Skoda,Volkswagen,groupe,république tchèque,est,nouveauté,rapid,MQB,plateforme,new,berline,4 portes,tfsi,tdi,

Il était temps! Sincèrement, nous commençions tout doucement à nous inquiéter du sort des deux marques satellites du groupe VW que sont Skoda et Seat. Absence de nouveautés depuis trop longtemps, santé financière pas brillante, les deux marques rapportées au groupe allemand semblaient marquer le pas. Finalement, c'est Skoda qui tire la première avec des images inédites de la Rapid. Cette berline sera présentée au Salon de Paris, en septembre, avant une commercialisation d'ici la fin de l'année. La Rapid est construite sur la nouvelle plateforme MQB du groupe allemand. Cette quatre-portes d'allure classique mais soignée mesure 4,48 m de long pour 1,70 m de large et vient se positionner entre la Fabia et l'Octavia.

Skoda,Volkswagen,groupe,république tchèque,est,nouveauté,rapid,MQB,plateforme,new,berline,4 portes,tfsi,tdi,

11:40 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : skoda, volkswagen, groupe, république tchèque, est, nouveauté, rapid, mqb, plateforme, new, berline, 4 portes, tfsi, tdi | | |

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

L’Audi R18 e-tron quattro n°1, partie de la pole position, est entrée dans l’histoire en devenant la première voiture hybride victorieuse aux 24 Heures du Mans. André Lotterer est passé sous le drapeau à damier après avoir parcouru 378 tours pour conserver le trophée qu’il a remporté l’année dernière avec Benoît Tréluyer et Marcel Fässler. Il a aussi marqué un maximum de points dans la course au titres Constructeurs et Pilotes du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA.

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

240 000 spectateurs ont assisté à la 80ème édition de la plus grande course d’endurance du monde et se souviendront longtemps d’une course palpitante du début à la fin. L’Audi n°1 a rencontré une forte opposition de la part de la seconde Audi hybride de Tom Kristensen, Allan McNish et Dindo Capello, mais aussi des deux Toyota TS030 HYBRID, qui se sont aisément insérées dans le trio de tête et ont même mené la course. Malheureusement, la Toyota n°8 d’Anthony Davidson a été détruite dans un accident impressionnant et la seconde Toyota a finalement abandonné suite à une casse du moteur dans la 11ème heure.

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

Après le retrait des Toyota, la bataille a fait rage entre les quatre Audi, et bien malin qui pouvait prévoir le résultat. L’Audi R18 Ultra n°3 a connu deux sorties de piste similaires avec deux pilotes différents. Romain Dumas a tiré tout droit à la première chicane et a endommagé l’avant de la voiture. Le pilote français a pu rejoindre la voie des stands et les mécaniciens ont réparé prestement la voiture. Marc Gené a fait exactement la même chose au même endroit le dimanche matin, ce qui a définitivement mis cette voiture hors-jeu.

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

Les deux Audi hybrides se rendaient coup pour coup et le résultat est resté des plus incertains jusqu’à ce qu’Allan McNish et l’Audi n°2 sortent de la piste dans les virages Porsche. Six minutes ont été nécessaires pour réparer la voiture et changer la partie endommagée. Toutefois, la voiture de sécurité a été déployée et le pilote écossais n’a perdu qu’un tour sur l’Audi n°1 dans la mésaventure, ce qui explique le résultat à la fin des 24 heures. L’Audi R18 Ultra n°4 termine à la troisième place, mais elle ne participe pas au Championnat du Monde d’Endurance de la FIA.

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

La bataille des écuries privées LMP1 a été dominée par les Lola-Toyota de Rebellion Racing, mais la Lola n°12 de Nicolas Prost, Neel Jani et Nick Heidfeld a fini par triompher et termine à la quatrième place au classement général. La Lola n°13 de Rebellion Racing, aux mains d’Harold Primat, Jeroen Bleekemolen et Andrea Belicchi, talonnait la voiture sœur lorsqu’un problème a immobilisé la voiture dans son stand et l’a reléguée à la troisième place. L’HPD-Honda n°22 de JRM échoue à la deuxième place et l’HPD de Strakka Racing est ressortie de son garage pour disputer la fin de la course après y avoir passé de longues heures.

