test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

Pour ceux qui ont suivi toute la saga de Gran Turismo depuis ses débuts, la déception sera au rendez-vous. Certes, le jeu toujours développé par Polyphony Digital est une nouvelle fois esthétiquement très réussi avec des modèles plus beaux que dans la réalité tellement les détails sont soignés, mais on ne peut s'empêcher de rester sur notre faim. Avec 170 voitures disponibles, on est loin des 1200 propositions du dernier GT6. Les occasions ont disparu, elles aussi. Dommage. Vraiment dommage pour l'amateur de l'histoire automobile que je suis. Mais il faut vivre avec son temps. Et les modèles spécialement développés pour la jeu possèdent pas mal de charme.

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

De même, je suis plutôt du genre à jouer seul devant ma console et ici aussi, les possibilités sont bien moindres que par le passé puisque les championnats et autres ligues ont disparu au profit de simples courses face à l'I.A. mal mise au point, de tours chronométrés ou encore des défis de dérapages qui ne convaincront que les amateurs de drifts. Le système des permis a survécu mais il se révèle bien plus facile qu'avant.

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

Il est heureusement possible de créer soi-même ses courses en choisissant le nombre de concurrents, leur force, l'usure des pneus, l'utilisation du réservoir de carburant, la durée de la course, bref, il est possible de courir partout et dans toutes les catégories. Et en fonction des difficultés choisies, le montant de l'argent gagné en cas de victoire est plus élevé.

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

De facilité, il en est également question dans les sensations de conduite. Vous perdez très peu de temps s'il vous arrive de sortir de la route et pour pousser une voiture dans ses derniers retranchements, il faut couper toutes les aides. Franchement, on se rapproche diablement des jeux d'arcade. Bon, il existe néanmoins toute une série de personnalisations offertes à travers des jantes mais aussi des stickers et des couleurs mais il n'y a plus moyen d'améliorer vos bolides en achetant des pièces détachées.

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

Quant aux circuits, on tombe à 17 circuits (28 tracés) (contre 37 circuits -plus de 70 tracés- dans GT6), ce qui est ajoute encore à notre déception. On ne compte plus que six circuits réels, à l'image du  Nürburgring), mais quel dommage de ne plus retrouver Francorchamps ou encore Laguna Seca pour ne citer que ces deux-là. Les pistes de rallye manquent totalement de réalisme et n’ont strictement rien à faire dans Gran Turismo Sport. Aucune sensation, affreusement mou, il n’a aucun intérêt. Du coup, ça fait trois circuits de moins, soit dit en passant.

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

En fait tout le nouveau Gran Turismo Sport est axé vers les courses en ligne. Le mode principal, sobrement intitulé Sport, propose des compétitions de deux sortes: des courses simples et des championnats. Pour les courses simples, il s’agit de trois courses journalières à faire toutes les heures (à raison d’une toutes les vingt minutes). 

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

Quant aux championnats, ils proposent des sessions hebdomadaires à heure précise auxquelles on participe pour engranger des points. Si l’un d’entre eux est généraliste, les deux autres séparent les joueurs par pays et par constructeurs, respectivement. L’objectif sera bien sûr de maintenir son niveau sur toute la saison. Intéressant sur le long terme, surtout que le championnat constructeur permet de se faire prêter une ou deux voitures à utiliser quand on veut. Mais il faut bien évidemment payer pour pouvoir participer et là, nous sommes totalement contre...

test,essai,jeu,ps4,game,player,simulation,granturismo,sport,gt,sony,officielle,polyphony,digital,licence

20:39 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Divers, Jeux PS4 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : test, essai, jeu, ps4, game, player, simulation, granturismo, sport, gt, sony, officielle, polyphony, digital, licence | | |

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

J'aime bien

Je ne sais pas si vous l'avez remarqué mais depuis quelques temps, les nouvelles Volkswagen Golf croisées en rue portent majoritairement le logo TSI. Celui-ci a enfin remplacé le TDI longtemps porté aux nues par tout un peuple, il est vrai bien aidé par une fiscalité totalement faussée. L'essai que nous vous proposons aujourd'hui s'intéresse au petit 1.5 essence turbo qui a fait son apparition sous le capot de la berline allemande lors du dernier restylage adopté au milieu de cette année.

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

Disponible en 130 et en 150 chevaux, il se révèle particulièrement discret tout en offrant suffisamment de souffle lorsqu'un besoin de puissance est demandé. Comme la majorité des petits moteurs essence apparus ces derniers temps, celui-ci est également dieselisé pour ne pas choquer les adeptes du mazout. Ainsi, le couple maximum de 250 Nm n'est disponible qu'à partir de 1.500 tr/min puis le moteur accélère de manière linaire. Ce bloc donne donc le meilleur de lui-même à bas et moyens régimes histoire de privilégier l'usage du couple comme sur un... diesel.

