Muller WTCC

Le cinquième rendez-vous du Championnat du Monde des Voitures de Tourisme (WTCC) avait installé ses pénates sur le site de Valencia en Espagne. Et au petit jeu du poker menteur, les pilotes Seat ont finement négocié puisque suite à leur médiocre performance du rendez-vous palois, qui avait vu les Chevrolet et les BMW caracoler en tête, les instances organisatrices de la compétition choisissait de ne plus pénaliser les bolides espgagnoles avant ce rendez-vous. Du coup, quatre Leon TDI s'installaient en tête de la grille de départ de la première manche courue hier. Victime de la cohue du départ, Gené devait laisser filer ses petits camarades. Une fois passé Tarquini, le Français Yvan Muller allait chercher sa troisième victoire de la saison devant l'Italien et Monteiro. Quatrième, Farfus gardait l'espoir de briller en deuxième manche.

Farfus WTCC

Dans la seconde joute, Jörg Müller, alors en tête, n’a opposé la moindre résistance à son équipier Farfus lorsqu'il s’est porté à sa hauteur. Il faut préciser que le Brésilien est peut-être le dernier atout de la marque à l’hélice au championnat pilotes. Il s'agit de la première victoire cette saison de la BMW 320 Si qui aura donc attendu le dicième rendez-vous pour l'emporter. Très convoitée, la troisième place est finalement revenue à la Seat Leon TDI de Gabriele Tarquini et ce, en dépit d’une énorme pression mise sur le pilote italien par un Andy Priaulx finalement contraint de se contenter du quatrième rang. Au classement provisoire du championnat des pilotes, Yvan Muller (57 points) conserve sa première position mais l’Alsacien voit Augusto Farfus revenir à 3 unités seulement de sa Leon TDI.

A6-02_Course_40

En DTM, c'est sur le circuit du Lauzitsring que le peloton avait rendez-vous pour son second meeting de la saison. Au volant de son Audi, Ekström, le poleman, prend quelques longueurs d’avance tandis qu’un petit train se forme derrière lui. Il est composé de Rockenfeller qui est sous la pression de Di Resta, lui même suivi de Scheider, Spengler et Paffett. L’homme de tête ravitaille dans la douzième boucle, imité par Scheider, Spengler ou encore Prémat (qui devra abandonner suite à une sortie au 18e tour). Rockenfeller, Di Resta, Engel et Green s’étant arrêté un tour plus tôt, seul Paffett se décale. Il repousse son premier pit-stop jusqu’au 24e tour. La stratégie du britannique sera payante.

spengler DTM

Avant son second arrêt obligatoire, il creuse l’écart sur Spengler et Green, eux aussi décalés par rapport aux Audi. Après avoir emprunté pour la dernière fois la pitlane, dans le 34e tour,  Paffett ressort devant Ekström. Idem pour Spengler, qui a relégué le Suédois à plusieurs secondes après un très bon deuxième relais. Si Spengler revient à moins d’une seconde de Paffett, le Canadien ne trouvera pas l’ouverture, laissant le Britannique couper la ligne d’arrivée en vainqueur.

Ekstrom

Ekstrom conserve de justesse le podium, devant Di Resta, tout comme Scheider préserve sa cinquième place devant Green, auteur du meilleur tour en course avec sa Class-C 2008! Au classement provisoire du championnat, c'est Scheider (Audi), le champion en titre, qui pointe en tête avec 14 unités devant Kristensen et Paffett, à égalité parfaite puisqu'ils comptabilisent 10 unités chacun suite à leurs victoires.

A6-02_Grille_10
 

 

21:08 Écrit par Benoît Lays dans Circuit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : valencia, lauzitsring, audi, mercedes, bmw, seat, chevrolet, muller, paffett, dtm, wtcc | | |

avant arret

Diesel performant et sobre, essence totalement déraisonnable

Lâchez les fauves!

En revoyant la copie de sa berline routière, Jaguar a exécuté le travail de manière magistrale. Sans toucher au dessin particulièrement réussi ni à l’habitacle de caractère, la marque indienne a plus particulièrement ciblé, avec une justesse pertinente, les motorisations vieillottes. Un nouveau Diesel fait son apparition tandis qu’un 5.0 V8 s’installe sous le capot de la R.

flanc virage
 

La voiture qui nous accueille aujourd’hui est d’une finition exceptionnelle. La superbe sellerie en cuir est complétée par le même matériau sur le dessus de la planche de bord sans oublier le cuir retourné sur les montants et le ciel de pavillon. Tout simplement superbe et inimitable, cette finition Portfolio est largement à la hauteur de ce que peut faire Audi. Et puis ce cérémonial, déjà connu de la version initiale, qui fait sortir le bouton du changement de vitesses automatiques et les ouïes de ventilation qui se retourne pour s’activer nous subjugue comme lors de notre première rencontre. Au même titre que les passagers occasionnels qui ne connaissent Jaguar qu’à travers la S-Type bien moins classieuse. 

