144167_1_5.jpg

C’est en 2007 que l’Europe a enfin eu droit à la plus emblématiques des Nissan, la GT-R! Depuis, à chaque millésime, nous découvrons des petites retouches qui nous permettent d’y goûter encore et encore. Cette fois, il semblerait que cela soit la dernière puisque la remplaçante est annoncée en voix off. Alors nous en avons repris une grosse louche. Soit 300 km de pur bonheur.

144067_1_5.jpg

C’est dans l’Eiffel que Nissan nous a invités à découvrir les dernières évolutions apportées à sa mythique GT-R. Extérieurement, le bouclier avant est repassé sur la planche à dessin et reçoit la calandre au ″V″ plus prononcé qui fait également gagner de l’appui tout en améliorant le refroidissement. Des lames aérodynamiques soulignent le design et la partie arrière s’inspire très directement de celle développée pour la radicale Nismo. Les plus observateurs remarqueront aussi les montants C plus lisses, là aussi pour améliorer l’aérodynamique, supprimant des petits vortex. Les nouvelles jantes Rays en alu forgé sont superbes et laissent apparaître les gros freins nécessaires pour stopper la bête.

144184_1_5.jpg

Habitacle retravaillé

C’est à l’intérieur que la GT-R 2017 évolue le plus en offrant une touche nettement plus classieuse grâce au cuir étendu. Le dessin de la planche de bord change complètement et améliore largement l’ergonomie des commandes, en faisant disparaître bon nombre de boutons. L’ensemble apparaît plus qualitatif avec une présentation moderne. Il y a toujours quelques touches de carbone ici et là, mais aussi un tout nouveau volant sur lequel sont maintenant accolées les palettes dédiées au changement de rapports. Quant à l’écran multifonctions tactile, il reste toujours aussi complet, avec toutes les données que l’on peut faire apparaître pour juger ses performances. Il n’est pas forcément si facile de trouver sa position de conduite, mais surtout on aurait aimé des sièges un peu plus enveloppants. Cela étant, ils se montrent plutôt confortables.

144161_1_5.jpg

Avec circonspection

La promenade de 300 km proposée par Nissan traverse l’Eiffel. De quoi découvrir des routes parfaitement adaptées à la morphologie de la GT-R avec de longues courbes rapides ou des virages en sous-bois ressemblant furieusement à nos Ardennes. Autant dire que le coupé japonais est comme un poisson dans l’eau. Et de l’eau il en tombe suffisamment ce jour-là pour que nous gardions une certaine réserve sous le pied sachant que la bête pèse 1750 kg. Oubliez le mode Race qui annule les aides à la conduite.

144057_1_5.jpg

Les différents revêtements rencontrés nous poussent également à la prudence même si les quatre roues motrices travaillent de manière remarquable. Le matin, sur des portions d’autoroute sèches et dégagées, nous avions poussé quelques pointes à 270 km/h mais l’après-midi, nous avons davantage exploité les reprises de la Nissan. Désormais en titane, la ligne d’échappement s’avère un peu plus généreuse en décibels grâce à un volet actif logé dans la canule d’échappement la plus à gauche. Pas de quoi rendre le 3.8 V6 biturbo beaucoup plus lyrique. A l’occasion de ce nouveau millésime, il grimpe à 570 ch à 6.800 trs/min pour 637 Nm de couple maximal. Autant avouer que cette GT-R 2017 se montre plus polyvalente que jamais. Et nous oserons dire qu’elle est même plus confortable avec une insonorisation améliorée, des amortisseurs Bilstein revus dans ce sens et des sièges nouvellement conçus. Ces derniers manquaient de maintien à nos yeux mais il est possible d’opter pour d’autres éléments en option.

144158_1_5.jpg

Prix d’ami

Avec ses performances époustouflantes, la Nissan GT-R continue à jouer les trouble-fêtes chez les constructeurs allemands. Affichée à 99.900 euros tvac en version Pure, elle demeure la moins chère de sa catégorie si l’on compare à l’Audi R8 V10 Plus (190.270 €), à une Lamborghini Huracan (182.105€) ou encore à la Porsche 911 Turbo S (207.878€). Et si vous la choisissez dans l’orange des photos, vous ne manquerez pas d’être remarqué!

+

Supercar à prix d’ami

Polyvalence remarquable

Design incomparable

-

Maintien des sièges

Poids

19:13 Écrit par Benoît Lays dans Actualité, Essai | Lien permanent | Commentaires (0) | | |

Les commentaires sont fermés.