Alfa,Giulia,berline,4 portes,159,propulsion,nouvelle,new,italie,Turbo,V6,biturbo,3.0,dessin,design,

Ils l'ont fait! Attendue comme le messie par tous les tifosis de la marque au biscione, la Giulia a été présentée ce soir à la presse internationale. La voiture que nous avons sous les yeux en est la déclinaison la plus sportive. Motorisée par un 3.0 V6 biturbo de 500 ch qui lui permettra de venir se frotter aux meilleures allemandes de la catégorie.

Alfa,Giulia,berline,4 portes,159,propulsion,nouvelle,new,italie,Turbo,V6,biturbo,3.0,dessin,design,

Car n'ayant peur de rien, les Italiens espèrent bien reprendre des parts de marché à ces insolents allemands qui trustent la catégorie depuis trop longtemps avec leurs BMW Série 3 et autres Mercedes Classe C. Et pour cela, la remplaçante de la 159 ne manque pas d'arguments. A commencer par un choix entre les 4 roues motrices ou… la propulsion! Et le 0 à 100 km/ est annoncé en 3"9.

Alfa,Giulia,berline,4 portes,159,propulsion,nouvelle,new,italie,Turbo,V6,biturbo,3.0,dessin,design,

Les lignes de la Giulia sont assez réussies. Et se démarquent largement des productions habituellement vues sur nos routes. Avec ses faux airs de Maserati, elle s'appuie sur un regard félin, un bouclier largement échancré tandis que les flanc sont marqués par une ligne qui part des aérations des freins avant vers le haut du coffre. L'arrière est moins inspiré à nos yeux et évoque trop l'Infiniti Q50 ou la nouvelle Jaguar XE. Mais Alfa Romeo nous promet une voiture allégée au maximum grâce à l'emploi de matière comme le carbone et les composites. Nous devrions tourner aux alentours des 1.500 kg.

22:07 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alfa, giulia, berline, 4 portes, 159, propulsion, nouvelle, new, italie, turbo, v6, biturbo, 3.0, dessin, design | | |

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

Plutôt déstabilisé par la disparition du coupé RC-Z et surtout, du très sympathique 1.6 HTP dans sa version 270 ch, nous nous réjouissons d'assister au retour de ce chouette moteur sous le capot de la Peugeot 308 GTi. Certes, nous ne sommes guère dans l'esprit père de famille et à ce titre, préférons de loin les coupés, mais ne boudons pas notre plaisir d'autant que ce 1.6 l turbo essence affiche 270 ch dans sa version la plus musclée.

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

Sous le capot de la 308 GTi, le 4 cylindres 1.6 THP Euro6 développe un couple de 330 Nm. Son rapport volumétrique est de 9.2:1. Ce moteur est construit avec des pistons forgés en aluminium refroidis par une double pulvérisation d'huile et avec des bielles renforcées à coussinets à projection polymère. La ligne d'échappement, à la sonorité travaillée, est entièrement nouvelle avec un collecteur en acier. Et puis comme on n'oublie jamais les radins chez Peugeot, il y a aussi un Start&Stop pour leur faire croire qu'ils économisent un peu d'essence.

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

Comme Volkswagen le fait avec sa Golf GTI, sans qu'on ait jamais vraiment compris pourquoi, Peugeot proposera deux versions de sa nouvelle GTi. L'une de 250 ch, chaussée de pneus Michelin Pilot Sport 3 en 225/40 R18, et qui devrait passer de 0 à 100 km/h en 6"2. Le freinage est assuré par des disques de 330 mm à l'avant et 268 mm à l'arrière. L'autre, de 270 ch, est équipée d'office d'un différentiel à glissement limité Torsen. La monte pneumatique est alors confiée à des Michelin Super Sport en 235/35 R19. Le verdict du chrono donne le 0 à 100 km/h en 6"0. À chaque fois avec une boîte manuelle à 6 rapports renforcée pour supporter le couple. Ouf...

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

Lors du développement de cette familiale sportive, les ingénieurs ont chassé les kilos superflus avec parfois l'utilisation d'un matériau composite et d'un acier à très haute limite élastique. Ils ont également peaufiné les réglages de train avant avec un nouvel angle de carrossage et du train arrière avec une augmentation de la raideur sans oublier une suspension avant qui lui est spécifique. En 270 ch, le différentiel Torsen intégré à la boîte de vitesse a nécessité une direction à assistance électrique compatible et des lois spécifiques au Traction Control.