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

La catégorie LMP2 a été remportée par l’HPD-Honda n°44 de Starworks Motorsports après la victoire de Sebring. Enzo Potolicchio et Ryan Dalziel s’imposent une nouvelle fois et possède désormais une avance confortable au classement du Trophée FIA des équipes LMP2. Tom Kimber-Smith, qui a remplacé Stéphane Sarrazin pour cette course, a décrochée sa seconde victoire mancelle consécutive dans la catégorie. L’Oreca-Nissan n°49 de PeCom Racing de Pierre Kaffer, Soheil Ayari et Luis Perez-Companc est la deuxième des voitures engagées dans le Championnat, tandis que la Zytek-Nissan n°41 de Greaves Motorsport a marqué les 30 points de la troisième place au Championnat.

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

La catégorie LMGTE Pro a été le théâtre d’une bataille entre Ferrari et Aston Martin avec la Ferrari 458 Italia n°51 d’AF Corse, aux mains de Giancarlo Fisichella, Gianmaria Bruni et Toni Vilander, la Ferrari n°59 de Luxury Racing, emmenée par Frédéric Makowiecki, Jaime Melo et Dominik Farnbacher et l’Aston Martin Vantage V8 n°97 de Darren Turner, Stefan Mücke et Adrian Fernandez. Vers la fin de la course, l’un des arrêts-ravitaillements de la Ferrari de Luxury Racing s’est éternisé, ce qui a relégué la voiture à deux tours, mais toujours à un tour devant l’Aston Martin.

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

La catégorie LMGTE Am a été également très disputée entre la Chevrolet Corvette n°50 de Larbre Compétition de Pedro Lamy, Julien Canal et Patrick Bornhauser et la Porsche n°67 d’IMSA Performance Matmut. La bagarre a duré quelques heures avant que la Corvette ne prenne l’avantage. La deuxième meilleure voiture du Championnat dans la catégorie à franchir la ligne d’arrivée fut la Ferrari n°57 de Krohn Racing de Tracy Krohn, Niclas Jönsson et Michele Rugolo.

Le Mans,endurance,24 Heures,24 Heures du Mans,WEC,championnat du monde,audi,R18,e-tron,vainqueur,winner,2012,ferrari,GTE,LMP1,LMP2

Le prochain rendez-vous du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA se déroulera en Grande-Bretagne avec les 6 Heures de Silverstone le 26 août prochain avant que le championnat ne prenne la route de l’Amérique du Sud pour les 6 Heures de Sao Paulo trois semaines plus tard.

22:26 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le mans, endurance, 24 heures, 24 heures du mans, wec, championnat du monde, audi, r18, e-tron, vainqueur, winner, 2012, ferrari, gte, lmp1, lmp2 | | |

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

Diaboliquement efficace

C’est une tradition typiquement Audi dont nous avons bien du mal à comprendre la logique, lorsqu’un modèle arrive en fin de vie, la marque aux anneaux en décline une version extrême qui sert alors de voiture-image pour une gamme rapidement désuète. Cette fois, c’est l’Audi A3 Sportback qui s’y colle avec une déclinaison RS3 qui impressionne. Et qui connaît un succès certain auprès des jeunes si nous en croyons leur présence ininterrompue autour de l’exemplaire rouge exposé lors du dernier salon de Bruxelles.

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

Mais autant cette version rouge vif ne faisait pas dans la discrétion, autant l’exemplaire ’’Blanc Ibis’’ disponible en parc presse se montre réservé. Ce qui n’est pas plus mal parce que les vitesses atteintes par la bombinette sont déjà suffisamment répréhensibles pour ne pas ajouter à cela une couleur aimantant la maréchaussée. Bref, il faut un œil averti pour repérer la RS3 dans le flot de Sportback TDI alimentant nos chaussées. Les jantes spécifiques et la calandre largement ajourée sont les indices les plus évidents même si les bas de caisse et l’aileron arrière mettent également la puce à l’oreille, ou plutôt à l’œil, des amoureux de la marque.

