voitures,électriques,belgique,2025,Wallonie,marché,politique,voitures,thermiques,interdiction

Dans la foulée de l’annonce de cette merveilleuse idée issue des cerveaux de nos nouvelles autorités politiques wallonnes, voici une liste de points qui sont actuellement encore sans réponse et qui, pourtant, mériteraient une attention particulière et… immédiate !

Imaginons que, effectivement, en 2025, c’est l’arrêt de la commercialisation des voitures à moteur thermique… déjà, est-ce que la Wallonie seule peut en décider ? Imaginons que Bruxelles décide que la même chose intervienne seulement en 2028 ou que la Flandre repousse l’échéance jusqu’en 2030… Comment gérer ça ?

voitures,électriques,belgique,2025,Wallonie,marché,politique,voitures,thermiques,interdiction

Les questions :

1° Y-aura-t-il des primes d’état, de régions voire d’origine européenne pour soutenir la transition vers le tout électrique ? Si oui, de quel ordre et sous quelle forme ?

2° Nos autorités vont-elles soutenir le développement d’une industrie locale en lien avec la fabrication et le recyclage des batteries ? Si oui, comment ? Sous quelles modalités et quelles formes ? Est-ce envisageable de voir se créer une méga-usine de production de batteries en Wallonie ? Ce besoin est-il avéré ?

3° Comment le manque à gagner sur les accises des carburants va-t-il être compensé ?

4° Quel avenir pour les routes et l’infrastructure ? De vastes programmes de "route active" permettant de recharger les véhicules par induction vont-ils être mis en place ? Si oui, quand et comment ? N’y a –t-il pas là une politique de grands travaux à mener à un niveau Européen ? Quid des infrastructures de recharge et de leur développement ?

5° Alors que le black-out menace déjà le pays en hiver, d’où va venir toute l’électricité nécessaire à la recharge du parc automobile entier ? Des centrales à charbon ? des centrales TGV ? Du nucléaire ? Il est bien évident que le bilan écologique d’un véhicule électrique varie du tout au tout en fonction de l’origine de l’énergie utilisée…

6° Qu’est-ce qui est prévu en matière de recyclage des batteries ? Quel impact financier pour les utilisateurs ?

7° Qu’en est-il de la formation des travailleurs et futurs travailleurs sur ces véhicules électriques ? Quels investissements sont-ils prévus pour former les élèves et apprentis à travailler sur ces engins, sachant que l’enseignement technique et professionnel ainsi que la formation des enseignants sont en déficit chronique depuis plus de 30 ans ?

8° Comment gérer l’élimination et le recyclage de toutes les voitures à moteur thermique ? Dans quels délais ? Avec quelle période de transition ?

La parole est maintenant à nos édiles…

voitures,électriques,belgique,2025,Wallonie,marché,politique,voitures,thermiques,interdiction

19:53 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voitures, électriques, belgique, 2025, wallonie, marché, politique, thermiques, interdiction | | |

livre,littérature,récit,histoire,industrie,automobila,eEnzo,Ferrari,Luc,Pire,éditions,bruxelles,alain,van den abeele,homme,légende,critique

Nous profitons de ce jour anniversaire de la disparition d'Enzo Ferrari (le 14 août 1988) pour vous parler d'un petit bouquin que nous avons lu cet été. Alain van den Abeele est un ancien journaliste de la RTBF, auteur de plusieurs ouvrages aux éditions Luc Pire. Parmi ceux-ci, le dernier en date est consacré à Enzo Ferrari et le titre est prometteur puisqu'il s'agit de nous parler de l'homme derrière la légende. Grand amateur de la marque italienne, nous avons lu énormément d'ouvrages traitant du petit cheval cabré. En bon historien qui se respecte, Monsieur van den Abeele remonte le temps pour démarrer son ouvrage à la fin du 19è siècle et la révolution industrielle, et logiquement à ce 18 février 1898 lorsque naît Enzo Ferrari. Chapitre après chapitre, on évolue avec Il Commendatore qui fait ses débuts chez Alfa avant de créer sa propre écurie pour aligner des Alfa plus âgées confiées à de riches propriétaires mais aussi à des pilotes d'usine lorsqu'Alfa s'est retirée de toute compétition officielle.

livre,littérature,récit,histoire,industrie,automobila,eEnzo,Ferrari,Luc,Pire,éditions,bruxelles,alain,van den abeele,homme,légende,critique