tableau de bord
 

Un moteur ad hoc

La XF peut dorénavant s’appuyer sur un 3.0 V6 turbo Diesel proposé dans  deux puissances: 240 ou 275 ch. Un véritable bijou technologique qui fait appel à deux turbocompresseurs séquentiels parallèles. Mais chez Jaguar, contrairement à ce que nous pouvons trouver ailleurs, le gros turbo à géométrie variable entre d’abord en action avant que le second n'intervienne à partir de 2800 tr/min. Résultat: le temps mort habituellement rencontré avec les turbos est véritablement gommé à bas régime. Il faut dire que les valeurs de couple sont impressionnantes avec 500 Nm à 2000 tr/min pour la version 240 ch et 600 Nm, à 2000 tr/min également, pour le moteur de 275 ch. Dotés, comme tous les autres moteurs des XF, d'une boîte automatique à 6 rapports, les motorisations à mazout participent pleinement au plaisir de conduire une voiture hors du commun. Pour peu que l'on caresse l'accélérateur, que l'on titille les palettes de sélection de la boîte séquentielle fort bien étagée, la berline cossue se montre digne de la gueule du jaguar qui vous menace sur le moyeu central du volant.

moteur
 

Politiquement correcte?

Mais cette XF 3.0d affiche un bilan politiquement correct. D'après le constructeur, le nouveau moteur produit 10% de CO2 de moins que le 2,7 litres (ce qui représente malgré tout une émission de 179 g/km) alors que sa puissance augmente de 16 et 33%, selon la version. Les consommations officielles sont du même acabit: 6,8 l/100 km pour les deux modèles. Mais attention, les consommations annoncées par Jaguar sont plus qu’optimistes. Car nous avons également goûté à la variante sportive baptisée R. Celle-ci hérite du nouveau V8 de 5 litres et de son compresseur mécanique Eaton, de sixième génération. Un compresseur qui se montre 20% plus efficace grâce à une admission remaniée. Cela se traduit par une puissance de 510 ch à 6000 tr/min et un couple qui atteint la bagatelle de 625 Nm, entre 2500 et 5500 tours.

quart avant travers
 

Une vraie soiffarde

La boîte automatique ZF a été revue en conséquence et son mode Sequential Shift se caractérise par une réactivité des plus réduites. Enfin, la direction est désormais plus directe tandis que l'amortissement piloté CATS cède la place à l’Adaptive Dynamics. Les modèles R sont en outre pourvus d'un différentiel à glissement limité électronique (Active Differential Control). Malheureusement, le plaisir ressenti au volant a du mal à cacher la douleur des passages à la pompe. Car sans jouer les pilotes de GT3, nous avons signé une moyenne de 22 litres/100. Certes, la R est une véritable bombe qui réagit instantanément au doigt et à l’œil mais lorsque certaines sportives historiques (la 911 pour ne pas la citer) parvient à se maintenir sans trop forcer en dessous des 20l/100, cela laisse songeur.

quart arriere

13:31 Écrit par Benoît Lays dans Essai | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : jaguar, essai, exclusif, xfr, xf, 3 0d | | |

57784cit

La marque aux chevrons propose une nouvelle interprétation du concept DS Inside, qui préfigure la première offre de sa ligne DS. Cette version dévoile l’intérieur du concept et confirme l’étendue de son pouvoir de séduction: l’habitacle haute-couture crée une ambiance unique, sensuelle et élégante. L’extérieur devient alors écrin. Un écrin luxueux dont le toit, gainé d’un cuir tramé, reprend le monogramme développé spécifiquement pour la ligne DS. Cette mouture à la robe grisée rappelle une nouvelle fois le soin d’orfèvre dont bénéficieront les modèles de la ligne distinctive. 

57784-b-cit

Créations originales, les assises sont le fruit d’une prouesse de sellier. Leur confection, qui évoque le bracelet des plus belles montres, est magnifiée par le dégradé de cuir des dossiers – d’un noir profond à un ivoire nacré. Une fois assis, la DS Inside flatte les sens et invite au voyage. Les lignes de la planche de bord sont fluides et aériennes. Le combiné conique, le volant de faible diamètre, les sièges bas et enveloppants confèrent à l’ensemble un caractère résolument dynamique. Des éléments black chrome qui jalonnent l’habitacle aux tapis de sol en moquette épaisse lounge, le parfum de la distinction imprègne les moindres parcelles du concept.