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

Plutôt malin

A l'image des modèles haut de gamme de la marque, la Golf 7 peut désormais se doter de cadrans entièrement digitalisés: l’Active Info Display les remplace par un écran multifonction qui peut aussi afficher la carte de navigation, les données de conduite ou du système audio, etc. Nous avons également savouré le fonctionnement intuitif du système multimédia et sa connectivité avec Apple CarPlay.

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

J'aime moins

La boîte DSG accuse véritablement son âge (14 ans). On est obligé de la positionner sur le mode Sport pour avoir le répondant nécessaire sinon elle se montre lente comme une boîte automatique normale. Les petits leviers rikiki placé derrière le volant ne donnent vraiment pas envie de s'en servir manuellement.

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

Pourquoi je l'achète

Incontestablement, la Golf jouit toujours d'une réputation en béton armé. Et c'est totalement justifié en termes de confort, de finition et de conduite. Son comportement neutre enchante les conducteurs lambda tandis que ses lignes intemporelles rassurent les adeptes du classicisme.

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

Pourquoi je ne l'achète pas

Personnellement, je choisirais directement la boîte manuelle mais elle n'est malheureusement pas disponible avec ce moteur. Et puis le prix pousse à la réflexion, notre exemplaire d'essai s'affichant à 38.464€ avec ses nombreuses options. Si l'on prend les prix de base, cette 1.5 TSI est à 28.175€ alors que la GTI est à 32.725€. pour nous, le choix est vite fait!

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

essai,test,Volkswagen,VW,Golf,TSI,1.5,comfortline,DSG,route,avis,neuve,prix,2017,référence,exclusif

15:07 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : essai, test, volkswagen, vw, golf, tsi, 1.5, comfortline, dsg, route, avis, neuve, prix, 2017, référence, exclusif | | |

condroz,rallye,2017,plateau,présentation,DS3,R5,Duval,Thiry;Demaerschalk,cherain,princen,skoda,fabia,R5,Peugoet,208,T16

Certes, les mauvais coucheurs et ceux qui râlent plus qu'ils n'agissent diront que le plateau de cette année manque de vedettes étrangères. Il faut dire qu'ils avaient été gâtés, ces dernières années, grâce aux efforts d'Yves Matton, le boss de Citroën Racing. Seulement voilà, à chaque fois, tout peut capoter en dernière minutes à cause d'essais inopinés ou d'opération marketing inattendue imposée par le team et cela gâchait un peu le plaisir. Alors lorsqu'il s'est agit de trouver les équipages chargés de porter haut les couleurs du constructeur français en terre hutoise, Yves s'est dit, suite à un coup de fil de François Duval, qu'il tenait peut-être là la belle histoire de ce Condroz 2017.

condroz,rallye,2017,plateau,présentation,DS3,R5,Duval,Thiry;Demaerschalk,cherain,princen,skoda,fabia,R5,Peugoet,208,T16

Le concept de la Belgian battle est né puisqu'aux côtés de François Duval viendra s'aligner Bruno Thiry, qui retrouvera pour l'occasion Stéphane Prévot, et Kevin Demaerschalk. Trois générations de pilotes vont donc s'affronter au volant de DS3 R5. Même s'il n'est pas repris sous l'auvent de Citroën Belux, Cédric Cherain fera lui aussi partie des favoris ce qui ne doit pas déplaire à son copilote, l'inépuisable Eric Gressens!

condroz,rallye,2017,plateau,présentation,DS3,R5,Duval,Thiry;Demaerschalk,cherain,princen,skoda,fabia,R5,Peugoet,208,T16

Face au clan des chevronnés, la concurrence ne compte pas s'endormir. Du côté des Skoda Fabia R5, Vincent Verschueren débarquera à Huy en leader du championnat et voudra avant tout assurer son titre. Kris Princen, auréolé de sa victoire à l’East Belgian Rally, va lui tout donner pour accrocher une nouvelle victoire au Condroz et pousser son rival dans ses derniers retranchements.

condroz,rallye,2017,plateau,présentation,DS3,R5,Duval,Thiry;Demaerschalk,cherain,princen,skoda,fabia,R5,Peugoet,208,T16

Mais attention à Ghislain de Mevius, dernier vainqueur du JMC Rally de Jalhay et sur le podium à Huy en 2016 et à Xavier Bouche, toujours très performant à Huy. Guillaume Dilley est le cinquième homme à piloter une Skoda Fabia R5 et aura lui aussi voix au chapitre.