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

Assise en mode pilotage

Plutôt joliment dessinés, les baquets optionnels offrent en plus une assise parfaite avec une position qui ne souffre pas la moindre critique malgré les réglages manuels. Vous êtes parfaitement maintenus et les virages peuvent s’enchaîner. Face à vous, le tableau de bord ne diffère pas réellement des modèles plus courants. Le petit volant à trois branches est connu également et seul un petit sigle RS3 vient le personnaliser. Les palettes de la boîte DSG, seule transmission disponible avec cette motorisation, sont bien là et le petit levier est également siglé RS3. Pour le reste, c’est du costaud, du bien fini et… du noir! Tapis et ciel de toit viennent encore assombrir l’ambiance mais on se sent bien dans une Audi où la finition reste particulièrement soignée. Le moment est venu d’actionner la clé de contact, à l’ancienne. Les 5 cylindres s’ébrouent gentiment. On place le levier sur la position D et la RS3 démarre comme une simple TDI.

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

Deux visages

Nous quittons la ville sans nous faire remarquer mais les premières courbes qui se présentent nous incitent à titiller la cavalerie. L’auto est collée au bitume et la première frustration naît en nous disant qu’elle peut passer encore bien plus vite. Le virage suivant se présente et nous y plongeons généreusement. La RS3 sous-vire alors crapuleusement comme une bonne vieille berline diesel. Bon, voilà déjà une première indication: le photographe ne sera pas content. Une fois l’endroit sympa déniché, nous appuyons sur le bouton S du tableau de bord et plaçons le levier de vitesse sur la position S. Le moteur se transforme en monstre, laissant notre photographe perplexe: ’’c’est un V8 qu’il y a là-dessous?’’ Les suspensions durcissent, les changements de rapports se font tardifs, bref, vous entrez dans une autre dimension. La route tournicote joliment, nous attaquons à outrance pour tenter d’impressionner l’objectif mais rien n’y fait, cette Audi reste désespérément rigide. Mais non pas frigide… C’est juste qu’elle demande du doigté et de la précision pour en retirer toute l’efficacité. Seul un écart de trajectoire pour éviter le photographe téméraire donnera un peu de caractère au cliché. Et ce n’est pas en déconnectant l’ESP que les figures sont apparues, au contraire, les dérobades du train avant se sont alors multipliées.

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

Circonstances exceptionnelles

Un passage en deuxième journée nous semblait indiqué. Profitant d’un dimanche humide et froid, nous repartons à l’assaut des routes de la région de Francorchamps. Toujours aussi diaboliquement efficace, l’Audi RS3 nous bluffe parce que le plaisir nait de cette attitude toujours sereine sur la route qui vous donne une confiance absolue. A se demander comment il est possible de sortir un tel engin de la route. Même en freinant au panneau trop tard ou au milieu d’une courbe qui se referme, l’Audi garde le cap en s’appuyant sur son train avant. Et seuls quelques jolis enchaînements nous ont permis de faire bouger le train arrière malheureusement plus en présence de notre preneur d’images! Avec un 0 à 100 km/h parcouru en 5’’6 et un 0 à 200 en 18’’5, cet engin se défend bien. Affiché à 61.349€ dans la finition illustrée, il demande un certain sacrifice qu’il faudra assumer avec des pleins fréquents si vous aimez actionner les boutons qui le rendent si attachant. Certains regretteront son manque de piment ou son poids de 1627 kg. Pas nous! Dans un monde où diesel et écologie nous poussent, souvent, à la déprime, un tel 5 cylindres turbo de 340 ch nous donne inévitablement le sourire! (Photos Jean-Claude Geboes)

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

essai,test,audi,RS3,quattro,2012,road,sportback,DSG,5 cylidnres,340 ch,61.349 euros,sportive,compacte,

21:49 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, audi, rs3, quattro, 2012, road, sportback, dsg, 5 cylidnres, 340 ch, 61.349 euros, sportive, compacte | | |

endurance,24 heures du mans,24 hours,le mans,gt,lmp1,lmp2,gt2,AM,PRO,baguette,martin,leinders,