57784-a-cit

La DS Inside se pare également d’un toit en cuir pleine fleur, d’un ivoire nacré presque poudré, embossé du monogramme de la ligne DS. Il préfigure l’éventail des personnalisations qui seront proposées sur la DS3. Le monogramme DS est le marqueur d’une identité forte, illustrée en deux mots: «Different Spirit». Une identité qui fait la part belle à la modernité et à la distinction et qui, comme l’appellation DS elle-même, puise directement son ADN dans l’histoire de Citroën.

57784-c-cit

La couleur grisée de la DS Inside a été travaillée avec une nacre extrêmement fine qui prend l’aspect d’un glaçage. Associée à des rondeurs féminines, nées d’un travail tout en souplesse sur les courbes de la carrosserie, cette teinte accueille la lumière comme une caresse.

06:30 Écrit par Benoît Lays dans Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : citroen, ds, inside, interieur, habitacle | | |

2035_B_20090529122740

C'est aujourd'hui que la presse belge spécialisée se réunissait pour élire le pilote du programme BF Goodrich Drivers Team qui aura l'honneur de se voir offrir une participation à Ypres, tous frais payés. Sélectionnés par Kronos Racing parmi de nombreux dossiers, ce sont Melissa Debackere, Pieter Tsjoen, Bertrand Grooten, Thierry Neuville et Mattias Boon qui étaient proposés au vote du jury. A l'issue du scrutin, c'est l'excellent Thierry Neuville qui a remporté le volant de la Peugeot 207 S2000 avec 8 votes, contre 6 à Melissa Debackere, 3 à Mattias Boon, 2 à Pieter Tsjoen et aucun pour Bertrand Grooten! Ceux qui ont vu les passages de sa petite Citroën C2-R2 au dernier rallye de Wallonie savent qu'il s'agit d'un futur grand. Ne manquez pas les clichés parus dans le TURBOmagazine du mois de juin signés par un certain René. Ils valent le détour. 

Wallonie09-14

Contacté par téléphone à l’issue du vote, le germanophone a déclaré: «Je suis très content d’être le futur pilote du programme BFGoodrich Drivers Team. Je remercie sincèrement les journalistes et l’ensemble du jury de me faire confiance.» Bon espérons que les routes yproises lui inspirent des commentaires plus imagés car nous, les pilotes formatés, nous avons cela en horreur.

15:19 Écrit par Benoît Lays dans Rallye | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, thierry, neuville, bf goodrich, drivres, team, ypres, kronos, peugeot, 207, s2000, rallye | | |

400x267_jessiqapace

Bien visible sur l'un des milliers de panneaux publicitaires présents tout au long des 3,340 kilomètres du circuit monégasque, le mannequin américain de 31 ans a réussi à déconcentrer plus d'un pilote le week-end dernier.

450x450_jessiqa

Même le vainqueur a avoué avoir eu bien du mal à garder sa concentration durant toute la longueur de l'épreuve. Certains patrons d'écurie ont même demandé à ce qu'on élève ledit panneau pour qu'il n'entre plus dans le champ de vision des as de la route.

600x450_martini-girl-5
 
600x450_zd2j2022

600x450_zd2j2037

12:46 Écrit par Benoît Lays | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jessiqa, pace, monaco, pilote, concentration, martini | | |

57762mit-

En Angleterre, les voitures de rallye homologuées pour un usage routier connaissent un succès à nul autre pareil. Et les constructeurs japonais peuvent en témoigner. A l'image de Mitsubishi qui y commercialise une Lancer Evolution FQ-400 qui voit la puissance de son moteur 2.0 turbo Mivec, passer de 295 à 408 ch. Un résultat obtenu grâce à de nouveaux injecteurs, un turbo revu et corrigé ou encore une ligne d'échappement de plus grand diamètre.

57762-d-mit-
 

Evidemment, les performances ont fait un bond à l'image du 0 à 100 km/h en seulement 3"8 mais elle se contente toujours d'une vitesse maxi de 250 km/h limitée électroniquement. De quoi concurrencer une Ferrari F430 qui, avec son V8 de 490 ch, réussit le 0 à 100 km/h en 4" alors que la Porsche 911 GT3 RS réclame sur le même exercice 4"2.

57762-b-mit-

Enfin, les designers se sont amusés à durcir les traits de cette Lancer FQ-400 en ajoutant un kit carrosserie spécifique. On peut ainsi remarquer un capot muni d'entrées d'air impressionnantes, un bouclier avant redessiné, un énorme diffuseur aérodynamique en carbone ou encore une garde au sol rabaissée de 30 mm.