condroz,rallye,2017,plateau,présentation,DS3,R5,Duval,Thiry;Demaerschalk,cherain,princen,skoda,fabia,R5,Peugoet,208,T16

Plus discrets que leurs collègues du groupe PSA, les lionceaux de chez Peugeot débarqueront en bord de Meuse avec des intentions de victoire également. Leur équipage de pointe, Abbring-Tsjoen, voudra faire oublier sa sortie de l’East Belgian Rally et briller de mille feux en région hutoise. Cédric de Cecco remet lui aussi le couvert et espère avoir un peu plus de chance qu’en 2016 alors que pour l’équipage RNT Guillaume de Mevius et Louis Louka, ce sera la découverte du pilotage de la Peugeot 208 T16. 

condroz,rallye,2017,plateau,présentation,DS3,R5,Duval,Thiry;Demaerschalk,cherain,princen,skoda,fabia,R5,Peugoet,208,T16

N’oublions pas les Ford Fiesta avec les voitures de Litt, Vanneste, Loyen et surtout Adrain Fernémont qui, après un Rallye de Wallonie de toute beauté, veut confirmer sur ses terres.

condroz,rallye,2017,plateau,présentation,DS3,R5,Duval,Thiry;Demaerschalk,cherain,princen,skoda,fabia,R5,Peugoet,208,T16

Bannies des classements officiels du championnat de Belgique, les WRC assurent pourtant leur part de spectacle sur les routes grasses et délicates du Condroz. Et certains l'ont compris à l'image d'Yves Matton, épaulé par Daniel Elena, qui remet le couvert sur une Citroën C4 WRC ou encore David Bonjean. Ces deux-là prétendront au podium final. Même constat pour les pilotes de Skoda Fabia WRC: Yannick Albert et Manu Canal-Robles auront eux aussi leur mot à dire pour les places d’honneur.

condroz,rallye,2017,plateau,présentation,DS3,R5,Duval,Thiry;Demaerschalk,cherain,princen,skoda,fabia,R5,Peugoet,208,T16

Enfin, pour le plaisir des yeux et des oreilles, plusieurs Porsche seront présentes: à côté des habituels Francis Lejeune, Henri Schmelcher et Patrick Mylleville, il faudra également être attentif à Boelens, Busin et Wartique (photo du haut).

condroz,rallye,2017,plateau,présentation,DS3,R5,Duval,Thiry;Demaerschalk,cherain,princen,skoda,fabia,R5,Peugoet,208,T16

11:39 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : condroz, rallye, 2017, plateau, présentation, ds3, r5, duval, thiry;demaerschalk, cherain, princen, skoda, fabia, peugoet, 208, t16 | | |

livre,bouquin,ouvrage,publication,littérature,librairie,Thomas,Bastin,Belgian,Audi,club,winning,spirit,histoire,rallye,circuit

Déjà l'auteur d'un excellent ouvrage consacré aux 50 ans du Belgian VW Club, notre insatiable confrère Thomas Bastin s'est à nouveau lancé dans un travail de Titan consacré cette fois à l'histoire du Belgian Audi Club. Plus cossu avec sa couverture cartonnée, ce livre s'est offert un invité d'honneur pour sa préface signée par le Docteur Ullrich. Voilà qui fixe d'emblée le niveau.

livre,bouquin,ouvrage,publication,littérature,librairie,Thomas,Bastin,Belgian,Audi,club,winning,spirit,histoire,rallye,circuit

Comme pour son premier ouvrage, Thomas s'est plongé dans les archives pour nous en apprendre un maximum sur les premières courses des Audi chez nous, à l'image de l'Audi 80 GT vue aux 24 heures de Francorchamps en 1974. Mais c'est surtout l'engagement de l'Audi Quattro aux couleurs de Belga pour Marc Duez aux Boucles de Spa de 1983 qui va marquer les débuts réels des opérations spéciales du Belgian Audi Club emmené par l'inénarrable et regretté J-G Mal-Voy. On ne va pas retracer ici toute l'histoire de ces 37 années de coups mémorables. Thomas Bastin fait cela bien mieux que nous en allant à la rencontre de ceux qui ont vécu ces courses à l'époque.

livre,bouquin,ouvrage,publication,littérature,librairie,thomas,bastin,belgian,audi,club,winning,spirit,histoire,rallye,circuit

