Bentley,SUV,next,futur,2016,Crewe,usine,angleterre,construction,feu vert,yes,hybride,diesel,emplois

Bentley a officiellement confirmé son intention de construire un SUV dans son usine britannique à Crewe, pour une mise sur le marché en 2016. Alors qu'il avait été question, dans un premier temps, de construire ce modèle sur les chaînes de montage de l'Audi Q7 à Bratislava, en Slovaquie, bentley a préféré miser sur du 100% britannique en élisant l'usine de Crewe. Plus de 1.000 emplois britanniques seront créés à la suite de cet investissement. Pour les distraits, rappelons que Bentley nous avait déjà proposé un concept de SUV avec le EXP 9 F vu au Salon de Genève 2012. Son dessin controversé a fait couler beaucoup d'encre mais les dirigeants de la marque ont laissé entendre que celui-ci allait largement évoluer suite aux réactions des clients. Le plan est de vendre entre 3.000 à 4.000 SUV par an, ce qui fait de ce nouveau modèle un élément crucial du plan de Bentley visant à vendre 15.000 voitures par an d'ici à 2018 (contre 8.510 en 2012).

Bentley,SUV,next,futur,2016,Crewe,usine,angleterre,construction,feu vert,yes,hybride,diesel,emplois

10:39 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bentley, suv, next, futur, 2016, crewe, usine, angleterre, construction, feu vert, yes, hybride, diesel, emplois | | |

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

C'est au volant d'une Peugeot 508 RXH que nous avons traversé une bonne partie de l'Europe pour nous rendre à Modène. Vous aurez bientôt droit à notre reportage exclusif sur le nouveau musée de la maison natale d'Enzo Ferrari mais en attendant, revenons plus longuement sur celle qui nous a accompagné durant notre périple de plus de 2700 kilomètres. Pour affirmer les ambitions premium de la 508 après un brillant début de carrière, une version RXH est venue coiffer la gamme. Basée sur le break, elle combine une carrosserie surélevée, une présentation raffinée et une motorisation hybride Diesel qu’elle était la première 508 à étrenner.

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

La démarche esthétique est similaire à celle des Audi Allroad (elles-mêmes inspirées des Subaru Outback et autres Volvo XC70), avec une face avant plus agressive, une garde au sol rehaussée de cinq centimètres, des bas de caisse et élargisseurs d’aile gris satiné et des boucliers ourlés de chrome façon protège-carter.

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

L’habitacle, qui brille déjà par sa qualité de présentation sur une 508 standard, se pare ici d’une sellerie cuir du plus bel effet et se montre toujours aussi accueillant. Dommage que la batterie lithium-ion grève le volume de coffre de 160 litres, soit un volume de 400 litres assez médiocre pour un véhicule aussi imposant (4,82 m de long, 1,86 m de large).

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

Pas question en revanche d’aller chercher les grands breaks d’outre-Rhin sur le terrain de la puissance; Peugeot élude en misant sur la technologie et une mécanique dimensionnée au plus juste. Déjà vu sous le capot de la 3008 et de la DS5, l’attelage entre le HDi 163 ch (pour 300 Nm) et le moteur électrique de 37 ch placé sur le train arrière développe une puissance maximale cumulée de 200 ch, mais surtout un couple généreux de 450 Nm. Comme ses cousines, la 508 RXH est capable, une fois lancée, de se mouvoir en silence sur sa seule puissance électrique à vitesse stabilisée jusqu’aux alentours de 60 km/h sur quelque trois km, une sensation toujours aussi plaisante. Passé ce seuil ou en cas de forte sollicitation, le HDi prend le relais assez bruyamment.

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

Cette double motorisation tient pourtant ses promesses en matière de frugalité. Sur route, la surcharge pondérale de 230 kg et la puissance électrique de 37 ch supplémentaires de la 508 RXH, se résument presque à un jeu à sommes nulles vis-à-vis d’une simple 508 SW 2.0 HDi 163 ch, que ce soit en performances (0 à 100 km/h en 8″8) ou en consommation. En adoptant une conduite calquée sur les limitations de vitesse imposées par chaque pays traversé, nous sommes descendus jusqu’à 6,5 l/100 de moyenne.

