supertourisme,endurance,course,24 heures de spa,spa,24hours,francorchamps,Honda,Accord,2.0,fisa,abandon,#5,#6,Benson&Hedges,VZM,Dechavanne,Vosse,Verellen,Piper,De Radiguès,Patrick,Snijers,rallymen

Didier de Radiguès, Patrick Snijers et Christophe Dechavanne s'alignaient sur la Honda Accord n°5 lors des ces 24 Heures de Spa-Francorchamps 1996. Didier fut le dernier à concéder un tour aux BMW, samedi, en fin d'après-midi.

supertourisme,endurance,course,24 heures de spa,spa,24hours,francorchamps,Honda,Accord,2.0,fisa,abandon,#5,#6,Benson&Hedges,VZM,Dechavanne,Vosse,Verellen,Piper,De Radiguès,Patrick,Snijers,rallymen

Et pendant toute la première partie de la soirée, la monture couvée par l'équipe VZM croisa le fer avec l'Opel Vectra, bataillant ferme pour la troisième puis la deuxième place. Mais lentement, la Honda #5 commença à perdre du terrain.

supertourisme,endurance,course,24 heures de spa,spa,24hours,francorchamps,Honda,Accord,2.0,fisa,abandon,#5,#6,Benson&Hedges,VZM,Dechavanne,Vosse,Verellen,Piper,De Radiguès,Patrick,Snijers,rallymen

L'Accord allait traverser la nuit vaillamment avant d'expirer brutalement au petit matin. A 6h31, la belle Japonaise devait en rester là, joint de culasse hors d'usage.

supertourisme,endurance,course,24 heures de spa,spa,24hours,francorchamps,Honda,Accord,2.0,fisa,abandon,#5,#6,Benson&Hedges,VZM,Dechavanne,Vosse,Verellen,Piper,De Radiguès,Patrick,Snijers,rallymen

Sur l'autre voiture du team, Vincent Vosse, Philip Verellen et Richard Piper ont entamé la course sur un rythme prudent. Après le remplacement de la courroie de l'alternateur en début de soirée, Vincent sortait de la piste aux alentours de minuit suite au bris d'un boulon de fixation du bras de suspension. Il était 00h13 lorsque son retrait fut officialisé.

supertourisme,endurance,course,24 heures de spa,spa,24hours,francorchamps,Honda,Accord,2.0,fisa,abandon,#5,#6,Benson&Hedges,VZM,Dechavanne,Vosse,Verellen,Piper,De Radiguès,Patrick,Snijers,rallymen

Audi,A0,citadine,urbaine,100%,électrique,essence,turbo,futur,next,projet,allemand,2015,mini,entrée,gamme,prix,

Audi travaillerait actuellement sur sa propre version de la Volkswagen Up! pour une arrivée sur le marché dès 2015. Et si cette nouvelle voiture d'entrée de gamme devait obtenir le feu vert du conseil d'administration, elle partagerait la plupart de sa technologie avec les Up!, SEAT Mii et Skoda Citigo tout en ajoutant un look distinctif et un intérieur plus haut de gamme. Actuellement, ce trio de citadines utilise la plateforme Small Family (NSF) et est assemblé à l'usine de Bratislava, en Slovaquie. La nouvelle Audi - qui serait positionnée en dessous de l'A1 et pourrait être badgée A0 - utiliserait la même plate-forme et pourrait être assemblée sur la même ligne de production. Mais pour assurer le tarif Audi qui devrait aller avec, elle aura droit à son propre caractère. Celui-ci passera par des phares LED, la calandre trapézoïdale typique de la marque Audi et une gamme complète de jantes en alliage. L'intérieur serait également axé haut de gamme avec un système d'infodivertissement mieux intégré ou encore du cuir largement répandu. L'Audi arriverait avec le moteur 109 chevaux à essence 1.0 TSI vu dans la Up! GT Concept. En outre, la baby Audi pourrait disposer d'un groupe motopropulseur entièrement électrique tiré de la E-Up! (d'où l'absence de sorties d'échappement sur les illustrations d'Auto Express).

Audi,A0,citadine,urbaine,100%,électrique,essence,turbo,futur,next,projet,allemand,2015,mini,entrée,gamme,prix,

12:01 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : audi, a0, citadine, urbaine, 100%, électrique, essence, turbo, futur, next, projet, allemand, 2015, mini, entrée, gamme, prix | | |

Volkswagen,Tiguan,futur,next,2015,TSI,TDI,essence,diesel,2rm,4rm,haldex,DSG,manuelle,transmission,4x4,MQB,R