Des témoignages qui apportent un indéniable côté authentique. Et puis ce qui est remarquable chez mon jeune confrère, c'est le talent qu'il a de ne pas reproduire sur papier le langage qu'il utilise lors de ses commentaires sur circuit ou à la télévision. L'écriture est agréable, peu redondante et les chapitres ne sont jamais trop longs. Les légendes des photos ont l'intelligence d'apporter encore un peu d'info par rapport à ce qui a été dit dans le texte principal. On perçoit également toute la méticulosité et le perfectionnisme du namurois dans l'absence de la moindre faute d'orthographe. Enfin si, deux (dans des légendes de photo), mais sur un total de 348 pages, on peut vous dire que ce n'est rien par rapport à certaines publications, annuelles, souvent prises en référence! Elles auraient bien besoin du même relecteur...

Infos pratiques

Winning Spirit since 1980

Edité par le Belgian Audi Club

348 pages

437 photos/illustrations

Textes : Thomas Bastin

Traduction néerlandaise : Nico Lepoutre

Prix : 40 euros pour les non-Membres (+ 10 euros de frais de livraison)

Prix spécial Membres : 35 euros (hors frais de port), mais… les Membres du Belgian Audi Club peuvent commander le livre gratuitement auprès du secrétariat du Club avant les Total 24 Hours of Spa. Ils ne devront alors s’acquitter que des frais de livraison de 10€. La commande doit toutefois être faite au plus tard le 25 juillet et l’envoi sera effectué en août.

Infos et commandes : info@belgianaudiclub.be ou 02/640.80.14

livre,bouquin,ouvrage,publication,littérature,librairie,Thomas,Bastin,Belgian,Audi,club,winning,spirit,histoire,rallye,circuit

21:47 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Histoire, Littérature | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, bouquin, ouvrage, publication, littérature, librairie, thomas, bastin, belgian, audi, club, winning, spirit, histoire, rallye, circuit | | |

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

‘The Big Five, Presenting The European National Motor Museums’ sera le thème principal de la troisième édition d’InterClassics Brussels. Les cinq musées automobiles les plus remarquables d’Europe seront réunis pour la troisième édition d’InterClassics Brussels. La semaine dernière, les cinq directeurs de musée se sont rencontrés au National Motor Museum à Beaulieu (Royaume-Uni) en vue de préparer leur participation commune à InterClassics Brussels. Jamais encore présentés ainsi, une chance unique d’admirer les joyaux automobiles de cinq pays dans le pavillon commun pendant InterClassics Brussels, qui aura lieu du 17 au 19 novembre 2017 à Brussels Expo.

Pendant InterClassics Brussels, chaque musée présentera trois de ses joyaux: une voiture classique d’avant-guerre du pays correspondant, une voiture typique du musée et une voiture de course. C’est avec une fierté non dissimulée que ces messieurs ont présenté chacun l’une de leurs trois pièces maîtresses que le public pourra admirer à l’occasion du salon InterClassics Brussels dans le pavillon commun ‘The Big 5’ au Palais 1.

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Bentley 4½ Litre Supercharged 1930

Le National Motor Museum de Beaulieu, Royaume-Uni

W.O. Bentley a construit sa première voiture de sport, une 3 litres, en 1919. La 4,5 litres qui a succédé à ce modèle précurseur a été développée en donnant naissance au fameux modèle à suralimentation, également appelé Blower. Bentley lui-même désapprouvait les moteurs suralimentés et les voitures en disposant étaient en grande partie développées par le coureur automobile Sir Henry Birkin. La version suralimentée ne s'est pas particulièrement illustrée en compétition bien que des Bentley d'origine aient remporté les 24 Heures du Mans en 1924, 1927, 1928 et 1929, mais elle faisait une bonne routière. Le compresseur qui équipait la Bentley était conçu par l'ingénieur Amherst Villiers, un très bon ami personnel de l'auteur Ian Fleming. C'est peut-être pour cette raison que dans les romans originaux de Ian Fleming que sont Casino Royale, Vivre et laisser mourir et Moonraker, James Bond conduit une Bentley Blower 4,5 litres grise.

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Talbot Lago (T150 SS 'Teardrop' coupe Figoni & Falaschi) 1937

Le Louwman Museum de La Haye, Pays-Bas

La ‘goutte d’eau’, voilà le nom que porte cette carrosserie exceptionnellement belle. En anglais, elle s’appelle ‘teardrop’, la larme. Il s'agit d'une création des carrossiers parisiens Figoni & Falaschi, réputés à l’époque pour leurs carrosseries flamboyantes, mais toujours d’une grande élégance. Leurs créations offrent un contraste saisissant par rapport aux productions ‘courantes’ du marché. Leurs techniques sont elles aussi innovantes : ils ont par exemple déjà recours aux peintures métallisées ‘Nitrolac’, une nouveauté pour l’époque.