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

À l'intérieur de la Peugeot 308 GTi, l'ambiance est assurée par des baquets en cuir et Alcantara siglés «Peugeot Sport» et «GTi» tandis que le volant compact, que nous n'avons jamais aimé, est en cuir pleine fleur. Sur la console, le grand écran tactile intègre l'i-Cockpit Peugeot. Un bouton Sport active le Driver Sport Pack: les combinés passent de blanc à rouge, des informations supplémentaires s'affichent sur le tableau de bord (puissance, couple, pression de suralimentation, accélérations latérale et longitudinale), le moteur se fait plus sonore et la cartographie de la pédale d'accélérateur change. Dernière précision, les deux tons que nous avons ici sur certaines photos n'est pas imposé. Nous laisserons ça aux amateurs de tuning...

Peugeot,308,GTI,sportive,1.6,THP,turbo,essence,270,ch,berline,nouvelle,salon,francfort,2015,différentiel,torsen,330 Nm

13:29 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peugeot, 308, gti, sportive, 1.6, thp, turbo, essence, 270, ch, berline, nouvelle, salon, francfort, 2015, différentiel, torsen, 330 nm | | |

histoire,patrimoine,BMW,318,Tds,officielle,usine,endurance,24 heures,spa,francorchamps,1987,3ème,naspetti,kox,menzel,diesel,podium,historique

C'est en 1996 que les 24 heures de Francorchamps admettent pour la première fois des motorisations diesels et pour cela, la catégorie EcoTech est créée de toute pièce. Les 24 heures du Mans n'ont donc rien inventé lorsqu'ils ont ouvert leur 56e stand à de nouvelles technologies. Cette année-là, les débuts sont laborieux entre les VW Golf GTD officielles et les amateurs au volant de Peugeot 306 HDI et autres Audi 80 TDI.

histoire,patrimoine,BMW,318,Tds,officielle,usine,endurance,24 heures,spa,francorchamps,1987,3ème,naspetti,kox,menzel,diesel,podium,historique

Douze mois plus tard, l'usine VW est de retour mais c'est surtout BMW qui débarque dans les Ardennes avec une 318 Tds très affûtée et confiée à un trio de pilotes officiels formé du Hollandais Peter Kox, de l'Italien Emmanuelle Naspetti et de l'Allemand Christian Menzel. En signant le 7è meilleur chrono lors des essais qualificatifs, la BMW démontre qu'elle n'est pas venue pour amuser le terrain.

histoire,patrimoine,BMW,318,Tds,officielle,usine,endurance,24 heures,spa,francorchamps,1987,3ème,naspetti,kox,menzel,diesel,podium,historique

En course, elle s'installe rapidement à la quatrième place derrière les deux BMW officielles et la Honda Accord. On la verra même occuper un instant la deuxième place suite à la sortie de route de la Honda vers deux heures du matin et aux ennuis de la "2", obligée de s'arrêter sur le sommet du Raidillon pour défroisser une aile suite à un contact avec un doublé. Mais des petits soucis sur la 82 vont permettre aux deux Fina-Bastos de signer le doublé tandis que la 318 Tds devra se contenter de la troisième marche du podium, à 8 tours de la BMW victorieuse.

histoire,patrimoine,BMW,318,Tds,officielle,usine,endurance,24 heures,spa,francorchamps,1987,3ème,naspetti,kox,menzel,diesel,podium,historique

12:06 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, patrimoine, bmw, 318, tds, officielle, usine, endurance, 24 heures, spa, francorchamps, 1997, 3ème, naspetti, kox, menzel, diesel, podium, historique | | |

autonews,juillet,2015,282,mensuel,revue,librairie,vente,magazine,auto,rallye,essais,industrie,interview,wrc,erc,brc

Le Kenotek Ypres Rally constitue l’un des gros morceaux du Championnat de Belgique des Rallyes et mérite, à ce titre, toute notre attention. En plus de la présentation générale de l’épreuve, vous retrouverez les interviews du directeur de course, Ignace Becquart, et de Thierry Snauwaert, le très dynamique patron de la société Aarova, par ailleurs membre éminent du comité de l'écurie Duindistel.