C'est ce week-end que se déroulera la 80eme édition des 24 Heures du Mans. Cette année, Audi devrait facilement l'emporter avec quatre R18 engagées. Suite au retrait surprise des Peugeot en début d'année, le constructeur aux anneaux s'est retrouvé bien esseulé dans la discipline. Certes, Toyota débarque avec ses TS030 Hybrides mais celles-ci semblent bien jeunes pour lutter contre l'ogre d'Ingolstadt. Depuis 2000, Audi n'a été battu qu'à deux reprises, en 2003, lorsque Bentley a tout fait pour l'emporter, et en 2009 lorsque Peugeot a réussi l'exploit de battre les Allemands après de nombreux essais. Cette année, l'hybride débarque en force au Mans mais les Audi R18 TDI classiques devraient garder l'avantage s'il fait sec. En cas de pluie, les R18 E-tron devraient profiter de la puissance transmisse aux roues avant par le système hybride. En attendant le départ, ce samedi à 15 heures, voici les habituelles planches éditées par Spotterguide.com.

endurance,24 heures du mans,24 hours,le mans,gt,lmp1,lmp2,gt2,AM,PRO,baguette,martin,leinders,

12:18 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : endurance, 24 heures du mans, 24 hours, le mans, gt, lmp1, lmp2, gt2, am, pro, baguette, martin, leinders | | |

le mans,endurance,24 Heures,24 Heures du mans,24 Hours,sec,championnat,audi, R18,e-tron,tréluyer,benoit,français,vainqueur,2012,édition

S’il veut couper la ligne en vainqueur pour la deuxième année de suite, Benoît Tréluyer sait qu’il devra d’abord vaincre tous les maléfices des 24 Heures. Tous ces petits pièges qui ferment les portes de la félicité et qu’il a appris à déjouer au fil de ses sept participations…

La tentation est vive, parfois, d’aller taquiner le chrono, de montrer sa mauvaise humeur envers un concurrent peu conciliant ou de trop demander à sa machine. Ne pas succomber demande une maîtrise totale de soi et une concentration parfaite. La plus grande course automobile du monde ne se gagne pas sur des coups de tête ou des coups de sang, mais grâce à une approche réfléchie et pragmatique des événements. Il faut être vigilant, à chaque instant, à chaque seconde. Malgré ses sept participations, le vainqueur de la dernière édition en date sait que l’attraction est toujours présente, au détour d’un vibreur qu’il est tentant de chevaucher pour gagner quelques dixièmes ou lors de dépassements précipités de GT plus lentes. Il ne faut pas relâcher son attention. Jamais. Avant de défendre sa victoire 2011, Benoît nous parle de ses petits démons personnels, de ses sept petits péchés nichés dans les détails…

le mans,endurance,24 Heures,24 Heures du mans,24 Hours,sec,championnat,audi, R18,e-tron,tréluyer,benoit,français,vainqueur,2012,édition

L’orgueil

«Les 24 Heures du Mans ne pardonnent rien, et surtout pas le manque d’humilité. Il ne faut pas arriver en terre Sarthoise avec trop de confiance. Rien n’est jamais gagné, même si tu possèdes la meilleure voiture et que tu es le mieux préparé du monde.»

La cupidité

«Il ne faut pas en vouloir trop ! C’est absolument génial de signer la pole-position comme nous l’avons fait l’an passé, mais il ne faut pas prendre tous les risques pour la réussir. Il ne faut pas prendre le risque de sortir la voiture et compromettre la suite du week-end. Il faut opérer un travail sur soi! Savoir se retenir. Savoir se dire non!»