Derrière toute cette beauté se cache un véritable bolide de course. Le capot abrite un moteur six cylindres de quatre litres développant 160 ch. L’une de ces ‘gouttes d’eau’ conquiert en 1938 une troisième place sur le circuit du Mans, derrière deux Delahaye. Ce véhicule spécifique était la propriété de madame Robin Byng, comtesse de Strafford, qui utilisait la voiture sur les routes de la France d’avant-guerre. Après la guerre, la Talbot Lago a été vendue au gentleman-coureur Rob Walker, qui l’utilisera lui-même comme véhicule d’entraînement sur le circuit du Mans en 1949.

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Bugatti, type 46, coach 1933

La Cité de l’Automobile/collection Schlumpf de Mulhouse, France

Il s’agit de la seule Bugatti type 46 dite "surprofilée" réalisée dans les ateliers de Molsheim. Son histoire est représentative de la vie parfois singulière de nos chères autos. En effet, cette carrosserie due à Jean Bugatti, fut montée sur un châssis type 46 S, exposé au salon de l’auto de Paris en octobre 1932. En mars 1933, cette caisse est démontée pour être mise sur un nouveau châssis type 50 T. La présente carrosserie surprofilée est retrouvée dans la cour d’une ferme en Dordogne par le collectionneur américain E. Richardson, qui ayant acquis un châssis 46 à l’usine, monte cette caisse sur ce châssis, et constitue la voiture présentée. Il n’existe donc qu’une seule carrosserie Bugatti 46 surprofilée, qui habilla trois châssis successifs. Inv.MNA 0914. Moteur huit cylindres en ligne avant ; 81 x 130 = 5359cc ; 140 CV à 3500 t/mn ; vitesse maxi = 140 km/h

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Cisitalia 202 SMM Spider Nuvolari 1947

Le Museo dell’Automobile de Turin, Italie

Nommé ainsi d'après Tazio Nuvolari, un champion de course automobile de l'avant-guerre qui l'a piloté en 1947 lors de la Mille Miglia, ce bolide a été conçu sous la direction de Giovanni Savonuzzi, ingénieur en chef chez Cisitalia de 1945 à 1948, dans un style très original. L'intégralité de sa carrosserie est en aluminium et ses ailettes élancées sont à peine visibles au-dessus de ses gardeboue arrière. Celui exposé figure parmi la dizaine qui doit encore exister, sur une vingtaine de modèles construits entre 1947 et 1948.

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Minerva OO Vanden Plas, 1921

Le Musée Autoworld, Bruxelles, Belgique

Ce véhicule, doté de la carrosserie belge « Tulipe » de Vanden Plas, était la voiture personnelle du Roi Albert I. Il s’agissait à l’époque du modèle le plus coûteux de la gamme Minerva. La production Minerva a été relancée après la Première Guerre mondiale en 1919. Le premier modèle était équipé d’un moteur quatre cylindres de 20 ch et 3 570 cc, suivi en 1920 d’un six cylindres à alésage identique et course de 90x140, la version de 30 ch et 5 335 cc. La suspension de ces voitures se composait, à l’avant, de ressorts semi-elliptiques avec amortisseurs et, à l’arrière, de ressorts cantilever inversés, qui offraient une suspension très confortable grâce à leur course particulièrement ample. Le radiateur avait hérité d’une forme arrondie légèrement aérodynamique. Spécifications : moteur 6 cylindres sans soupapes / 5 335 CC / 30 CH / quatre rapports.

interclassics,brussels,heysel,salon,automobile,classique,ancêtre,musées,cinq,européens,beaulieu,schlumpf,musoe,turin,autoworld,louwman

Cette année, le deuxième thème, consacré à ‘Cycle Cars & Grand Sport, highlighting a forgotten motor history’ complétera le thème principal. Une vingtaine de cyclecars d’une période particulière seront exposées en partenariat avec l’Amilcar-Cyclecar club Nederland, qui à son tour collabore avec les clubs belges et français.

InterClassics Bruxelles aura lieu du vendredi 17 au dimanche 19 novembre 2017 aux palais 1, 3, 4 et 8 de Bruxelles Expo. Le salon des voitures classiques attire traditionnellement de nombreux acheteurs, amateurs et promeneurs. Les billets d’entrée sont en vente en ligne à prix réduit : Prix en ligne adulte 12,00 € pour un prix adulte au guichet de 15,00 €. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans. www.interclassics.be