Du côté du Championnat du Monde des Rallyes, autonews revient sur les deux dernières épreuves disputées au Portugal et en Sardaigne où Volkswagen s’est imposée grâce à Latvala dans la première, et à l’inévitable Ogier dans la deuxième. Vincent Marique était également au Rallye des Açores (4ème manche de l’ERC) dont il nous ramène son analyse clairvoyante. Et pour clore le chapitre des épreuves routières, le volet ASAF est copieux avec le RS de Haillot, le Desoil Rally, le RS d’Erezée, le Rallye de la Haute-Senne sans oublier Wervik, l’habituelle manche VAS préparatoire au Rallye d’Ypres.

Sur les circuits, l’actualité n’a pas manqué avec deux endurances réputées disputées sur le Nürburgring et au Mans sans oublier les World Series à Spa.

Nos pages Histonews vous proposent de revenir sur la victoire de Munster au Rallye du Maroc ou encore sur la première édition du Rallye des Chefs sans oublier la présentation du Liège-Sofia, ce rallye mythique relancé par Jean-François Devillers et son équipe mais qui ne sera pas renouvelé systématiquement.

Enfin, en ce mois de juin, nous avons pris en main la DS5, la Mini John Cooper Works, la Mazda CX-3, l’Opel Karl, la Renault Kadjar, le SsangYong Tivoli et la Toyota Auris. Et nous avons testé plus longuement la BMW 218i Active Tourer, la Ford Fiesta 1.0 Black Edition, la Mercedes CLA Shooting Brake 250 4Motion, la Smart ForFour et la Subaru Outback 2.0D.

Pas de doutes, nos fidèles lecteurs ont une nouvelle fois en mains un magazine complet couvrant un maximum d’actualité tout en prenant la peine d’aller à la rencontre des hommes sans qui notre discipline favorite n’existerait pas…

autonews,juillet,2015,282,mensuel,revue,librairie,vente,magazine,auto,rallye,essais,industrie,interview,wrc,erc,brc

21:07 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Essai, Histoire, Industrie, Littérature, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : autonews, juillet, 2015, 282, mensuel, revue, librairie, vente, magazine, auto, rallye, essais, industrie, interview, wrc, erc, brc | | |

essai,test,BMW,i8,exclusif,new,coupé,GT,électrique,hybride,3 cylindres,362 ch,140.000,euros,prix,roadtest,allemand,sportive

Tout le monde connait, dans son entourage, un indécrottable fan de BMW. Pour lui, la marque munichoise représente le sommet de la technologie, de la sportivité et de la qualité. Au vu de certains produits apparus ces derniers temps, très éloignés de l’esprit de la marque, nous les regardions désormais avec une certaine condescendance. Jusqu’à ce que nous goûtions à cet ovni de la production automobile appelé i8!

Quel engin! Nous l’avions admiré en photos avant de le découvrir sur les stands des salons de l’auto et puis la voilà, dans la rue, parmi tous ces déplaçoirs appelés monovolume, SUV ou encore Crossover. Au milieu de ces engins disgracieux se ressemblant tous, l’i8 prend toute sa dimension d’engin futuriste. Un peu comme si Pininfarina ou Bertone avaient commercialisé l’un de leur jolis prototypes en plein âge d’or de la carrosserie italienne. Ce qu’ils n’ont jamais eu les moyens de faire. De moyens, il n’en manque visiblement pas chez BMW qui ne cesse d’annoncer, trimestre après trimestre, des records de profitabilité. Alors quand il s’est agi de mettre en chantier la production, certes de limitée, de ce coupé hybride, le feu vert a vite été donné et cinq ans après son apparition au Salon de Francfort 2009, l’i8 était dans la rue.

essai,test,BMW,i8,exclusif,new,coupé,GT,électrique,hybride,3 cylindres,362 ch,140.000,euros,prix,roadtest,allemand,sportive