Il n'a jamais fait partie des véhicules que nous nous réjouissons de conduire. Pas franchement mauvais, mais sans réel talent, il nous a toujours laissé insensibles. Pour sa deuxième génération, qui n'arrivera pas avant 2015, VW reprend les même ingrédients à savoir une base de Golf et ses meilleurs atouts. Le Tiguan II utilisera logiquement la plateforme MQB décidément mise à toutes les sauces au sein du groupe Volkswagen. Grâce à cette dernière, le futur arrivant devrait gagner de l'espace habitable aux places arrière et du volume de coffre en suffisance. Deux griefs qui étaient souvent reprochés à la première mouture. Extérieurement, selon les illustrations de Auto Express, il gagne en caractère avec des lignes charpentées et des roues plus grandes. Les suspensions adaptatives propres à Volkswagen seront au menu au même titre qu'un choix entre deux ou quatre roues motrices. Ce dernier étant garanti par le nouveau système Haldex 5 utilisé par l'Audi S3 et la future Golf R. Du côté des motorisations, les options s'apparenteront à celles de la Golf à savoir 1.2, 1.4 & 2.0 TSI essence et 1.6 et 2.0 TDI. Le poids en baisse, le système Start & stop et une nouvelle DSG à 10 rapports devraient réduire les consommations. Quant à un éventuel Tiguan R, rien n'est encore décidé.

Volkswagen,Tiguan,futur,next,2015,TSI,TDI,essence,diesel,2rm,4rm,haldex,DSG,manuelle,transmission,4x4,MQB,R

16:16 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : volkswagen, tiguan, futur, next, 2015, tsi, tdi, essence, diesel, 2rm, 4rm, haldex, dsg, manuelle, transmission, 4x4, mqb, r | | |

Nissan,BladeGlider,prototype,salon,tokyo,concept car,étude de style,japonais,2013,electrique,

Il fut un temps où le Salon de Tokyo était toujours synonyme d'engins totalement délirants étant nés de l'imagination foisonnante des ingénieurs nippons. A l'arrivée, il s'agissait plus de délires d'adolescents que de véritables idées destinées aux futures voiture des production. Mais les différentes crises traversées par le secteur automobile dans la première décennie des années 2000 a mis fin à ses joyeux débordements. Alors quelle ne fut pas notre surprise de découvrir la Nissan BladeGlider, une étude de style qui sera présentée à la manifestation Tokyoïte (du 22/11 au 01/12).

Nissan,BladeGlider,prototype,salon,tokyo,concept car,étude de style,japonais,2013,electrique,

Avec son avant beaucoup plus étroit que l'arrière, ce concept ne ressemble à rien de connu, hormis aux deux voitures de course expérimentales, les Deltawing et ZEOD RC, engagées aux 24 Heures du Mans. Deux projets dans lesquels le constructeur japonais s'est investi, mais qui n'avaient pas vocation à sortir des circuits. Avec la BladeGlider, le discours diffère. Cette fois, Nissan évoque une entrée en production, en mettant l'accent sur l'innovation. Sans préciser, toutefois, à quel point le modèle de série sera proche de cette étude.

Nissan,BladeGlider,prototype,salon,tokyo,concept car,étude de style,japonais,2013,electrique,

Le capot pointu comme sur une monoplace et le siège conducteur placé en position centrale doivent procurer une expérience promet pourtant d'être grisante. Deux passagers, placés côte à côte à l'arrière, pourront même envisager de la partager. Pour justifier la silhouette déconcertante de son étude de style, la marque nipponne évoque aussi des qualités aérodynamiques: la traînée serait réduite et l'appui accru, ce qui autoriserait une belle vitesse de pointe et une efficacité en courbe peu courante.

Nissan,BladeGlider,prototype,salon,tokyo,concept car,étude de style,japonais,2013,electrique,

Histoire de pousser la parenté avec le prototype d'endurance ZEOD RC au maximum, Nissan a aussi opté pour l'énergie électrique afin d'animer cette BladeGlider. En l'occurrence, ce sont deux moteurs qui sont implantés dans les roues arrière. Aucun bloc thermique n'est mentionné, mais il est peu probable que l'éventuel modèle de série s'en dispense totalement si la marque veut éviter une diffusion trop confidentielle.

Nissan,BladeGlider,prototype,salon,tokyo,concept car,étude de style,japonais,2013,electrique,

15:51 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nissan, bladeglider, prototype, salon, tokyo, concept car, étude de style, japonais, 2013, electrique | | |

Audi,WEC,champion,Shanghai,Chine,6 Heures,6 Hours,e-tron,quattro,Toyota,TS010,hybrid,endurance,course,track,piste,baguette,Oak,Racing,Motorsport,championnat,monde

Ils ne partaient guère favoris de ces 6 Heures de Shanghai chez Audi. La faute à un circuit privilégiant la technologie des deux Toyota TS010. "Ce tracé sinueux ne convient guère à nos R18 e-tron quattro expliquait Loïc Duval avant la course. Nous ne pouvons utiliser l'énergie de notre système hybride aussi librement que nos adversaires." Le système hybride de l'Audi étant branché sur l'essieu avant, il ne peut restituer l'énergie emmagasinée qu'à partir de 120 km/h, une valeur bien supérieure à la vitesse de passage de six des virages constituant le tracé chinois. Et le déroulement du week-end a donné raison à ce raisonnement jusqu'à quelques tours du drapeau à damiers. Aux qualifications, Toyota avait réussi la pole position avec un chrono de 1.48.013. La TS030 HYBRID #7 avait devancé de 89 millièmes l’Audi R18 e-tron quattro #1 pilotée pour l’occasion par Marcel Fässler et Benoît Tréluyer.

