beau,livre,cadeau,fin,énnée,bibliothèque,racing team vds,histoire,sans,claude,yvens,christophe-antoine,gaascht,benoît,deliège,texte,illustrations,photos

Après l’Equipe Nationale Belge (quasiment sold-out…), Claude Yvens et Christophe-Antoine Gaascht se sont penchés sur une autre équipe glorieuse du sport automobile belge: le Racing Team VDS. Entre 1965 et 1985, Rodolphe van der Straten-Ponthoz et ses troupes ont sillonné presque tous les continents (à l’exception de l’Asie) et porté haut une certaine idée du sport automobile, faite de défis et de sportivité.

beau,livre,cadeau,fin,énnée,bibliothèque,racing team vds,histoire,sans,claude,yvens,christophe-antoine,gaascht,benoît,deliège,texte,illustrations,photos

Autant le dire tout de suite: le rêve original du Comte (gagner les 24 heures du Mans… et les regagner) ne s’est jamais réalisé. Mais il sut s’adapter aux circonstances et trouver les séries internationales où il pouvait combiner son envie de victoires et sa volonté de relever les défis technologiques de plus en plus poussés… sans jamais avoir recours au moindre sponsor. Dans ce sens, la progression du Racing Team VDS fut logique dans les années 60, erratique au début des années 70 et constante jusqu’en 1984.

beau,livre,cadeau,fin,énnée,bibliothèque,racing team vds,histoire,sans,claude,yvens,christophe-antoine,gaascht,benoît,deliège,texte,illustrations,photos

Première époque

Débutant par le Championnat de Belgique des circuits, le Comte emmena rapidement ses troupes vers le Championnat d’Europe de tourisme puis vers le Championnat du Monde. Chaque palier l’obligeait à se séparer des pilotes moins rapides et à en recruter d’autres. De cette époque, il n’en resta qu’un, Teddy Pilette, dont le talent ne suffit pourtant pas à conquérir les titres dont rêvait le Comte. A la fin des années 60, Le Mans ne pouvait échapper à un grand constructeur. C’est presque à regret que Rodolphe van der Straten-Ponthoz tourna le dos à Alfa-Romeo d’abord et aux sport-prototypes ensuite, non sans avoir remporté plusieurs victoires.

beau,livre,cadeau,fin,énnée,bibliothèque,racing team vds,histoire,sans,claude,yvens,christophe-antoine,gaascht,benoît,deliège,texte,illustrations,photos

Deuxième époque

Au départ, le Comte ne rêvait pas de monoplace, Teddy Pilette oui. En 1971, le Comte tente une aventure sans lendemain en Interserie avec des McLaren, mais accède aussi au souhait de Pilette en achetant sa première McLaren F5000. Deux années difficiles vont suivre, et il faudra attendre mai 1973 pour voir Teddy Pilette remporter une course F5000 à Oulton Park au volant d’une Chevron B24. A partir de ce moment, VDS devient une équipe qui compte : Pilette devient Champion d’Europe 1973, Peter Gethin rejoint le team et devient vice-champion en 1974 et Pilette triomphe à nouveau en 1975. Avec la victoire de Gethin en Tasman Series en 1974, le palmarès est impressionnant, mais il y a une ombre au tableau : le Racing Team VDS n’a pas reçu en Belgique la reconnaissance qu’il mérite. Le Comte fait désormais courir son équipe sous licence britannique.

beau,livre,cadeau,fin,énnée,bibliothèque,racing team vds,histoire,sans,claude,yvens,christophe-antoine,gaascht,benoît,deliège,texte,illustrations,photos

Troisième époque

La déliquescence annoncée de la F5000 européenne incite le Comte à émigrer vers les Etats-Unis. Une année de F5000 pour apprendre (et au terme de laquelle Pilette quitte le team), puis VDS Racing (c’est son nouveau nom) devient un des piliers du nouveau championnat CanAm. Peter Gethin, Warwick Brown, Geoff Brabham, Al Holbert et Geoff Lees (avec un court intérim de Patrick Tambay) se battront toujours aux avant-postes, jusqu’au triomphe final de Geoff Brabham en 1981. Ce titre a pour le Comte une saveur toute particulière : féru de mécanique au point de fabriquer lui-même des modèles réduits de moteurs, il vient de faire gagner une voiture portant son nom et conçue avec les plus fins techniciens du moment aux Etats-Unis (le motoriste Franz Weis, ex-Chaparral, l’aérodynamicien Tony Cicale…).

beau,livre,cadeau,fin,énnée,bibliothèque,racing team vds,histoire,sans,claude,yvens,christophe-antoine,gaascht,benoît,deliège,texte,illustrations,photos

Toutefois, la série CanAm s’essouffle en 1982 et le Comte décide de passer en Indycar. Là aussi, une année d’apprentissage (ponctuée tout de même par une victoire) précède la décision de construire sa propre voiture. Mais la VDS-Penske de 1984 est une véritable catastrophe, et la saison du VDS Racing s’arrête après trois meetings.