Technologie de pointe

Sur le plan technique, la difficulté a consisté à l’alléger au maximum pour compenser le surpoids de sa chaîne de traction électrique, et ce, tout en maîtrisant son coût. Pour y parvenir, BMW a joué à fond la synergie avec le reste de sa gamme. Ce coupé reprend ainsi le procédé de fabrication largement automatisé de l'i3 pour sa coque en fibre de carbone, mais aussi son moteur électrique pour entraîner ses roues avant. La partie d’assemblage continue avec un train avant à double triangulation dérivant de celui d'une série 5, une crémaillère de direction à assistance électrique de X3 et un train arrière multibras inspiré de celui de l'actuelle série 3, sur lequel est installée une mécanique que l'on retrouve sous le capot de la dernière Mini. Car l'i8 est la première BMW animée par un moteur 3 cylindres. D'une cylindrée de seulement 1,5 litre, ce nouveau bloc développe, grâce à un turbocompresseur de taille généreuse, la bagatelle de 231 ch, soit la plus haute puissance spécifique des moteurs BMW actuels avec 154 ch/l. Ajoutez-y les 131 ch du moteur électrique entraînant les roues avant et vous obtenez un coupé 4 roues motrices disposant de 362 ch et 570 Nm pour déplacer moins de 1.490 kg. De quoi revendiquer un 0 à 100 km/h en 4″5, selon BMW. Pas mal! De plus, les quelque 100 kg de batterie lithium-ion logés dans le tunnel central de la coque en carbone confèrent à l'i8 une autonomie 100 % électrique de 35 km. Cette batterie peut être rechargée en moins de 2 heures sur le boîtier mural de 3,5 kW vendu par BMW ou en un peu plus de 3 heures sur une prise domestique de 220V 8A.

essai,test,BMW,i8,exclusif,new,coupé,GT,électrique,hybride,3 cylindres,362 ch,140.000,euros,prix,roadtest,allemand,sportive

Finition light

Le premier contact avec l'i8 est déstabilisant. Elle semble tout droit sortie d'un film d'anticipation avec ses flancs sculptés en soufflerie - elle revendique un Cx de 0,26, record pour la catégorie - et ses immenses roues de 20 pouces très étroites afin de réduire sa résistance au roulement. Un caractère étrange accentué par la cinématique exotique de ses portières, à mi-chemin entre les "papillons" d'une Mercedes SLS AMG et les élytres d'une Lamborghini Aventador. Bref, impossible de passer inaperçu et les questions fusent aussi vite que les gsm pour photographier l’engin. Vous avez tout intérêt à bien connaître le sujet si vous voulez être en mesure de répondre à toutes les interrogations que ce coupé suscite.

essai,test,BMW,i8,exclusif,new,coupé,GT,électrique,hybride,3 cylindres,362 ch,140.000,euros,prix,roadtest,allemand,sportive

L'accès à bord reste néanmoins plutôt aisé tandis que l'habitabilité profite de la largeur généreuse de la carrosserie (1,94 m). À l'avant en tout cas. Car les strapontins faisant office de places arrière sont à peine suffisants pour de jeunes enfants. Cet espace sera donc le plus souvent utilisé pour caser des bagages, un complément bienvenu aux 154 litres du minuscule coffre arrière. La position de conduite est inhabituellement basse pour une BMW, mais en tout point parfaite. Complétée par un système à visée tête haute, l'instrumentation principale change en fonction du mode de propulsion sélectionné, passant d'une partition classique avec compte-tours rouge en mode sport, à un traitement plus futuriste centré sur un indicateur de puissance bleu le reste du temps. L’ambiance est donc à la hauteur des formes uniques de l’i8.

essai,test,BMW,i8,exclusif,new,coupé,GT,électrique,hybride,3 cylindres,362 ch,140.000,euros,prix,roadtest,allemand,sportive

La finition est correcte mais plus légère que celle des BMW traditionnelle. Un peu à l’image de ce que l’on trouve dans l’i3 où le constructeur justifie cela par la recherche du poids minimum mais aussi l’utilisation de matériaux recyclables. Reste qu’à bord d’une voiture affichée à 141.000€, on est en droit d’exiger mieux.

Une vraie BMW

Par défaut, l'i8 est une traction avant électrique à basse vitesse. Deux rapports de transmission sont alors disponibles. Le rapport court est exclusivement utilisé en Emode 100 % électrique pour autoriser de meilleures accélérations et reprises, mais sa plage d'utilisation est limitée à 120 km/h. Dans ce cas, le 3 cylindres essence n'est démarré qu'en situation d'urgence, lorsque le conducteur écrase l'accélérateur (kick down). Mais l'i8 se montre alors très convaincante et permet d'envisager sereinement une utilisation zéro émission, et donc zéro consommation d'essence au quotidien. Nous avons ainsi effectué un trajet périurbain en mode full électrique sans jamais avoir gêné la circulation par des comportements artificiels. Et en respectant les limitations de vitesse comme la majorité des usagers, l’autonomie annoncée d’une trentaine de kilomètres est absolument réaliste. Déjà rien que pour cet usage, la BMW i8 est particulièrement aboutie si nous pensons à des produits japonais, récemment essayés, qui ne permettent toujours pas de rouler normalement en réussissant à conserver le mode 100% électrique.