Audi,WEC,champion,Shanghai,Chine,6 Heures,6 Hours,e-tron,quattro,Toyota,TS010,hybrid,endurance,course,track,piste,baguette,Oak,Racing,Motorsport,championnat,monde

En course, les deux Toyota se sont rapidement échappées et tout le monde pensait que la marque japonaise allait enfin signer sa première vraie victoire en 2013 après la parodie de course que nous avions connu à Fuji. Las, le chat noir est revenu, dans le camp nippon, à 1h20 de la fin pour la #8, pilotée alors par Anthony Davidson, lorsque le Britannique a dû rentrer précipitamment pour un problème de suspension avant.

Audi,WEC,champion,Shanghai,Chine,6 Heures,6 Hours,e-tron,quattro,Toyota,TS010,hybrid,endurance,course,track,piste,baguette,Oak,Racing,Motorsport,championnat,monde

Tous les espoirs se sont alors reportés sur la voiture sœur qui n’a pas ménagé ses efforts avec un Nicolas Lapierre pour le moins incisif. Mais lorsque son équipier Wurz s'est fait doubler par l'Audi de Tréluyer à quelques tours de l'arrivée, tout le monde a compris que les pneus de la Toyota étaient à l'agonie. A l’arrivée, l’écart entre la #1 et la #7 est de 15 secondes. Les autos de pointe n’ont pas été épargnées par les crevaisons (débris sur la piste), notamment la #1 en début de course qui a par la suite tenté un double relais (Lotterer) avec ses gommes, mais en vain. La stratégie pneumatique a joué un rôle essentiel à Shanghai et Audi a donc signé son sixième succès en sept course!

Audi,WEC,champion,Shanghai,Chine,6 Heures,6 Hours,e-tron,quattro,Toyota,TS010,hybrid,endurance,course,track,piste,baguette,Oak,Racing,Motorsport,championnat,monde

Quant à la #2, l’Audi R18 e-tron quattro de Loïc Duval, Tom Kristensen et Allan McNish n’a jamais assurer la course en tête mais il faut dire que la troisième place finale assure la couronne mondiale au trio. Loïc Duval est le troisième français Champion du Monde FIA cette année après Yvan Muller et Sébastien Ogier. Allan McNish décroche enfin un titre mondial et Tom Kristensen assoit un peu plus son statut de légende vivante de l’Endurance trente ans après le titre de Jacky Ickx. La victoire décrochée aux 24 Heures du Mans a beaucoup pesé dans la balance et le trio arrivera avec le titre mondial en poche à Bahrain dans trois semaines.

Audi,WEC,champion,Shanghai,Chine,6 Heures,6 Hours,e-tron,quattro,Toyota,TS010,hybrid,endurance,course,track,piste,baguette,Oak,Racing,Motorsport,championnat,monde

En LMP2, le G-Drive Racing n’a pas connu une course facile, le OAK Racing ayant mené la vie dure à l’équipage de l'Oreca 03 #26. Mais une fois de plus, John Martin, Roman Rusinov et Mike Conway ont fait parler la poudre en décrochant une troisième victoire de la saison. Il aura manqué 34 secondes à Olivier Pla, Alex Brundle et David Heinemeie-Hansson. En terminant troisièmes de classe sur la Morgan OAK Racing #35, notre compatriote Bertrand Baguette et ses équipiers Ricardo Gonzalez et Martin Plowman ont récupéré de gros points dans l’optique du titre.

Audi,WEC,champion,Shanghai,Chine,6 Heures,6 Hours,e-tron,quattro,Toyota,TS010,hybrid,endurance,course,track,piste,baguette,Oak,Racing,Motorsport,championnat,monde

En GT, malgré une Balance de Performance (BoP) moins favorable depuis Le Mans, les Aston Martin Vantage GTE sont toujours bien au rendez-vous avec un doublé à la clé. Sur la #97, Darren Turner et Stefan Mücke n’ont guère été inquiétés même si la #99 de Senna/Stanaway/Lamy n’a terminé qu’à 568 millièmes. Une fois de plus les Aston Martin ont maté la concurrence, à commencer par les Ferrari F458 Italia/AF Corse. En partant de la troisième ligne, Bruni/Fisichella savaient qu’il ne faudrait rien lâcher et ils terminent finalement à quatrième place ce qui leur fait perdre la tête du championnat au profit des vainqueurs du jour. La Porsche 991 RSR #92 pilotée par Bergmeister/Pilet a terminé troisième de la catégorie. Rendez-vous dans trois semaines à Bahrain pour connaître les champions du monde en LMP2 et GTE PRO.

Audi,WEC,champion,Shanghai,Chine,6 Heures,6 Hours,e-tron,quattro,Toyota,TS010,hybrid,endurance,course,track,piste,baguette,Oak,Racing,Motorsport,championnat,monde

20:40 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : audi, wec, champion, shanghai, chine, 6 heures, 6 hours, e-tron, quattro, toyota, ts010, hybrid, endurance, course, track, piste, baguette, oak, racing, motorsport, championnat, monde | | |