Comme le Phénix

L’aventure ne s’arrête pourtant pas là. Quatre fois, au moins, le nom de van der Straten va refaire parler de lui dans le sport moteur:

  • Rodolphe van der Straten a fondé VDS Engines en 1981 avec Franz Weis, faisant remporter 108 victoires en Indycar et quatre éditions des 500 Miles d’Indianapolis à ses clients.
  • En 1991, le Comte répond à l’appel de Jim Hall pour lancer une nouvelle équipe Hall-VDS en Indycar. L’équipe survivra au décès du Comte Rodolphe van der Straten le 8 avril 1992 et courra jusqu’en 1994.
  • Le Marc VDS Racing Team, fondé par un des fils de Rodolphe, a remporté victoires et titres tant en en endurance (Blanpain Endurance Series principalement) qu’en Moto2 (Champion du Monde 2014 avec Tito Rabat).
  • VDS Racing Adventures, créé par Raphaël van der Straten-Ponthoz en 2000, perpétue la tradition familiale sur plusieurs continents, principalement dans les courses d’endurance, et a même fait développer sa propre voiture, une GT cette fois…

beau,livre,cadeau,fin,énnée,bibliothèque,racing team vds,histoire,sans,claude,yvens,christophe-antoine,gaascht,benoît,deliège,texte,illustrations,photos

Le livre

Comme c’est devenu une (bonne) habitude chez Benoit Deliège Editions, l’ouvrage consacré à l’aventure VDS est richement illustré : plus de 400 photos et de nombreuses illustrations issues du pinceau talentueux de Benoît Deliège lui-même. L’éditeur se réjouit particulièrement de l’accueil enthousiaste qu’il a reçu chez les plus grands photographes nord-américains et australiens, dont les clichés feront découvrir à l’amateur européen des aspects tout à fait insoupçonnés de la course automobile sur d’autres continents.

Claude Yvens et Christophe-Antoine Gaascht, les deux auteurs, ont par ailleurs passé plus de deux ans à fouiller archives et magazines avant de contacter tous les survivants de l’aventure. Le résultat est, comme d’habitude, fouillé et riche tout en restant très fluide. Derrière les faits de course se cachent des histoires humaines passionnantes ou amusantes que la plume alerte des auteurs rend agréables à découvrir.

beau,livre,cadeau,fin,énnée,bibliothèque,racing team vds,histoire,sans,claude,yvens,christophe-antoine,gaascht,benoît,deliège,texte,illustrations,photos

L'avis du Rédacteur de l'Automobile

C'est un superbe ouvrage, concocté par ce trio magique et qui déborde de photos d'époques comme nous les aimons. Il s'agit également d'un véritable travail d'orfèvre quant à la précision et la compilation des résultats de l'écurie légendaire. L'œuvre de Rodolphe van der Straten Ponthoz est décrite, année après année, avec une course et un circuit plus particulièrement mis en évidence. La qualité des illustrations est assez impressionnante et les documents en noir et blanc nous plongent véritablement dans cette belle époque tandis que les illustrations en couleur de Benoît Deliège apportent une touche contemporaine à l'ensemble. Des objets (affiches, brassards, lettres de remerciements) ajoutent un caractère authentique à l'ouvrage. Et même si nous sommes amateurs d'endurance, toute la période monoplace n'en demeure pas moins intéressante. Vous l'aurez compris, ce livre doit absolument figurer dans la bibliothèque de tout amateur de sport automobile belge parce qu'il s'agit de l'histoire nationale de ce sport. Bravo également aux auteurs qui nous gratifient d'un style et d'une orthographe irréprochables, deux qualités devenues rares dans un monde où n'importe qui se croit obligé d'écrire n'importe quoi à propos de tout et de rien...