57762-c-mit-

Malheureusement cette Lancer Evolution FQ-400 ne sera pas importée chez nous et pour vous le faire regretter définitivement, sachez encore que son prix de vente en Angleterre a été fixé à 49 999 livres soit un peu plus de 57 000 euros.

57762-a-mit-

15:20 Écrit par Benoît Lays dans Industrie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mitsubishi, lancer, fq-400, angleterre, porsche, ferrari | | |

grid-impreza-sti-renderings-

Internet est une vaste toile où les projets les plus fous peuvent naître au départ d'un simple programme de dessin parfaitement maîtrisé par des designers en herbe. Mais le dessinateur du jour n'est pas un débutant. Le suédois Lars Martensson est spécialisé dans les jeux vidéos (Rallisport Challenge 2 for xBox, Battlefield 2 for PC) et il passe ses journées à dessiner de véritables bolides totalement virtuels.

grid-impreza-sti-renderings--(1)

Aujourd'hui, il s'attaque à l'historique Subaru Impreza WRX dont la dernière version manque cruellement de sex-appeal. Il nous offre sa vision très bestiale de ce pourrait être la future bête de rallye de la marque si elle décidait un jour de revenir en WRC. Tout cela est purement gratuit mais c'est probablement pour cela que c'est si bon.

grid-impreza-sti-renderings--(2)
   

10:18 Écrit par Benoît Lays | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wrx, internet, projet, wrc, subaru, impreza | | |

car_photo_308812_25

Il semblerait que le joli succès rencontré par la dernière Volkswagen Scirocco donne des idées à la maison d'en face. Il se murmure en effet que la marque à l'ovale bleu prépare une nouvelle déclinaison à trois portes de sa Focus. Le châssis serait encore amélioré mais ce qui devrait réellement plaire aux futurs acheteurs, ce sont les moteurs proposés.

car_photo_308809_25

En essence, Ford utilisera un nouveau 1.6 turbocompressé EcoBoost produisant 148 ou 178 ch. Un nouveau 1.6 TDCi devrait également débuter, allant jusqu'à 128 ch, aux côtés d'un 2.0 de 168 ou 197 ch. Et il y aura bien sûr une version sportive qui ne pourra plus s'appuyer sur le très apprécié 2.5 à 5 cylindres turbo emprunté à la RS jugé trop soiffard. Il devrait être remplacé par un 2.0 4 cylindres EcoBoost de plus de 200 ch. Cette nouveauté devrait apparaître dans le courant de l'année prochaine lors d'un Salon majeur en compagnie du petit monovolume B-Max.

056337600_1233074900

20:41 Écrit par Benoît Lays dans Industrie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ford, capri, 2010, salon, scirocco, coupe, sportif | | |

00_Test_PeugeotPescarolo_03

Tant que nous sommes dans les nouvelles parures, voici la robe qu'adoptera la Peugeot 908 HDI engagée par l'équipe Pescarolo aux prochaines 24 Heures du Mans. Une course mythique qui se déroulera le week-end des 13 & 14 juin prochains. Cette quatrième Peugeot sera pilotée par un équipage 100% français puisque nous retrouverons Jean-Christophe Bouillon, Simon Pagenaud & Benoît Tréluyer à son volant.

00_Test_PeugeotPescarolo_01

Autre décoration inédite, celle adoptée par la Porsche 997 GT3-RSR de l'Endurance Asia Team, la première équipe chinoise engagée dans l'épreuve mancelle. L'équipage de la Porsche n°75 se veut très cosmopolite puisqu'aux côtés du chinois de Hong-Kong Darryl O'Young on trouvera également le français Philippe Hesnault et le bulgare Plamen Kralev, premier représentant de son pays à courir les 24 Heures.

2009_LeMans_EnduranceAsia_01

 

14:43 Écrit par Benoît Lays dans Circuit | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 24heures, mans, peugeot, pescarolo, porsche, asia, team, playstation | | |

newmeganetrophy-bouvy-ickx-kelders

Leaders du championnat avec cinq podiums dont une victoire en six courses, Frédéric Bouvy et Christian Kelders abordent les 12H de Spa avec neuf points d’avance sur leurs plus proches poursuivants. Et comme le veut la coutume, ils seront à nouveau rejoints par Vanina Ickx. Avec deux nets succès en 2007 et 2008, la Renault Delahaye est clairement devenue la référence sur un tour d’horloge. A cette occasion, la voiture française étrennera une nouvelle silhouette avec la superbe carrosserie 2009 Mégane Trophy.

10:35 Écrit par Benoît Lays | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : btcs, 12heures, spa, francorchamps, renault, megane, ickx, vanina | | |