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

Même sans disposer du fameux train avant à pivot découplé (celui de la GT, hérité de la 407) qui aurait pourtant été à sa place sur ce vaisseau amiral autoproclamé, la 508 RXH fait montre d’un dynamisme réjouissant. Son confort régresse en revanche sensiblement par rapport à une 508 standard, qui ne doit pas composer avec une masse suspendue et une hauteur aussi importantes, ni des jantes 18″ obligatoires.

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

L’agrément est également gâché par la boîte manuelle pilotée à six rapports, fleuron du groupe PSA. Moins insupportable que sur un modèle 100% thermique grâce au soutien du moteur électrique lors des ruptures de charge, elle offre ici un fonctionnement relativement fluide. Son manque de réactivité (moins perceptible en mode sport) n’en demeure pas moins indigne d’une auto aussi ambitieuse. Il faudra aussi s’accoutumer à la gestion du frein moteur, plus puissant que sur une DS5 Hybrid4 et déconcertant lors des premiers levers de pied.

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

Plus que dans le choix du Diesel, l’ingéniosité de l’hybridation PSA réside dans la transmission intégrale qu’elle offre grâce au moteur électrique animant le train arrière à la demande. Difficilement perceptible sur route, le système compense de lui-même un éventuel patinage des roues avant en répartissant le couple sur l’arrière, et peut être forcé en conditions d’adhérence difficiles. De quoi vous rassurez lorsque le GPS vous envoit en balade sur des chemins pas toujours asphaltés.

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

A 43.405 euros, l’addition s’avère franchement salée pour la 508 RXH, même si une Audi A4 Allroad 2.0 TDI 170 ch S-Tronic réclame au minimum 42.600 euros avec une dotation moins avantageuse. La voiture qui nous a été confiée par l'importateur belge s'offrait le Pack Cuir Nappa (intérieur cuir + mémorisation réglages siège conducteur et rétro + massage lombaire conducteur + indexation des rétroviseurs à la marche arrière) à 1.300 € ainsi que le Pack Vision (phares au xénon + feux directionnels + feux diurnes à LED + lave-projecteurs + commutation automatique des feux de route) à 1.050 €. Bref, telle que vous la voyez là, la 508 RXH revient à 42.425 €.

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

peugeot,508,RXH,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,HDI,boîte,6 rapports

peugeot,508,rxh,test,essai,longue distance,italie,voyage,diesel,hybride,200 ch,hdi,boîte,6 rapports

12:03 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peugeot, 508, rxh, test, essai, longue distance, italie, voyage, diesel, hybride, 200 ch, hdi, boîte, 6 rapports | | |

Chevrolet,logo,sigle,insigne,noeud papillon,anniversaire,centenaire,100 ans,

Le nœud papillon, emblème de Chevrolet célèbre dans le monde entier, fête son centenaire cette année avec 25 lancements de produits. Le logo va ainsi pouvoir continuer à «tailler la route», «find new roads» comme le dit le slogan de la marque, même si ses origines continuent à demeurer mystérieuses. C’est en 1913 que William C. Durant, le cofondateur de Chevrolet, appose pour la première fois l’emblématique nœud papillon Chevrolet sur la Chevrolet H-2 Royal Mail 1914 et la Baby Grand H-4, en le centrant sur l’avant des deux modèles.