beau,livre,cadeau,fin,énnée,bibliothèque,racing team vds,histoire,sans,claude,yvens,christophe-antoine,gaascht,benoît,deliège,texte,illustrations,photos

Fiche technique

264 pages

Format 26x28cm

Plus de 400 photos, illustrations et document exceptionnels

Texte Français & Anglais

2000 exemplaires

Ecrit par Claude Yvens et Christophe Gaascht

Mis en page et illustré par Benoit Deliège

Prix public : 60 euros

Disponible sur le site : http://www.benoitdeliege.be

beau,livre,cadeau,fin,énnée,bibliothèque,racing team vds,histoire,sans,claude,yvens,christophe-antoine,gaascht,benoît,deliège,texte,illustrations,photos

mercedes,G-Code,concept,étude,style,prototype,4x4,SUV,coupé,compact,futur,next,chine,

Mercedes vient d'ouvrir un centre de recherche et développement à Pékin et pour fêter cela, les responsables de la marque ont levé le voile sur un concept de SUV compact. Sous sa peau grise, habillée d'une peinture intégrant des éléments photovoltaïques, nous découvrons une improbable combinaison entre un moteur thermique, carburant à l'hydrogène, et un train arrière électrique alimenté par une batterie rechargeable sur secteur.

mercedes,G-Code,concept,étude,style,prototype,4x4,SUV,coupé,compact,futur,next,chine,

Les portes à ouverture antagoniste et la coque, dépourvue de pied milieu, relèvent également de la science-fiction. Mais l'étude n'est pas dépourvue d'un certain réalisme pour autant.

mercedes,G-Code,concept,étude,style,prototype,4x4,SUV,coupé,compact,futur,next,chine,

Son format de 4,10 m et le G du patronyme G-Code anticipent l'arrivée d'un baroudeur compact et sportif, qui pourrait se nommer GLA Coupé. Quant à la poupe fuyante, elle contient des éléments évoquant les GLE et GLC Coupé, plus grands, mais programmés pour 2015 déjà.

mercedes,G-Code,concept,étude,style,prototype,4x4,SUV,coupé,compact,futur,next,chine,

En revanche, quantité de gadgets comme les sièges aux ceintures à cinq points et le volant, à mi-chemin entre aviation et Formule 1, n'ont aucun rapport avec les SUV actuels. Ne comptez pas retrouver des amortisseurs récupérant de l'énergie cinétique, des feux LED qui ne se déploient que quand ils sont allumés, ou une génération d'électricité statique via le frottement de l'air sur la carrosserie en série de sitôt.

mercedes,G-Code,concept,étude,style,prototype,4x4,SUV,coupé,compact,futur,next,chine,

15:14 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mercedes, g-code, concept, étude, style, prototype, 4x4, suv, coupé, compact, futur, next, chine | | |

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Elle boit et elle gueule mais vous allez tout lui pardonner

Quelle ligne! Ce coupé Jaguar est une beauté absolue. Il n’y a rien à jeter. Quel que soit l’angle, il se révèle réussi et nous sort de la banalité des coupés allemands qui ne se renouvellent guère. Avec un 3.0 V6 sous le capot et un habitacle très bien dessiné, le F-Type possède tous les atouts pour séduire. Ou presque.

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

En bon Anglais qui se respecte, le Jaguar F-Type se distingue du commun des mortels par de petits détails mais aussi par un dessin des plus réussis. Son long capot, ses arches de roues voluptueuses et son postérieur joliment rebondi le rendent irrésistible et même la teinte grise de notre exemplaire d’essai ne nous a pas aidé à passer inaperçus. La rareté des exemplaires croisés en Wallonie, qu’ils soient coupé ou cabriolet, le rendent d’autant plus désirable.

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Mise en scène

Pour pénétrer dans le F-Type, vous appuyez sur le petit bouton de la poignée et celle-ci, siglée Jaguar, sort de son logement pour que vous puissiez l’utiliser. Vous vous installez dans les jolis baquets et pouvez alors contempler la planche de bord. L’atmosphère est des plus exclusives. Le ciel de toit est recouvert de noir mais vous pouvez le faire glisser pour profiter d’un toit panoramique. La lumière envahit l’habitacle et vous permet alors de mieux détailler les petites touches originales.

