corvette Racing a pris l’ascendant en GTE-Pro où Antonio Garcia a placé la C7.R #64 en haut de la hiérarchie avec un temps de 3'55''122, soit 3" plus vite qu’en 2015 et dans un temps proche de la pole 2015. Nick Tandy et Fred Mako ont été les plus rapides de l’effectif Porsche à respectivement 0"280 et 0"569 du temps de la Corvette. Une seule Ford GT (Briscoe/Westbrook) a bouclé la journée dans la même seconde que la Corvette de tête. Les Ferrari sont elles aussi dans le rythme. Aston Martin Racing est en retrait malgré le changement de BOP.

endurance,circuit,Le mans,24,heures,WEC,LMP1,LMP2,GT,PRO,AM,Audi,Porsche,Toyota,Oreca,Ligier,Goossens,Vanthoor,belges,présentation

11:02 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : endurance, circuit, le mans, 24, heures, wec, lmp1, lmp2, gt, pro, am, audi, porsche, toyota, oreca, ligier, goossens, vanthoor, belges, présentation | | |

endurance,GT3,allemagne,24 heures,Nürburgring,mercedes,amg,triomphe,quatre,premières,place,Black Falcon,HRT,BMW,maxime,Martin,WRT,audi,vosse,

Quelle démonstration! Avec cinq Mercedes dans les six premiers, AMG a fait main basse sur la plus grande épreuve d'endurance allemande disputée sur le terrible circuit de Nürburgring mieux connu sous le nom d'Enfer Vert! Et d'apocalypse, les participants y ont eu droit après 50 minutes de course lorsque des averses de grêles s'abattaient sur le circuit, provoquant d'impressionnantes coulées de boue contraignant les organisateurs à stopper la course durant trois heures. Du jamais vu!

endurance,GT3,allemagne,24 heures,Nürburgring,mercedes,amg,triomphe,quatre,premières,place,Black Falcon,HRT,BMW,maxime,Martin,WRT,audi,vosse,

La course reprenait vers 19h30 et les AMG GT s'installaient très rapidement au commandement avec un quatuor infernal composé des bolides de Hohenadel/Vietoris/Van der Zande/Seefried (AMG Team HTP-Motorsport #29), de Alzen/Arnold/Götz/Seyffarth (AMG Haribo Racing Team-AMG #88), de Engel/Christodoulou/Metzger/Schneider (AMG-Team Black Falcon #4) sans oublier Haupt/Buurman/Engel/Müller (AMG-Team Black Falcon #9).

endurance,GT3,allemagne,24 heures,Nürburgring,mercedes,amg,triomphe,quatre,premières,place,Black Falcon,HRT,BMW,maxime,Martin,WRT,audi,vosse,

Ces quatre voitures vont s'échanger la première place au gré des ravitaillements et des incidents de course. La 9 est la première à lâcher prise mais les trois autres poursuivent leur lutte jusqu'à ce que la Mercedes aux couleurs Haribo partent au contact avec une voiture plus lente, obligeant les mécaniciens de l'équipe à jouer des adhésifs pour faire tenir le bouclier avant.

endurance,GT3,allemagne,24 heures,Nürburgring,mercedes,amg,triomphe,quatre,premières,place,Black Falcon,HRT,BMW,maxime,Martin,WRT,audi,vosse,

Voilà la piste libre pour les deux meilleures allemandes qui vont s'expliquer jusqu'au dernier tour. Obligée de repasser par les stands pour un complément d'essence, la n°29 voit la n°4 se rapprocher à grand pas. Et malheureusement pour elle, elle passe la ligne à moins d'une minute des 24 heures de course et doit effectuer une dernière boucle sous la pression de la monture du Black Falcon. Déchaîné, Maro Engel, poleman sur une autre Mercedes, a tout fait pour remonter son handicap finissant par forcer le passage avant d'entamer la dernière boucle sur la nordschleife.

endurance,GT3,allemagne,24 heures,Nürburgring,mercedes,amg,triomphe,quatre,premières,place,Black Falcon,HRT,BMW,maxime,Martin,WRT,audi,vosse,

Derrière, la cinquième place est disputée entre Porsche, Audi et BMW mais finalement c'est la BMW M6 GT3 du Rowe Racing de notre compatriote Maxime Martin qui s'installe derrière les inaccessibles Mercedes en compagnie de Sims/Eng/Werner. Le début de course du bolide allemand n'a pas été de tout repos, le moteur refusant de redémarrer à l'issue des trois heures de neutralisation de la course. Mais l'équipage ne cessera de cravacher pour remonter à cette cinquième place synonyme de meilleur derrière les inaccessibles bolides étoilés.

endurance,GT3,allemagne,24 heures,Nürburgring,mercedes,amg,triomphe,quatre,premières,place,Black Falcon,HRT,BMW,maxime,Martin,WRT,audi,vosse,

Alors qu'une autre AMG GT occupe la sixième place (Heyer/Asch/Keilwitz/Ludwig - Team Zakspeed), c'est une inattendue Bentley Continental GT3 qui prend la septième place finale aux mains de Hamprecht/Brück/Menzel/Smith. Du côté de chez Porsche et Audi, c'est la soupe à la grimace. Et si c'est l'équipe WRT qui a sauvé les meubles pour la marque aux anneaux, ce n'est pas à la #1 qu'on le doit.

endurance,GT3,allemagne,24 heures,Nürburgring,mercedes,amg,triomphe,quatre,premières,place,Black Falcon,HRT,BMW,maxime,Martin,WRT,audi,vosse,

La monture de Laurens Vanthoor a tout connu: problème de ravitaillement, crevaison et sortie sur une traînée d'huile pour son équipier Nico Müller. C'est l'Audi R8 LMS #2 de Stuart Leonard, Robin Frijns, Edward Sandström et Fred Vervisch qui termine 8ème et meilleure représentante des Audi qui n'avaient plus connu un tel camouflet depuis bien longtemps. La balance des performances est logiquement évoquée pour justifier cette berezina sous prétexte que les pilotes devaient attaquer très fort pour compenser l'écart de performance...

endurance,GT3,allemagne,24 heures,Nürburgring,mercedes,amg,triomphe,quatre,premières,place,Black Falcon,HRT,BMW,maxime,Martin,WRT,audi,vosse,

On l'a dit, ce ne fut guère plus glorieux chez Porsche pour les débuts de la 911 GT3-R. Une fois de plus, c’est le Falken Motorsport qui s’en est le mieux sorti grâce à Imperatori/Henzler/Dumbreck/Ragginger, neuvièmes à 4 tours. Le Manthey Racing nourrissait de grandes ambitions cinq ans après son dernier succès dans l’Eifel. Nick Tandy a vite laissé la #911 qu’il partageait avec Bamber/Estre/Pilet en bord de piste suite à une sortie. La #912 de Bergmeister/Makowiecki/Lietz/Christensen a longtemps roulé pour une place dans le top 5 dans le même tour que le leader mais le moteur a rendu l’âme en fin de matinée.

endurance,GT3,allemagne,24 heures,Nürburgring,mercedes,amg,triomphe,quatre,premières,place,Black Falcon,HRT,BMW,maxime,Martin,WRT,audi,vosse,

22:16 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : endurance, gt3, allemagne, 24 heures, nürburgring, mercedes, amg, triomphe, quatre, premières, place, black falcon, hrt, bmw, maxime, martin, wrt, audi, vosse | | |