Mais même âgé de 100 ans, le nœud papillon garde sa part de mystère, puisque ses origines restent incertaines. On prétend aussi bien que le logo a été inspiré à Durant par un motif de papier peint vu dans un hôtel parisien, que par un encart publicitaire paru dans un journal qu'il a vu lors de vacances à Hot Springs, en Virginie. La femme et la fille de Durant ont quant à elle chacune leur version de l’histoire. Selon Margery Durant, qui a publié en 1929 un livre de souvenir intitulé My Father, Durant griffonnait parfois des logos sur les nappes en papier des restaurants où il dinait. «Je pense que c'est un soir, entre le potage et le poulet, qu'il a esquissé le dessin que toutes les Chevrolet arborent jusqu’à présent,» écrivait-elle.

Mais dans une interview de 1968, la veuve de Durant, Catherine, affirmait que le dessin du nœud papillon était lors d’un séjour à Hot Springs en 1912. En lisant son journal dans la chambre d'hôtel, Durant a remarqué un motif et se serait exclamé: «Je pense que cela ferait un très bon emblème pour Chevrolet.» Malheureusement, Mme Durant n’a jamais précisé à quoi ressemblait ce motif, ni comment il aurait été exploité.

Ce détail a éveillé la curiosité de Ken Kaufmann, historien et journaliste au magazine The Chevrolet Review, qui a voulu vérifier l’information. Dans le numéro du 12 novembre 1911 du journal The Constitution publié à Atlanta, il a retrouvé une publicité pour The Southern Compressed Coal Company qui vantait le Coalettes, un fuel liquide destiné au chauffage. Le logo du Coalettes était un nœud papillon penché très semblable à la forme qui deviendrait bientôt le symbole de Chevrolet.

Etait-ce ce logo – ou un très proche – qui figurait dans une publicité qu’allaient voir l’année suivante William Durant et son épouse, quelques états plus au nord ? La date du journal ne fait qu’ajouter de l’huile sur le feu, puisque la création officielle de Chevrolet Motor Company n’allait intervenir que neuf jours après. La première publicité utilisant le nœud papillon de Chevrolet parut dans l'édition du 2 octobre 1913 du Washington Post avec la mention: «Exigez ce logo» au-dessus de l’emblème.

12:59 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Histoire, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chevrolet, logo, sigle, insigne, noeud papillon, anniversaire, centenaire, 100 ans | | |

Skoda,Rapid,Spaceback,octobre,2013,nouveau,modèle,inédit,gamme,tchèque,TDI,TSI,essence,diesel

ŠKODA renforce sa présence dans le segment des voitures compactes en enrichissant sa gamme d’un nouveau modèle, la Rapid Spaceback. Dotée d’un design dynamique et rafraîchissant, la Spaceback s’adresse directement à une clientèle jeune. Fidèle à la tradition de la marque tchèque, cette nouvelle venue offre de l’espace à profusion, une flopée de solutions, ce qui se fait de mieux en matière de sécurité, des possibilités de personnalisation intéressantes, une consommation modérée et un rapport qualité/prix imbattable. Dévoilée à l’occasion de l’édition de cette année du Salon de Francfort (IAA), la Rapid Spaceback sera commercialisée en Europe dès le mois d’octobre 2013.

Skoda,Rapid,Spaceback,octobre,2013,nouveau,modèle,inédit,gamme,tchèque,TDI,TSI,essence,diesel

La personnalisation n’a pas été négligée. L’un des atouts indéniables de la nouvelle Rapid Spaceback est son grand toit panoramique en verre, disponible en option. L’élément vitré, teinté, va du pare-brise à la lunette arrière et donne aux occupants l’impression d’être à ciel ouvert. La lunette arrière «allongée» (également optionnelle) combinable avec le toit panoramique ajoute une touche esthétique inédite. Cette variante de la lucarne arrière présente une surface vitrée teintée prolongée de 10 cm environ dans le bas du hayon. En conjonction avec le toit panoramique, il en résulte ainsi une surface vitrée teintée qui s’étend du pare-brise au bas du hayon. Un spoiler noir monté sur le bord supérieur du hayon renforce encore la qualité dynamique perçue.