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Le cuir est omniprésent, les boutons et les commandes se partagent entre éléments propres au coupé et d’autres, déjà vus dans les berlines de la marque. La console centrale regroupe l’écran du GPS et les commandes multimédia. Sous celui-ci, les trois commodos réglant l’airco. Alors que le pommeau de vitesse a disparu sur les dernières productions de la marque, il est ici bien présent pour animer la boîte automatique. A côté de celui-ci, un petit levier vous permet de choisir votre mode de conduite entre pluie/neige, normal et race. En optant pour ce dernier, vous déclenchez le surround en ouvrant largement les papillons de l’échappement actif. Enfin, il est encore possible de désactiver l’ESP, de supprimer le stop&start ou encore de relever l’aileron même à faible vitesse. Voilà de quoi nous donner l’envie de démarrer sans tarder.

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Explosion des sens

Vous appuyez sur le bouton Start, doré, et… les aérateurs centraux sortent du haut de la planche de bord. Pardon, ce n’est pas cela le plus impressionnant. Mais plutôt le V6 qui donne de la voix en rugissant instantanément. Impossible de démarrer votre F-Type sans le faire savoir à tout le voisinage. Les m’as-tu vu vont apprécier. Une fois le levier de vitesse en position D, vous démarrez sur un filet de gaz. On se sent bien à bord. Devant vous le long capot et ses branchies noires participent à la dramatisation de la scène comme disent les anglophones. Vous appuyez sur la pédale de droite une fois la voie libre et là, c’est un pur bonheur. Les 6 cylindres chantent à tue-tête et c’est l’extase. L’aileron arrière apparait dans votre rétroviseur, vous réduisant encore la visibilité vers l’arrière. Mais qu’importe. A ces allures-là, plus personne ne suit.

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Vous profitez de la moindre occasion pour faire hurler le moteur et pourtant, vous n’avez pas encore enclenché le mode dynamique. Allez, soyez fous! Wouaw, une nouvelle dimension s’ouvre à vous. Le caractère du F-Type est hallucinant. Le moteur gronde sourdement, les commandes se font plus fermes, plus précises, le contrôle de stabilité se veut plus permissif et les échappements libérés vous ouvrent la voie! Les automobilistes et leurs « déplaçoirs » s’écartent promptement. Il faut dire que les rugissements du V6 et les blop-blop au lever de pied jouent pleinement leur rôle. A la limite, la bande-son est plus impressionnante que la poussée en elle-même.

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

380 chevaux de feu

Mais ce n’est qu’une impression. Parce que le F-Type pousse fort et signe des chronos hallucinants en accélérations comme en reprises. Rien ne lui résiste. Certes, la boîte automatique à huit rapports n’est pas aussi vive que les meilleures productions allemandes mais elle colle bien avec le caractère de l’engin, plus GT que sportive. Il y a l’encombrement qui n’aide pas à vous mettre en confiance sur les routes de campagne où se croiser peut poser problème et nous ne vous parlons pas du poids. A 1600 kg, le coupé anglais n’est pas une ballerine mais elle profite d’une structure en aluminium tandis que les panneaux latéraux emboutis en une seule pièce sont produits sur la plus grande presse d’Europe!

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

C’est donc sur des nationales bien dégagées et aux courbes régulières que vous apprécierez le plus votre acquisition. Là, le F-Type se révèle impérial. Les suspensions raffermies, le différentiel mécanique et la double triangulation aux quatre coins le collent à la route. Tant et si bien qu’il semble impossible de le faire décrocher sur route ouverte. Sur le sec. Parce que sous la pluie, il vous faudra être plus que circonspect. Ou totalement maître du jeu en déconnectant le contrôle de stabilité mais là, gaz à fond, les dérobades du train arrière à l’accélération sont vives. Même en ligne droite. Avec le pack Super Performance qui offre l’échappement Sport, vous avez également droit à des freins plus costauds avec des disques de 380 mm (contre 354 pour le simple V6).

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Des défauts? Bien sûr!

Vous l’aurez compris, nous sommes tombés sous le charme de cette belle Anglaise. Toutefois, nous lui avons trouvé quelques défauts. Certes le choix d’une simple deux places peut se comprendre. Mais les rangements dans l’habitacle sont vraiment trop peu nombreux et vous n’avez aucun espace pour glisser une veste ou un sac derrière les sièges. Le hayon, qui peut être automatisé, donne accès à un vaste coffre de 407 litres permettant de loger deux sacs de golf et une grosse valise, ce qui n’était pas le cas du roadster. Mais il y a cette gêne constante occasionnée par le bas de l’appuie-tête intégré qui scie littéralement le haut du dos! Et lorsque vous dépassez 1m85, pas moyen de modifier suffisamment la position de l’assise pour éviter ce gros défaut.