On retrouve l'Italie avant la seconde guerre mondiale et les affrontements entre les voitures italiennes et celles du Reich. Sachant s'entourer, jonglant avec les fortes personnalités de ses pilotes et de ses ingénieurs, Enzo Ferrari va petit-à-petit créer la légende Ferrari. Saison après saison, Alain van den Abeele nous résume les principaux faits de la Scuderia et il nous a semblé un peu dommage qu'il consacre un tiers de son livre à reparler du Mans alors que tout avait déjà été raconté dans les premières pages. Nous avons eu le sentiment de lire deux fois les mêmes faits. Dommage. Par contre, le chapitre consacré aux femmes de ce grand homme est assez original et donne un regard neuf sur son entourage féminin qui a visiblement influencé certaines décisions (photo du bas: Enzo Ferrari avec Fiamma Breschi, maîtresse du pilote Luigi Musso, et qui testera de nombreuses Ferrari)...

Ce livre est affiché à 20,00 euros. www.editionslucpire.be

livre,littérature,récit,histoire,industrie,automobila,eEnzo,Ferrari,Luc,Pire,éditions,bruxelles,alain,van den abeele,homme,légende,critique

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

Version rehaussée de la Mercedes Classe A, la GLA tente de se montrer encore plus SUV depuis son dernier restylage effectué à mi-carrière. Pour notre essai de cette nouveauté, Mercedes nous avait réservé la version Diesel la plus cossue.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

La GLA 220d 4-MATIC est en effet le haut de gamme des motorisations mazoutées puisqu'il s'appuie sur un 2.2 de 177ch accouplé à la boîte de vitesses automatisée 7G-DCT à double embrayage. Autant vous dire que les bornes ont été avalées en toute décontraction, d'autant plus facilement que ce modèle est équipé de bien des éléments empruntés aux gammes supérieures.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

La finition AMG qui était la nôtre reste relativement discrète et cette fois, contrairement à la Classe C break que nous avions essayée deux ans plus tôt, il ne sera pas permis au quidam de la confondre avec une vraie GLA45 AMG.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

Certes, les jantes de 19" sont badgées des trois lettres magiques mais c'est tout. Le reste de la carrosserie est réussi mais sans le moindre élément sportif. Bref, il s'agit avant tout d'une compacte bourgeoise rehaussée de 30 mm par rapport au modèle qu'elle remplace grâce au pack de suspensions Confort off-road.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

A l'intérieur, la finition est très soignée grâce aux inserts décoratifs AMG en carbone, au cuir brun noisette des sièges ou encore au cuir qui recouvre le haut du tableau de bord. La position de conduite est parfaite, grâce aux réglages électriques des sièges, et le volant est agréable à manipuler.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

On s'habitue rapidement à la commande de la boîte automatique placée au volant et pour ceux qui veulent, des palettes sont disposées de chaque côté du volant. Par contre, les espaces de rangement ne sont pas très nombreux et les places arrière sont habitables mais la visibilité n'y est guère accueillante, entre les vitres étroites et les sièges avant enveloppants...

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

Nous l'avons dit, cette voiture est très agréable sur longue distance. Elle se révèle plutôt confortable et ses aides à la conduite soulagent le travail du conducteur qui peut s'appuyer sur l'assistant de trajectoire, le système de prévention d'accident ou encore l'aide au parking active. La puissance est bien présente lorsque le besoin s'en fait sentir et l'on se fond facilement dans la circulation, qu'elle soit fluide ou dense.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

Comme toute Mercedes qui se respecte, la GLA offre trois types de conduite: Confort, Sport ou Eco. Nous avons opté la plupart du temps pour la première proposition correspondant le mieux à la définition de ce petit SUV appelé à affronter les BMW X1 et autres Audi Q3. Il est également possible d'opter pour des réglages personnalisés en matière de suspensions, de direction ou encore de répondant moteur.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

Du côté des gadgets à nos yeux, cette GLA était équipée de l'éclairage d'ambiance (120€), du système sono Harmann Kardon (685€), le toit ouvrant panoramique (1190€) ou encore les pneus avec possibilité de roulage à plat (210€). Telle que nous l'avons essayée, la GLA 220d est facturée 60.645€ prix catalogue. Une fameuse somme pour ce qui reste une compacte surélevée. Mais la voilà suffisamment rajeunie pour patienter jusqu'à la relève.

mercedes,gla,220d,4-matic,essai,test,longue,distance,confort

+

Confort assuré

GPS intelligent

Puissance agréable

-

Espace et visibilité à l'arrière

Cruise control pas adaptatif

Prix excessif 

22:02 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mercedes, gla, 220d, 4-matic, essai, test, longue, distance, confort | | |