Skoda,Rapid,Spaceback,octobre,2013,nouveau,modèle,inédit,gamme,tchèque,TDI,TSI,essence,diesel

L’habitacle se veut des plus séduisants avec son volant sportif à trois branches, ses garnitures élégantes et ses revêtements de siège aux motifs jeunes. Comme de coutume chez ŠKODA, l’habitacle offre de l’espace à profusion: même si le nouveau modèle affiche une longueur totale inférieure de presque 18 cm à celle de la version berline, l’espace dévolu aux occupants est identique à celui de sa grande sœur. La Rapid Spaceback se signale par un dégagement au niveau des genoux (64 mm) et une garde au toit aux places arrière (980 mm) inégalés dans son segment. Le volume du coffre est lui aussi parmi les plus élevés du segment avec des valeurs comprises entre 415 l et 1.380 l (dossiers de la banquette arrière rabattus).

Skoda,Rapid,Spaceback,octobre,2013,nouveau,modèle,inédit,gamme,tchèque,TDI,TSI,essence,diesel

En Europe, la nouvelle ŠKODA Rapid Spaceback sera disponible avec quatre moteurs à essence et deux diesels. Ces moteurs modernes développent entre 75 et 122 ch. Le 1.6 TDI de 90 ch fera son apparition dans la série Rapid sous le capot de la Rapid Spaceback. La déclinaison GreenLine de la Rapid Spaceback, dotée de cette motorisation, affiche une consommation moyenne de 3,8 l/100 km et des émissions de CO2 de 99 g/km.

Skoda,Rapid,Spaceback,octobre,2013,nouveau,modèle,inédit,gamme,tchèque,TDI,TSI,essence,diesel

21:56 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : skoda, rapid, spaceback, octobre, 2013, nouveau, modèle, inédit, gamme, tchèque, tdi, tsi, essence, diesel | | |

autonews,août,2013,an260,mensuel,revue,magazine,auto,rallye,essais,test,industrie,interview,José,Close,futures,wrc,r5,ypres,belgique

En sport auto, l'été est tout sauf une période de vacances… A peine le Rallye de Sardaigne était-il terminé, avec pour Thierry Neuville une magnifique deuxième place très prometteuse pour l'avenir, que le pilote Ford se retrouvait à Ypres pour faire la promo de la nouvelle Fiesta R5 face à la Peugeot 208. De la performance de Thierry en Italie et de ces nouvelles R5, vous saurez évidemment tout. Même leurs chronos! À Ypres, il y avait aussi un rallye. Et quel rallye! Magistral, Freddy Loix y a signé sa 8ème victoire dans la Cité des Chats. Et la 5ème de la saison déjà en Championnat de Belgique. De ce championnat, et de son avenir avec l'éventuel bannissement des WRC, nous vous parlerons également.

Entretemps, nous avons eu le temps de vous proposer ce mois-ci une interview de Michel Nandan, le Team Principal de Hyundai, très occupé avec le lancement du programme WRC. Mais aussi une visite dans le Var des installations de Philippe Gache, le touche-à-tout génial du sport auto.

En marge des 24 Heures de Spa, dont vous retrouverez la présentation avec les principales forces en présence, nous vous proposons également une interview d'un pilote ayant marqué l'histoire de l'épreuve, José Close.

Et aux côtés de nos traditionnelles rubriques et présentations de nouveaux modèles, avec ce mois-ci notamment les musclées Audi RS7, Kia ProCee'd GT, Lotus Exige S et Mercedes CLA 250, vous retrouverez aussi les reportages sur d'autres épreuves programmées traditionnellement en été: les 24 Heures du Mans ou encore les 25 Heures Be Trophy de Francorchamps.

Bonne lecture. Et profitez bien du soleil tant qu'il y en a! (V. Marique)

18:17 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit, Essai, Industrie, Littérature, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : autonews, août, 2013, an260, mensuel, revue, magazine, auto, rallye, essais, test, industrie, interview, josé, close, futures, wrc, r5, ypres, belgique | | |