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Et puis il y a le chapitre de la consommation. Difficile d’avoir le pied léger avec cet engin. Vous tournerez systématiquement aux alentours des 12 l/100 voire beaucoup plus en libérant toute la cavalerie. Certes, nous profitons toujours au maximum des quelques jours durant lesquels nous pouvons goûter à ce genre de joli coupé mais même en tentant de rester calme sur une trentaine de kilomètres sur autoroute, la moyenne ne descend guère sous les 10 litres mais l’acheteur de pareil joyau s’en soucie-t-il? Pas sûr. Parce que la voiture telle que vous la voyez sur les photos est affichée à 100.000 euros tvac. Avec un prix d’appel, pour le F-Type S à 80.400 euros nous voilà au niveau d’une Porsche 911. Pour nous, il n’y a pas photo. L’Anglais est cent fois plus désirable. Ne fut-ce que par ses lignes inimitables, le son furieux de ses six cylindres ou encore son équipement complet en piochant dans le liste des options. Et si nous ajoutons qu’il est moins cher que sa version découvrable et sensiblement mieux finie, qu’attendez-vous pour craquer? (Photos: un grand merci à Jacques Letihon)

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Caractéristiques techniques F-Type S

Moteur                               essence, 6 cyl. en V

Cylindrée (alésage/course)   2995 cc (84,5 / 89 mm)

Puissance maxi                   380 ch à 6500 t/min

Couple maxi                        460 Nm de 3500 à 5000 t/min

Transmission                     propulsion; boîte auto 8 vitesses

                                          différentiel à glissement limité

Suspension av/arr.             Double triangulation

Freins avant                       disq. ventilés 380 mm, étriers 4 pistons

             arrière                    disq. ventilés 325 mm, étriers 2 pistons

Poids à vide                       1594 kg

Coffre                                 407 litres

Performances                     Top: 275 km/h. 0-100 km/h: 5"00

                                          Repr. 60-90 / 90-120 en D: 1"9 / 2"3

Consommat°: moy. du test 14,1 l/100 km. Réservoir: 72 l

Emissions                          213 g de CO2/km

Prix de base                     80.400 €

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Plus

Lignes de toute beauté

Châssis à la hauteur

Un V6 dopé comme un V8

Echappements ravageurs

Moins

Confort à faible vitesse

Espaces de rangement limités

Consommations exagérées

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

Jaguar,F-Type,S,coupé,test,essai,roadtest,english,2014,new,performance,prix,coût,photos,letihon,V6

14:09 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jaguar, f-type, s, coupé, test, essai, roadtest, english, 2014, new, performance, prix, coût, photos, letihon, v6 | | |

audi,A4,nouvelle,new,automne,2015,salon,francfort,essence,diesel,S4,RS4,berline,MLB,light,TDI,TFSI

La toute nouvelle Audi A4 a été espionnée dernièrement et le magazine AUTO Express en a tiré deux dessins qui devraient coller à ce que nous devrions découvrir à l'automne 2015. Appliquant à nouveau la politique du groupe en matière de style (aiguiser les angles sans tout révolutionner), cette nouvelle A4 utilisera une nouvelle plateforme et des mécaniques inédites. Extérieurement, les phares seront beaucoup plus fins qu'à l'heure actuelle grâce à la technologie LED. De quoi laisser davantage de place à la calandre et au bouclier très travaillé qui n'est pas sans rappeler la dernière Audi TT. Une A5 Sportback plus élancée est attendue en 2016.
En ce qui concerne la plate-forme, la nouvelle A4 se veut rebelle puisqu'elle n'utilisera pas le châssis MQB de la petite A3 et de la nouvelle VW Passat. Au lieu de cela, une nouvelle architecture évolutive est utilisée, nom de code MLB, qui sera également en service dans les futurs 4x4 VW et Porsche ainsi que dans les grands modèles. Cela signifie que la nouvelle A4 sera à la fois plus spacieuse et jusqu'à 100 kg plus légère que le modèle actuel.
Une nouvelle A4 2.0 TDI pourrait donc peser autour de 1400 kg soit 40 kg de moins qu'une Jaguar XE équivalente.
Dévoilée au Salon de Francfort en octobre 2015, l'A4 se déclinera rapidement en S4 et RS4. On ne sait pas encore si le 4.2 V8 sera conservé par la RS4 ou si elle adoptera à son tour le 3.0 V6 biturbo.