essai,test,BMW,i8,exclusif,new,coupé,GT,électrique,hybride,3 cylindres,362 ch,140.000,euros,prix,roadtest,allemand,sportive

Le rapport long est utilisé en permanence en mode hybride afin de permettre au moteur électrique de participer à l'effort de propulsion jusqu'à la vitesse de pointe de 250 km/h de l'i8. Mais là où ce coupé BMW est très fort, c’est lorsque vous passez en mode sport. La direction se fait plus lourde, l'amortissement est durci pour augmenter l'agilité du châssis et, surtout, la logique du système de propulsion est inversée. Ce n'est plus au moteur essence d'épauler le moteur électrique lorsque le besoin s'en fait sentir, mais au moteur électrique d'abonder de ses 131 ch les 231 ch du 3 cylindres constamment sollicités. La réponse à l'accélérateur est aussi radicalement différente. Alors que l'i8 vous incitait à une conduite apaisée et coulée en mode hybride confort, elle bondit à chaque pression sur l'accélérateur en mode sport, accompagnée d'un jappement rageur du 3 cylindres BMW évoquant parfois celui d'un Flat-6 Porsche, si pas d’un V8 Chevrolet!

Ambiance sportive

Bref, on est alors loin du côté 100% vert de l’auto et le plaisir de conduire redevient prioritaire. Comme dans toute autre BMW, vous pouvez déconnecter les aides à la conduite et là, cela devient franchement marrant. En jouant avec les palettes et en choisissant le bon rapport, vous pouvez facilement entretenir de belles dérives, bien aidés par les pneus étroits, des Bridgestone Potenza S001 en 215/45 R20 à l'avant, 245/40 R20 à l'arrière. Une monte critiquée mais justifiée et totalement dans l’esprit de l’engin. Pour notre part, c’est dans les longues courbes rapides et régulières que nous avons ressenti un léger flottement peu rassurant. Du côté des consommations, vous pouvez tabler sur des chiffres tournant autour des 9 l/100 km. Mais à condition de ne pas vouloir faire chanter le petit trois pattes à la moindre occasion!

essai,test,BMW,i8,exclusif,new,coupé,GT,électrique,hybride,3 cylindres,362 ch,140.000,euros,prix,roadtest,allemand,sportive

Finalement, cette BMW i8 affichée à 141.000€ représenterait presque une bonne affaire. Parce que pour ce prix-là, vous roulez dans un véhicule à la pointe de la technologie, qui suscite de nombreuses marques de sympathie et qui est, en plus, particulièrement bien équipé. Vous bénéficiez en effet de l’alarme, des sièges électriques et chauffants, du Park Distance Control, du Driving Assistant, le Head-Up display, le Harmann-Kardon sound system ou encore la téléphonie confort avec connectivité smartphone étendue. Sachez encore que le modèle que nous avons eu en prêt s’équipait des phares laser à 9.660€ mais notre essai nocturne ne nous a pas réellement fait comprendre l’intérêt d’une telle dépense. (Photos: http://www.alexisbernard.be/)

Caractéristiques techniques BMW i8

Moteurs                              3 en ligne turbo central, 1 électrique avant

Cylindrée                             1499 cc

Puissance combinée maxi    362 ch à 5800 t/min

Couple cumulé maxi             570 Nm à 3700 t/min

Transmission                       aux 4 roues; automatique 6 rapports

Suspension av./arr.              Ressorts hélicoïdaux, doubles triangulation/essieu multibras

Freins av./arr.                      disq. ventilés (340 mm)

Poids à vide                         1485 kg

Coffre                                  154 litres

Performances                      Top: 250 km/h. 0-100 km/h: 4"5.

Consommat°: moy. du test   10,0 l/100 km. Réservoir: 42 l

Emissions                           49 g de CO2/km

Prix de base                        141.000 €

essai,test,BMW,i8,exclusif,new,coupé,GT,électrique,hybride,3 cylindres,362 ch,140.000,euros,prix,roadtest,allemand,sportive

11:48 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, bmw, i8, exclusif, new, coupé, gt, électrique, hybride, 3 cylindres, 362 ch, 140.000, euros, prix, roadtest, allemand, sportive | | |