L’envie

«Evidemment, tu as le désir d’être devant tout de suite, mais cela ne sert à rien. C’est au levé du jour que l’on voit si l’on peut jouer la gagne ou pas. L’an passé, je suis parti en tête. Tant que je roulais seul, tout allait bien. Je roulais à mon rythme en toute sécurité, mais quand j’ai commencé à rencontrer du trafic, j’ai failli me faire sortir par une Porsche. Là encore, il faut savoir prendre sur soi, laisser couler. C’est dur de s’y résoudre, mais c’est crucial. Il faut tenir un bon rythme pour rester dans le même tour que le leader du moment, mais à sa main, sans sur-piloter et en économisant la voiture.»

le mans,endurance,24 Heures,24 Heures du mans,24 Hours,sec,championnat,audi, R18,e-tron,tréluyer,benoit,français,vainqueur,2012,édition

L’égoïsme

«La cohésion de l’équipage est primordiale. Il faut penser aux autres avant de penser à soi. Ne pas être égoïste, en fait. Il faut dégrader la voiture le moins possible pour la remettre dans le meilleur état possible à ses équipiers, et ne pas donner de surcharge de travail à ses mécanos. Il faut ramener la voiture aux stands comme tu veux la recevoir de tes équipiers. Il est important de ne pas trop prendre les vibreurs, de ne pas taper dans les freins, de préserver la boîte de vitesses, etc…»

La gloutonnerie

«Cela peut paraître une évidence, mais il ne faut pas manger de trucs trop gras. Ce n’est pas toujours facile car, quand tu viens de faire un double ou un triple relais, tu es terriblement affamé. Tu as envie d’un repas bien consistant, mais il ne faut surtout pas.»

L’excès

«Il ne faut pas se laisser distraire. Jamais. Il faut savoir relâcher la pression, mais ne pas se laisser détourner de l’objectif final. Il faut rester dans sa bulle, celle qui s’est construite toute seule au fil des jours avec tes équipiers et ton équipe. Il faut rester concentré tout au long de la semaine, et pas seulement durant la course. Par exemple, je m’interdis d’aller manger chez des amis – et j’en ai pourtant beaucoup dans la région – durant la semaine des 24 Heures. Rien ne doit dévier ton attention. Il faut aussi essayer de dormir le plus possible. Il faut se forcer, là encore, car tu as toujours tendance à vouloir suivre l’évolution de la voiture quand tu n’es pas au volant. Il est important de bien se relaxer pour être en forme au moment d’assumer ton relais. Au petit matin, il faut que les pilotes soient eux aussi dans un bon état de fraîcheur et pas seulement la mécanique.»

le mans,endurance,24 Heures,24 Heures du mans,24 Hours,sec,championnat,audi, R18,e-tron,tréluyer,benoit,français,vainqueur,2012,édition

La colère

«Il ne faut pas faire de gestes anti-sportifs car ils se retournent toujours contre toi. Serrer une GT car elle ne t’as pas laissé passer, manquer de respect à d’autres voitures et pilotes, sont des actes que tu finis toujours par payer. Certains pilotes de Sport-Prototypes ne se rendent pas compte que rouler dans une GT peut être plus difficile que d’évoluer dans une LMP1. Si tu veux gagner, tu te dois d’être respectueux de tout le monde.»

C’est conscient de tous les sortilèges qui vont de nouveau le guetter sur les 13,629 km maintes fois répétés du circuit du Mans, mais confiant en sa capacité et celle de son Audi R18 e-tron quattro à les déjouer, que le natif d’Alençon prendra le départ de ses huitièmes « 24 Heures » le 16 juin prochain. Un chiffre 8 qu’il espère porte bonheur.

Les 7 participations de Benoît Tréluyer aux 24 Heures du Mans

2002 : Chrysler Viper-GTS-R/Team Oreca, 14e 

2004 : Pescarolo C60-Judd/Pescarolo Sport, 4e

2007 : Pescarolo 01-Judd/Pescarolo Sport, 13e 

2008 : Pescarolo 01-Judd/Pescarolo Sport, 7e  

2009 : Peugeot 908/Pescarolo Sport, ab

2010 : Audi R15 TDI Plus/Audi Sport Team Joest, 2e  

2011 : Audi R18 TDI/ Audi Sport Team Joest, 1er

le mans,endurance,24 Heures,24 Heures du mans,24 Hours,sec,championnat,audi, R18,e-tron,tréluyer,benoit,français,vainqueur,2012,édition

22:31 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : le mans, endurance, 24 heures, 24 heures du mans, 24 hours, sec, championnat, audi, r18, e-tron, tréluyer, benoit, français, vainqueur, 2012, édition | | |