audi,A4,nouvelle,new,automne,2015,salon,francfort,essence,diesel,S4,RS4,berline,MLB,light,TDI,TFSI

11:23 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : audi, a4, nouvelle, new, automne, 2015, salon, francfort, essence, diesel, s4, rs4, berline, mlb, light, tdi, tfsi | | |

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

Au Rallye du Condroz, le Championnat de Belgique des Rallyes 2014 connaîtra un épilogue grandiose. Avec la présence de Petter Solberg, tout nouveau Champion du Monde de Rallycross et Champion du Monde des Rallyes en 2003, et celle de Kris Meeke, actuel pilote officiel de Citroën Racing en WRC, le Condroz peut à nouveau se targuer de proposer une affiche très internationale. Si une série impressionnante de WRC se battront pour la victoire, l'avenir du Championnat de Belgique s'annonce sous les meilleurs auspices avec une belle meute de R5 prêtes à reprendre le flambeau.

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

Sur les routes du Rallye du Condroz, les WRC seront favorites. À commencer par la Citroën C4 WRC de Petter Solberg et la Citroën DS3 WRC de Bertrand Grooten, mais aussi les Subaru Impreza WRC de Kris Princen et Chris Van Woensel, la Ford Focus WRC de Xavier Bouche, les Citroën Xsara WRC d'Yves Matton et David Bonjean ainsi que les Skoda Fabia WRC d'Eric Cunin et Alexandre Busin.

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

Les pilotes de WRC devront cependant aussi composer avec quelques R5 et Super2000 très rapides, les montures qui jouent cette année le Belgian Rally Championship. Les trois marques disposant actuellement d'une R5 seront représentées à Huy.

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

Après l'annonce du soutien dont bénéficiera l'an prochain Cédric Cherain de la part de Citroën Belux, nous pouvons nous attendre à vivre un BRC 2015 passionnant, avec un duel pour le titre entre au moins trois voitures disposant d'un support officiel: la Skoda Fabia R5 de Freddy Loix, la Peugeot 208 T16 de Pieter Tsjoen et la Citroën DS3 R5 de Cédric Cherain.

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

Des perspectives particulièrement encourageantes puisqu'avant la saison 2014 et le titre de Freddy Loix et Skoda Belgique, il fallait remonter à 1999 pour trouver trace d'une voiture officielle lauréate du titre en Belgique avec la Renault Maxi Mégane de Kris Princen!

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

Au Condroz, le double Champion de Belgique des Rallyes Freddy Loix emmènera le peloton en RC2 avec sa Skoda Fabia Super2000. Mais Kris Meeke visera aussi la victoire de catégorie sur sa Citroën DS3 R5 officielle. Aurons-nous droit à un remake de leur superbe bagarre à Ypres en 2010?

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

Cédric Cherain (Fiesta R5) et Hermen Kobus (Fiesta S2000) poursuivront leur duel pour le titre de vice-champion du BRC. Quant à Pieter Tsjoen (208 T16), il voudra confirmer son très bon début de course à l'East Belgian Rally. S'il est bien un pilote qui sera motivé, c'est Vincent Verschueren, qui a cette année défendu les couleurs de Citroën sur sa DS3 R5.

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

Ces habitués de la classe R5 seront rejoints à Huy par plusieurs jeunes pilotes qui ont décidé d'opter aussi pour la catégorie d'avenir. Davy Vanneste sera ainsi au départ sur une Fiesta R5, tout comme Xavier Baugnet, toujours très rapide à domicile. Quant à Neil Simpson, il n'aura pas la vie facile pour se mettre en évidence sur sa Skoda Fabia S2000 au milieu de toutes ces voitures de pointe. (Photos: site http://www.bfo-brc.be)

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

BRC,rallye,condroz-huy,2014,édition,présentation,Citroën,WRC,Solberg,Meeke,DS3,C4,Skoda,Fabia,S2000,Subaru,Impreza,peugeot,cherain,meeke,tsjoen

15:25 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brc, rallye, condroz-huy, 2014, édition, présentation, citroën, wrc, solberg, meeke, ds3, c4, skoda, fabia, s2000, subaru, impreza, peugeot, cherain, tsjoen | | |